Navigation – Plan du site

Quel modèle pour l’Irlande du Nord ?

Philippe Brillet
p. 261-278

Résumé

Les choix économiques de l’Irlande du Nord, région en retard de développement et à l’autonomie politique indécise, sont faits à Londres. Les termes du débat ne devraient donc guère différer de ceux de la Grande-Bretagne. Mais la Province présente de nombreuses spécificités culturelles et économiques qui les modifient substantiellement. Le choix fondamental ne s’opère pas entre « Europe » et Amérique » mais entre Royaume-Uni et Tigre Celtique. Le premier se manifeste surtout par des transferts financiers conséquents et le second par un équilibre euro-américain original, mais qui penche vers le modèle états-unien par le haut degré d’ouverture de son économie et sa faible fiscalité d’entreprise. À la limite, on pourrait qualifier de « sociale-libérale » la politique britannique en Irlande du Nord et de modèle essentiellement américain la politique économique du Tigre, ce qui est particulièrement vrai d’une agressivité transfrontalière de plus en plus clairement affichée.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Devant les manœuvres jugées dilatoires de l’IRA pour repousser son désarmement et la découverte de (...)
  • 2  Le 28 juillet 2005.
  • 3  Le 26 septembre 2005, par son Président le Général John de Chastelain, ancien chef d’état-major de (...)
  • 4  Le 5 octobre 1968, la NICRA (Northern Ireland Civil Rights Association, fondée l’année précédente) (...)
  • 5  Ceci est particulièrement vrai des Unionistes. David Trimble, ancien First Minister et Prix Nobel (...)
  • 6  Leader historique des Unionistes intransigeants, le révérend Ian Paisley fut à l’origine d’une sci (...)
  • 7  Les 10 et 11 septembre 2005, à la suite de rumeurs faisant état d’un accord entre l’RA et le gouve (...)
  • 8  Les meurtres sectaires, s’ils ont considérablement diminué, n’ont pas cessé. Ainsi celui d’un Prot (...)

1La question de l’équilibre entre « modèle américain » et « social-libéralisme » ne devrait pas se poser de façon particulière en Irlande du Nord, dans la mesure où cette entité ne dispose que d’une très faible autonomie politique au sein du Royaume-Uni. On peut même considérer que cette dernière est virtuellement nulle, depuis la suspension en 20021 de l’Exécutif qui avait été mis en place à la suite des accords dits du Vendredi Saint. La très récente annonce historique de l’IRA de renoncer à la lutte armée2, puis celle de son désarmement effectif par les membres de la Commission Internationale Indépendante de Contrôle3, constituent certes des gages essentiels d’un retour, sinon à la normale (ce terme n’ayant plus grand sens depuis le début des Troubles en 19684), du moins au Processus de paix, mais elles font suite à la lourde défaite des modérés des deux camps aux élections britanniques de ce printemps 20055. Il faudra encore une vérification convaincante de ce désarmement, suivi d’une longue période d’inactivité absolue des paramilitaires catholiques, pour que les Unionistes du Révérend Paisley6 reviennent d’abord négocier, ensuite siéger dans un nouvel Exécutif, d’autant que le récent embrasement des quartiers protestants de Belfast, en septembre 20057, témoigne d’un malaise grandissant dans cette communauté. Il est d’ailleurs troublant de constater que la violence collatérale aux diverses marches et autres défilés, au nombre de plus de trois mille par an, n’est guère en régression8. Tous ces faits ne semblent guère indiquer une normalisation prochaine de la situation.

  • 9  Ce terme, d’usage courant sur place, permet notamment aux Unionistes d’éviter toute référence à l’ (...)
  • 10  Evans, E., The Personality of Ulster, Belfast : Telegraph Centenary Edition, 1970.

2On pourrait par ailleurs imaginer que, pour la population du moins, le débat économique soit relégué au second plan, voire plus loin encore, par la prééminence absolue de ces questions politiques : à court terme la mise en œuvre des Accords de Paix et, au-delà, l’avenir institutionnel même de la Province9. Evans n’avait-il pas écrit dès 197010:

The personality of Ulster is too strong for solutions to its problems to be found in economic planning alone. However much its people are advised to forget the past and their entrenched myths and attitudes, the realities of social history and geography cannot be overlooked. Even at the level of economic planning these factors must be taken into account.

  • 11  Si les Nationalistes, en faveur de la réunification de l’Irlande, recrutent essentiellement dans l (...)
  • 12  Deux milliards et sept cent millions d’euros pour la période 2000-2006, soit environ 125 £ par an (...)
  • 13  De même, Unioniste et Protestant ne sont pas des termes rigoureusement synonymes. Ils se recouvren (...)

3On pourrait enfin penser que la situation structurellement très difficile de l’économie Nord-irlandaise limite le débat socio-économique à l’optimisation de ce que l’on pourrait qualifier de « subventologie ». De fait, cette dernière y occupa longtemps la toute première place, en raison d’une part de l’importance quantitative de ces aides, sans lesquelles la situation aurait été encore plus difficile, et d’autre part en raison d’un large consensus à leur sujet, d’autant plus remarquable qu’il était l’un des rares - et peut-être même le seul - de cette société clivée. Ainsi l’intervention conséquente du Royaume-Uni (2.000 £ par an et par habitant) était non seulement admise, mais encore réclamée, par les Nationalistes11 eux-mêmes, car ils la percevaient comme une sorte de compensation financière - mais aussi morale - à leur statut même de sujets britanniques et à la discrimination de leur communauté par les autorités de la Province. Assez symétriquement l’aide, il est vrai seize fois plus modeste12, de l’Union Européenne était acceptée presque sans arrière-pensée par les Unionistes13, puisqu’elle ne modifiait aucunement l’équilibre politique interne à l’Irlande du Nord et qu’elle profitait à l’ensemble de son territoire, sans privilégier sa moitié occidentale à majorité catholique, pourtant particulièrement pauvre.

