Navigation – Plan du site

De Britpop à Cool Britannia : une identité britannique revue et corrigée par le New Labour

Guillaume Clément
p. 195-209

Résumé

Le phénomène Cool Britannia a remis au premier plan l'identité britannique, notamment en s'appuyant sur sa branche musicale, la vague Britpop, et ses groupes phares comme Blur ou Oasis. En reprenant à leur compte le glorieux héritage culturel du Swinging London et des Beatles à travers leurs chansons, ces artistes illustrent une certaine vision de l'identité britannique, grâce à leurs chroniques sociales mettant en scène la nation et son mode de vie (certaines compositions ont, entre autres, pour thème le fameux Sunday Roast ou les programmes de la BBC). Cette représentation de l'identité semble néanmoins plus proche de l'image d'Epinal, d'une part parce qu'elle repose sur un certain nombre de stéréotypes n'ayant plus réellement cours dans la Grande-Bretagne des années 1990, et d'autre part parce qu'elle semble réduire la britannicité à l'anglicité. Or, lorsque Tony Blair prend les commandes du Parti travailliste, il s'appuie sur le phénomène Cool Britannia, notamment en se rapprochant des artistes susnommés, et tente de donner une image rénovée et moderne de l'identité nationale par le biais de son slogan « New Labour, New Britain ». Il est donc légitime de se demander comment Tony Blair a pu se faire le chantre d'une nouvelle identité britannique, jeune et dynamique, tout en s'appuyant sur un phénomène culturel qui semblait donner de celle-ci une vision réductrice.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

« He fought for us in two world wars
The England he knew is no more »
Blur, (Sunday Sunday)

1En Grande-Bretagne, la musique, et plus particulièrement le rock, occupe une place centrale dans la culture du pays. Il s’agit d’un genre musical aisément identifiable et d’un véritable produit culturel exporté dans le monde entier. L’un des termes les plus récurrents pour décrire ce genre est le terme de Britpop, ayant pour particularité de renvoyer à une réalité à la fois générique et spécifique. Il s’agit, d’une part, de l’abréviation de « British popular music », qui désigne l’ensemble de la musique populaire britannique depuis les années 1960, prenant son essor avec de célèbres groupes tels que The Beatles, The Rolling Stones, The Kinks, ou encore The Who.

2 D’autre part, ce terme de Britpop renvoie à un phénomène musical, culturel et social précis qui s’est développé au milieu des années 1990. Sous l’impulsion de groupes de rock tels que Blur, Oasis et Pulp – les trois groupes majeurs en Grande-Bretagne à l’époque – naît une musique qui se définit comme typiquement britannique, à la fois en s’appropriant et en prolongeant l’héritage musical des grands artistes des années 1960, et en revendiquant leur identité britannique, placée au centre de leur écriture et de leur image. Cela contribue à une mise en relief (et en valeur) de la britannicité et débouche sur le phénomène culturel Cool Britannia, indiquant la rénovation et la mise en avant de l'identité britannique.

3 Il est intéressant de noter que ce mouvement est contemporain du renouveau du Parti travailliste qui devient New Labour sous l'impulsion de Tony Blair, ce dernier accédant à la fonction de Premier Ministre en 1997. Or, lorsque celui-ci prend les commandes du Parti travailliste, il s'appuie sur le phénomène Cool Britannia – notamment en se rapprochant des artistes concernés – et tente de donner une image rénovée et moderne de l'identité nationale par le biais de son slogan « New Labour, New Britain ». Il est donc légitime de se demander comment Tony Blair a pu se faire le chantre d'une nouvelle identité britannique, jeune et dynamique, tout en s'appuyant sur un phénomène culturel qui semblait réduire celle-ci à des clichés appartenant au passé. Pour répondre à cette question, il convient d'étudier les traits de l'identité britannique tels qu'ils ont été mis en avant par la vague Britpop, puis de montrer comment le Parti travailliste a tenté de reprendre ces traits à son compte, avant de s'interroger sur le bien fondé de cette démarche, en d'autres termes : cette vague principalement anglocentrique n’était-elle pas fondée sur une conception erronée de l’identité britannique ?

