Navigation – Plan du site

Multiculturalisme et régionalisme : les apories d’une identité britannique au pays de Galles

Olivette Otele
p. 49-64

Résumé

S'étant positionné d'emblée comme le défenseur d'une identité britannique multiculturelle, le New Labour n'est plus depuis un certain nombre d'années le porte drapeau d'une Grande-Bretagne plurielle. Les élections locales au pays de Galles ont montré que le parti traditionnellement associé à la lutte pour une autonomie galloise, Plaid Cymru, fait de plus en plus écho aux revendications des minorités ethniques. Pourtant, le New Labour domine encore le paysage politique gallois. Dans ce contexte post 9/11, 7/7 et dans lequel l'assemblée régionale galloise entend promouvoir une identité régionale, la question des minorités ethniques reste tendancieuse. Il s'agira dans cette étude de tenter de comprendre d'une part ce qu'être Britannique, Gallois et Noir (Black Welsh British) signifie aujourd'hui et d'autre part de voir dans quelle mesure la question des minorités raciales dans les régions autonomes ne constitue pas le talon d'Achille de la politique multiculturaliste du Parti travailliste.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Otele, O. Newport, South Wales : An Example of Post-Industrial development ?, Mémoire de Maîtrise, (...)

1La lutte pour une grande autonomie régionale a bien souvent occulté la question relative à la place des minorités ethniques au pays de Galles. Une fois la dévolution obtenue en 1999, les collectivités territoriales se sont tournées vers les questions qui semblaient être les plus pressantes, à savoir l’impact social et économique que pouvait avoir la fin de l’industrie de l’acier sur certaines régions du pays de Galles1. La diversité ethnique, qui était déjà une réalité en Grande-Bretagne depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale avec l’arrivée de ceux que l’on appelait la Windrush Generation, prend un tournant nouveau avec l’ascension au pouvoir du parti travailliste emmené par Tony Blair. Le parti se lance dans des mesures destinées à favoriser l’insertion de communautés minoritaires et autres groupes jusqu’alors marginalisés. Une politique dite multiculturelle est lancée. Au pays de Galles, le paysage politique marqué par la domination du Welsh Labour Party et de Plaid Cymru, le parti travailliste gallois et le Parti nationaliste gallois, est également influencé par cette politique multiculturelle. Les dirigeants en place doivent dès lors s’intéresser de manière active et visible aux exigences des minorités ethniques du pays de Galles. Ces tentatives d’inclusion se font non sans certaines difficultés.

  • 2  Parekh, Bhikku, Report of the Commission on the Future of Multi-Ethnic Britain, London : Profile B (...)

2Afin de comprendre de quelle manière la politique multiculturelle est introduite en Grande-Bretagne nous sommes partis du Parekh Report2, publié en 2000. Le rapport souligne qu’un changement s’est amorcé depuis les trente dernières années. Ce changement, « changing face of Britain », a été déterminé par des facteurs clés comme les courants migratoires, la dévolution, la mondialisation, la fin de l’Empire, une pluralité culturelle qu’on ne peut plus ignorer, et enfin l’appartenance à l’Union Européenne. Le rapport fait état d’une narration hégémonique de l’histoire britannique qui serait le reflet d’un racisme hérité de l’Empire. Cette narration contestable a donné lieu à une définition de l’identité britannique qui est maintenant obsolète car peut représentative des changements qui ont lieu depuis trente ans. La commission qui a travaillé sur ce rapport a dressé un bilan de la situation mais a aussi insisté sur « the future of Multi-Ethnic Britain », c’est-à-dire sur un travail qui doit être fait pour améliorer les relations entre communautés minoritaires et majoritaires.

3Concrètement, le rapport souligne qu’il faut revoir la manière dont l’histoire est écrite et racontée. Il s’agit par exemple de faire un travail sur les organismes qui jouent un rôle important dans le processus de narration. Inspiré directement des études culturelles ou « cultural theories », les processus de narration doivent être compris comme étant tous les domaines qui touchent au champ discursif tel que défini par Michel Foulcault. S’agissant, par exemple, de l’éducation, le rapport recommande la réévaluation des programmes scolaires. Les musées sont aussi concernés ; il est nécessaire de s’intéresser aux multiples voix en incluant les histoires ou l’histoire des communautés qui constituent la nation. La monarchie et la presse doivent aussi refléter ces changements.

Britannicité : querelles et enjeux

  • 3  Weedon Chris, Identity and Culture : Narratives of Difference and Belonging, Maidenhead : Open Uni (...)
  • 4  MacPherson, Sir William of Cluny, The Stephen Lawrence Inquiry, London : The Stationery office, 19 (...)
  • 5  Weedon, op. cit., p. 33.

