Navigation – Plan du site

Les Nouveaux Travaillistes et la réforme de la procédure de naturalisation : quels enjeux pour l’identité nationale ?

Donia Touihri-Mebarek
p. 81-93

Résumé

Lorsque le parti travailliste revient à la tête du gouvernement en 1997, après avoir passé plus de 17 ans dans l’opposition, les britanniques sont loin d’imaginer la bataille politique et médiatique qui se profile autour de la question de leur identité nationale. Pourtant, le slogan « New Labour, New Britain » qui a animé la campagne électorale du Parti travailliste, annonçait d’ores et déjà une volonté d’envisager une Grande-Bretagne différente, une Grande-Bretagne plus impliquée dans la construction européenne, une Grande-Bretagne aux régions autonomes et fière de sa diversité.
L’objet de cette communication est de retracer le débat politique et médiatique qui s’est engagé autour de la nécessité de définir la « britannicité », de comprendre les fondements des critères de l’identité nationale tels qu’ils ont été définis par le Advisory Group, d’expliquer la manière dont ils sont vérifiés auprès des candidats à la citoyenneté britanniques et d’analyser les enjeux d’une telle réforme pour l’identité nationale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Il ne s’agit là que des cas les plus courants, pour une analyse exhaustive au cas par cas, consult (...)

1Avant d’entamer une quelconque analyse du nouveau processus de naturalisation, il convient de rappeler les dispositions qui le régissaient jusqu’en 2004. Rappelons au préalable qu’au Royaume-Uni, depuis le 1er janvier 1983, l’acquisition de la citoyenneté1 se fait par :

  • Lex solis (loi du sol), c’est-à-dire par naissance. Un enfant né au Royaume-Uni d’un parent citoyen britannique ou installé au Royaume-Uni acquiert automatiquement la citoyenneté britannique ;

  • Lex sanguinis (loi du sang) c’est-à-dire par descendance. Un enfant né à l’étranger devient automatiquement citoyen britannique si au moins un des deux parents a obtenu la citoyenneté britannique autrement que par descendance c’est-à-dire par naissance, naturalisation, adoption ou enregistrement. Dans le cas contraire, l’enfant devra se faire enregistrer citoyen britannique dans les douze mois suivants sa naissance ;

    • 2  Consulter le site du ministère pour obtenir la liste complète des personnes qui peuvent prétendre (...)

    Enregistrement : peuvent se faire enregistrer comme citoyen britannique sans suivre la procédure de naturalisation, les citoyens britanniques d’outre-mer, les personnes nées à l’étranger entre le 8 février 1961 et le 31 décembre 1982 d’une mère britannique. Rappelons qu’avant 1983, une mère britannique était dans l’incapacité de transmettre sa citoyenneté. Depuis le 30 avril 2003, ces personnes qui auraient pu acquérir la citoyenneté au 1er janvier 1983 peuvent dorénavant se faire enregistrer comme citoyens britanniques2 ;

  • Adoption : la citoyenneté est octroyée automatiquement à un enfant adopté lorsque l’adoption est effectuée au Royaume-Uni ou dans un territoire britannique d’outre-mer ou lorsque cette adoption est certifiée en vertu du Hague Convention on Intercountry Adoptions de 1993 et que les parents résident habituellement au Royaume-Uni ;

  • Naturalisation. C’est la procédure qui nous concerne ici ; procédure à laquelle a recours la plupart des demandeurs lorsque aucune des trois dispositions permettant l’acquisition « automatique » de la citoyenneté n’est satisfaite.

2 En réalité, la « nouvelle » procédure de naturalisation comporte des dispositions prévues par les lois sur la nationalité de 1948 et de 1981 : qu’il s’agisse de la durée d’installation sur le territoire (cinq ans ou trois ans pour les conjoints de citoyens britanniques), de la compétence linguistique ou du caractère « honorable » de l’individu. La réforme porte plus spécifiquement sur les modalités d’application de dispositions préexistantes auxquelles se sont ajoutées de nouvelles exigences. A cela, on notera une claire volonté da la part du gouvernement de réduire le caractère bureaucratique de la procédure et de faire de cette dernière l’occasion de sensibiliser les candidats quant aux droits et devoirs résultant de l’acquisition de la citoyenneté. Ces nouvelles modalités d’application résultent de la loi de 2002, Nationality, Immigration and Asylum Act qui amende la loi sur la nationalité britannique de 1981.