Britpop et Britannicité

4 Pour mieux comprendre comment un mouvement musical a pu prendre en charge de façon revendiquée et volontaire la mise au premier plan de l'identité britannique, il semble nécessaire de revenir dans un premier temps sur la définition de ce mouvement. Le terme « Britpop » est défini ainsi par l'Oxford English Dictionary : « British pop music ; the music of a number of British guitar-led groups, first popular in the early to mid 1990s, drawing on specifically British influences. »

  • 1  Extraite de l’album Parklife, 1995.

5Ainsi apparaît le premier trait caractéristique de la scène Britpop : la plupart des groupes rassemblés sous cette étiquette s’approprient l’héritage musical des groupes britanniques depuis les années 1960, et les médias s’empressent de faire diverses comparaisons, notamment entre Oasis et les Beatles. Non contents d’endosser cette appellation d’origine britannique contrôlée, si l’on peut dire, les artistes décident de revendiquer leur britannicité face à la musique rock américaine qui a les faveurs de la jeunesse depuis la fin des années 1980. La britannicité se ressent donc tant au niveau de la musique qu’au niveau des textes. Cette approche est très présente chez le groupe londonien Blur, auteur de paroles à la britannicité exacerbée, parfois proches d’un certain patriotisme. La chanson « This Is A Low »1, sonne par exemple comme une déclaration d’amour aux Îles britanniques, s’attardant sur des détails de sa géographie et sur ses monuments, y compris la Reine :

And into the sea goes pretty England and me
Round the Bay of Biscay and back for tea
Hit traffic on the Dogger bank
Up the Thames to find a taxi rank […]
On the Tyne forth and Cromarty
There’s a low in the high forties […]
On the Malin head, Blackpool looks blue and red
And the Queen, she’s gone round the bend
Jumped off Land’s End.

6Ce texte, qui prend notamment pour inspiration les bulletins météorologiques de la BBC (shipping forecasts), fait référence à des détails de la géographie des îles britanniques (Dogger Bank, Thames, Land’s End) dans un contexte national bien particulier, et semble donc ne pouvoir faire sens que pour un public britannique. On pourrait même aller plus loin en disant que les groupes de Britpop comme Blur ne se concentrent non pas sur la britannicité, mais sur l’anglicité. En effet, dès l’enregistrement de leur second album, Modern Life is Rubbish, il s’agissait, selon le batteur Dave Rowntree, de rendre l’album aussi anglais que possible :

  • 2  Cité dans Maconie, S., 1999, pp. 136-137.

We decided to make the record as English as possible; a record full of English references and English cultural icons […] we were going to focus on Englishness and say very clearly we can make English music a force to be reckoned with. 2

7Il est d’ailleurs aisé de remarquer que la première phrase de This is a Low fait référence à « England », et non à « Britain », alors que c’est la géographie des Îles britanniques qui y est décrite. Ceci permet de mettre en évidence la persistance d’une certaines tendance anglocentrique au sein du mouvement Britpop, il est vrai constitué quasi exclusivement de groupes anglais, tentés de réduire l’identité britannique à l’anglicité. Néanmoins, d’autres textes, proche de la chronique sociale, dépeignent le quotidien des Britanniques sans spécifiquement parler de l’Angleterre, ce qui permet de conférer une certaine pertinence au commentaire qui y est fait au sujet de l’identité britannique. L’un des extraits de l’album Parklife, intitulé « Bank Holiday », peut par exemple être lu comme la description d’un jour férié typique en Grande-Bretagne et de ses incontournables traditions : le dîner en famille, sans oublier l’inévitable visite au pub, faisant qu’au final, toutes les villes anglaises se ressemblent, notamment leurs fameuses grand-rues (high streets). L’extrait suivant en est une illustration :

John is down the fun pub
Drinking lots of lager.
Girls and boys are on the game
All the high streets look the same.
Bank holiday comes six times a year
Days of enjoyment to which everyone cheers
Bank holiday comes with a six-pack of beer
Then it’s back to work again.

  • 3  Paul Spencer, British Image 1, 1993.