4 La réaction du parti conservateur à ce rapport a été très virulente. La presse soutenant les conservateurs a pris le relais. Chris Weedon3 a étudié la manière dont le discours d’opposition se met en place et évolue au fil des semaines qui suivent la publication du rapport en octobre. Pour Chris Weedon, trois stratégies voient le jour et se succèdent – puis se recoupent. Dans un premier temps, les journalistes du Daily Telegraph sont outrés par ce qu’ils considèrent comme des accusations ridicules contenues dans le document. Ce rapport donne aussi à l’Opposition la possibilité de revenir sur le rapport MacPherson4. « The suggestion that Britain was a country in which racism was wide spread – which emerged in the wake of the MacPherson Report into the death of Stephen Lawrence – was wrong »5. Le 10 octobre 2000, le Daily Telegraph poursuit ses attaques et se fait le relais de l’opinion de deux parlementaires de droite, Lord Tebbit et Gerald Howarth. La stratégie adoptée par le journal et reprise par les deux hommes vise à minimiser l’importance de la population minoritaire. Tebbit et Howarth considèrent par exemple que ce rapport est un « affront extraordinaire » pour les 94 % de la population qui n’appartiennent pas à la minorité ethnique britannique. Weedon souligne, par ailleurs, que ce discours reflète un changement intéressant du parti conservateur par rapport au discours d’Enoch Powell en 1968. Rappelons que Powell craignait que la Grande-Bretagne blanche ne soit submergée par les « non-Blancs ». La troisième stratégie consiste à se servir des termes communément utilisés par le parti travailliste, mais d’une manière négative. Le journaliste Tom Utley écrit dans la Wednesday Column du Daily Telegraph du 11 octobre que le rapport est « offensive to blacks and whites alike ». Utley poursuit en écrivant :

  • 6  Ibid., p. 34.

They would force television companies to appoint staff according to the colour of their skin, rather than their ability to read the news or to present a game show. They would have my sons describe a friend as ‘Afro-British’ rather than ‘the fat one with specs’. Most wickedly of all, they would like to rewrite British history, and to ‘jettison’ whole chapters of it because so much of it is about white people.6

5Le lendemain, Boris Johnson, un autre journaliste du Daily Telegraph, accuse les auteurs d’avoir utilisé l’argent des contribuables à des fins personnelles. William Hague chef du parti conservateur intervient dans le Daily Telegraph :

I believe the commission and by extension New Labour could not be more wrong in describing ‘Britishness’ as racially coded. Britain is not a racial group. It is a nation forged from different peoples, from the Scots, the Welsh, the English and the northern Irish and from millions of people who have come to our shores from around the world to share in our national life.

6Le ton est lancé chez les Conservateurs : il s’agit de se tourner subtilement vers le débat qu’on a tenté d’éviter, c’est-à-dire de lier la question de l’identité britannique - ou Britishness - à celle du multiculturalisme. Il n’est pas question de parler de race ou de couleur mais on sollicite un athlète, Daley Johnson. Il apparaît sur une photo sur laquelle il porte les couleurs britanniques ; sous la photo on peut lire « it’s ridiculous ». On décrit pourtant Johnson comme le fruit de la mixité raciale puisqu’il est né d’un père nigérian et d’une mère écossaise. Johnson explique aussi pourquoi il est si fier d’être britannique. Ce débat se poursuit par journaux interposés pendant quelques mois. Au terme de la polémique, les mots comme inclusion, multiculturalisme, diversité et bien d’autres du même registre sont employés aussi bien par les Conservateurs que par le parti travailliste. Ce dernier s’est donc positionné comme le principal défenseur du multiculturalisme.

7 La discussion sur l’identité britannique continue mais elle prend un nouveau tournant après les attentats qui ont lieu aux États-Unis le 11 septembre 2001. Le gouvernement de Tony Blair adopte un certain nombre de mesures de sécurité qui divisent l’électorat travailliste. La Stop and Search Policy, par exemple, qui autorise la police à arrêter et à fouiller des personnes, est très controversée, d’autant plus que les groupes de protections des droits de l’homme comme la Commission for Racial Equality constatent rapidement que ce sont des représentants des minorités ethniques qui sont le plus souvent visés. La méfiance à l’égard de la police après la publication du MacPherson Report est ravivée. Le MacPherson Report fait suite à un crime raciste perpétré par des jeunes blancs sur un jeune noir et pour lesquels les délinquants n’ont pas pu être condamnés en raison de certaines négligences de procédure commises par la police. Au terme de cette enquête, est établi l’existence d’un racisme institutionnalisé dans les services de police du pays.