Nationality, Immigration and Asylum Act 2002 : la « nouvelle donne » en matière de nationalité

3Depuis plusieurs années, la nation britannique commençait à exprimer une inquiétude claire quant à la renégociation de la définition de l’identité nationale entreprise par le New Labour. Cela s’est notamment traduit par un euroscepticisme croissant que les Britanniques affichent désormais sans complexe. De plus, suite à la dévolution de pouvoirs à l’Écosse et aux pays de Galles, et dont les séquelles pour la britannicité étaient loin d’être comblées, ce sont les violences raciales de 2001, tournant certaines villes comme Bradford, Oldham et Burnley en « zones de guerre », et le difficile contrôle de la recrudescence de l’immigration qui ont conforté et cimenté le malaise de l’opinion publique. Le Ministre de l’Intérieur de l’époque, David Blunkett, se montra très réactif et adopta un ton incisif au lendemain des émeutes en concluant que les immigrés devraient adopter des « normes d’acceptabilité » (norms of acceptability), et que les générations futures devraient se « sentir britanniques » et développer « un sentiment d’appartenance » (a sense of belonging)3. Il laissa très vite sous-entendre une possible réforme de la procédure de naturalisation, ce qui déclencha de vives réactions au sein même du Parti travailliste. Soutenu par Tony Blair, il réitéra la nécessité d’orienter la nation vers un débat sur la britannicité, dont les critères devront être imposés aux prétendants à la naturalisation. Les violences raciales de 2001 ont permis non seulement de légitimer une réforme que Jack Straw n’avait pu entreprendre, mais également de lever le tabou qui jusqu’ici régnait autour des questions raciales.

4En février 2002 fut publié le Livre Blanc, Secure Borders, Safe Haven : Integration with diversity in Britain, dans lequel on annonçait que la naturalisation reposerait désormais sur – outre les dispositions relatives à la durée d’installation et au code de bonne conduite déjà préexistantes – un test de langue et de culture et la participation obligatoire à une cérémonie de citoyenneté durant laquelle un serment d’allégeance et un engagement civique devraient être prêtés par les candidats. On annonçait également que ces dispositions seraient étendues aux époux et épouses des candidats à la citoyenneté. En effet, le Livre Blanc dénonça l’échec avéré d’une nation à promouvoir la cohésion sociale et la nécessité de renforcer la citoyenneté active (Active citizenship). Le nouveau processus de naturalisation fit très vite l’objet d’une loi : le Nationality, Immigration and Asylum Act est voté en décembre 2002, alors que ses dispositions avaient simplement été définies dans leurs grandes lignes. Le gouvernement a sans doute voulu susciter l’accalmie au sein de l’opinion publique, et justifier d’une totale maîtrise de la situation tout en se laissant le temps de réflexion nécessaire à l’introduction de mesures adéquates.

The New and the Old : débat et réflexion autour d’une réforme et de ses modalités d’application

  • 4  Il avait été annoncé dans un premier temps que le niveau de langue serait attesté par un test. Or, (...)

5Le groupe de travail, Advisory Group, mis en place en septembre 2002 avait pour mission de suggérer au Ministre de l’Intérieur une méthode de conduite du test « Vie au Royaume-Uni », Life in the United Kingdom test, deuxième étape du processus de naturalisation, la première étant un « test »4 de langue. Il incomba également au groupe de travail d’expliquer ce que l’on entendait par « satisfaisant » lorsqu’il fut question de définir de façon précise le niveau de langue et de connaissance culturelle requis. A la tête de ce groupe, David Blunkett nomma Bernard Crick, son ancien professeur, puis treize autres membres furent désignés, ce qui porta le groupe conseil à quatorze membres. En 2003, c’est-à-dire après un an de concertation et de débat, un rapport fut publié, The New and the Old, faisant le détail des recommandations émises par le groupe de travail et les conclusions auxquelles sont parvenus les différents membres.