8Non contents de produire des textes quasi patriotiques, de nombreux groupes décident ensuite d’agrémenter leur image de symboles typiquement britanniques. Ainsi, sur de nombreuses photographies promotionnelles, les musiciens reprennent le style de leurs prédécesseurs, notamment les mods, mouvement de la jeunesse britannique des années 1960, caractérisé par la musique rock et une apparence vestimentaire reconnaissable. Sur la fameuse photographie de Blur intitulée « British Image 1 »3, on trouve bien la même apparence : vestes à trois boutons et bottes Dr Martens.

9 C’est en puisant ainsi dans l’imagerie britannique que la Britpop a, semble-t-il, trouvé son icône : le drapeau britannique, et cela n’a rien de surprenant lorsque l’on sait que ce mouvement est sous-tendu par un certain patriotisme. Peu à peu, sur les couvertures des magazines, dans les photographies promotionnelles, ainsi que dans les salles de concert, les drapeaux britanniques fleurissent, l’image la plus mémorable de cette tendance restant la guitare de Noel Gallagher du groupe Oasis, peinte aux couleurs nationales (la photo qui suit a été prise lors d’un concert en 1996).

  • 4  « The re-branding of Britain » (cité dans Harris, J., 2003, p.xx).

10 Encore une fois, les musiciens ne font que reprendre une tradition établie par les groupes phares des années 1960 et 1970, tels les Kinks ou les Who. Néanmoins, une telle utilisation du drapeau britannique est loin d’aller de soi en 1996, puisque depuis les années 1980, les partis d’extrême droite tels le British National Party ont associé ce symbole à leur imagerie. Ceci est d’autant plus marquant que Morrissey, le chanteur des Smiths, avait été accusé de fascisme pour être apparu sur scène drapé dans le Union Jack à Londres en 1991. Mais cinq ans plus tard, l’omniprésence de ce drapeau dans la presse et sa transformation en une icône de mode semblent l’avoir quelque peu dépolitisé. Le Union Jack peut alors être utilisé non seulement comme une vaste bannière sous laquelle sont rassemblés les groupes de Britpop, mais aussi comme le symbole d’une Grande-Bretagne en pleine renaissance culturelle. C’est à ce moment-là que l’expression Cool Britannia commence à être relayée par les médias pour rendre compte de la renaissance de la Grande-Bretagne du milieu des années 1990, faisant de Londres la « capitale la plus cool du monde », selon le magazine Newsweek en 1996. Il semble donc que le succès de la musique Britpop ait rejailli sur l’ensemble de la société britannique : en rendant à la musique nationale ses lettres de noblesse, les musiciens ont également contribué à remettre en valeur les traditions et le mode de vie anglais. En donnant une image si positive de la Grande-Bretagne, les musiciens prennent alors place, un peu malgré eux, dans une vaste entreprise lancée par le nouveau gouvernement travailliste : « donner à la Grande-Bretagne une nouvelle image de marque »4.

La récupération de la Britpop par le parti travailliste

11 Cette idée d’ « image de marque » est au centre des préoccupations de Tony Blair à partir du moment où celui-ci prend les rênes du Parti travailliste en 1994. Ayant été chargé de la modernisation de l'image du Parti lors de la campagne des élections de 1992, il est conscient du rôle primordial joué par l'image d'un parti aux yeux des électeurs. Dans ce sens, l'éclosion du phénomène Cool Britannia est une aubaine pour lui : puisque la Grande-Bretagne se voit conférer une image de pays « cool », jeune et à la mode, il va s'agir pour lui de rénover l'image de son parti conformément à ce qui se passe à l'échelle nationale, et ce dans le but d'attirer le plus grand nombre d'électeurs possible, notamment chez les jeunes. On peut lire dans ce sens son livre-programme pour les élections de 1997, intitulé New Britain, My Vision of a Young Country. Le premier texte que l'on y trouve a pour titre « My kind of Britain », et se présente comme une sorte de célébration de l'identité britannique, de son glorieux héritage culturel et de ses traditions. S'il invite ses concitoyens à être fiers de leur nation, il les met en garde contre une nostalgie excessive, et les enjoint à aller de l'avant dans un élan patriotique :

  • 5  Blair, T., 1996, p. 4.

People want to be proud of Britain, but they have lost confidence. They sense that we are losing an identity without finding or developing a new one. We can keep the best of the past as we move forward 5.