8D’autres mesures contestées sont prises par le gouvernement au pouvoir. Il s’agit par exemple en 2003 d’une mesure destinée à encourager une immigration blanche. Au Home Office, on déclare avoir besoin de 20 000 travailleurs non qualifiés mais le gouvernement choisit d’ouvrir les frontières gratuitement aux pays de l’Europe de l’Est alors que jusqu’à présent la Grande-Bretagne se tournait vers les pays du Commonwealth pour fournir ce type de main d’œuvre. Le gouvernement va jusqu’à instaurer des frais de dossiers importants pour les ressortissants du Commonwealth. Sous une clause appelée Section 55 of Asylum Policy, en 2003 l’aide accordée aux demandeurs d’asile déjà présents dans le pays est retirée à 1000 personnes appartenant pour la plupart aux minorités ethniques. Le gouvernement de Tony Blair durcit sa position face aux droits accordés aux communautés musulmanes originaire d’Asie, du Moyen Orient et d’Afrique de l’Est après les attentats des 7 et 21 Juillet 2005 à Londres. Ces mesures remettent en question, d’après certains membres de l’électorat travailliste, l’engagement que le Labour Party a pris de soutenir le multiculturalisme. S’agit-il pour autant de conclure que pour ces minorités, être britannique fluctue en fonction de la politique de divers partis ? Il faut comprendre, comme le soulignait Stuart Hall, que la question de l’identité des uns et des autres est très complexe :

  • 7  Hall, Stuart, ‘Cultural Identity and Diaspora’, in J. Rutherford (ed.) Identity, Community, Cultur (...)

What recent theories of enunciation suggest is that, though we speak, so to say 'in our own name', of ourselves and from our own experience, nevertheless who speaks, and the subject who is spoken of, are never identical, never exactly in the same place. Identity is not as transparent or unproblematic as we think. Perhaps instead of thinking of identity as an already accomplished fact, which the new cultural practices then represent, we should think, instead, of identity as a 'production', which is never complete, always in process, and always constituted within, not outside, representation.7

9Hall démontre que l’identité est sans cesse en construction mais elle se construit dans un système qui va l’atrophier ou pas. Elle se construit aussi par rapport à la manière dont elle est représentée. Le champ discursif et les politiques de représentation mis en place vont aussi avoir un impact sur cette identité non pas à la manière d’un miroir déformant mais parce que l’identité se construit sur la différence.

Cultural identities are the points of identification, the unstable points of identification or suture, which are made, within the discourses of history and culture. Not an essence but a positioning. Hence, there is always a politics of identity, a politics of position, which has no absolute guarantee in an unproblematic, transcendental 'law of origin'.

10 L’analyse de Stuart Hall est fondée sur l’expérience des communautés jamaïcaines. Il serait intéressant de voir de quelle manière ces modèles théoriques fonctionnent dans le cas du pays de Galles et l’articulation entre identité nationale et identité ethnique.

Identité régionale et nationalisme

11L’association du Plaid Cymru à la question galloise est fréquente dans la mesure où ce parti nationaliste se veut le défenseur des valeurs et des intérêts gallois. Le nationalisme revendiqué par ce parti est pourtant le fruit d’une lutte politique longtemps menée aussi bien par le parti travailliste gallois que par les partis qui ont précédé Plaid Cymru. Mais avant de s’intéresser à ces deux partis politiques, il serait utile de se demander ce que sous tend le terme « nationalisme gallois ». Qu’est ce qui fait sa particularité ? David L. Adamson est parti du travail théorique de Gramsci et d’Althusser pour montrer que le terme nationalisme doit aussi être appréhendé dans un contexte de lutte des classes même s’il ne doit pas être réduit à cela. Il n’y aurait pas de définition atemporelle ni universelle du nationalisme. Dans le contexte gallois, c’est surtout au 19e siècle que lutte des classes et nationalisme se rejoignent. En effet, la transition entre une société féodale et les prémices du capitalisme se fait au 19e siècle au pays de Galles. Un sentiment national naît de ces transformations. Une nouvelle bourgeoisie apparaît et dominent peu à peu une élite composée de propriétaires terriens. Dans le même temps on a assisté à une lutte entre les milieux rural et urbain. Ces luttes se soldent par la victoire de ceux que l’on a nommés, les tenanciers libéraux et les bourgeois libéraux (Nonconformist tenantry and Nonconformist Bourgeoisie).

  • 8  Morgan, O. Kenneth, Rebirth of a Nation : Wales 1880-1980, Clarendon and Cardiff : Oxford and Univ (...)

12Kenneth O. Morgan a analysé la manière dont l’élite galloise du 19e siècle exilée à Londres forme Cymru Fydd Society dont la première branche galloise est inaugurée en 1861 à Barry8. Cymru Fydd, devenu un parti politique, s’implante dans le nord et le sud du pays de Galles grâce à quelques alliances comme par exemple avec la North Wales Liberal Federation. Le parti prône une prise de distance par rapport aux décisions prises à Westminster. Il faut donner la priorité au Home Rule policy. Vers la fin du siècle, le mouvement se démantèle car cette idée selon laquelle le nationalisme s’érige comme une idéologie et comme le reflet d’une lutte des classes ne fonctionne plus. Le sud-ouest du pays a des préoccupations économiques qui priment sur toute forme de nationalisme voire d’indépendantisme d’après Adamson.

  • 9  Adamson, op. cit., p. 123.