  • 14  Le gouvernement autonome mis à en place à l’issue de la Partition bénéficia tout d’abord d’une trè (...)

4On constate pourtant que ni la suspension actuelle de la Dévolution (et d’une manière plus générale la faible autonomie des autorités locales14), ni la prééminence fondamentale de la question institutionnelle pour la population, ni la pauvreté persistante de la Province ni même, enfin, sa dépendance envers des soutiens financiers extérieurs n’ont jamais empêché un débat économique. Ce dernier apparaît, au contraire, de plus en plus nourri. Il nous faut donc commencer par comprendre pourquoi, avant envisager alors comment la pauvreté relative de l’Irlande du Nord façonne les termes mêmes de ce débat. Ceci nous permettra enfin d’examiner comment ce territoire s’éloigne globalement de la Grande-Bretagne, malgré une assistance économique qui n’a sans doute jamais été si massive qu’aujourd’hui.

Un débat économique de qualité dans une société pourtant très divisée

  • 15  Greer, J. ; Murray, M. - Rural Planning & Development in Northern Ireland, Dublin : Institute of P (...)

5La raison fondamentale du dynamisme du débat économique réside sans doute dans le caractère vigoureux de la société civile nord-irlandaise, qui contraste vivement avec sa segmentation ethno-religieuse. Pour John Greer et Michael Murray, écrivant en 200315:

Herein, perhaps, is one of the paradoxes of Northern Ireland: the coexistence of a blossoming civil society in the mire of deep societal division. A defining characteristic of this participative democracy is that it involves people in decision-making, thus nurturing a social ability to collaborate for shared interests.

  • 16  Terme forgé en 1994 par un journaliste états-unien et qui devait avoir une fortune inouïe en Irlan (...)

6Ce premier paradoxe, fort ancien, rend compte de l’existence même de débats de qualité malgré un contexte pour le moins difficile, mais pas de l’intérêt tout particulier de la population pour l’économie. Ce dernier est de fait assez récent, et il s’explique par une succession de trois évolutions majeures, qui furent toutes d’autant plus sensibles qu’elles se manifestèrent de façon brusque, voire brutale. La première, perceptible dès le milieu des années 1990, fut le décollage spectaculaire de la République. L’ancien « Âne Vert » se transforma en effet en un « Tigre Celtique en une décennie à peine16 ». Le tableau 1 montre le contraste qui en résulte entre les bases économiques des deux Irlandes, en prenant comme indicateur la valeur ajoutée. Cette dernière est maximale pour les services financiers et l’industrie moderne, informatique notamment, qui sont au cœur de la prospérité du Tigre, ce qui contraste avec l’hypertrophie du secteur public constatée au Nord. Il s’agit là d’un renversement complet de la situation de 1922, où le Nord fondait sa prospérité sur son industrie, le Sud n’ayant alors guère d’emplois de qualité en dehors d’une fonction publique encore fort peu développée. Il s’agit également d’une rupture avec une période plus récente où les deux économies étaient devenus structurellement très semblables, le Sud s’étant progressivement doté d’une base industrielle et le Nord ayant bénéficié du transfert à Belfast de l’ancienne administration centrale.

7Cette improbable transformation montra que l’Irlande n’était pas condamnée à la pauvreté et qu’une métamorphose restait possible, d’où un intérêt renouvelé pour la politique économique en général et les méthodes du Tigre en particulier. Cet intérêt concerna l’ensemble de la société, mais tout particulièrement les entrepreneurs, Protestants dans leur très grande majorité. Pour la toute première fois, ils commencèrent à percevoir l’Eire comme une opportunité et non comme une menace ou, plus précisément, comme une opportunité économique tout en restant une menace politique. Pour les Catholiques en revanche, se découvrir brusquement plus pauvres que leurs coreligionnaires vivants de l’autre côté de la Frontière retira à la présence britannique la seule justification qu’ils voulaient bien lui reconnaître jusque là : un niveau de vie meilleur, en fait un moins mauvais, que celui de la République. L’émergence du Tigre focalisa ainsi également leur attention sur l’économie, mais d’abord par un sentiment de déclassement qui contrastait vivement avec le nouvel optimiste des milieux d’affaires protestants.

Tableau 1 : Bases économiques des deux Irlandes

VALEUR AJOUTÉE BRUTE 2002

Province

République

Ratio 

En pourcentage du total

Prov./Rép.

Administration et défense

10,4

3,8

2,74

Éducation

7,4

3,6

2,07

Distribution d'eau, de gaz et d'électricité

2,1

1,1

1,81

Autres services

4,1

2,3

1,79

Santé et travail social

9,0

5,2

1,72

Commerce

12,3

8,7

1,40

Hôtellerie et restauration

2,9

2,9

1,00

Transports et communications

5,5

5,6

1,00

Bâtiment et travaux publics

6,7

7,5

0,90

Immobilier

14,0

15,7

0,89

Mines et extractions

0,5

0,7

0,79

Agriculture, forêts et pêcheries

2,3

3,6

0,65

Industrie

19,8

31,2

0,64

Banques et services financiers

3,0

8,1

0,36

TOTAL  

100,0

100,0

1,00

  • 17  Le taux de chômage était de 4,8 % en février 2005.