Le test de langue

  • 5 The New and the Old : The report of the ‘Life in the United Kingdom’ Advisory Group, chapitre 2 ‘Ou (...)
  • 6  David Mellor, ‘Man of the People : We’re lucky to have blunt Mr Blunkett’, The People, 10 février (...)
  • 7  YouGov, septembre 2003, ‘Kelly Affair and Britishness’.

6La déroute que cette réforme pourrait provoquer chez les candidats a été vraisemblablement le fait le plus appréhendé par le Advisory Group dont l’objectif premier était de renforcer la portée et l’importance de l’acquisition de la citoyenneté5. Il est vrai que les propos alarmistes de la presse ont pu contribuer à cet état de fait, certaines d’entre elles se sont en effet délectées de la potentielle difficulté de la nouvelle procédure. Difficulté légitimée, selon elle, par le fait que la citoyenneté britannique ne devait plus être « bradée » à toute personne souhaitant l’acquérir6. D’ailleurs, le sentiment de la presse à l’égard de cette réforme allait de pair avec celui exprimé par l’opinion. En 2003, un sondage réalisé par YouGov pour le Mail on Sunday, indiquait que 81 % des personnes interrogées se prononcèrent favorablement à l’introduction d’un test de langue dans la procédure. Quant à son niveau de difficulté, 30 % des interrogés émirent le souhait que cette évaluation soit très dure contre 41 % qui désiraient que le niveau soit difficile7. Ainsi, il semblerait qu’il y ait eu un vrai consensus entre la presse qui s’est réjouie du patriotisme travailliste et une opinion publique en demande de reconnaissance identitaire.

7La disposition relative au contrôle du niveau de langue fut mise en pratique en juillet 2004. Le candidat devait, à compter de cette date, justifier d’un niveau d’anglais, de gallois ou de gaélique écossais au moins équivalent à ESOL 3 (English Speakers of Other Languages). Ce niveau correspond à un niveau correct de compréhension écrite et orale de la langue et la capacité de restituer en anglais oral, certaines informations transmises par différents moyens de communication.

Life in the United-Kingdom test

  • 8  Life in the United-Kingdom : a Journey to Citizenhip, Londres : Home Office, 2004, 146 p. Le candi (...)
  • 9  ‘The Citizenship Foundation is an independent charity which aims to empower individuals to engage (...)

8Après trois ans de réflexion et de débat, le contenu ainsi que les modalités d’application du test furent enfin révélés : 45 minutes, 24 questions à choix multiples tirées du manuel Life in the United-Kingdom : A Journey To Citizenship8 dont deux chapitres furent rédigés par Bernard Crick et six autres par la Citizenship Foundation9. Jusqu’au 2 juillet 2007, les questions étaient tirées des chapitres 2, 3 et 4, de la première édition du manuel, respectivement intitulés : A changing society, Britain today : a profile, How Britain is governed.

9À compter de cette date, le test de culture s’est enrichi de deux chapitres supplémentaires, Everyday needs et Employment, avec en contrepartie un net allègement du chapitre 4 qui ne se compose plus que d’une seule sous-partie relative à la place du Royaume-Uni en Europe et dans le monde. Les demandeurs n’ont plus à réviser le fonctionnement du système politique, ni même les parties consacrées à la constitution britannique, aux institutions, à la dévolution et au rôle du citoyen. L’expérimentation de la première édition a révélé la difficulté pour les candidats à assimiler le contenu du chapitre politique et puis, il a été jugé injuste de devoir imposer des connaissances que seule une minorité de Britanniques « de souche » maîtrise.

  • 10  En effet, la réforme a profité aux éditeurs d’ouvrages, de CD-ROM et même aux sites internet qui p (...)

10Après s’être doté d’une solide culture britannique acquise grâce à la lecture consciencieuse et minutieuse du manuel et s’être éventuellement entraîné sur internet10, le candidat est placé sur un poste informatique où il doit répondre correctement à au moins 75 % des questions. C’est par courrier postal qu’il recevra ses résultats, accompagnés en cas de réussite, d’un certificat lui permettant de procéder à l’ultime étape de la procédure : la participation à une cérémonie de citoyenneté.