12Ce passage illustre bien la stratégie de Tony Blair, à savoir de créer une nouvelle identité britannique, qui rompt avec la tristesse des années Thatcher, et qui, s'ancrant dans un passé glorieux, permettrait à son pays d'aller de l'avant. Les fondements de cette identité, finalement plus retrouvée que nouvelle, sont avant tout à chercher dans un certain héritage culturel, notamment celui des années 1960, que le candidat reprend à son compte. La fin du texte est écrite dans une veine encore plus patriotique :

  • 6  Ibid.

Britain is a great nation. A country where you can watch the most exciting sport -- Wimbledon, the FA Cup, test Cricket. Where you can listen to the best pop music – The Beatles, Blur, Oasis and Simply Red. A nation blessed with a rich language, fine literature, art and architecture – and a unique sense of humour.6

  • 7  Ibid.

13Le leader travailliste redéfinit ainsi le concept de Britishness en faisant appel à la fois à des éléments issus du passé (la FA Cup étant reconnue comme la première compétition organisée du football moderne, fondée en 1871) et à d'autres plus actuels, comme les groupes de musique actuels que sont Blur et Oasis. On notera, enfin, le clin d'oeil à Simply Red, dont le chanteur est membre du Parti travailliste. Tony Blair parvient alors à se rapprocher, en rendant hommage à Blur et Oasis, du mouvement Britpop, et plus encore, à s'octroyer une certaine place au sein du phénomène Cool Britannia. L'objectif est alors clair : il s'agit pour le Parti travailliste de reprendre à son compte ce phénomène pour donner l'impression d'en être à l'origine, et ainsi devenir à la mode. Dans son programme, Tony Blair s'en cache à peine, en présentant le nouveau slogan de son parti, rebaptisé New Labour : « The phrase New Labour, New Britain embodies a concept of national renewal led by a renewed Labour Party ».7 De façon globale, il apparaît que Tony Blair a su surfer sur la vague du phénomène Cool Britannia, qui a pris une triple envergure : musicale, avec le succès des groupes de Britpop ; sociale, en rendant les Britanniques à nouveau fiers de leur pays ; et enfin politique, dès lors que le Parti travailliste tente de se rapprocher des musiciens et adopte un discours patriotique. Il apparaît donc que le rock britannique et le Parti travailliste ont connu une renaissance simultanée (dans une sorte d'équation New Labour = Cool Britannia), et cette simultanéité peut expliquer le rapprochement entre les deux phénomènes.

  • 8  Cité dans Denselow, R., 1989, p. 95.

14 Pourtant, l’alliance de la politique et de la musique populaire est loin d’aller de soi au milieu des années 1990, et il peut sembler étrange à un observateur de la scène musicale d’aujourd’hui qu’un groupe de musique populaire puisse être ainsi associé à l’image d’un parti. Certes, le stéréotype du groupe de rock engagé existe toujours, mais si la conscience politique des musiciens est un thème qui reste d’actualité, il est fort rare de voir ces derniers accepter de se fondre dans le moule d’un parti politique précis. Afin d’éviter tout embarras, certains musiciens vont même jusqu’à adopter une attitude de négation des clivages politiques conventionnels au nom du rock’n’roll, comme le fait Ray Davies, chanteur des Kinks, en 1977 : « I don’t know which side I’m on […]. I’m a rock’n’roll singer, which is a good cop-out. There’s Left, there’s Right, and there’s rock’n’roll »8.

  • 9  Cité dans Harris, J., 2003, p. 198.

15 Néanmoins, il semblerait que les responsables du Parti travailliste aient su s'y prendre afin de convaincre certains musiciens de prendre parti pour eux, comptant également sur l'image jeune et « cool » de Tony Blair pour s'attirer leur sympathie. Dès 1995, quelques rencontres ont été organisées entre les membres de Blur et le New Labour. Le chanteur Damon Albarn a même été reçu par Tony Blair, John Prescott et Alastair Campbell dans leurs bureaux de Westminster en mars 1995. Peu d’informations au sujet de cette conversation ont filtré, les seuls éléments ayant été révélés par Damon Albarn dans une interview de 1999 : « They invited me round, appearing to be quite casual but then saying, ’If you’re as successful as you are now come the election then we can do some business together’. »9. En procédant de cette manière, Tony Blair se rapproche de Harold Wilson qui cultiva, en son temps, une certaine relation avec les Beatles, originaires comme lui de Liverpool, et qu'il avait fait décorer par la Reine au sommet de leur succès, sans doute afin d'associer le Parti travailliste au succès phénoménal de ce groupe, au moins dans l'imaginaire des gens, en se faisant prendre en photo en leur compagnie (ici en 1964).