8La deuxième transformation survint une demi-douzaine d’années plus tard, soit au tout début du nouveau siècle. Ce fut la quasi-disparition d’un chômage17 qui était l’une des plaies les plus douloureuses de la société nord-irlandaise. En effet, la rareté des emplois avait longtemps magnifié la discrimination à l’embauche et rendu impossible toute normalisation entre les deux communautés, ainsi que toute perspective commune. En 1981 par exemple, 25,5 % des Catholiques étaient chômeurs, mais seulement 11,4 % des Protestants. L’écart était bien supérieur au sein de la population masculine : 30,2 % contre 12,4 %. Ceci s’explique par le fait que les forces de sécurité étaient presque exclusivement protestantes et que les principaux sites industriels (notamment les chantiers navals Harland et Wolff) pratiquaient de façon rigoureuse une politique de la « Closed Shop » à l’embauche. La situation inédite de plein emploi participa à la détente des tensions communautaires, qui avait été amorcée par les Accords de paix sur le plan politique. Notons que cette évolution, qui était pour l’essentiel une conséquence de la réussite économique britannique, profita plus particulièrement à la minorité catholique, puisque cette dernière était jusque-là de loin la plus touchée par le chômage. À l’inverse, la base protestante perdit là un avantage comparatif qui était pour elle fondamental. Sa relative insatisfaction devant cette portée des excellents résultats du Royaume reproduisit en miroir le sentiment de déclassement que les Catholiques du Nord avait ressenti devant l’émergence du Tigre, constituant un nouveau paradoxe majeur de l’Irlande du Nord contemporaine.

  • 18  Cette idée était également odieuse à l’IRA, car elle stigmatisait la collusion de deux pouvoirs ju (...)
  • 19  Drainage et exploitation de la rivière Erne (1950), Pêcheries de la Foyle (1952).
  • 20  Groutel, A. - La coopération économique entre les deux Irlandes, Caen : Presses Universitaires, 20 (...)

9La troisième et dernière évolution qui causa un nouvel approfondissement du débat économique mit en jeu une nouvelle échelle, celle de l’Europe. Ce fut, au 1er mai 2004, l’élargissement à vingt-cinq de l’Union qui, dans un contexte de prospérité de l’économie britannique, condamna la Province à perdre ses subventions communautaires à la fin de l’année 2006. Ne seront maintenues au-delà que des aides apportées au titre de l’accompagnement du Processus de Paix ou à celui du soutien aux régions transfrontalières. Il s’agit dans les deux cas de sujets très sensibles pour les Unionistes, qui les perçoivent d’autant plus comme des chevaux de Troie de l’Eire que cette dernière dispose encore d’une image d’élève modèle de l’Europe. Depuis la Partition, l’idée même de coopération a toujours été refusée par Belfast18, hors quelques projets ponctuels19. Pour Anne Groutel20 :

Aux yeux des Unionistes, l’Irlande du Nord ne devait coopérer qu’en cas extrême, l’accord éventuel devait servir des intérêts économiques réels. Sous aucun prétexte la collaboration ne devait apparaître comme un signe de rapprochement politique avec l’Irlande.

  • 21  Ibid., p. 48.

10La difficulté pour les Unionistes est de réussir à profiter de l’exemple du Tigre, voire de bénéficier d’un effet d’entraînement grâce à leur grande proximité, tout en résistant dans le même temps à la force de son attraction. Il s’agit bien d’en copier le modèle, et non de l’intégrer, sachant qu’une telle intégration est, depuis l’origine, l’objectif clairement affiché de Dublin. Selon Anne Groutel à nouveau21 :

À Belfast, la coopération n’avait d’autre but que de faciliter la gestion de certaines questions d’intérêt commun, alors qu’à Dublin elle était perçue comme devant préparer l’intégration des deux économies en vue de la réunification.

  • 22  En 2001, deux économistes irlandais écrivèrent ensemble un ouvrage intitulé « Can the Celtic Tiger (...)

11La fin annoncée des subventions communautaires obligea ainsi les milieux d’affaires à rediscuter la question sensible des relations Nord/Sud, mais aussi celle de la place de leur territoire au sein de l’Europe22. Que ces milieux, essentiellement Unionistes, se jugent dans leur majorité pénalisés par le refus britannique d’adhérer à la zone euro constitue d’ailleurs un nouveau paradoxe. Venant après l’émergence du Tigre puis du plein emploi, dans une société civile clivée mais dynamique, cette dernière évolution explique que, malgré des conditions extrêmement adverses, le débat sur l’économie et tout particulièrement la question des modèles soit au cœur des préoccupations Nord-Irlandaises. Elle permet également de comprendre pourquoi, même chez les élites, ce débat ne se pose guère en termes de « modèle américain » et de « social-libéralisme ». Le choix fondamental qui se présente aujourd’hui oppose le Tigre et le Royaume, et ce choix ne recoupe que très partiellement le clivage ethno-religieux de cette société. Bien au contraire, les nombreux paradoxes que nous avons notés expliquent que les Nationalistes et les Unionistes se battent pratiquement à fronts renversés sur le plan économique.

Un retard persistant et problématique

12Examiner ce choix impose de revenir tout d’abord sur le retard même de la Province, dans la mesure où c’est sa perception par les Nord-Irlandais qui conditionne leur appréciation des économies voisines. Ceci permet par ailleurs de préciser d’emblée que le plein emploi cité plus haut n’est que l’unique donnée macro-économique qui soit à ce jour satisfaisante.

  • 23  L’influence directe de Londres se manifeste désormais dans une enveloppe d’environ 200 kilomètres, (...)
  • 24  Autour notamment de Newcastle, Sunderland et Middlesbrough.