11Toutefois, et contrairement à ce que l’on attendait, le test de culture n’est pas imposé à tous les demandeurs. Si ce dernier peut justifier d’un niveau de langue supérieur ou égal à ESOL 3, il est alors jugé capable de passer le test de culture. En revanche, si ce dernier possède un niveau de langue inférieur à ESOL 3, on lui épargnera le test de culture – épreuve la plus appréhendée par les candidats − à condition qu’il suive, dans un centre prévu à cet effet, des cours de langue et de citoyenneté (ESOL & Citizenship course), dont le niveau sera ajusté en fonction de celui du candidat. À l’issue de cette formation, si l’amélioration du niveau est avérée, le candidat se verra remettre une sorte de diplôme qui lui permettra de procéder tout comme les lauréats du test, à l’ultime étape du processus.

La cérémonie de citoyenneté 

12 La cérémonie de citoyenneté a elle aussi suscité plusieurs protestations de la part des Écossais, des Gallois et des Irlandais qui ont manifesté leur réticence à l’encontre de l’hymne national à jouer durant la cérémonie et du drapeau de l’Union à brandir dans la salle. Ainsi, il fut décidé que chaque nation serait libre d’organiser et d’aménager sa propre cérémonie de citoyenneté, en lui apportant la « touche » désirée : britannique, écossaise, galloise ou irlandaise. Toutefois, son déroulement resterait le même : la cérémonie serait ouverte par un discours de bienvenue, les candidats prêteraient le serment d’allégeance et un engagement civique puis écouteraient l’hymne national et enfin se verraient remettre un cadeau de bienvenue. Le jour de notre investigation à Brent, c’est une médaille qui fut remise à chaque nouveau citoyen. Nous avons également pu assister à une cérémonie privée qui, contrairement à une cérémonie publique généralement composée d’une vingtaine de personnes, se déroule en petit comité. Ces cérémonies peuvent être familiales ou individuelles et visent à préserver l’intimité de ceux qui le souhaitent. Toutefois, si l’intimité est préservée, nous avons pu constater que sa durée était très limitée à 5 minutes et l’engagement est prêté très rapidement et seul un extrait de l’hymne est joué.

13Deux possibilités s’offrent aux candidats : prêter serment d’allégeance au nom de Dieu ou affirmer solennellement ce serment :

I-name- (swear by almighty God) or (do solemnly and sincerely affirm) that, on becoming a British citizen, I will be faithful and bear true allegiance to Her Majesty, Queen Elizabeth the Second, her heirs and successors according to law.

14Critiqué pour l’absence d’engagement civique, ledit serment fut complété par une déclaration engageant le citoyen à respecter la démocratie constitutionnelle moderne :

I will give my loyalty to the United-Kingdom and respect its rights and freedoms. I will uphold its democratic values. I will observe its laws faithfully and fulfil my duties and obligations as a British citizen.

  • 11  Il peut s’agir d’un représentant politique comme ce fut le cas le jour de notre investigation à Br (...)

15La première cérémonie de citoyenneté se tint le 2 février 2004 à Brent, et de façon surprenante, avant même que le test de langue et de culture ne soient instaurés. Comme le recommanda le rapport, cette cérémonie devait être marquée par la présence d’un dignitaire11, (a dignitary), et ce jour-là, le Prince Charles et David Blunkett ouvrirent la future et longue série de cérémonies.

Les enjeux de la réforme pour l’identité nationale

La citoyenneté, vecteur de l’identité national

  • 12  En effet, l’Union des Couronnes eut lieu en 1603 à la mort de la Reine Elizabeth I ce qui mit fin (...)