Despite its appearance in the rhetoric of the early Labour movement, the question of Welsh independence failed to achieve any serious political attention until the foundation of Plaid Cymru in 1925…Nationalism as ideological cement between an indigenous bourgeoisie and working class was redundant: nationalism was no longer articulated with class struggle.9

  • 10  Par Kenneth Morgan, David Adamson et bien d’autres.

13L’ascension de Plaid Cymru a été largement documentée10. Nous retenons quelques uns des points significatifs concernant la stratégie adoptée par le parti depuis sa création pour toucher un électorat plus important. Juste avant la Seconde Guerre mondiale, le parti concentrait ses efforts sur la question de l’apprentissage de la langue, une célébration des traditions rurales galloises marquée par une nostalgie pour l’époque précédant la période industrielle. Ce modèle attire peu pendant le conflit d’autant plus que l’admiration du parti pour le groupe Action Française mets quelques adhérents dans une situation inconfortable. Après la guerre, Plaid Cymru renaît timidement de ses cendres et regagne une faible partie de l’électorat qu’il avait perdu pendant le conflit. C’est pourtant le parti travailliste qui domine le paysage politique après la Seconde Guerre mondiale, et le déclin se poursuit pour le parti nationaliste gallois.

14Les résultats du référendum de 1979 marquent un moment difficile car il révèle que le pays de Galles ne se dirige pas vers la dévolution. Trois ans plus tard, fort de cette leçon, Plaid Cymru change ses priorités. La langue galloise parlée par une minorité de gallois n’est plus la clé de voûte du parti. Les préoccupations sociales et économiques sont en première ligne. Pourtant, la question du multiculturalisme devient incontournable après l’arrivée au pouvoir de Tony Blair en 1997.

La question noire au pays de Galles : exclusion et myopie historique

15 Avant de faire le lien entre Plaid Cymru et les minorités ethniques, il est nécessaire de s’intéresser à la question de l’identité culturelle et à sa définition. Qu’en est-il d’autres formes de marqueurs identitaires comme l’identité ethnique et raciale ? Ces deux derniers points influent-ils sur la définition de l’identité culturelle ? Il est commun de classifier les minorités ethniques selon des critères raciaux. Il est question par exemple dans les recensements britanniques de White, Black and Other. Sous ces labels, on trouvera des précisons telle que : White Welsh, White English, Black Welsh, Black English. Dans la catégorie Black on trouve aussi, Black Caribbean ou Black African. La provenance géographique des descendants est aussi importante que la manière dont la personne se définit par rapport à ces influences culturelles. On peut être de descendance africaine, noire et se définir comme étant gallois. Par conséquent, l’ethnicité ne tient plus seulement de la classification raciale même si cela reste une caractéristique fréquente mais à d’autres points comme par exemple la place du groupe dans la communauté dans laquelle on vit. On ne s’étonnera donc pas que les blancs de descendance irlandaise en Grande-Bretagne et au pays de Galles en particulier se considèrent aussi comme une minorité ethnique. Les Gallois considérés comme une ethnie pendant les siècles de domination anglaise, ont utilisé d’autres marqueurs identitaires comme par exemple la langue galloise. Considéré à la fois comme une région britannique mais aussi comme une nation à part entière, le pays de Galles envisage la question de l’ethnicité sous un angle particulier. En effet, cette question prend une valeur nouvelle dans un contexte de revendications à la fois nationale et ethnique comme le soulignait David L. Adamson.

  • 11  Adamson, L. David, Class, Ideology & the Nation : A Theory of Welsh Nationalism, Cardiff : Cardiff (...)

Ethnicity is based on the recognition by elements of a social group or collectivity that there exist certain features or characteristics shared by all members of that group. The characteristics are employed as criteria for identifying group membership and constructing a group identity. The criteria most commonly adopted include language, culture, religion, common history and residential pattern. Whilst racial characteristics may not feature visibly in the construction of an ethnic identity there is general assumption that members of an ethnic group have a common ancestry and cultural inheritance. An additional feature of ethnicity is that the perception of shared identity is not necessarily experienced by all members of the social group. Nationalism is a direct consequence of the existence of ethnicity and reflects attempts by ethnically conscious groups to secure or preserve the cultural and political integrity of the group.11

  • 12  Llwyn, Alan, Cymru DDU : Hanes Pobl Dduon Cymru/ Black Wales : A history of Black Welsh People, Ca (...)