13Le Royaume-Uni présente classiquement une diffusion concentrique de sa prospérité, depuis le Sud de l’Angleterre vers les ‘Celtic Fringes’. Ce phénomène n’a fait que s’amplifier au cours des vingt dernières années, sous l’effet de deux processus concomitants : la concentration sans cesse croissante de la richesse dans le « Très Grand Londres » et l’intégration de toute la moitié méridionale de l’Angleterre23 au sein de sa zone d’influence. Le seul véritable changement concerne la périphérie septentrionale, où le retard récent et encore limité de l’Écosse jouxte immédiatement la crise profonde du territoire aujourd’hui désigné comme la « région Nord-Est de l’Angleterre »24. Ce dernier a ainsi rejoint le pays de Galles et la Province dans le groupe des régions en retard marqué de développement. Pour l’Irlande du Nord, l’écart avec le reste du Royaume est resté globalement stable sur la période, oscillant entre 20 % et 25 %, ce qu’illustre la figure 1 ci-dessous. L’indicateur retenu pour ce document est la valeur ajoutée par habitant et non le revenu moyen, bien que ce dernier exprime plus directement les ressources qui sont disponibles in fine pour la population, car il traduit la production locale de richesses, hors de toute redistribution interrégionale opérée par et depuis l’Etat.

Figure 1 : Valeur ajoutée par habitant de quatre des douze régions
du Royaume-Uni, 1971-2001

Figure 1 : Valeur ajoutée par habitant de quatre des douze régions du Royaume-Uni, 1971-2001
  • 25  L’Irlande du Nord a été érigée en région, tout comme l’Écosse et le pays de Galles, l’Angleterre p (...)
  • 26  Cette importance semble appelée à décroître sensiblement, avec l’ouverture en 2003 et 2004 de plus (...)

14Ce groupe de trois régions très en retard, parmi les douze que compte le Royaume25, est aujourd’hui relativement homogène. Ceci explique que l’Irlande du Nord occupe presque constamment l’une des trois dernières places pour la plupart des indicateurs (cf. tableau 2 ci-dessous). Elle n’échappe à la toute dernière que lorsque la situation de North-East, plus rarement de Wales ou des deux à la fois, est encore plus mauvaise que la sienne. Le bon classement du taux d’emploi personnel, unique résultat qui apparaît presque flatteur, reflète l’importance historique de son commerce de détail26.

  • 27  La Nomenclature des Unités Territoriales Statistiques de l’Union Européenne recense trois niveaux (...)

Tableau 2 : Potentiel de l’Irlande du Nord parmi les 12 régions NUTS 127 du Royaume-Uni

Indicateurs, données 2003

Rang 

Taux d'emploi personnel

5

Part de l'emploi industriel

8

Population au travail

9

Population active

10

Valeur ajoutée brute par habitant

10

Valeur ajoutée brute par employé de l'industrie

10

Consommation

10

Taux de chômage

11

Valeur ajoutée brute par employé des services

11

Revenu disponible pour les ménages

11

Prix de l'immobilier

11

Part des services, hors administration

12

Revenu moyen

12

  • 28  Ce trait se remarque des deux côtés de la Frontière.
  • 29  Il faut ainsi deux heures et demi en train, et jusqu’à trois heures en car, pour couvrir les 120 k (...)

15Plusieurs facteurs ont été évoqués pour expliquer cette situation. Le développement du temps partiel a ainsi été récemment mis en cause, mais son usage ne fait que rejoindre celui des autres régions du Royaume, avec d’ailleurs un retard qui traduit le long sous-emploi des femmes dans la société irlandaise28. De même l’insuffisance notoire des activités de transports est certes bien réelle, comme celle des transports eux-mêmes29, mais son impact est limité par la petite taille même du territoire et la polarisation autour de Belfast des activités de haut rang.

  • 30  Une telle importance de la PAC constitue un point de divergence majeure avec le gouvernement de Lo (...)
  • 31  Par leur recrutement d’ouvriers qualifiés en quasi-totalité Protestants, les chantiers Harland & W (...)

16En fait, ce retard s’explique sans difficulté par la structure même de l’économie de la Province, ce qui rend également compte de sa grande stabilité. Cette économie était traditionnellement caractérisée par une concentration dans quelques secteurs à faible valeur ajoutée, au tout premier chef l’agriculture et l’industrie textile. Cette dernière, fortement soutenue pendant les Troubles au nom de la défense de l’emploi, a perdu la moitié de ses postes de travail dans les cinq premières années qui ont suivi les Accords de Paix et continue à se rétracter. Pour la première, qui est toujours très fortement soutenue par la Politique Agricole Commune30, l’écart avec la Grande-Bretagne est de surcroît majoré par une productivité bien inférieure, puisqu’elle n’atteint que 56 % seulement de la moyenne du Royaume. La faible productivité est d’ailleurs une constante de la Province, puisqu’on la retrouve dans toutes ses activités, y compris les chantiers navals31 qui en ont longtemps été à la fois le fleuron industriel et la vitrine du savoir-faire des ouvriers unionistes.

  • 32  Belfast, Department of Enterprise, Trade and Investment, 2003, vol. 1, p. 8.

17L’essentiel du développement actuel repose sur la croissance démographique et se concentre donc dans les services aux personnes, tels que l’hôtellerie restauration et l’administration, qui sont également des activités à faible valeur ajoutée (cf. supra tableau 1). L’unique avantage d’une telle économie est sa très faible dépendance à l’investissement étranger, ce que les rapports successifs ne manquent pas de mettre en exergue. On peut bien évidemment se demander s’il s’agit là véritablement d’un point fort... Ces documents insistent toujours sur le contraste avec l’attraction que la République exerce envers les activités à haute valeur ajoutée, notamment la Recherche et le Développement, les industries de pointe et les services financiers, et sur le fait que cette attraction est fondée sur une avantageuse fiscalité d’entreprise : un taux d’imposition unique de 12,5 %. Ils reconnaissent explicitement que la Province souhaiterait faire traverser la frontière à des entreprises installées dans la République mais qu’elle n’a pas le droit de leur proposer un taux encore plus attractif. On peut lire ainsi dans le rapport Comparative Analysis, Forecasts and Monitoring of the Northern Ireland Economy32 :

Ireland’s corporate tax incentives appear to have dissuaded many high multinationals from retrenching, and are likely to support future growth.