16 L'objectif restant pour les travaillistes de rendre public ce soutien de la part d'une partie de l'industrie musicale, principale actrice de Cool Britannia et du renouveau de l'identité britannique, l'accent sera mis par la suite à ce qu'on a appelé des « opportunités photographiques ». L'exemple le plus célèbre de ces exercices de promotion est tiré de la soirée donnée à Downing street en juin 1997 pour célébrer la victoire de Tony Blair aux élections.

17Les membres d'Oasis, leader des ventes d'albums en Grande-Bretagne, sont invités et leur guitariste, Noel Gallagher, pose en compagnie du nouveau premier ministre. Cette image est largement relayée dans la presse, et restera un symbole des années Blair. Ainsi, afin de rendre encore plus claire et visible l’alliance entre le mouvement Britpop et New Labour, rassemblés dans cette mise en avant de l’identité britannique, les travaillistes continuent, même au pouvoir, à associer la figure de certains artistes à une campagne de communication d’envergure concernant le renouveau de l’identité britannique.

Une conception erronée de l’identité britannique

18Cependant, on peut légitimement se demander si cette entreprise du Parti travailliste consistant à changer l’image de marque de la Grande-Bretagne prend appui sur une vision fondamentalement novatrice de l’identité britannique, ou si, au contraire, elle ne fait que réitérer un certain nombre de lieux communs et de clichés au sujet du concept de Britishness. Si l’on revient à la définition du phénomène Cool Britannia, il apparaît que le parallèle avec la période du Swinging London est totalement assumé, voire revendiqué : les groupes de rock en vogue au milieu des années 1990 ne font, semble-t-il, que réutiliser la recette de leurs ancêtres des années 1960. D’une part, d’un point de vue musicologique, les membres d’Oasis sont si influencés par les Beatles qu’ils sont régulièrement accusés de plagiat par la presse. L’exemple le plus flagrant se trouve sur leur album le plus célèbre (What’s the Story Morning Glory, 1995), où l’introduction de Don’t Look Back in Anger réutilise délibérément la même succession d’accords que le célèbre Imagine de John Lennon. D’autre part, sur le plan des textes, le groupe Blur reprend dans les grandes lignes les caractéristiques d’écriture de groupes comme les Kinks, chantres de l’identité et des traditions britanniques depuis les années 1960, notamment sur leur album Parklife (1995), clin d’œil délibéré à The Village Green Preservation Society des Kinks en 1968. Sur cet album, Blur aborde les mêmes thèmes que dans les années 1960, à savoir la vie de jeunes hommes britanniques quelque peu désoeuvrés, telle qu’on la retrouve dans la chanson « Parklife » :

I get up when I want, except on Wednesdays, when I get rudely awakened by the dustmen. I put my trousers on, have a cup of tea, and I think about leaving the house. I feed the pigeons, I sometimes feed the sparrows too, it gives me a sense of enormous well-being. And then I’m happy for the rest of the day.

  • 10  Zuberi, N., 2002, p. 539.

19Il ressort alors du mouvement Britpop une sorte de britannicité figée, proche de l’image d’Épinal. Ce recyclage, si l’on ose dire, de l’identité britannique, mettant en œuvre des clichés datant des années 1960 sont-ils réellement en phase avec la Grande-Bretagne à l’aube du 21è siècle ? Nabeel Zuberi, professeur de media studies à l’université d’Auckland, semble répondre par la négative : « John Major's Back to Basics campaign to promote Britain as the heritage land of warm beer and village green cricket and Tony Blair's nation-branding exercise of Cool Britannia still imagine quite narrow and sentimental versions of the national community »10. Les termes « narrow » et « sentimental » paraissent tout à fait appropriés pour décrire la façon dont fonctionne le phénomène Cool Britannia : certains des clichés qui le caractérisent n’ont certes plus cours dans la réalité britannique de 1997 ils donnent une version étroite et réduite de l’identité, mais surtout une vision sentimentale, qui joue sur la nostalgie des gens et leur rappelle une époque où la Grande-Bretagne était à la pointe de la culture populaire. Zuberi poursuit son analyse en ces termes :

