Navigation – Plan du site

Gordon Brown, chantre de la britannicité

Gilles Leydier
p. 239-256

Résumé

Lors de ses interventions gouvernementales, Gordon Brown s’est fait remarquer par ses références récurrentes à la British way et sa défense enflammée de l’identité britannique. Que ce soit lors de déplacements officiels à l’étranger ou de discours sur le sol britannique, toutes les occasions ont été mises à profit par l’ancien chancelier et actuel Premier ministre pour s’approprier les thèmes de Britain et de Britishness, promouvoir sa vision de l’histoire et de l’identité britanniques, et développer une rhétorique patriotique autour des valeurs constitutives de la britannicité. Cet article analyse les ressorts de la vision de l’identité britannique développée par Gordon Brown, en termes de positionnement tactique, de communication politique et de réalignement idéologique. La British way de Brown, largement idéalisée et reposant sur une vision sélective de l’histoire et de la réalités britanniques, permet de renouveler tout en la prolongeant la logique de la troisième voix qui est au cœur du projet New Labour, et offre à son concepteur la posture d’un patriote progressiste, « Père de la nation » britannique.

Haut de page

Texte intégral

L’identité nationale, une passion nécessaire selon Gordon Brown

1Lors de ses différentes interventions publiques dans le cadre du gouvernement New Labour, Gordon Brown s’est fait remarquer par ses références récurrentes à la British way ou au British genius, et sa défense enflammée de l’identité britannique.

  • 1  On a pu ainsi noter de multiples références à Britain, Great Britain ou Britishness lors des disco (...)

2Que ce soit lors de déplacements officiels à l’étranger - notamment sur le continent africain – ou de discours faits sur le sol britannique, toutes les occasions ont été mises à profit par l’ancien chancelier et actuel Premier Ministre pour s’approprier les thèmes de Britain et de Britishness, promouvoir sa vision personnelle de l’histoire et de l’identité nationales, et développer une rhétorique patriotique autour des valeurs constitutives de la britannicité1.

3C’est dans cette perspective que Brown a proposé pèle mêle la création d’une journée nationale sur le modèle du 14 juillet français ou –mieux- du 4 juillet américain ; la revalorisation de la place de l’histoire britannique dans les programmes scolaires ; la mise en route d’une exposition permanente de documents historiques constituant « l’essence de l’identité britannique » en coopération avec le British Museum, la British Library et la National Archive ; la création d’un Institute for Britishness afin d’encourager les débats et les échanges sur cette question ; l’établissement d’un service national pour les jeunes au profit de leurs communautés (British National Youth Community Service) ; l’établissement d’une journée nationale des anciens combattants (National Veteran’s Day) ; l’introduction d’une carte nationale d’identité biométrique, venant s’ajouter aux actuels tests de citoyenneté – 24 questions sur la vie au Royaume-Uni, à remplir en 45 minutes – et aux cérémonies d’accession à la citoyenneté pour les immigrants mises en place par le gouvernement New Labour.

4Au-delà de ces mesures concrètes visant à restaurer un sens patriotique commun incertain, Brown propose une véritable analyse, construite et argumentée, sur les ressorts historique et sociologiques de l’identité britannique et sa pertinence dans le monde contemporain.

  • 2  Parmi ces historiens, sociologues ou journalistes de tous bords politiques, on peut citer notammen (...)

5Cette réflexion – qui tourne parfois à la fixation chez Brown – ambitionne de renverser les discours pessimistes et déclinistes actuellement en vigueur chez certains observateurs britanniques, et qui annoncent la perte de sens de la vieille identité nationale et l’éclatement programmé du Royaume-Uni2. Ainsi et bien qu’il s’en défende, Brown, par ses interventions répétées et ses appels à la mobilisation sur ce thème, contribue lui aussi quoique indirectement à accréditer l’idée d’une crise profonde et durable de la Britishness.

6De fait la défense passionnée par Brown de l’identité nationale intervient à un moment particulier de l’histoire du Royaume-Uni, et qui se caractérise notamment par les suites du 11 septembre 2001 et la menace représentée par le terrorisme international ; les interrogations –renforcées par les attentats de Londres de juillet 2005 – autour de la capacité d’intégration du modèle culturel britannique ; l’accélération de la globalisation économique ; la dynamique centripète de la dévolution et l’émergence de la « question anglaise » ; enfin la permanence de la question du positionnement du Royaume-Uni face à l’intégration européenne. Tous ces évènements distincts posent chacun à leur manière la double question à la fois du lien social à l’intérieur du territoire britannique, et celle de l’image que les Britanniques se font d’eux-mêmes et projettent vers leur environnement extérieur.