18Ces documents mettent ainsi en exergue le caractère jugé déloyal de la concurrence du Sud mais aussi ce qui est perçu comme un trop grand légalisme de Londres, qui impose à la Province de respecter des règlements communautaires dont la République semble s’affranchir sans conséquence majeure. Cette dernière critique, même si elle n’est qu’implicite, représente un réalignement idéologique considérable. Elle revient à juger Londres, ce qui était jusque-là totalement impensable, et ce à l’aune de son efficacité comme simple adjuvant pour limiter au mieux le retard pris sur le Tigre, ce dernier étant promu en son lieu et place à la dignité d’élément ultime de référence.

Un ancrage britannique remis en cause

19Appartenir au Royaume-Uni n’est pourtant pas sans avantage pour la Province, ne serait-ce qu’en raison de l’ampleur - déjà notée - des transferts financiers, ce qu’illustre le tableau 3 ci-dessous comparant les deux Irlandes pour les ressources des ménages.

Tableau 3 : Origine des ressources des ménages dans les deux Irlandes

Données 2003 (en pourcentage)

Irlande

du Nord

République d’Irlande 

Salaires

62

67

Transferts de l'Etat

22

12

Autres

16

21

  • 33  En 1999, pour éviter de perdre complètement ses subventions communautaires en raison de sa nouvell (...)
  • 34  Ces données ne sont pas publiées à l’échelle du district (26 en Irlande du Nord), qui serait la se (...)

20Cette importance des transferts est telle que l’écart entre les revenus disponibles in fine se réduit à 8 % seulement de part et d’autre de la Frontière, ce qui correspond à peu près exactement au coût plus élevé de la vie dans la République. Le niveau de vie moyen des habitants de la Province est donc équivalent à celui des citoyens du Tigre, pour une contribution individuelle plus modeste. De plus, la Frontière se trouve bordée par la région la moins prospère de la République33 (la région NUTS 1 Border, Midland and Western), dont le revenu disponible est inférieur de 16,5 % à la moyenne de l’Eire, et donc de 8,5 % à celle de l’Irlande du Nord. Il faudrait en toute rigueur minorer ce dernier point par le fait que les territoires frontaliers de la Province sont également moins développés que la moyenne de ce territoire, mais ceci est très difficile à quantifier34. Ce facteur ne saurait de toute façon jouer qu’un rôle limité, dans la mesure où nous examinons ici le revenu disponible après transferts et non la production brute de richesse.

21Par ailleurs, l’effort consenti par Londres ne se limite pas à un simple soutien que l’on pourrait qualifier de social, mais concerne également l’appareil productif, ce qu’atteste l’examen des taux régionaux de croissance pour 2003 (cf. tableau 4 page suivante). Assez significativement, les plus fortes croissances s’observent d’une part dans les trois régions où la production de richesse est de loin la plus grande (South-East, Eastern et London) et, d’autre part, dans les trois régions qui sont de loin les moins prospères du Royaume, mais qui bénéficient à ce titre d’un engagement important de l’Etat.

22Ce dernier est devenu possible grâce à la conjonction de trois facteurs : une prospérité générant des ressources disponibles à la redistribution, une lente conversion des élites britanniques à la planification et au développement régional et, enfin, un volontarisme particulier envers les ‘Celtic Fringes’ au titre de l’accompagnement des trois Dévolutions, qui constituent ensemble - fût-ce à des degrés divers - un projet politique majeur de l’actuel Premier Ministre Tony Blair. En Irlande du Nord, une telle croissance régionale laisse espérer, sinon un rattrapage, du moins une stabilisation qui permette de mieux profiter de l’expansion globale du Royaume, d’autant qu’elle se manifeste depuis le début de l’actuelle décennie.

Tableau 4 : Croissance régionale au Royaume-Uni en 2003

2003

 %

Wales

South East

3,2

2,9

2,6

United Kingdom

Northern Ireland

Eastern

2,4

2,3

North East

London

2,2

2,0

Scotland

1,6

North West

1,3

South West

1,1

West Midlands

1,1

East Midlands

1,0

Yorkshire & the Humber

0,7

  • 35  Certains entrepreneurs s’en tiennent à une ligne strictement unioniste, en économie comme en polit (...)

23En offrant aux acteurs locaux - pour la première fois sans doute - des marges de manœuvre, cette croissance régionale leur permet de poser la question de la stratégie - et donc du modèle - à suivre. Un nouveau paradoxe réside dans le fait qu’un tel choix est devenu possible grâce à l’assistance massive de Londres, mais qu’il ne peut actuellement que s’opérer en faveur du Tigre35, dans la mesure où la proximité de ce dernier est perçu d’abord comme une formidable chance, à saisir d’autant plus vite que nul ne sait combien de temps une telle fenêtre d’opportunité va demeurer ouverte. En effet, malgré son ralentissement à la fin des années 1990, le Celtic Tiger a pu afficher en 2004 encore le quatrième taux de croissance au monde, derrière les deux Chines et la Corée du Sud.

24 Son éclatante prospérité l’emporte de très loin sur la simple bonne santé de l’économie britannique, ce qu’illustre le tableau 5 ci-dessous qui compare les rangs respectifs de l’Eire et du Royaume-Uni au sein de l’Union à Vingt-cinq, pour un ensemble d’indicateurs économiques. Ces indicateurs ne sont pas regroupés par thème mais classés par importance décroissante de l’avantage irlandais sur le Royaume-Uni, sauf les deux derniers car ils vont ensemble.