16La désignation du test de culture a été l’occasion de clarifier davantage l’orientation à donner à la définition de la britannicité. La confusion autour du contenu du Britishness test – ainsi l’avait nommé la presse –, mais ce qui devait être pour le gouvernement et pour le Advisory Group un test de citoyenneté (Citizenship test), finalement revu sous le titre Life in the United Kingdom test, attesta d’un véritable malentendu quant à la définition de l’identité nationale. Si la presse espérait voir les candidats interrogés sur l’histoire britannique comme pilier de l’identité nationale, il n’en allait pas de même pour Bernard Crick. Selon ce dernier, le test devait être simplifié à son maximum. Comment concilier les Écossais, Gallois et Anglais ? Qu’est-ce que l’histoire britannique ? Quels éléments de l’histoire britannique devraient être intégrés dans le test ? Pourrait-on par exemple interroger les candidats sur la dynastie des Tudors sans que les Ecossais y mettent leur véto ?12

  • 13  Entretien avec Bernard Crick, le 5 janvier 2007.
  • 14  Matthew Hickely, Daily Mail, 16 décembre 2004.
  • 15  Rohit Jaggi Financial Times, 27 février 2004.
  • 16  Jonathan Brocklebank, ‘We’re flying the flag for Scotland’, Daily Mail, 17 mars 2004.

17 Bernard Crick nous confia, lors de notre entretien, qu’il avait dû mettre en garde David Blunkett qui avait laissé sous-entendre que le test de culture contiendrait des questions de l’histoire britannique. Selon lui, l’introduction de questions d’histoire aurait conduit à l’ouverture d’une boîte de Pandore et un consensus aurait été alors impossible entre historiens, conservateurs et l’opinion publique. Il ajouta également qu’il était plus facile de justifier l’absence de l’histoire dans le test que d’en définir le contenu13. Il va sans dire que la révélation du contenu du test de culture provoqua un tollé général. La presse dite de qualité et les tabloïds ont reporté cette réforme sous l’angle de l’ironie, du sarcasme et même de la parodie. Ainsi, le Daily Mail titrait en 2004, “Know your rights!, Want to be a New Briton? Then forget your heritage”14dénonçant l’absence de question d’histoire, le Financial Times ajouta “Welcome for new citizens contains more pop than pomp citizenship ceremony15 critiquant la faible instruction civique promue par la cérémonie. Le Daily Mail parodiait toujours la même année, la cérémonie en l’assimilant à une procédure médicale saugrenue visant à perfuser la citoyenneté britannique aux prétendants à la naturalisation16.

  • 17  Anthony Smith, National Identity, Londres : Penguin, 1991, p. 116.

18 Renoncer aux questions d’histoire signifie qu’il a été inenvisageable d’aborder la britannicité sous son critère ethnique. Au contraire, la britannicité se devait être inclusive et pour cela fondée sur des critères purement civiques, lesquels devaient permettre de favoriser la cohésion entre les communautés. S’il ne s’agit pas là d’une forme de nationalisme ethnique, il est en revanche plus évident d’appréhender cette réforme comme un signe du nationalisme civique. Si l’on se rapporte en effet à l’approche théorique du nationalisme civique établie par Anthony Smith dans son ouvrage de référence National Identity, ce mouvement aurait pour fondements le territorialisme, la citoyenneté, l’éducation à la citoyenneté et la participation active17. Dès lors, il semblerait que la réforme du processus de naturalisation tout comme les politiques menées pour l’éducation à la citoyenneté et la participation active depuis ces dix dernières années, s’inscrivent dans un mouvement idéologique désigné sous l’appellation « nationalisme d’intégration ». Et c’est justement l’intégration de ses minorités que la Grande-Bretagne vise à favoriser à travers ce nationalisme, lequel se doit de reconnaître la diversité culturelle comme vecteur de l’identité britannique.

Réforme d’une procédure, britannicité et cohésion communautaire 

Promouvoir la diversité au sein de l’unité

  • 18  Voir Ted Cantle, Community Cohesion : a new framework for race and diversity, Londres : Palgrave M (...)