7Pour Brown la problématique de l’identité britannique constitue la question politique centrale, celle qui fait le lien entre tous les enjeux actuels, qu’ils soient institutionnels, économiques, culturels ou diplomatiques. Comme il l’expliquait lors d’un débat dans le magazine Prospect consacré à ce thème :

  • 3  Gordon Brown, débat dans “Britain rediscovered”, Prospect, avril 2005

“I think almost every question that we have to deal with about the future of Britain revolves around what we mean by Britishness, whether it is asylum or immigration, the future of the constitution, our relationship with Europe or terrorism. Who we are, what we stand for, what we are fighting for, is crucial to any nation's future in the modern world. Unless you have a strong sense of shared purpose, a strong sense of who you are, you will not succeed in the global economy and global society”3.

8Qu’il s’agisse au plan intérieur des changements constitutionnels restant à faire, de l’articulation entre le centre et la périphérie britanniques, des rapports entre l’individu, la communauté et l’Etat, de la question de la citoyenneté et du contenu des services publics, de l’évolution du multiculturalisme, de l’intégration des minorités et des relations intercommunautaires ; ou qu’il s’agisse au plan extérieur de l’attitude du Royaume-Uni par rapport à l’Union Européenne, aux Etats-Unis ou aux pays émergents, ou de son positionnement face aux questions de l’immigration et du droit d’asile, Brown fait de la réflexion à mener sur l’identité nationale l’alpha et l’oméga de toutes les politiques à venir.

Un idéal fondateur à redécouvrir

9Le point de départ de l’analyse de Brown est qu’il existe un idéal fondateur à l’idée de Britain, qu’il s’agit aujourd’hui de redécouvrir et de rendre explicite

  • 4  Ibid.

“My point is that there is a founding ideal ; it is just not codified in any one document…Whether you codify it or not, you have got to rediscover it. You don't invent it, you rediscover it…. The question is not what's left of Britishness, but discovering what is so rich in Britishness and then seeing if it gives us bearings for the future….after the second world war, as we lost the empire, and as our economy went into relative decline, we lost confidence in ourselves, and forgot that the basis of Britain's success was the values that bound us together. I think we have got to rediscover them, and that's why I'm forcing the debate back”4

10Brown estime qu’il existe un ensemble de valeurs intrinsèques qui définissent l’identité britannique :

  • 5 Hugo Young Memorial Lecture, Chatham House, décembre 2005

“It is the view that a distinctively British set of ideas about ourselves and our role in the world has emerged from the long tidal flows of our national experience –the 2000 years of successive waves of invasion, immigration, assimilation and trading partnerships that have both created a uniquely rich and diverse culture and made us an island –stable, outward looking and open.” 5

11Cet ensemble de valeurs, qui allient selon Brown tolérance et ouverture sur l’extérieur, inventivité et esprit d’entreprise, s’incarnent dans l’esprit du Premier ministre dans le triptyque liberté/responsabilité/justice, qui se décline dans tous les aspects de la vis quotidienne.

  • 6  “Who do we want to be ? The future of Britishness”, Discours devant la Fabian Society, janvier 200

“It is to our benefit to be more explicit about what we stand for and what are our objectives and that we will meet and master all challenges best by finding shared purpose as a country in our enduring British ideals that I would summarise as – in addition to our qualities of creativity, inventiveness, enterprise and our internationalism, our central beliefs are a commitment to – liberty for all, responsibility by all and fairness to all. And I believe that out of a debate, hopefully leading to a broad consensus about what Britishness means, flows a rich agenda for change : a new constitutional settlement, an explicit definition of citizenship, a renewal of civic society, a rebuilding of our local government and a better balance between diversity and integration”6.

12Selon Brown si ces valeurs prises individuellement sont universelles et peuvent à ce titre être revendiquées par d’autres démocraties, l’originalité britannique tient à une combinaison unique de ces valeurs :

  • 7 Hugo Young Memorial Lecture, Chatham House, décembre 2005

“Ideas that are not unique to the British culture - indeed all cultures value liberty, responsibility and fairness - but when taken together, charted through our history, are at the heart of a modern Britishness, central elements of a modern and profoundly practical patriotism: the surest way in which our nation can succeed economically and socially in the twenty first century will be by building a society in which there is liberty for all, responsibility by all and fairness to all…”7

  • 8  Donald Dewar memorial Lecture, octobre 2006

 “And this passion for liberty for all combined with instinct for duty by all, leading to a belief in fairness to all has produced, over the generations, a uniquely British settlement that has balanced the rights and responsibilities of the individual, civic society and the great national institutions of our country and recognized the importance of them working together”8

13Pour Brown, cette alchimie originale doit faire du Royaume-Uni la « boussole morale » de la mondialisation marchande et d’un monde actuel caractérisé par le changement perpétuel et la quête de repères.

  • 9  Speech at the Smith Institute,15 /04/99.

“And I said that by rediscovering great British qualities - being creative adaptable and outward looking, believing in liberty duty and fair play - what I called, in Orwell's words, the British genius - Britain will be best placed to tackle the great challenges of a global economy…So in my view the British way is not to fear change but to embrace it, confident in the knowledge that British people have the practical creativity and innate adaptability to master change and turn it to our advantage. The British way is not to exalt a self interested individualism but throughout the centuries to foster a uniquely rich and continuously evolving relationship between individual community and state, a strong vibrant civil society where there is opportunity for all. The British way is not to retreat into a narrow insularity and defensive isolationism but to be open and tolerant, confidently outward looking and to lead by example9”.

