Navigation – Plan du site

Le New Labour et l’identité britannique dans le monde : continuité ou rupture ?

Virginie Barrier-Roiron
p. 257-271

Résumé

Loin de constituer une rupture dans la politique étrangère britannique, le New Labour a inscrit la politique internationale et l’identité internationale britannique dans un creuset de valeurs et d’objectifs qui semble tout droit hérité de la politique impériale de décolonisation, menée notamment par ses prédécesseurs travaillistes. Le néo-travaillisme a fondé sa vision de l’identité britannique dans le monde sur la tradition internationaliste travailliste et sur l’œuvre de ses prédécesseurs travaillistes. La nouveauté du travaillisme blairiste semble ainsi davantage relever de la manière d’exprimer, que de la manière d’envisager, l’identité britannique dans le monde.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Riddel P., « Forgetting History », in Seldon A. et Hickson K., 2004, p. 308.
  • 2  Dixon K., 2000, p. 15.

1Le New Labour est arrivé au pouvoir en 1997 sur un programme de rupture, non seulement avec un parti conservateur usé par près de deux décennies de pouvoir, mais surtout avec un « vieux » Parti travailliste, accusé d’avoir mal géré le pays à la fin des années 19701. Tony Blair semblait tout aussi opposé à ses prédécesseurs travaillistes qu’aux conservateurs dont il alla même jusqu’à revendiquer l’héritage thatchérien, dans un ultime coup de grâce porté à la vieille garde travailliste2.

2La rupture annoncée concernait également la politique étrangère. Pour un gouvernement usant de toutes les techniques modernes de communication, la question de l’image de la Grande-Bretagne que le nouveau travaillisme allait pouvoir donner au monde apparaissait comme un aspect essentiel de la politique du nouveau gouvernement. Dès son arrivée au pouvoir, Tony Blair et les « nouveaux » travaillistes avaient exposé dans le programme électoral du parti l’esprit de la politique étrangère qu’ils entendaient mettre en œuvre. Celle-ci est présente dans le programme électoral du parti en 1997.

  • 3  Manifeste du Parti travailliste, New Labour Because Britain Deserves Better, 1997, www.labour-part (...)

Leadership, not isolation […]
Labour has traditionally been the party of internationalism. Britain cannot be strong at home if it is weak abroad. The tragedy of the Conservative years has been the squandering of Britain’s assets and the loss of Britain’s influence.
A new Labour government will use those assets to the full to restore Britain’s pride and influence as a leading force for good in the world. With effective leadership and clear vision, Britain could once again be at the centre of international decision-making instead of at its margins.3

3Le programme du nouveau Parti travailliste lors de la campagne pour les élections législatives de 1997 s’inscrit dans une certaine tradition travailliste des affaires étrangères. Mais cette précision n’est avancée que pour mieux mettre en relief ce que pourra apporter un nouveau travaillisme, à savoir une image de la Grande-Bretagne dans le monde fière, meneuse de nations, influente et surtout, incontournable.

4On voit également apparaître un aspect important de la politique étrangère néo-travailliste : l’utilisation de valeurs morales en politique. D’aucuns auront pu relever la fréquence de l’emploi des épithètes « right », « good », « evil » pour qualifier la politique étrangère britannique dans les discours de Tony Blair. L’idée d’une « force au service du bien » situe l’action du gouvernement britannique sur le terrain des valeurs, et non plus de la seule politique. L’insistance sur des valeurs morales semble faire référence à une vision impériale du rôle de la Grande-Bretagne.

5En outre, le manifeste parle de « restaurer la fierté et l’influence britannique en tant que force au service du bien dans le monde ». L’emploi du verbe restaurer permet de poser la question de la réelle nouveauté de la politique étrangère néo-travailliste. La phrase est ambiguë : s’agit-il de restaurer la fierté et l’influence de la Grande-Bretagne pour faire de cette dernière une force au service du bien, ou de restaurer l’influence et la fierté de la Grande-Bretagne parce qu’elles sont traditionnellement au service du bien ? Cette phrase tend à donner une impression de nostalgie de la grandeur impériale, qui de surcroît semble s’exprimer sans complexe.

  • 4 Speech by the Prime Minister Tony Blair at Lord Mayor’s Banquet, 10 novembre 1997, www.number10.gov (...)