16La question de la langue, de la religion et plus généralement de la culture galloises a très largement occulté un pan particulier de l’histoire galloise : la diversité raciale au pays de Galles. Les sources archéologiques établissent au IIIe siècle les premiers exemples de présence noire au pays de Galles. Un soldat romain nommé Numerianus enterré dans le cimetière de South Shields aurait possédé un esclave mauritanien. L’armée romaine composée de soldats africains a occupé pendant longtemps le pays de Galles comme l’atteste les sites de recherche de Caerleon dans le Gwent. On note la présence de musicien noirs sous le règne des Tudors et des Stuarts. C’est essentiellement au 17e siècle que cette présence prend une ampleur considérable à cause de l’implication des Iles Britanniques dans la traite transatlantique. L’arrivée de noirs dès ce moment est relativement constante jusqu’à l’Abolition en 1807. La période coloniale du 19e siècle est marquée par l’arrivée au pays de Galles d’Africains originaires de ce qui constituait l’empire britannique. La plupart était employée par la Royal Navy. Alan Llwyn12 a examiné la manière dont ces courants migratoires successifs ont affecté certaines régions du pays de Galles et de quelle manière cette présence est marquée par la violence et la souffrance, à quelques exceptions près. Llwyn note aussi que dans la majorité des cas, ces personnes se sont mariées avec les populations locales et au fil des générations, alors la présence noire se fait rare dans certaines régions. Dans les villes plus importantes comme Swansea, Cardiff ou même Newport, ces groupes ont constitué des communautés minoritaires.

17Cardiff Bay abrite la plus vieille communauté noire installée au pays de Galles. On comptait près de 53 nationalités à Cardiff Bay après la Seconde Guerre mondiale. Les nouveaux arrivants, Somaliens, Sri Lankais, Antillais, Irlandais et bien d’autres, rejetés dans la plupart des cas par la majorité blanche, se retrouvaient à Cardiff Bay. Les photographes Bert Hardy et Bert Lloyd ont publié des séries de photos présentant ces communautés de Cardiff Bay. Bert Lloyd décrivit ‘The Bay’ comme suit :

  • 13  Llwyn, p. 154.

It is reckoned that six thousand people live in the area. Some experts say there’s 80 % of coloured people, others put it at 30 %. Certainly most of the housewives are white, and most of the school-children half-caste. And you see more coloured men than any other, any time of the day or night… Most numerous are West Indians, West Africans, Arabs, Somalis. The North end area has many Greeks. The South end towards the docks gates, Spaniards live over solid shops selling binnacle lamps…And the core of that heart is the Negro population, who feel themselves as British as the next man, but who live on the under-side of race prejudice.13

  • 14  La chanteuse Shirley Bassey est née à Splott, près de Cardiff Bay.

18Malgré la renommée de Cardiff Bay, portée par de talentueux artistes,14 les collectivités territoriales ne pensent pas qu’il est nécessaire d’améliorer les conditions de vie de ces minorités. Considérées comme des taudis malfamés habités par des populations aux mœurs douteuses, les collectivités vont décider de détruire les maisons et ainsi disperser une grande partie de cette communauté.

19 Llwyn a effectué une série d’entretiens avec celles et ceux qui ont habité ou qui habitent encore Cardiff Bay ainsi qu’avec quelques noirs connus localement, au niveau régional et national, voire international. C’est au travers du sport que l’intégration des noirs prend des accents nationalistes. Après quelques cas médiatisés, la majorité blanche n’a plus vu aucune opposition à ce qu’un noir porte les couleurs du pays de Galles. L’histoire du joueur de rugby Nigel Walker est particulièrement édifiante. Né en 1963 à Cardiff de parents originaires des Antilles, Nigel Walker fréquente une école qui compte trois ou quatre autres enfants noirs. Il est confronté au racisme dès son jeune âge. Intéressé par le sport, il se voit refuser une place au sein de l’équipe galloise junior. Il abandonne le rugby et se tourne vers l’athlétisme. En 1984, il est demi-finaliste aux Jeux Olympiques de Los Angeles. En 1986, il est 4e au championnat européen à Stuttgart. Juste avant que sa carrière de coureur ne prenne fin, il se remet au rugby. Sous la pression d’une opinion publique favorable, en 1993 il joue pour le pays de Galles à l’âge de 29 ans. Nigel Walker se souvient de ce moment unique :

  • 15  Llwyn, p. 160.

Running out at the national stadium in 1993 to play against Ireland, I don’t think I’ll ever surpass that feeling…I was incredibly proud, and when I sang the anthem people in the Welsh line were crying because they were so proud to play for their country. That will stay with me for the rest of my life, no two ways about it.15

20Walker jouera 17 fois pour le pays Galles après cela. En 2001, il est choisi pour être le directeur des sports à BBC Wales. Colin Jackson, deux fois champion du monde d’athlétisme, est né à Llanedeyrn près de Cardiff et il a eu une expérience bien différente de celle de Walker. Jackson n’a jamais subi le racisme de toute sa vie. Il dit avoir grandi dans un quartier dans lequel il avait des amis blancs et noirs. L’identité des Gallois noirs ne tient donc pas au fait qu’ils ont le sentiment ou non d’être intégrés au groupe majoritaire.

  • 16  Ibid., p. 167-182.

21Que signifie donc être Black Welsh British ? Les réponses sont diverses. Des entretiens menées par Llwyn16, il ressort que cette identité tient beaucoup au fait que les Noirs qui se considèrent comme étant des Gallois sont tous nés et ont grandi au pays de Galles comme montre l’entretient avec Billy Boston, « My father was born in Africa, my mother was Irish, I’m Welsh, my children are English, so we’ve got quite a mix ». Pour certains groupes, l’identité fluctue selon les interlocuteurs comme le souligne l’actrice Rakie Ayola :

  • 17  Ibid.