14Enfin Brown insiste sur le fait que ce débat sur la Britishness, et l’établissement d’un consensus autour des valeurs de l’identité britannique, constituent la condition préalable et indispensable à des futures réformes et à l’établissement d’un programme de gouvernement progressiste :

  • 10  Who do we want to be ? The future of Britishness”, Discours devant la Fabian Society, janvier 2006

 “It is to our benefit to be more explicit about what we stand for and what are our objectives and that we will meet and master all challenges best by finding shared purpose as a country in our enduring British ideals that I would summarise as – in addition to our qualities of creativity, inventiveness, enterprise and our internationalism, our central beliefs are a commitment to – liberty for all, responsibility by all and fairness to all. And I believe that out of a debate, hopefully leading to a broad consensus about what Britishness means, flows a rich agenda for change : a new constitutional settlement, an explicit definition of citizenship, a renewal of civic society, a rebuilding of our local government and a better balance between diversity and integration”10.

Le New Labour, parti de l’Union

15Cette profusion de discours enflammés sur le thème de la britannicité au cours des dernières années peut s’interpréter à plusieurs niveaux, selon que l’on se place sur le plan du positionnement tactique, de la communication politique ou du réalignement idéologique.

16 On peut ainsi considérer que les motivations de cette inflation verbale sur l’identité britannique relève pour partie chez Brown de la stratégie électorale.

17Pour le premier Premier ministre « post-dévolution » - écossais « pur jus » de surcroit – il s’agissait, avant d’accéder à la fonction suprême mais aussi dans la perspective des prochaines échéances, de donner des gages de sa britannicité vis-à-vis de l’électorat anglais, et d’apaiser les craintes de ce dernier sur sa légitimité à gouverner le Royaume-Uni vis-à-vis de sa composante principale. L’opportunité de célébrer l’importance de l’Union et de minorer sa propre identité écossaise à été notamment fournie par la célébration – réduite au minimum des deux côtés de la Tweed – du trois centième anniversaire de l’Acte d’Union de 1707. En cette occasion Brown s’est posé en garant de la continuité britannique contre toute tentation séparatiste, allant jusqu’à revendiquer l’héritage d’unioniste instinctif de Margaret Thatcher.

  • 11 « Gordon Brown : We need a United Kingdom”, Daily Telegraph, 13/01/2007

"A national debate about Britishness and the future of Britain is overdue and there is no more appropriate moment than the 300th anniversary of the Act of Union. It is now time for supporters of the Union to speak up, to resist any drift towards a Balkanisation of Britain, and to acknowledge Great Britain for the success it has been and is : a model for the world of how nations can not only live side by side, but be stronger together but weaker apart…The failure to defend and promote the United Kingdom is becoming more a feature of the thinking of the Right. In contrast to Lady Thatcher, who rightly defended the Union, Conservative writers now embrace anti-Unionist positions. Regrettably, an opportunist coalition of minority Nationalists and what used to be the Conservative and Unionist Party is forming around a newly fashionable but perilous orthodoxy emphasising what divides us rather than what unites."11

  • 12  Voir par exemple « Historian Fry calls for end to union with the English » Scotland on Sunday, 1/1 (...)

18Brown se positionne ainsi comme le « Père de la nation », le leader de l’unité nationale vers lequel les électeurs de tous bords peuvent se tourner. Ce message, à destination notamment de Middle England, prend le contre-pied de discours en vogue chez certains hommes politiques ou intellectuels proches du parti conservateur, pour qui « the British society is broken » ou qui considèrent que le processus de dévolution enclenché il y a dix ans doit logiquement déboucher sur la création d’un parlement anglais et/ou la séparation de l’Ecosse du reste de la Grande-Bretagne12. Face aux sécessionnistes de tous bords –nationalistes irlandais, indépendantistes écossais, régionalistes gallois, conservateurs anglais prêts à « jeter le bébé de la dévolution avec l’eau du bain », Brown développe l’idée que le parti travailliste est aujourd’hui et sous son leadership le véritable parti de l’Union des différentes composantes britanniques, et le seul garant de l’intégrité territoriale multinationale du Royaume-Uni.

De la Third way à la British way

19Il y aussi chez Brown la volonté d’élargir sa palette politique et de forger sa stature d’homme d’Etat. En poste au 11 Downing Street depuis l’avènement du New Labour en 1997, Brown a été en quelque sorte au cours des dix dernières années un « one-issue politician », l’homme de la stabilité macro-économique, de la prudence fiscale, de la rigueur budgétaire et des critères de convergence. Appelé à prendre le relais d’un Tony Blair usé par le pouvoir et déconsidéré par l’engagement militaire britannique en Irak, l’austère écossais a été amené à changer de registre pour un niveau de discours plus en phase avec la fonction à laquelle il aspire depuis toujours.