I want us to make sense of our history. There is a lot of rubbish talked about the Empire. In my view, we should not either be apologising for it or wringing our hands about it. It is a fact of our history. It was, in many ways, a most extraordinary achievement and it has left us with some very valuable connections – in the Commonwealth, in the English language. So let us use them and be thankful we have them.4

6Le débat sur les éventuelles culpabilités impériales est ici relégué au passé. Pour le chef du nouveau travaillisme, l’empire colonial n’est pas une donnée du présent, mais ses conséquences sont dignes d’être examinées dans la construction du rôle de la Grande-Bretagne dans le monde. Le ton est volontaire : l’emploi de la première personne du singulier montre que le nouveau travaillisme n’entend pas subir l’histoire impériale. Cette reprise en mains du passé rappelle les termes du manifeste du parti selon lesquels l’influence de la Grande-Bretagne dans le monde devait être « restaurée ». Le passé n’est pas oublié, il n’est pas non plus vécu comme un fardeau, bien au contraire. Même s’il fait partie de l’histoire, le rôle de la Grande-Bretagne en tant que puissance impériale est complètement assumé et trouve un écho dans la politique présente, comme s’il s’agissait d’un modèle à suivre.

7Avec la référence au Commonwealth, à la langue anglaise en tant que langue mondiale, on voit ce que peuvent recouvrir les « avantages » (« assets »), évoqués dans le manifeste électoral, que les conservateurs étaient accusés d’avoir négligés dans leur manière de concevoir le rôle de la Grande-Bretagne dans le monde. Le nouveau travaillisme s’inscrit ici dans une tradition de la politique étrangère travailliste, traditionnellement plus tournée vers le Commonwealth que sa contrepartie conservatrice. On peut d’ailleurs s’interroger sur le rôle que le gouvernement néo-travailliste entendait faire jouer au Commonwealth dans la politique étrangère britannique. Le Commonwealth n’apparaît-il pas, dans la dernière phrase de l’extrait, comme un outil au service de la politique étrangère britannique, un outil susceptible de servir les intérêts britanniques dans le monde en donnant plus de poids aux politiques internationales de la Grande-Bretagne ?

8Dès lors, on peut se demander si la conception néo-travailliste du rôle international de la Grande-Bretagne, de l’identité britannique dans le monde, ne serait pas d’abord une question d’attitude par rapport au passé, une attitude à la fois décomplexée vis-à-vis de l’héritage impérial et revendicative, presque impérialiste, dans l’affirmation de son rôle de puissance dans le monde. Il apparaît nécessaire, pour comprendre cette conception néo-travailliste, de se reporter au moment où la Grande-Bretagne a perdu son empire colonial et a « gagné » les fameux « avantages » mentionnés dans le manifeste de 1997. Plutôt que de s’interroger sur ce qu’a perdu la Grande-Bretagne, il convient de s’intéresser au moment où le gouvernement britannique a pensé la perte de l’empire en termes de gains. A-t-il fallu attendre le nouveau travaillisme, près de trente ans après la décolonisation pour que cette démarche intellectuelle soit accomplie ?

9Puisque le Commonwealth est défini par le parti néo-travailliste comme un des avantages tirés de la perte de l’empire colonial, son évolution est apparue comme une possible clé permettant de comprendre la conception néo-travailliste de l’identité britannique dans le monde. Il apparaît ainsi pertinent de revenir au moment crucial où le Commonwealth a quitté ses habits d’empire décolonisé pour exister en lui-même, en tant qu’association postcoloniale. Car ce pourrait être à travers les relations entre le Commonwealth, héritier de l’empire, et la Grande-Bretagne que s’est joué la définition de l’identité internationale britannique postcoloniale, et que furent posés les jalons de la conception néo-travailliste du rôle de la Grande-Bretagne dans le monde.

  • 5  Cf. Manifeste du Parti travailliste, The New Britain, 1964 « How little they [the Conservatives] w (...)

10La volonté de rupture du parti néo-travailliste en 1997 fait écho à celle du Parti travailliste mené par Harold Wilson lors des élections législatives de 1964, après treize ans passés dans l’opposition. Le titre du manifeste du Parti travailliste en 1964 « The New Britain », dénote la même volonté d’afficher une rupture par rapport au passé. En outre, la politique étrangère d’Harold Wilson se voulait, bien plus que celle de ses prédécesseurs conservateurs, tournée vers le Commonwealth5.

A new role for Britain […]
Though we shall seek to achieve closer links with our European neighbours, the Labour Party is convinced that the first responsibility of a British Government is still to the Commonwealth.6

11L’idée selon laquelle le Commonwealth doit être une priorité pour le gouvernement britannique est significative de la volonté du Parti travailliste d’assumer le rôle d’ancienne puissance coloniale, et de s’investir dans le développement du Commonwealth et des nouveaux Etats qui le rejoignaient. Toutefois dans ce manifeste, la relation au Commonwealth ne sera à aucun moment expliquée, ni le rôle de l’association défini. En 1966, après moins de deux années au pouvoir, l’attitude du gouvernement Wilson à l’égard du Commonwealth semble quelque peu différente.