If I had to describe my identity, it would change depending on who I was talking to. If I’m talking to people who know Wales, I’ll say I’m Welsh, but I’ll be more specific and say that I’m a Cardiffian. If I’m abroad I’ll say British, unless I’m in one of the rugby-playing countries, and even then they might not know what I’m talking about, but otherwise it gets too confusing.17

22S’il est désormais certain que la prise de conscience de l’identité commence très tôt chez l’enfant ; il semblerait aussi, dans bon nombre de cas, que le refus du monde externe de cette identité va donner lieu à une cassure. On va tenter de trouver des moyens de faire accepter ce que l’on considère être son identité, par exemple au travers une implication plus forte dans la vie communautaire. Pour d’autres personnes, il n’y a pas d’ambiguïtés possible jusqu’au moment où l’on est confronté au rejet. Tel fut le cas de Nora Glasgow :

  • 18  Ibid.

I was going to join Plaid Cymru once. I filled out the form in Welsh. I was proud of being Welsh. I am still proud, very proud, of being Welsh […]. They sent a man round my house in Ely. And he said : ‘I’d like to speak to the Welsh-speaking person in here’. ‘I said : ‘Well, it’s me’…The man came and spoke to me asked me why I thought I was Welsh. I said ‘My mother is Welsh, my grand-father is Welsh and my grandmother is Welsh, and her grand-mother was Welsh. That’s why I think I’m Welsh’. So he went away. When he came back he said : ‘Dr Davis –who Dr Davis is, I don’t know – ‘says that you create confusion.’ And I said : ‘Why do I create confusion ? Dr Davis is looking for votes. He’s got lots of Welsh like me.’ I’m still confused about Dr Davis, why he thinks I’m not Welsh.18

23 Un changement notable concernant la manière de considérer ces groupes de personnes va pourtant s’opérer vers 1999 dans les rangs de Plaid Cymru. Le parti comprend qu’il a aussi besoin des voix des électeurs issus des minorités. Aux élections locales de 1999, le parti demande à l’historien local noir, Neil Sinclair d’être candidat à un siège au conseil municipal de Cardiff. Une évolution lente mais importante modifie le regard que les Gallois noirs portent sur ce parti. Plaid Cymru, concurrent du Labour Party, s’impose peu à peu comme celui qui répond le mieux aux attentes régionales et aux revendications des minorités raciales galloise estimées en 2001 à 4 % de la population au pays de Galles. Ces revendications sont nombreuses et parmi les plus répandues on trouve la question d’une plus grande visibilité des minorités dans tous les métiers ; un accès aux services destinés à tous et une prise en compte de la spécificité religieuse et culturelle de chacune de ces minorités. Ce sont des revendications que l’on trouve partout en Grande-Bretagne mais au pays de Galles ces minorités tiennent aussi à spécifier qu’elles sont aussi galloises.

  • 19  Plaid Cymru, Make a Difference, National Assembly Election Manifesto 2007.

24Analysons quelque peu l’engagement de Plaid Cymru pour ces questions au travers du manifeste19 du parti lors des élections de 2007. La question de la langue est redevenue une priorité. Le parti a joué un rôle crucial lorsqu’il s’est agi d’imposer l’apprentissage du gallois à l’école primaire. Ce point a été repris, défendu et mis en place par le Welsh Labour Party. La majorité des Gallois ne parlent pas cette langue et elle est encore moins parlée par les minorités galloises. Les communautés minoritaires et majoritaires s’unissent aussi pour que l’enseignement du gallois se poursuive au Collège et voire au Lycée. En effet, pendant longtemps, être gallois impliquait être né au pays de Galles et parler le gallois ou avoir eu des ancêtres qui parlaient le gallois. Aujourd’hui être Gallois signifie avoir envie que cette langue soit enseignée au pays de Galles. Il apparaît clairement que promouvoir la langue galloise confère aux groupes le sentiment de participer à une construction nouvelle d’une identité galloise plus inclusive.

  • 20  Ibid., p. 32.

The Welsh language belongs to everyone in Wales, whether or not they speak it. It is a national treasure which must be safeguarded and promoted. Plaid’s aim is to create a truly bilingual society. We want to see everyone in Wales given every opportunity to learn and use Welsh.20

25 Le deuxième point sur lequel Plaid Cymru insiste concerne la question des zones défavorisées et la préférence galloise. Ce point reste pourtant tendancieux. Une controverse autour de l’immobilier met en exergue cette question depuis 2002. Le prix de l’immobilier a énormément augmenté ces dernières années dans tout le pays. De plus en plus de personnes vivant dans les grandes villes anglaises choisissent d’acheter des maisons au pays de Galles, ce qui a conduit à l’augmentation du prix de l’immobilier dans les zones défavorisées du pays. Plaid Cymru voudrait que ceux qui ont des résidences secondaires au pays de Galles paient des taxes plus élevées et que dans le même temps des aides soient accordées aux populations locales. Cette mesure touche directement les communautés composées d’ethnies minoritaires touchées plus fortement par le chômage et les inégalités sociales. La préférence galloise prônée par le parti favoriserait aussi, pense-t-on, les minorités galloises disposant dans la plupart des cas de peu de moyens pour acheter une maison.