19 Si les expressions community cohesion, appellation créée en réponse aux violences raciales de 2001, dont David Blunkett se fera bien vite le chantre, et social cohesion sont utilisées à tort ou à raison de façon interchangeable, il convient toutefois de discerner la nuance de sens qui subsiste entre ces deux expressions. La cohésion sociale renvoie à des divisions et à l’exclusion de communautés, lesquelles sont fondées sur des facteurs socio-économiques alors que cette division est de l’ordre religieux et ethnique lorsqu’il s’agit de la cohésion des communautés18. L’idée, compte tenu des observations inquiétantes faites sur le terrain, a été d’imaginer les moyens susceptibles de favoriser la cohésion entre les différentes communautés ethniques en exigeant notamment des candidats à la naturalisation qu’ils répondent aux critères de la britannicité. Une compétence linguistique, quelques notions de la culture du pays et l’engagement civique s’inscrivent dans la longue série de mesures prises par les Travaillistes pour pallier les affrontements intercommunautaires et établir des points de contact entre ces « séries de vies parallèles ».

20 Le rapport Community Cohesion dirigé par Ted Cantle sur les violences raciales rend compte de la situation sur le terrain comme suit :

  • 19 Community Cohesion, A report of the Independent Review Team chaired by Ted Cantle, Londres : Home O (...)

Alors que la séparation physique des lotissements et dans les quartiers n’a pas été un fait surprenant, l’équipe a été particulièrement choquée par le degré de concentration immigrée de nos villes et de nos cités. Que l’ampleur prise par ces divisions soit de près liée à tant d’autres aspects de nos vies quotidiennes est apparu évident. Une éducation séparée, des associations communautaires bénévoles, l’emploi, les lieux de prières, la langue, des réseaux sociaux et culturels, tout cela signifie que beaucoup de communautés agissent sur le principe des séries de vies parallèles. Ces vies ne paraissent se croiser en aucun point, ne se chevauchent pas et ne permettent aucun échange significatif19.

21 Plus qu’un concept, la britannicité promue par la réforme de la naturalisation s’est apparentée à un véritable mouvement politique visant l’interaction des communautés. Il a été en effet jugé qu’une compétence linguistique ainsi qu’une connaissance de la culture au sens civique du terme devraient permettre de favoriser les échanges intercommunautaires et de balayer les préjugés d’une communauté envers une autre.

Pour une Britannicité plus inclusive ?

  • 20  ‘Persons Granted British Citizenship United-Kingdom, 2005’, Home Office Statistical Bulletin, 23 m (...)
  • 21  ‘Persons Granted British Citizenship United-Kingdom, 2006’, Home Office Statistical Bulletin, 22 m (...)
  • 22  Compter 655 livres sterling pour un adulte, 735 livres sterling pour un couple et 400 livres pour (...)

22 Si l’objectif était d’éviter la déroute chez les citoyens et de les encourager à demander la naturalisation en dépit des nouvelles exigences, il semblerait, au vu des chiffres annoncés par le ministère de l’Intérieur, que le contrat était loin d’être rempli. En 2005, et avant même la mise en place des dispositions relatives au niveau de langue et de culture, on nota une augmentation de 64 % de demandes de naturalisation. La même année, l’octroi de la citoyenneté augmenta de 15 %20. En 2006 en revanche, les demandes de naturalisation ainsi que l’octroi de la citoyenneté chutèrent respectivement de 32 % et de 5 %21. Les candidats que nous avons pu interroger le jour de la cérémonie ont cependant accueilli cette réforme de façon positive, ne reprochant que le coût élevé de la procédure22. Il convient toutefois d’ajouter qu’à cette date, ces candidats avaient échappé au test de culture qui fut mis en place quelques mois après notre enquête.

23 Le caractère dissuasif voire exclusif de cette réforme a été balayé par l’allègement du test de culture comme nous l’avons expliqué. Et les critères de naturalisation, après étude approfondie de leur contenu ne démontrent aucun signe d’exclusion comme certains ont pu le prétendre en y voyant notamment des signes précurseurs du retour à l’assimilation. Les connaissances exigées s’apparentent à des outils qui doivent permettre au candidat de s’insérer au sein de la société britannique et au gouvernement, de lui insuffler un sentiment d’appartenance.

Conclusion 

  • 23  Barney Leith, What Makes a Society Cohesive ?, Londres : Institute of Social Cohesion, discours au (...)