Tableau 5 : Indicateurs économiques de l’Eire et du Royaume-Uni au sein de l’Union Européenne à 25 membres

Eire

Royaume-Uni

EU 25

Écart de 

Année 2003

Valeur

Rang

Valeur

Rang

Valeur

rang

 %

/ 25

 %

/ 25

 %

UK/IRL

Formation de capital / PIB

28,2

2

16,3

24

19,2

22

Exportations / PIB

83,7

3

25,4

23

35,9

20

Investissements étrangers / PIB

17,7

2

1,2

19

1,7

17

Importations / PIB

68,2

6

28,3

23

34,6

17

Adultes vivant dans un ménage sans salaire

8,5

11

11,2

21

10,2

10

Excédent ou Déficit budgétaire / PIB

+ 0,1

8

- 3,3

16

- 2,8

8

Personnes de 25-34 ans ayant le niveau Bac

39,4

3

34,6

9

24,8

6

PIB/habitant (à parité de pouvoir d'achat)

132,5

2

118,5

6

100

4

Taux de chômage (2004)

4,4

2

4,7

5

9,0

3

Dette publique / PIB

32,0

6

39,8

8

63,3

2

Taux de chômage de longue durée

1,5

8

1,1

6

4,0

- 2

Dépenses pour l'éducation / PIB (2001)

4,4

20

4,6

17

5,1

- 3

Taux d'emploi entre 55 et 64 ans

49,2

8

55,5

3

40,2

- 5

Dépenses de Rech. & Développement / PIB

1,1

15

1,9

9

1,9

- 6

Dépenses sociales et d'éducation / PIB

26,6

22

39,8

11

40,9

- 11

Personnes en risque de pauvreté :

   - hors tout soutien social

34

25

26

19

nd

- 6

   - malgré le soutien social

21

25

18

22

nd

- 3

25L’écart est particulièrement remarquable pour les quatre grands agrégats qui caractérisent l’ouverture de l’économie : exportations, importations, investissements étrangers et formation de capital. Il est également très favorable pour l’ensemble des autres indicateurs macro-économiques : PIB par habitant, excédent budgétaire et modestie de la dette publique. Les résultats sont certes bien plus partagés sur le plan social, mais ceci ne fait que traduire le faible intérêt traditionnel des gouvernements successifs de la République pour cette dimension. À la limite même, la faible redistribution afférente est l’un des facteurs qui rend possible la très attractive fiscalité d’entreprise qui est le moteur même du Tigre.

26Cette faiblesse de l’investissement social apparaît immédiatement à la lecture de ce tableau, mais elle est pourtant négligée par des Nord-Irlandais qui sont d’abord fascinés par la transformation de leur voisin. Un tel scotome peut surprendre, mais il s’inscrit dans une perspective plus large qui le rend compréhensible : l’économie américaine, point toujours central de comparaison et d’autant plus scrutée qu’elle est le moteur de l’économie-monde, est également plus prospère que celle du Royaume-Uni et, surtout, ses investissements en Écosse sont devenus significatifs. On connaît par ailleurs le suivisme du nouvel Exécutif autonome d’Édimbourg envers le gouvernement de Dublin. La Province est donc objectivement entourée de territoires bien plus prospères qu’elles, à l’unique exception du Pays de Galles, et qui sont liés entre eux par des réseaux financiers qui ne l’intègrent pas. Il en résulte un fort sentiment d’exclusion, qui se surajoute d’autant plus facilement aux frustrations politiques que les dividendes de la paix tardent à venir. Ce sentiment est particulièrement sensible chez les Ulster-Scots, pour qui la dimension impériale était fondamentale et qui doivent s’adapter au passage d’un Ulster tête de pont du Royaume à une Irlande du Nord relatif angle mort de l’économie atlantique.

27Dans ce contexte, la compétition est double : d’une part avec la République pour tenter de lui arracher les entreprises déjà installées sur son sol, d’autre part avec l’Écosse (et dans une moindre mesure les autres régions britanniques) pour attirer celles qui veulent maintenant se développer en Europe.

Conclusion

  • 36  Appelées encore activités de la reproduction simple, le terme d’activités « banales » regroupe tou (...)
  • 37  Numéro 30-1, printemps 2005, p. 107.

28Les objectifs de l’Irlande du Nord sont clairement définis, et figurent constamment dans toutes les analyses publiées depuis la fin des années 1990 : d’une part développer le secteur privé et attirer des activités à haute valeur ajoutée, d’autre part former la population à ces emplois de qualité, réduire le déclin jugé inévitable des activités banales36 pour continuer à fournir des emplois non qualifiés à une population en croissance. Mais de tels objectifs sont également contradictoires. Les premiers imposent de suivre au plus près le Tigre, les seconds d’obtenir de Londres des fonds encore plus importants que ceux qui sont déjà consentis. Ce dilemme est exprimé sans ambages par Martin Mansergh, qui fut l’un des principaux négociateurs des Accords de Paix pour la République, dans un entretien accordé à la revue Études Irlandaises37 :

If the Irish economy keeps booming, Northern Ireland will have to choose between the Union and its poor economic results and reunification with one of the most successful economies in Europe.

  • 38  Ibid., même page.

29Le caractère implacable de cette déclaration est d’autant plus frappant que son auteur est un diplomate de haut rang. Martin Mansergh38 venait d’ailleurs de rappeler aux Nord-Irlandais, plus sèchement encore, que l’histoire a tourné et que la vieille « Question Irlandaise » était devenue à son sens leur problème :

It is no accident that partition happened when the economic gap between the North-East and the rest of Ireland was at the maximum. The economic requirements of the North-East were completely different from what Sinn Fein wanted to create and one of the reasons for nationalist anti-partitionism was the economic loss partition represented. But this reality has changed. Now, Northern Ireland is irrelevant to the Celtic Tiger economy (c’est nous qui soulignons).