  • 13  Son premier discours devant le patronat britannique le 20 Mai 1997, intitulé Exploiting the Britis (...)

20Brown est donc passé progressivement de discours à dominante économique, vantant le « génie britannique » dans les relations commerciales, la capacité d’exportation ou d’innovation de ses entreprises, à un éloge vibrant d’une « voie britannique » unique, fondée sur ces mêmes valeurs d’ouverture sur le monde, de tolérance et de capacité d’adaptation13.

21Parallèlement, tout mandat politique s’incarne dans un slogan qui indique les priorités et trace les perspectives et les enjeux. Il s’agit pour Brown désormais de donner un nouveau souffle au projet New Labour, dont il fut l’un des principaux architectes il y a une douzaine d’années.

22En rejetant à la fois une certaine droite accusée d’être incapable de promouvoir le Royaume-Uni et défendant des positions telles que « English votes for English laws » qui préparent le terrain de l’éclatement britannique ; mais aussi en renvoyant dans les cordes une certaine gauche réticente à mettre en avant un patriotisme de façon explicite, Brown réaffirme la position idéologique centrale du New Labour sur l’échiquier politique britannique. Il tente également de prolonger en les renouvelant les idées de partenariat, de société inclusive, de communauté de destins, de citoyenneté responsable, de complémentarité entre droits et devoirs, qui étaient au cœur du projet New Labour. La British way est en quelque sorte à Brown ce que la Third way était à Blair.

23Au plan théorique, Brown s’efforce de relier cette promotion de l’identité britannique à la tradition travailliste, dont il se veut le héraut et qu’il incarne à l’évidence beaucoup plus que son prédécesseur immédiat.

24Il s’agit là d’une constance chez Brown, intellectuel imprégné par l’histoire du mouvement ouvrier et qui, depuis ses premiers écrits sur « The Red paper on Scotland » en 1975 ou dans ses travaux ultérieurs sur le clydesider James Maxton, a développé une analyse approfondie sur les liens entre britannicité et idéaux progressistes. Pour Brown la réflexion sur le changement social doit aller de pair avec l’étude des valeurs nationales britanniques, et la revitalisation du projet New Labour passe impérativement par la mise en avant d’un consensus identitaire autour de la britannicité. Là où Blair semblait en quelque sorte dire « je suis le « père de la nation » malgré mon parti », Brown affirme pour sa part « je suis le « père de la nation » en raison – partiellement au moins – de mon parti ». Pour Brown le Labour doit donc être le fer de lance de nouvelles réformes reposant sur un consensus populaire majoritaire et imprégné par les valeurs historiques de la britannicité, et son nouveau leader doit s’affirmer comme un patriote progressiste, sans qu’il y ait la moindre antinomie entre les deux termes.

Une lecture magnifiée et sélective de l’histoire britannique

  • 14  Voir par exemple Christopher Harvie, “Gordon Brown’s Britain”, Open democracy, 25/01/2006 ; Simon (...)

25Les discours réitérés et enthousiastes de Brown sur la britannicité ont suscité de nombreux débats dans les cercles politiques et intellectuels britanniques14 et appellent plusieurs remarques critiques.

26D’une part comme tout discours sur l’identité nationale, celui de Brown n’échappe pas toujours au travers de l’essentialisme, c’est-à-dire à une perception quelque peu figée et réductrice de la notion de civilisation, assimilée au « génie » éternel, à l’« âme » intemporelle d’une nation.

  • 15  “What I regard as essentially British qualities : an ability to adapt, and an openness to new idea (...)

27  Peut-on définir exactement un peuple en termes de valeurs générales intrinsèques, alors que toute identité nationale est le résultat d’une tension entre le particularisme et l’universel, et donc adapte à sa façon et selon un certain contexte socio-historique des valeurs universelles ? Ainsi Brown est peu convaincant lorsqu’il multiplie les références à ce qu’il estime être des « unique British qualities », lorsqu’il définit la monarchie, le NHS ou la BBC comme des « quintessentially British institutions », ou quand il affirme de façon péremptoire que l’Union Jack est « par nature » un symbole de tolérance et d’inclusion15.

28D’autre part et bien qu’il s’en défende, Brown revendique de fait une forme de supériorité, notamment morale, du modèle britannique qu’il s’agit désormais de redynamiser après une éclipse de plusieurs décennies. En même temps il propose une relecture sélective et largement mythifiée du passé britannique : ainsi par exemple les épisodes sombres de la période impériale, de la colonisation de l’Irlande, des désastres sociaux de la révolution industrielle et du développement du capitalisme moderne ne sont jamais évoqués par Brown. Enfin si Brown revendique le caractère multinational de l’Etat britannique, on peut relever que sa « communauté imaginée » occulte complètement l’Irlande et presque totalement le pays de Galles, pour se réduire en pratique à l’histoire du partenariat – ou du face-à-face - anglo-écossais.