24 En réformant la procédure de naturalisation, le Parti travailliste a amorcé un débat sans fin autour de la définition de l’identité nationale. Tel a été, en effet, l’enjeu majeur de cette réforme. S’affranchir tant sur le plan discursif que pragmatique, d’une définition de la britannicité et être capable de promouvoir diversity within unity23a été un défi, voire le défi de ces dix dernières années. Et c’est le civisme, critère qui a été jugé le plus rassembleur par le gouvernement qui a dominé les discours et les politiques de l’identité.

25 Si certains, et notamment les plus conservateurs, ont perçu cette loi comme une réforme en trompe-l’œil c’est parce que sa rigidité s’est pour le moins amenuisée au fil du temps : aménagement du processus en fonction des niveaux, un test de culture jugé inadéquat, éclatement de l’affaire des faux documents (certains auraient pu obtenir des certificats en dépit de leur niveau de langue insuffisant). Mais au-delà des critiques que cette réforme a suscité, elle a démontré que le gouvernement était prêt à concéder certaines voix de son électorat pour afficher un patriotisme dont les conservateurs ne devaient plus avoir le monopole. Gordon Brown se fera très vite le chantre de la britannicité voilant à peine son opportunisme électoraliste.

26 La réforme du processus de naturalisation démontre également une volonté claire de la part du gouvernement de réaffirmer une britannicité dont on croit l’hégémonie essoufflée par la dévolution, l’intégration européenne et le multiculturalisme et dont on reproche la renégociation des fondements. Mais, en aspirant à une identité nationale civique et inclusive, pour l’interaction de communautés qui vivent sur le modèle de vies parallèles, ne se confrontant que dans le sens négatif du terme, les nouveaux Travaillistes œuvrent pour qu’en Grande-Bretagne, la diversité ne rime pas avec division et qu’à l’inverse, l’unité soit synonyme d’uniformité.

Haut de page

Bibliographie

Cantle Ted, Community Cohesion : a new framework for race and diversity, Londres : Palgrave Macmillan, 2005.

Home Office Life in the United Kingdom: A Journey to Citizenship, Londres : Home Office, eds 2004 et 2006.

Home Office Community Cohesion, A report of the Independent Review Team chaired by Ted Cantle, Londres : Home Office, 2001.

Home Office Secure Borders, Safe Haven – Integration with Diversity in Modern Britain, février 2005.

Home Office The New and the Old – The Report of the ‘Life in the United Kingdom’ Advisory Group, septembre 2003.

Home Office ‘Persons Granted British Citizenship – United-Kingdom 2005 – 2006’, Home Office Statistical Bulletins du 23 mai 2006 et du 22 mai 2007.

Home Office Citizenship Ceremonies Consultation Document, juillet 2003.

Immigration, Asylum and Nationality Act 2006.

Leith Barney, What Makes a Society Cohesive ?, Londres : Institute of Social Cohesion, discours au Colloque du 7 mai 2002.

Nationality, Immigration and Asylum Act 2002.

Smith Anthony, National Identity, Londres : Penguin, 1991.

Haut de page

Notes

1  Il ne s’agit là que des cas les plus courants, pour une analyse exhaustive au cas par cas, consulter le site du ministère de l’Intérieur www.homeoffice.gov.uk/

2  Consulter le site du ministère pour obtenir la liste complète des personnes qui peuvent prétendre à l’enregistrement.

3  “Blair backs Blunkett on race”, BBC News, lundi 10 décembre 2001, news.bbc.co.uk/1/hi/uk-politics/1700370.stm

4  Il avait été annoncé dans un premier temps que le niveau de langue serait attesté par un test. Or, ce que l’on entendait par test n’était non pas un examen écrit ou oral dont le résultat permettrait de passer ou non à l’étape suivante, mais une simple vérification du niveau de langue sur la base de documents tels que diplômes, formations linguistiques ou autres.

5 The New and the Old : The report of the ‘Life in the United Kingdom’ Advisory Group, chapitre 2 ‘Our aims and assumptions’, p. 8.