The landscapes on CD covers have been reproduced countless times before as immediate signifiers of Englishness: the greyhound races, the canal lock, the country mansion, the semi-detached suburban house. Britpop's gestures are part of an ironic attitude to national history that suits a decadent nation, more content to deal with the archives than to grasp the possibilities of an uncertain future.

20Certes, tout le monde ne joue pas au cricket, ni ne passe son temps aux courses de lévriers, mais une partie de la population le fait encore, et il est important, pour un Parti travailliste qui cherche à rendre confiance à son peuple, de jouer sur cette nostalgie avant d’aller de l’avant et proposer un changement. Néanmoins, l’usage de ces clichés devient plus critiquable lorsque ceux-ci se concentrent sur l’anglicité, et non la britannicité. La tendance anglocentrique de la Britpop, mouvement supposé représenter la britannicité dans son ensemble, et non uniquement son peuple majoritaire, pose problème, car elle réduit l’identité britannique à sa composante anglaise. Tony Blair lui-même, dans son livre-programme, fait l’amalgame, en associant Britishness et « the FA Cup » ou « test cricket », compétitions sportives éminemment anglaises, et non britanniques.

21Cette confusion entre anglicité et britannicité pourrait bien, par ailleurs, être l’un des facteurs qui expliquent le déclin du phénomène Cool Britannia. Le peuple britannique semble en effet être atteint d’une certaine sensation de nausée vis-à-vis du patriotisme débordant des années 1995-96, et ce dès l’arrivée de Tony Blair au pouvoir. L’accumulation de clichés passéistes a sans doute poussé les Britanniques à prendre du recul, et à réaliser que les stéréotypes véhiculés à leur propos ne reflétaient plus leur quotidien. La tendance anglocentrique du mouvement a, de surcroît, pu pousser les identités dites « minoritaires » au sein du modèle britannique à s’affirmer. C’est le cas de l’identité écossaise, dont le renouveau est symbolisé par le film Trainspotting (adaptation du roman écrit par Irvine Welsh en 1993) réalisé en 1996 par Danny Boyle, décrivant le quotidien de cinq jeunes toxicomanes à Edimbourg. Tout au long du récit, le modèle social britannique y est décrit d’un angle de vue inattendu : celui des marginaux, dont le quotidien consiste justement à contourner ce modèle afin de pouvoir maintenir leur mode de vie alternatif. L’élément frappant est que le succès retentissant de ce film, sorti sur les écrans au sommet de la vague Cool Britannia, est récupéré par les médias en tant qu’œuvre représentative du renouveau cinématographique britannique, alors qu’il se revendique comme écossais avant tout. Le film s’ouvre sur un monologue tout à fait révélateur de l’esprit désabusé qui règne vis-à-vis du principe d’une vie rangée, telle que l’envisagent les classes moyennes :

Choose life. Choose a job. Choose a career. Choose a family. Choose a fucking big television. Choose washing machines, cars, compact-disc players, and electrical tin-openers.

Choose good health, low cholesterol and dental insurance. Choose fixed-interests mortgage repayments. Choose a starter home. Choose your friends. Choose leisure wear and matching luggage. Choose a three-piece suit on hire purchase in a range of fucking fabrics.

Choose DIY and wondering who you are on a Sunday morning. Choose sitting on that couch watching mind-numbing, spirit-crushing game shows, stuffing fucking junk food into your mouth.

Choose rotting away at the end of it all, pishing your last in a miserable home, nothing more than an embarrassment to the selfish, fucked-up brats you have spawned to replace yourself. Choose your future, choose life.

I chose not to choose life, I chose something else. The reasons ? There are no reasons. Who needs reasons when you’ve got heroin ?