La prééminence du partenariat anglo-écossais

29De fait ce récit à la fois didactique et émotionnel de Brown sur la britannicité, visant à faire émerger un nationalisme civique face à la fois au populisme agressif et raciste développé dans certains cercles conservateurs ou de droite extrême, ainsi qu’aux discours sécessionnistes des nationalistes de la périphérie, semble s’adresser en priorité aux classes moyennes écossaises et anglaises.

  • 16 « The Scottish way is always at the core of British history », GordonBrown & Douglas Alexander, “St (...)

30La dimension écossaise occupe une place centrale dans les discours de Brown. Il y a chez ce dernier, intellectuel écossais archétypal beaucoup plus que Macmillan, Home, Steel ou même John Smith, la conviction profonde et exprimée à maintes reprises que l’Ecosse est à la fois la patrie du socialisme réel –celle de Hardie, de la Red Clydeside et de la révolte contre la poll tax – en même temps que le cœur de l’identité et de l’histoire britanniques16.

31La référence aux Lumières écossaises comme moment fondateur et déterminant de l’identité britannique moderne, est également très présente chez Brown, comme l’atteste par exemple cet extrait d’un discours en hommage à Donald Dewar, cet autre grande figure de l’Establishment politique écossais, travailliste de la première heure, architecte de la dévolution et profondément unioniste :

  • 17  Donald Dewar memorial Lecture, octobre 2006

“Donald Dewar would have been the first to point to the influence on his thinking of ideas that came alive in the Scottish enlightenment - what he called a light held to the intellectual life of Europe - a light, he argued, important to making Britain the society it is, and can become…Britain is rightly identified throughout the world as the country which pioneered ideas of tolerance, and then liberty, and we should be proud that we not only restricted the power of monarchs but that Britain led the way in democratic reforms to restrict all forms of arbitrary power, and, over time, to guarantee political social and economic rights to all people. But the ideas that were at the core of the Scottish enlightenment tell us why this British passion for liberty did not lead, as it did elsewhere to a cult of self interested individualism or to what Jonathan Sacks calls a 'British libertarianism' ? If we ask, 'what prevented the triumph of the idea of the abstract individual without ties or allegiances, other than those contractually entered into', the answer is that it was seen as a mark of British citizenship that people accepted they had responsibilities, as well as rights, that British people felt they had duties to discharge, as well as liberties to demand17.

32Ce que Brown, « son of the Manse » formé dès son plus jeune âge à l’éthique presbytérienne, retient avant tout des Lumières écossaises, c’est la dimension morale. Dans ses discours sur les racines de l’identité et des valeurs britanniques, il fait souvent référence à Adam Ferguson, le père de la sociologie moderne et s’il cite très fréquemment Adam Smith, Brown insiste sur la théorie des sentiments moraux plutôt que sur celle de la richesse des nations, sur la « helping hand » plutôt que sur la « invisible hand » :

  • 18  Ibid.

“Adam Smith always believed his most important book was not the Wealth of Nations but the Theory of Moral Sentiments, the book he was revising at the time of his death. “All for ourselves and nothing for other people” is a “vile maxim” he wrote, emphasising in his Theory of Moral Sentiments the helping hand of individuals supporting other individuals as complimentary to the “invisible hand” of his Wealth of Nations…Of course, Smith and the Enlightenment writers wanted people freed from the shackles of obedience to monarchs, vested interests and all arbitrary power. But while he wanted to remove these arbitrary constraints on citizens, he did not seek to remove all social bonds. The truth is that he wanted people freed from the old commands of the state, but civic responsibilities were a very different matter. Total freedom from them could diminish freedom. Civic duty mattered “whenever we feel the fate of others is our personal responsibility, we are less likely to stand idly by,” he wrote18.

La dimension morale et la fascination pour l’Amérique

  • 19  Himmelfarb, G., The Road to Modernity, The British, French and American Enlightenment, New York, A (...)
  • 20  Simon Lee, 2006, opus cité, p. 376

33 Cette dimension morale, et ce mélange de rationalisme des Lumières et d’éthique protestante, Brown les retrouvent aujourd’hui outre-Atlantique chez certains intellectuels de la côte est, tels Robert Putnam, Howard Gardner, Thomas Friedman ou Francis Fukuyama. Simon Lee a montré comment Brown reprend à son compte la thèse d’Himmelfarb19 qui, analysant le passage historique à la modernité en comparant les contextes britannique, français et américain, conclut à la supériorité du modèle réformiste britannique enraciné sur la philosophie morale des Lumières, fondé sur la « sociologie de la vertu » et caractérisé par l’éthique sociale et le sens moral, par comparaison avec l’expérience américaine s’appuyant sur la « politique de la liberté » ou le cas de la France, articulé autour de l’ « idéologie de la raison »20.

  • 21  James Q. Wilson, The Moral Sense, New York, The Free Press, 1993, cité par Brown dans Pope Paul VI (...)