« The New Britain and the world […]
…what should our objectives be ?

  • Britain must be committed to realism in defence;

  • Britain must work to strengthen the United Nations which is the main instrument for peace in a divided world

  • Britain must promote nuclear disarmament and work to prevent the spread of nuclear weapons

  • Britain must work to achieve better relations in Europe ;

  • Britain must not fail to contribute to peace-keeping outside Europe ;

  • Britain must take the lead in the war on want and deprivation. » 7

12Le terme « Commonwealth » n’apparaît pas dans la liste des objectifs de la politique étrangère de la nouvelle Grande-Bretagne. Si le Parti travailliste d’Harold Wilson donne ici une ébauche du rôle qu’il entend faire jouer à la Grande-Bretagne en matière de développement, on est loin des termes du premier manifeste qui faisait du Commonwealth une des priorités de la politique étrangère britannique. Le Commonwealth n’est cité qu’au détour de la cinquième partie consacrée au maintien de la paix hors d’Europe.

  • 8  Ibid.

5- Peace-keeping outside Europe […]
It is through her membership of the Commonwealth that Britain has the best opportunity for contributing to the advancement and well-being of so many people in the developing world on the basis of mutual trust and co-operation. Labour created the modern Commonwealth. We have always attached great importance to it as a unique association of peoples, spanning different races and continents of the world. The Commonwealth needs further new development if it is to remain a coherent force in world affairs.8

13On notera ici que l’enthousiasme du Parti travailliste envers le Commonwealth est nuancé par la dernière phrase qui insiste sur la nécessité de le réformer. Le Commonwealth n’apparaît plus au centre de la définition de l’identité britannique dans le monde. Dans cette nouvelle conception travailliste, le Commonwealth se distingue réellement de l’empire colonial : il n’est plus présenté comme le point central de la politique étrangère britannique travailliste, à l’aune duquel le rôle international de la Grande-Bretagne sera mesuré.

14Cet extrait peut être comparé au manifeste du nouveau Parti travailliste et au discours de Tony Blair précités. Le Commonwealth est présenté comme un avantage, un atout, qui pourra servir les objectifs de la politique britannique. Il n’est plus considéré comme un héritage facile de l’empire colonial. Au contraire, l’usage du terme « opportunity » semble indiquer que le Commonwealth est devenu une chance à saisir. Dès lors la définition du rôle international de la Grande-Bretagne ne passe plus obligatoirement par la référence au Commonwealth, comme cela pouvait être le cas avec l’empire. Le Commonwealth se distingue ici de l’empire dans la représentation de l’identité britannique dans le monde que le Parti travailliste entendait véhiculer.

15Le changement d’approche à l’égard du Commonwealth fut particulièrement visible dans les relations que le gouvernement travailliste entretenait avec les membres du Commonwealth.

  • 9  Archives du Foreign and Commonwealth Office, FCO 49/73, Visit of Mr. Martin, Secretary for Externa (...)

The more vociferous Commonwealth Governments must not be allowed to have the impression that, however offensive and difficult they may be, Britain will in the last resort bow to their pressures merely to ensure the continuance of the Commonwealth; nor that the Commonwealth is merely an instrument for unilateral benefits to the new Members.9

16Ce compte-rendu au style indirect permet de souligner l’attitude beaucoup plus offensive du gouvernement britannique à l’égard de ses anciennes colonies devenues Etats-membres du Commonwealth. On semble loin de l’idée d’une « responsabilité » du gouvernement britannique envers le Commonwealth évoquée dans le manifeste de 1964. A travers cet exemple, on voit que la définition de l’identité britannique dans le monde n’est plus exclusivement liée au Commonwealth. En repensant la relation au Commonwealth, Wilson a fait de la Grande-Bretagne un membre comme les autres de l’association, sans que la référence au passé colonial ne vienne troubler des relations qu’il voulait postcoloniales. C’est à travers une redéfinition de son rapport à l’héritage colonial, et au Commonwealth que le gouvernement travailliste d’Harold Wilson entendait faire émerger une « nouvelle Grande-Bretagne », dont le rôle et l’identité pourraient se définir dans un contexte résolument postcolonial.

17Dans l’extrait du manifeste de 1966 précité, le Parti travailliste semble assigner un rôle propre au Commonwealth, sans qu’il soit besoin de faire référence au passé colonial. Le Commonwealth n’est plus une association chargée de gérer l’héritage impérial, mais il est défini pour lui-même, en tant qu’« association de peuples unique en son genre, brassant différentes races et continents du monde entier ». Dès lors, peut-on considérer que la conception travailliste de l’identité britannique dans le monde avait perdu son caractère impérial ? En d’autres termes, le repositionnement par rapport au Commonwealth et la transition postcoloniale de l’identité britannique qui en découlait, remettaient-ils réellement en cause l’ambition impériale du rôle de la Grande-Bretagne ?