22À tort, ce film est considéré par beaucoup comme un emblème de l’époque Cool Britannia en raison du succès international qu’il a rencontré, et de sa date de sortie. Néanmoins, son message est clair : la jeunesse britannique est livrée à elle-même et cherche sa nouvelle identité. On est bien loin des images joyeuses de terrain de cricket et du Swinging London mises en avant par le Parti travailliste. Pire encore, une autre tirade virulente tirée de ce film va jusqu’à insulter à la fois l’identité écossaise et l’identité anglaise :

- Doesn't it make you proud to be Scottish?

  • 11  Ibid.

- It's shite being Scottish ! We're the lowest of the low ! The scum of the fucking Earth ! The most wretched miserable servile pathetic trash that was ever shat on civilization ! Some people hate the English. I don't. They're just wankers ! We, on the other hand, are colonized by wankers ! Can't even find a decent culture to get colonized by ! 11

23En faisant état de dissensions au sein du modèle britannique, et en donnant une image marginale de la jeunesse, Trainspotting semble porter le coup de grâce à la belle identité britannique telle qu’elle avait été redéfinie et mise en avant à la fois par le mouvement Britpop et par le Parti travailliste.

Conclusion

24 L’identité britannique ne semble pas avoir été changée en profondeur par le Parti travailliste à l’aube de son arrivée au pouvoir en 1997. Ce qui a changé est avant tout la vision de l’identité britannique. L’anglocentrisme, tel qu’on le voit à l’œuvre au sein du mouvement Britpop, consiste en une certaine vision de l'identité britannique, qui peut être enjolivée, déformée, peuplée de clichés. La Britpop rénove la vision de l'identité britannique, mais pas l'identité elle même. En jouant sur un certain héritage qui n'a peut-être plus vraiment cours mais qui joue sur la nostalgie des gens, la Britpop n'a fait, semble-t-il, que recycler (et remettre au goût du jour) certaines traditions nationales, mais surtout certains stéréotypes et clichés qui n'étaient plus forcément représentatifs du mode de vie britannique des années 1990. Le Parti travailliste construit une partie de son renouveau sur ces bases, mais ce qu’il récupère de la Britpop au sujet de l'identité britannique n'apparaît comme rien d'autre qu'une stratégie de communication ayant trait à son image, et en particulier celle de son leader. Dès les premiers mois du mandat de Tony Blair, le phénomène Cool Britannia, confronté à une identité en changement et au multiculturalisme, entame alors son déclin.

Haut de page

Bibliographie

Hodge, John et Welsh, Irvine. Trainspotting (screenplay). Channel Four Films, 1996.

Maconie, Stuart. Blur : 3862 Days. London : Virgin books, 1999.

Zuberi, Nabeel. « 'The Last Truly British People You Will Ever Know' : Skinheads, Pakis and Morrissey », in H.JENKINS (ed). Hop on Pop : The Politics and Pleasure of Popular Culture. Duke University Press (2002) (pp. 539-558)

Discographie

Blur. Modern Life is Rubbish (Food, 1993)

Blur. Parklife (Food, 1995).

John Lennon. Imagine (Apple, 1971)

Oasis. (What’s the Story) Morning Glory (Creation, 1995)

The Kinks. The Village Green Preservation Society (Pye records, 1968)

Haut de page

Notes

1  Extraite de l’album Parklife, 1995.

2  Cité dans Maconie, S., 1999, pp. 136-137.

3  Paul Spencer, British Image 1, 1993.

4  « The re-branding of Britain » (cité dans Harris, J., 2003, p.xx).

5  Blair, T., 1996, p. 4.

6  Ibid.

7  Ibid.

8  Cité dans Denselow, R., 1989, p. 95.

9  Cité dans Harris, J., 2003, p. 198.

10  Zuberi, N., 2002, p. 539.

11  Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Clément, « De Britpop à Cool Britannia : une identité britannique revue et corrigée par le New Labour », Observatoire de la société britannique, 5 | 2008, 195-209.

Référence électronique

Guillaume Clément, « De Britpop à Cool Britannia : une identité britannique revue et corrigée par le New Labour », Observatoire de la société britannique [En ligne], 5 | 2008, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://osb.revues.org/684 ; DOI : 10.4000/osb.684

Haut de page

Auteur

Guillaume Clément

Doctorant à l'Université Européenne de Bretagne Rennes 2

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org