34 Mais Himmelfarb n’est pas le seul penseur libéral américain à inspirer Brown. Ce dernier s’inspire aussi largement des travaux du philosophe américain James Q. Wilson, qui fait l’éloge du « sens moral » et de la responsabilité civique comme antidote à l’individualisme marchand contemporain21. Chez Wilson comme chez Cass Sunstein, Brown trouve l’équivalent contemporain du Scottish Enlightenment et l’écho de ses préoccupations actuelles sur la nécessité de l’engagement civique individuel, d’une « citoyenneté active », sur la nature morale de la citoyenneté, ou la responsabilité sociale de l’entreprise.

  • 22  Speech at the 17th Arnold Goodman charity on the "Civic society in modern Britain", 20/07/2000

“I see our free and cooperative association in civic society as having its roots in what the Scottish Enlightenment philosophers called the moral sense, by which they meant a set of moral sentiments or dispositions that all human beings possess in common. These philosophers argued that the true source of human sociability lies not in self-interest but in a shared feeling of mutual sympathy. And as James Q. Wilson has shown in his book 'The Moral Sense', there is a great deal of empirical evidence in favour of this view. If we make the mistake of looking for universal moral rules, Wilson argues, a failure to find these can give rise to moral relativism. But while there may be no universal set of absolute rules that all human societies recognise, we do find in people everywhere a common set of moral dispositions. For in every society, people manifest the general dispositions to be dutiful, toexercise self-control, to believe in fairness and to empathise with one another.22

35Ce qui intéresse Brown chez ces auteurs qui à des degrés divers ont inspiré la thèse du compassionate conservatism des républicains américains, c’est qu’ils posent la question du lien entre les comportements individuels et les règles culturelles et sociales, en s’interrogeant sur la façon de persuader les individus de démontrer un comportement civique et responsable, et en montrant que si les individus peuvent être sociables et coopératifs, ils ont besoin de lois et d’institutions qui renforcent ces dispositions.

  • 23  Donald Dewar memorial Lecture, octobre 2006

“The politics of the future will be as much about cultural change as about economic mechanisms and the twenty first century will be characterised by a richer debate about the personal and social responsibility of individuals and societies, and how they can change behaviour and apply their values and beliefs to meet the challenges of the time. And that change is founded on the achievement of persuading people of the need for effective investment for the future of our country in our public services. As David Brooks has written : “if the great contest of 20th century was free market versus planned economies, the big questions of this century are how cultures change and can be changed and how social and cultural capital can be nurtured”.23

  • 24  British Council annual lecture, avril 2004

“If the British way is to restore and enhance local initiative and mutual responsibility in civic affairs we should be doing far more to strengthen not just voluntary organisations but local institutions of government…The British way is surely to encourage more and more people, from their own localities, to take more charge of the decisions that affect their lives…A reinvigorated local democracy can, I believe, emerge to empower people in their own neighbourhoods to deal with the challenges they face : anti social behaviour where the engagement of the whole community is paramount ; schooling, where the participation of parents and the local community is vital ; the health service where the direct involvement of patients and prospective patients matters… A Britishness that thrives on a strong sense of duty and fair play and a commitment to public service means taking citizenship seriously. I would welcome a national debate on what the responsibilities and rights of British citizenship means in practice in the modern world. I believe strongly in the case for citizenship lessons in our schools but for citizenship to matter more, these changes to the curriculum must be part of a far more extensive debate - a debate that, like the wide ranging debate we see in America about what it is to be an American and what America stands for, includes our culture and history as well as our constitution and laws”.24

36Au final la British Way de Brown traduit aussi la fascination –la dévotion, diront certains- de ce dernier pour l’Amérique et ce qu’il perçoit – de façon un peu simplifiée pour ne pas dire simpliste - être en capacité de mobilisation des citoyens autour de valeurs et d’objectifs communs, ainsi que d’incarnation dans des symboles, des images ou des textes fédérateurs.

L’Angleterre, cette communauté politique inconnue

37Un dernier aspect intéressant dans la vison de l’identité nationale revendiquée par Brown est la place faite à l’Angleterre, principale composante de l’Etat multinational britannique.

38D’une part, dans les discours de l’actuel Premier ministre, les multiples références à Britain renvoient en fait le plus souvent à England.

  • 25  The future of Britishness”, Discours devant la Fabian Society, janvier 2006

“Voltaire said that Britain gave to the world the idea of liberty…right through to Orwell's focus on justice, liberty and decency defining Britain…So there is, as I have argued, a golden thread which runs through British history – that runs from that long ago day in Runnymede in 1215; on to the Bill of Rights in 1689 where Britain became the first country to successfully assert the power of Parliament over the King…. Of course the appeal to fairness runs through British history, from early opposition to the first poll tax in 1381 to the second ; fairness the theme from the civil war debates – where Raineborough asserted that "the poorest he that is in England hath a life to live as the greatest he" ; to the 1940s when Orwell talked of a Britain known to the world for its 'decency'.25

  • 26  L’ouvrage de Voltaire auquel Brown fait référence s’intitule en fait « Letters to the English nati (...)