  • 21  Ibid, p. 29.

The planning system at present favours the rich at the expense of the poor. The property ladder has lost its bottom rung and first time buyers are being priced out of the market. Plaid Cymru would seek to have the powers over all planning matters transferred to the Assembly and would create a new planning system for Wales with the aim of providing houses to meet local demand, reinvigorating town centres, and spreading economic progress more evenly.21

26 En matière de politique étrangère, Plaid Cymru était fermement opposé au rapprochement entre la Grande-Bretagne et les États-Unis après le 11 septembre et contre la guerre en Irak. Le parti de Ieuan Wyn Jones n’a cessé d’exiger que le pays retire ses troupes d’Irak22. Le manifeste électoral de 2007 réitère l’opposition à la politique gouvernementale en la matière y compris sur le conflit Israélo-palestinien.

  • 23  Plaid Cymru, Make a Difference, op.cit. p. 34.

Plaid consistently and emphatically opposed the war on Iraq and will continue to press for the withdrawal of UK forces and the dismantling of their military bases in Iraq and Afghanistan. We will also continue to work for an end to Israeli occupation of Palestinian land as part of a lasting and fair two state solution and will press the UK Government not to facilitate the selling of arms to unstable regimes. We will oppose nuclear weapons, in particular the proposed new generation of Trident.23

  • 24  National Assembly for Wales, 2007 Assembly Election Results, Members’ Research Service, May 2007, (...)

27Ces facteurs ont eu des incidences sur les élections régionales qui ont eu lieu en mai 2007. Sur les 60 sièges occupés par les parlementaires gallois, 26 sont désormais occupés par le Labour Party au lieu des 30 sièges obtenus aux élections de 2003. Plaid Cymru a gagné trois sièges et obtenu un total de 15 sièges24. Les changements stratégiques de Plaid Cymru ont aussi pris la forme d’une meilleure représentativité des membres des groupes minoritaires au sein du Parti. Plaid Cymru est le parti qui a le plus de conseillers municipaux en exercice originaires de communautés minoritaires. Dans le manifeste de 2007, le parti évite le terme « minorités ethniques » communément employé par la classe politique et lui préfère le mot « communities » tout en insistant à plusieurs reprises sur cette idée de diversité et d’acceptation de cette pluralité culturelle.

28Les résultats des élections de mai 2007 marquent un tournant important en ce qui concerne la question du multiculturalisme gallois. Mohamed Asghar, représentant de Plaid Cymru dans la circonscription de Newport, au sud du pays de Galles, est élu membre de l’assemblée galloise. C’est la première fois qu’une personne appartenant à la communauté minoritaire est élue à l’assemblée.

Conclusion

29Nous avons choisi d’analyser de quelle manière la question du multiculturalisme est abordée au pays de Galles dans un contexte marqué par un débat sur l’identité régionale. Pour ce faire nous sommes partis d’un certain nombre de rapports comme par exemple le Parekh Report ou bien encore l’appareil politique afin de mesurer les enjeux liés au débat sur l’identité britannique mais surtout sur l’identité galloise. Il s’agissait aussi de tenter de comprendre ce que signifie être Britannique, Gallois et Noir. Les réponses ont été multiples et dépendent fortement du contexte dans lequel la question est posée. En 2007, être Gallois veut peut-être dire accepter que la communauté majoritaire ne définissent plus l’identité galloise en l’opposant systématiquement à l’identité anglaise mais qu’elle la positionne aussi par rapport à l’influence des communautés minoritaires qui la composent.

  • 25  Welsh Assembly Government, One Wales, a progressive agenda for the government of Wales : an agreem (...)

30Cette redéfinition de l’identité galloise a conduit les pouvoirs publics gallois en mars 2007 à reconnaître pour la première fois le rôle que les Gallois ont joué dans la traite transatlantique il y a deux siècles au lieu d’insister uniquement sur l’impérialisme anglais comme cela fut le cas pendant longtemps. En ce qui concerne la vie politique galloise, suite à ces élections de mai 2007, le Welsh Labour Party s’est vu obligé de former un gouvernement de coalition avec Plaid Cymru. Au terme de cette formation, un document intitulé One Wales25 a été publié le 27 juin 2007. Le document insiste sur quelques points essentiels comme l’économie, l’environnement, la culture et l’égalité. Pourtant la clé de voûte du document est la question d’une plus grande. autonomie régionale, comparable à celle dont bénéficie l’Ecosse. L’union des deux partis aura pour but d’œuvrer pour une plus grande capacité à mettre en place ses propres lois sans avoir à rendre des comptes à Westminster. Ceci n’est pas sans rappeler le Home Rule Policy défendu par le Parti nationaliste gallois à la fin du XIXème siècle.