Haut de page

Bibliographie

Bradley, J. ; Birnie, E. - Can the Celtic Tiger cross the Irish Border ?, Cork : University Press, 2001.

Cauvet, P. - « Interview with Martin Mansergh », Etudes Irlandaises, 30, 2005, pp. 103-107.

Central Statistics Office Ireland. - Statistical Yearbook of Ireland 2004, Dublin : Stationary Office, 2004.

Central Statistics Office Ireland. - Measuring Ireland’s Progress 2004, Dublin : Stationary Office, 2005.

Chaline, C. ; Papin, D. - Le Royaume-Uni ou l’exception britannique, Paris : Ellipses, 2004.

Commission Européenne. - Synthèse du Cadre communautaire d’appui Irlande du Nord 2000-2006, Pour une société plus paisible, plus prospère et plus stable, Luxembourg : Office de Publication des Communautés européennes, 2003.

Department of Enterprise, Trade and Investment. - Strategy 2010, Belfast : Dep. of enterprise, trade and investment, 1998.

Department of Enterprise, Trade and Investment.. - Comparative Analysis, Forecasts and Monitoring of the Northern Ireland Economy, Belfast : Dep. of enterprise, trade and investment, 2004, 4 volumes.

Department of Enterprise, Trade and Investment. - The Northern Ireland Economic Bulletin, Belfast : Dep. of enterprise, trade and investment, 2004.

Donnan, H. ; McFarlane, G. - Culture and Policy in Northern Ireland, Belfast : Queen’s University Press, 1997.

Eurostat. - Régions : annuaire statistique 2003, Luxembourg : Office de Publication des Communautés européennes, 2003.

Greer, J. ; Murray, M. - Rural Planning & Development in Northern Ireland, Dublin : Institute of Public Administration, 2003.

Groutel, A. - La coopération économique entre les deux Irlandes, Caen : Presses Universitaires, 2003.

Kearns, G. - « Nation, Empire and Cosmopolis : Ireland and the Break with Britain », in : Geographies of British Modernity : space and society in the twentieth century / edited byDavid Gilbert, David Matless and Brian Short, Oxford : Blackwell, 2003.

McMahon, M. - Government and Politics of Northern Ireland, Newtownards : Colourpoint, 2002.

Northern Irland Statistics & Research Agency, Central Statistics Office. - Ireland, North and South, A Statistical Profile, Belfast / Dublin, 2003.

Peyronel, V. - Économie et conflit en Irlande du Nord, Paris : Ellipses, 2001.

Haut de page

Notes

1  Devant les manœuvres jugées dilatoires de l’IRA pour repousser son désarmement et la découverte de matériel d’espionnage au profit de l’IRA dans le bureau d’un député du Sinn Fein, le First Minister David Trimble, soumis à une forte pression de sa base, décida de démissionner. Londres suspendit en conséquence les institutions autonomes le 14 octobre 2002, pour la quatrième fois depuis leur création.

2  Le 28 juillet 2005.

3  Le 26 septembre 2005, par son Président le Général John de Chastelain, ancien chef d’état-major de l’armée canadienne.

4  Le 5 octobre 1968, la NICRA (Northern Ireland Civil Rights Association, fondée l’année précédente) organisa une marche pacifique vers (London)Derry qui fut violemment attaquée par le police Nord-Irlandaise sous le regard des caméras de télévision. Cet évènement est généralement retenu comme le début des ‘Troubles’.

5  Ceci est particulièrement vrai des Unionistes. David Trimble, ancien First Minister et Prix Nobel de la Paix pour sa contribution au Processus de Paix, fut lui-même battu. Son Parti, l’Ulster Unionist Party, ne put conserver qu’un seul des six sièges dont il disposait précédemment à Westminster. Avec neuf sièges, le Democratic Unionist Party du pasteur Paisley a désormais le quasi-monopole de la représentation protestante.

6  Leader historique des Unionistes intransigeants, le révérend Ian Paisley fut à l’origine d’une scission précoce de l’ancien Unionist Party. Son Democratic Unionist Party fut ainsi présent dès les élections générales d’octobre 1974.

7  Les 10 et 11 septembre 2005, à la suite de rumeurs faisant état d’un accord entre l’RA et le gouvernement ainsi que de la volonté de ce dernier de désarmer les paramilitaires protestants.

8  Les meurtres sectaires, s’ils ont considérablement diminué, n’ont pas cessé. Ainsi celui d’un Protestant en août 2005, par un membre d’un autre groupe paramilitaire unioniste.

9  Ce terme, d’usage courant sur place, permet notamment aux Unionistes d’éviter toute référence à l’Irlande.

10  Evans, E., The Personality of Ulster, Belfast : Telegraph Centenary Edition, 1970.

11  Si les Nationalistes, en faveur de la réunification de l’Irlande, recrutent essentiellement dans la minorité catholique (40 % de la population au recensement de 2001), les deux groupes ne coïncident pas exactement. Certains Protestants, rares il est vrai, sont Nationalistes alors qu’une partie des Catholiques est favorable - dans l ‘état actuel des choses au moins - au statu quo institutionnel.

12  Deux milliards et sept cent millions d’euros pour la période 2000-2006, soit environ 125 £ par an et par habitant, sur la base d’une population moyenne d’un million huit cent mille habitants et d’un taux de change moyen d’une livre et demi pour un euro.

13  De même, Unioniste et Protestant ne sont pas des termes rigoureusement synonymes. Ils se recouvrent toutefois bien davantage que Catholique et Nationaliste.