39C’est le cas notamment quand Brown cite les little platoons d’Edmund Burke, ou lorsqu’il évoque Voltaire, Toqueville ou Montesquieu saluant en fait l’Angleterre – et non le Royaume-Uni ou la Grande Bretagne – comme la terre privilégiée de la liberté26.

40 Par ailleurs la plupart des références à la tradition britannique utilisées par Brown pour illustrer les idéaux de liberté et de justice sont antérieures à la formation du Royaume-Uni : que ce soit la Grande Charte, les révoltes des paysans à la fin du quatorzième siècle et notamment contre la première poll tax en 1381, la guerre civile ou la déclaration des droits de 1689, il s’agit d’événements appartenant « intrinsèquement » à l’histoire anglaise pré-britannique.

  • 27  Le titre de l’ouvrage d’Orwell auquel Brown fait fréquemment référence est explicite, puisqu’il s’ (...)

41 Il y a aussi le cas intéressant de George Orwell, dans la mesure où c’est pratiquement la seule figure intellectuelle significative de la gauche britannique à laquelle Brown fait référence dans ses discours sur la britannicité. Si Brown a vu juste en cherchant chez Orwell une inspiration théorique lui permettant d’associer progressisme et identité nationale, le problème est qu’Orwell fait explicitement référence au « génie anglais » là où Brown veut y voir des valeurs britanniques27.

42 Cette confusion récurrente – certes fréquente chez les non anglophones mais problématique pour un érudit comme Brown – entre références britanniques et anglaises renvoie de fait à un brouillage conceptuel entre Etat et nation.

43 Enfin il est frappant de constater combien l’actuel Premier ministre réduit dans sa vision la nation anglaise à un « état d’esprit », à une identité culturelle et sportive, lui déniant le droit de s’organiser politiquement.

44 On se rappelle à ce propos l’enthousiasme avec lequel Brown avait appelé tous les Britanniques à soutenir l’équipe d’Angleterre lors de la dernière coupe du monde de football, en raison notamment de l’absence des autres équipes « nationales » (écossaise, galloise ou nord-irlandaise).

45 Sur le plan constitutionnel, Brown rejette catégoriquement la solution de la création d’un parlement anglais ou de « votes anglais pour des lois anglaises » désormais prônée par le parti conservateur. Sa solution à la question anglaise est de favoriser l’émergence de pôles régionaux à l’intérieur du territoire anglais, et il envisage de fait une communauté politique britannique formée par une association de nations (l’Ecosse et le pays de Galles) et de régions (anglaises).

46 Pour le chantre de la britannicité, l’Angleterre n’existe pas en tant que communauté politique distincte.

Haut de page

Bibliographie

Discours et interviews de Gordon Brown classés par ordre chronologique :

“Exploiting the British genius: the key to long term economic success », speech to the CBI, 20/ 05/1997

“Outward bound”, The Spectator, 8/11/1997.

Speech at the Smith Institute, Londres, 15/04/1999.

Speech at the 17th Arnold Goodman charity on the "Civic society in modern Britain", 20/07/2000

Speech at the British council annual lecture, 7/07/2004

Hugo Young Memorial Lecture, Chatham House, décembre 2005.

 “Who do we want to be ? The future of Britishness”, Fabian Society, 14/01/2006

Speech at the Royal Institute of International Affairs, Chatham House, Londres, 13/02/2006.

Speech at the Donald Dewar memorial Lecture, 12/10/2006

“Gordon Brown : We need a United Kingdom”, Daily Telegraph, 13/01/2007

“Gordon Brown : remarks at a seminar on Britishness at the Commonwealth club”, 27/02/2007

“Gordon Brown answers your questions”, The Independent, 27/06/2007

Articles de presse :

Dossier “The Brown supremacy”, Prospect, octobre 2004

“Brown seeks out British values”, BBC news, 14/03 2005

Dossier “Britain rediscovered”, Prospect, avril 2005.

Dossier “Gordon Brown : an intellectual in power”, Prospect, juin 2006.

Articles de recherche :

Bechhofer, Franck & McCrone, David, “Being British : a crisis of identity ?” the political quarterly, 78, 2 avril-juin 2007, pp. 251/260

Harvie, Christopher, “Gordon Brown’s Britain”, Open democracy, 25/01/2006

Lee, Simon : “Gordon Brown & the British Way”, the political quarterly, 77, 3 juillet-septembre 2006, pp. 369/378

Nairn, Tom, “Brown the bard of Britishness”, Institute of Welsh Affairs, Cardiff, octobre 2006

Haut de page

Notes

1  On a pu ainsi noter de multiples références à Britain, Great Britain ou Britishness lors des discours annuels de Brown lors des congrès annuels du parti travailliste(exactement 59 occurrences en 2003, 51 en 2004, 54 en 2005, 42 en 2006 et 75 lors du dernier en septembre 2007). Dans le flot des discours marquants sur le thème de l’identité britannique, on peut relever notamment ceux faits par Gordon Brown devant le Smith Institute, le British Council, la Fabian Society, le Royal Institute of International Affairs ou le Commonwealth club (respectivement en avril 1999, juillet 2004, janvier 2006, février 2006 et février 2007).