6  David Mellor, ‘Man of the People : We’re lucky to have blunt Mr Blunkett’, The People, 10 février 2002.

7  YouGov, septembre 2003, ‘Kelly Affair and Britishness’.

8  Life in the United-Kingdom : a Journey to Citizenhip, Londres : Home Office, 2004, 146 p. Le candidat se procure lui-même le manuel au prix de dix livres sterling.

9  ‘The Citizenship Foundation is an independent charity which aims to empower individuals to engage in the wider community through education about the law, democracy and society’. http://www.citizenshipfoundation.org.uk/. Les six chapitres rédigés par cette fondation indépendante, sont extraits du manuel Young Citizen’s Passeport qu’elle publie et met à jour régulièrement.

10  En effet, la réforme a profité aux éditeurs d’ouvrages, de CD-ROM et même aux sites internet qui proposent des entraînements payants en tout genre. Pour s’entraîner, le candidat se procurera notamment : le British Citizenship Test for the Dummies, de Julian Knight, le British Citizenship test : The Essential Study Guide for the Life in the UK Test de Henry Dillon ou le guide Teach Yourself the British Citizenship Test, de Bernice Walmsley ou dans un autre genre de support, le Life in the UK Test : British Citizenship Study Guide on CD-ROM d’Edward J. Russell. Pour une familiarisation avec l’outil informatique, le candidat consultera le site www.britishness-test.co.uk mis en place par le gouvernement.

11  Il peut s’agir d’un représentant politique comme ce fut le cas le jour de notre investigation à Brent où un conseiller municipal présida la cérémonie.

12  En effet, l’Union des Couronnes eut lieu en 1603 à la mort de la Reine Elizabeth I ce qui mit fin au règne de la dynastie des Tudors. La Reine n’ayant aucun héritier, James VI d’Écosse devint également James I d’Angleterre.

13  Entretien avec Bernard Crick, le 5 janvier 2007.

14  Matthew Hickely, Daily Mail, 16 décembre 2004.

15  Rohit Jaggi Financial Times, 27 février 2004.

16  Jonathan Brocklebank, ‘We’re flying the flag for Scotland’, Daily Mail, 17 mars 2004.

17  Anthony Smith, National Identity, Londres : Penguin, 1991, p. 116.

18  Voir Ted Cantle, Community Cohesion : a new framework for race and diversity, Londres : Palgrave Macmillan, 2005, 236 p.

19 Community Cohesion, A report of the Independent Review Team chaired by Ted Cantle, Londres : Home Office, 2001, p. 16. ‘Whilst the physical segregation of housing estates and inner cities areas came as no surprise, the team was particularly struck by the depth of polarisation of our towns and cities. The extent to which these physical divisions were compounded by so many other aspects of our daily lives, was very evident. Separate educational arrangements, community and voluntary bodies, employment, places of worship, language, social and cultural networks, means that many communities operate on the basis of as series of parallel lives. These lives often do not seem to touch at any point, let alone overlap and promote any meaningful interchanges.’

20  ‘Persons Granted British Citizenship United-Kingdom, 2005’, Home Office Statistical Bulletin, 23 mai 2006.

21  ‘Persons Granted British Citizenship United-Kingdom, 2006’, Home Office Statistical Bulletin, 22 mai 2007.

22  Compter 655 livres sterling pour un adulte, 735 livres sterling pour un couple et 400 livres pour l’ensemble des enfants issus d’une même famille. http://www.ind.homeoffice.gov.uk/

23  Barney Leith, What Makes a Society Cohesive ?, Londres : Institute of Social Cohesion, discours au Colloque du 7 mai 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Donia Touihri-Mebarek, « Les Nouveaux Travaillistes et la réforme de la procédure de naturalisation : quels enjeux pour l’identité nationale ? », Observatoire de la société britannique, 5 | 2008, 81-93.

Référence électronique

Donia Touihri-Mebarek, « Les Nouveaux Travaillistes et la réforme de la procédure de naturalisation : quels enjeux pour l’identité nationale ? », Observatoire de la société britannique [En ligne], 5 | 2008, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://osb.revues.org/629 ; DOI : 10.4000/osb.629

Haut de page

Auteur

Donia Touihri-Mebarek

Doctorante à l'Université de Paris 3 Sorbonne Nouvelle

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org