Haut de page

Bibliographie

Adamson, L. David, Class, Ideology & the Nation: A Theory of Welsh Nationalism, Cardiff: Cardiff University of Wales Press, 1991.

Hall, Stuart, ‘Cultural Identity and Diaspora’, in J. Rutherford (ed.) Identity, Community, Culture, Difference, London : Lawrence and Wishart, 1990.

Llwyn, Alan, Cymru DDU : Hanes Pobl Dduon Cymru/ Black Wales : A history of Black Welsh People, Cardiff : Hughes in association with Butetown History & Arts Centre, 2005.

MacPherson, Sir William of Cluny, The Stephen Lawrence Inquiry, London : The Stationery office, 1999.

Morgan, O. Kenneth, Rebirth of a Nation : Wales 1880-1980, Clarendon and Cardiff : Oxford and University of Wales Press, 1981.

National Assembly for Wales, 2007 Assembly Election Results, Cardiff : Members’ Research Service, May 2007.

Otele, Olivette. Newport, South Wales : An Example of Post-Industrial development ?Mémoire de maîtrise non publié, Université Paris IV, 2000.

Parekh, Bhikku, Report of the Commission on the Future of Multi-Ethnic Britain, London : Profile Books, 2000.

Plaid Cymru, Make a Difference, National Assembly Election Manifesto 2007.

Weedon Chris, Identity and Culture : Narratives of Difference and Belonging, Maidenhead : Open University Press, 2004.

Welsh Assembly Government, One Wales, a progressive agenda for the government of Wales : an agreement between the Labour and Plaid Cymrugroups in the National Assembly, 27th June 2007, Cardiff : Welsh Assembly Government.

Haut de page

Notes

1  Otele, O. Newport, South Wales : An Example of Post-Industrial development ?, Mémoire de Maîtrise, Université Paris IV –La Sorbonne, 2000.

2  Parekh, Bhikku, Report of the Commission on the Future of Multi-Ethnic Britain, London : Profile Books, 2000.

3  Weedon Chris, Identity and Culture : Narratives of Difference and Belonging, Maidenhead : Open University Press, 2004.

4  MacPherson, Sir William of Cluny, The Stephen Lawrence Inquiry, London : The Stationery office, 1999.

5  Weedon, op. cit., p. 33.

6  Ibid., p. 34.

7  Hall, Stuart, ‘Cultural Identity and Diaspora’, in J. Rutherford (ed.) Identity, Community, Culture, Difference, London : Lawrence and Wishart, 1990.

8  Morgan, O. Kenneth, Rebirth of a Nation : Wales 1880-1980, Clarendon and Cardiff : Oxford and University of Wales Press, 1981.

9  Adamson, op. cit., p. 123.

10  Par Kenneth Morgan, David Adamson et bien d’autres.

11  Adamson, L. David, Class, Ideology & the Nation : A Theory of Welsh Nationalism, Cardiff : Cardiff University of Wales Press, 1991, pp. 5-6.

12  Llwyn, Alan, Cymru DDU : Hanes Pobl Dduon Cymru/ Black Wales : A history of Black Welsh People, Cardiff : Hughes in association with Butetown History & Arts Centre, 2005.

13  Llwyn, p. 154.

14  La chanteuse Shirley Bassey est née à Splott, près de Cardiff Bay.

15  Llwyn, p. 160.

16  Ibid., p. 167-182.

17  Ibid.

18  Ibid.

19  Plaid Cymru, Make a Difference, National Assembly Election Manifesto 2007.

20  Ibid., p. 32.

21  Ibid, p. 29.

22  http://news.bbc.co.uk/1/hi/wales/2273224.stm et http://www.plaidcymru.org/content.php ?nID =14 ;ID =106 ;lID =1

23  Plaid Cymru, Make a Difference, op.cit. p. 34.

24  National Assembly for Wales, 2007 Assembly Election Results, Members’ Research Service, May 2007, p. 8.

25  Welsh Assembly Government, One Wales, a progressive agenda for the government of Wales : an agreement between the Labour and Plaid Cymru groups in the National Assembly, 27th June 2007, Welsh Assembly Government.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivette Otele, « Multiculturalisme et régionalisme : les apories d’une identité britannique au pays de Galles », Observatoire de la société britannique, 5 | 2008, 49-64.

Référence électronique

Olivette Otele, « Multiculturalisme et régionalisme : les apories d’une identité britannique au pays de Galles », Observatoire de la société britannique [En ligne], 5 | 2008, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://osb.revues.org/619 ; DOI : 10.4000/osb.619

Haut de page

Auteur

Olivette Otele

Maître de Conférences à l'Université de Paris 13

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org