2  Parmi ces historiens, sociologues ou journalistes de tous bords politiques, on peut citer notamment Neil Acherson, Norman Davies, Simon Heffer, Christopher Harvie, Andrew Marr, Ferdinand Mount, Tom Nairn, Melanie Phillips ou Roger Scruton.

3  Gordon Brown, débat dans “Britain rediscovered”, Prospect, avril 2005

4  Ibid.

5 Hugo Young Memorial Lecture, Chatham House, décembre 2005

6  “Who do we want to be ? The future of Britishness”, Discours devant la Fabian Society, janvier 2006

7 Hugo Young Memorial Lecture, Chatham House, décembre 2005

8  Donald Dewar memorial Lecture, octobre 2006

9  Speech at the Smith Institute,15 /04/99.

10  Who do we want to be ? The future of Britishness”, Discours devant la Fabian Society, janvier 2006.

11 « Gordon Brown : We need a United Kingdom”, Daily Telegraph, 13/01/2007

12  Voir par exemple « Historian Fry calls for end to union with the English » Scotland on Sunday, 1/10/2006. L’historien écossais Michael Fry, un des rares intellectuels écossais proches des conservateurs, s’est récemment converti à l’idée de l’indépendance écossaise.

13  Son premier discours devant le patronat britannique le 20 Mai 1997, intitulé Exploiting the British genius : the key to long term economic success , donne la tonalité des interventions ultérieures de Brown sur ce thème. Parallèlement c’est dès novembre 1997, dans un article remarqué dans the Spectator titré Outward bound que Brown pose les jalons de la « British Way » qu’il ne cessera par la suite d’invoquer en précisant ses contours idéologiques. Voir aussi l’avant dernière citation.

14  Voir par exemple Christopher Harvie, “Gordon Brown’s Britain”, Open democracy, 25/01/2006 ; Simon Lee, “Gordon Brown & the British Way”, the political quarterly, 77, 3 juillet-septembre 2006, pp. 369/378 ; Tom Nairn,, “Brown the bard of Britishness”, Institute of Welsh Affairs, octobre 2006 ; Franck Bechhofer & David McCrone, “Being British : a crisis of identity ?” the political quarterly, 78, 2 avril-juin 2007, pp. 251/260 ; et les dossiers “The Brown supremacy”, octobre 2004, “Britain rediscovered”, avril 2005, “Gordon Brown : an intellectual in power”, juin 2006 dans la revue Prospect.

15  “What I regard as essentially British qualities : an ability to adapt, and an openness to new ideas and new influences which have made us, as a country, both creative and internationalist in our outlook”, extrait du discours devant le British council en 2004 :« A Britain grounded in enduring British values of creative enterprise and hard work, of outward looking tolerance and fairness” extrait du discours au Smith Institute, 1999.

16 « The Scottish way is always at the core of British history », GordonBrown & Douglas Alexander, “Stronger together, Fabian Society, avril 2006.

17  Donald Dewar memorial Lecture, octobre 2006

18  Ibid.

19  Himmelfarb, G., The Road to Modernity, The British, French and American Enlightenment, New York, Alfred A. Knight, 2004.

20  Simon Lee, 2006, opus cité, p. 376

21  James Q. Wilson, The Moral Sense, New York, The Free Press, 1993, cité par Brown dans Pope Paul VI memorial lecture, 8/12/04.

22  Speech at the 17th Arnold Goodman charity on the "Civic society in modern Britain", 20/07/2000

23  Donald Dewar memorial Lecture, octobre 2006

24  British Council annual lecture, avril 2004

25  The future of Britishness”, Discours devant la Fabian Society, janvier 2006

26  L’ouvrage de Voltaire auquel Brown fait référence s’intitule en fait « Letters to the English nation ». La citation de Burke sur les little platoons est « I speak of England, not of the whole English dominion » Cf. S. Lee, 2006, opus cité, p. 376

27  Le titre de l’ouvrage d’Orwell auquel Brown fait fréquemment référence est explicite, puisqu’il s’agit de « The Lion and the Unicorn : Socialism and the English Genius ». Orwell y écrit notamment : “the task of bringing the real England to the surface.. I believe in England, and I believe that we shall go forward”.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Leydier, « Gordon Brown, chantre de la britannicité », Observatoire de la société britannique, 5 | 2008, 239-256.

Référence électronique

Gilles Leydier, « Gordon Brown, chantre de la britannicité », Observatoire de la société britannique [En ligne], 5 | 2008, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://osb.revues.org/700 ; DOI : 10.4000/osb.700

Haut de page

Auteur

Gilles Leydier

Professeur de civilisation britannique à l'Université du Sud Toulon-Var

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org