14  Le gouvernement autonome mis à en place à l’issue de la Partition bénéficia tout d’abord d’une très large autonomie, qui lui permit de mettre en place « The Discriminatory Exercise of Power » (Brennan, Paul, The Conflict in Northern Ireland, Paris, Longman, 1991, p. 25). Il fut suspendu en mars 1972, devant son incapacité à gérer la montée des « Troubles », par le gouvernement britannique qui appliqua alors la « Direct Rule ». Aucun gouvernement ultérieur n’aura plus une telle liberté.

15  Greer, J. ; Murray, M. - Rural Planning & Development in Northern Ireland, Dublin : Institute of Public Administration, 2003, 323 p.

16  Terme forgé en 1994 par un journaliste états-unien et qui devait avoir une fortune inouïe en Irlande même.

17  Le taux de chômage était de 4,8 % en février 2005.

18  Cette idée était également odieuse à l’IRA, car elle stigmatisait la collusion de deux pouvoirs jugés illégitimes. Les rares projets communs, telle la première ligne électrique reliant les deux réseaux, furent les cibles privilégiées d’action de sabotage.

19  Drainage et exploitation de la rivière Erne (1950), Pêcheries de la Foyle (1952).

20  Groutel, A. - La coopération économique entre les deux Irlandes, Caen : Presses Universitaires, 2003, p. 30.

21  Ibid., p. 48.

22  En 2001, deux économistes irlandais écrivèrent ensemble un ouvrage intitulé « Can the Celtic Tiger Cross the Irish Border ? ». On peut y lire page 18 sous la plume de John Bradley, de Dublin : « These [Structural Funds] are between five times (including CAP subsidy payment) and nine times (excluding them) smaller per person than the NI subvention ». Pour sa part, Esmond Birnie, de Belfast, écrivit page 50 : « There is no doubt (especially when the impact of the Common Agricultural Policy is included) that the Republic of Ireland has derived substantial benefits in terms of transfers from the EU and to a much greater extent than Northern Ireland. »Un telle divergence d’appréciation, par deux universitaires réputés et dans un ouvrage commun, laisse augurer de la vigueur du débat partisan

23  L’influence directe de Londres se manifeste désormais dans une enveloppe d’environ 200 kilomètres, et englobe donc les Midlands de l’Est, la quasi-totalité du Sud-Ouest et une large moitié des Midlands occidentales.

24  Autour notamment de Newcastle, Sunderland et Middlesbrough.

25  L’Irlande du Nord a été érigée en région, tout comme l’Écosse et le pays de Galles, l’Angleterre pour sa part n’en constitue pas moins de neuf : South West, South East, London, East of England, West Midlands, East Midlands, Yorkshire and the Humber, North West et enfin North East.

26  Cette importance semble appelée à décroître sensiblement, avec l’ouverture en 2003 et 2004 de plusieurs magasins de chaîne (B&Q, Debenhams, etc...).

27  La Nomenclature des Unités Territoriales Statistiques de l’Union Européenne recense trois niveaux de régions. Au Royaume-Uni, les douze régions-programmes constituent le niveau NUTS 1.

28  Ce trait se remarque des deux côtés de la Frontière.

29  Il faut ainsi deux heures et demi en train, et jusqu’à trois heures en car, pour couvrir les 120 kilomètres qui séparent (London)Derry de Belfast.

30  Une telle importance de la PAC constitue un point de divergence majeure avec le gouvernement de Londres ainsi qu’un facteur de convergence avec l’Eire. Lors des crises de la « vache folle » et de la « fièvre aphteuse », les éleveurs de la Province avaient demandé que leurs troupeaux sont considérés comme « Irlandais » et non comme « Britanniques ».

31  Par leur recrutement d’ouvriers qualifiés en quasi-totalité Protestants, les chantiers Harland & Wolff représentaient l’aristocratie ouvrière de la Province. Ils avaient été l’un des cœurs de la grève générale qui mit fin en 1974 à une première tentative de Power-sharing.

32  Belfast, Department of Enterprise, Trade and Investment, 2003, vol. 1, p. 8.

33  En 1999, pour éviter de perdre complètement ses subventions communautaires en raison de sa nouvelle prospérité, la République accepta de constituer deux euro-régions NUTS 1 : Southern and Eastern d’une part, Border, Midland and Western de l’autre. Cette dernière fut délimitée pour circonscrire un territoire tout juste assez en retard alors pour rester quelques temps encore éligible aux fonds structurels de l’Europe.

34  Ces données ne sont pas publiées à l’échelle du district (26 en Irlande du Nord), qui serait la seule pertinente ici.

35  Certains entrepreneurs s’en tiennent à une ligne strictement unioniste, en économie comme en politique, mais ils sont minoritaires.

36  Appelées encore activités de la reproduction simple, le terme d’activités « banales » regroupe toutes celles qui contribue à l’entretien et au renouvellement de la force de travail et des individus en général : commerce et services de proximité, enseignement obligatoire, médecine de base, etc... .

37  Numéro 30-1, printemps 2005, p. 107.

38  Ibid., même page.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Valeur ajoutée par habitant de quatre des douze régions du Royaume-Uni, 1971-2001
URL http://osb.revues.org/docannexe/image/582/img-1.png
Fichier image/png, 587k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Brillet, « Quel modèle pour l’Irlande du Nord ? », Observatoire de la société britannique, 1 | 2006, 261-278.

Référence électronique

Philippe Brillet, « Quel modèle pour l’Irlande du Nord ? », Observatoire de la société britannique [En ligne], 1 | 2006, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://osb.revues.org/582 ; DOI : 10.4000/osb.582

Haut de page

Auteur

Philippe Brillet

Docteur en géographie, chercheur à l'université de la Méditerranée

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org