18En termes concrets, la nouvelle approche envers le Commonwealth s’est exprimée à travers la politique de développement du gouvernement travailliste. En effet, en redéfinissant son rapport au Commonwealth, Wilson permettait également à sa politique de développement envers le tiers-monde anglophone de s’exprimer en délégitimant toute éventuelle accusation d’impérialisme ou de néo-colonialisme. Si on revient à l’extrait du programme électoral du Parti travailliste de mars 1966 précité, c’est par son appartenance au Commonwealth que la Grande-Bretagne pourra « contribuer à l’avancement et au bien-être de tant de personnes dans les pays en voie de développement ». Le Commonwealth n’est plus mis directement au service des intérêts britanniques, mais au service de valeurs ou d’objectifs (la paix, le développement, etc.) de nature universelle que le gouvernement britannique entend promouvoir.

19Par ailleurs, les objectifs de développement du manifeste sont exprimés en termes très vagues. On peut s’interroger sur le sens que recouvrent les termes « advancement » ou « well-being » en matière de politique concrète. S’agit-il de notions économiques, politiques ? Ces deux termes permettent des interprétations très subjectives, autorisant même d’un certain point de vue, un parallèle avec les références aux valeurs morales en politique régulièrement faites par Tony Blair. Toutefois, si la nature de ces ambitions demeure ambiguë, il semble clair que le contenu des valeurs qui vont définir le Commonwealth moderne et ses politiques sera déterminé par la Grande-Bretagne. Dès lors le lien unissant les membres du Commonwealth devenait culturel, et non plus institutionnel.

  • 10  « you cannot have strong, sustainable development without strong and effective democratic institut (...)

20Les objectifs d’« advancement » et de « well-being » sont envisagés dans le cadre de l’objectif intitulé « Peace-keeping outside Europe ». Dans la définition de la politique étrangère du Parti travailliste emmené par Wilson apparaît ainsi l’idée que la paix mondiale découlera du développement économique et politique des Etats. Cette idée phare de la politique étrangère britannique sert aujourd’hui de fondement à la politique du Commonwealth, notamment en ce qui concerne les petits Etats.10

21D’une certaine manière, ces objectifs ne sont pas sans rappeler la politique impériale dans sa phase décolonisatrice, telle qu’elle fut envisagée par le gouvernement de Clement Attlee.

  • 11  Archives du gouvernement britannique, CAB 134/55, Memorandum by the Secretary of State for the Col (...)

The central purpose of British Colonial Policy is simple. It is to guide the Colonial territories to responsible self-government within the Commonwealth in conditions that ensure to the people concerned both a fair standard of living and freedom from oppression from any quarter. (…) This statement embodies by implication the obvious truth that full independence can be achieved only if a territory is economically viable and capable of defending its own interests.11

22Le gouvernement travailliste d’Attlee considérait que l’indépendance ne pourrait être accordée que si un Etat était considéré comme viable économiquement, autrement dit capable d’assurer à sa population « un niveau de vie convenable », et viable politiquement, soit « capable de protéger sa population contre toute forme d’oppression » et de « défendre ses intérêts » sur la scène internationale. L’objectif de la politique impériale de décolonisation consistait ainsi à transmettre au territoire des outils permettant de remplir ces deux conditions. Les idées d’« advancement » et de « well-being » du manifeste de 1966 tendent à rappeler ces notions de viabilité contenues dans le mémorandum de 1948, dans un contexte tout autre puisque dans un cas la politique de décolonisation en est encore à ses débuts, alors que dans l’autre, elle est sur le point d’être achevée. Les contextes pourtant différents, colonial et postcolonial, dans lesquels les réflexions sur la politique britannique sont menées, permettent de conclure à une certaine continuité de la politique impériale, par delà la forme coloniale dans laquelle elle a pu s’exprimer. Tout se passe comme si le seul fait d’avoir décolonisé l’empire n’avait pas réellement affecté l’ambition de la politique étrangère britannique, et par là même, la manière dont la Grande-Bretagne envisageait son rôle sur la scène internationale. Ainsi le Commonwealth en tant qu’association culturelle apparaissait toujours, malgré sa forme postcoloniale, comme le dépositaire des valeurs britanniques sur lesquelles la politique impériale se fondait.

23Wilson propose ainsi une version postcoloniale de l’identité impériale britannique dans le monde qui cache peut-être une volonté de tendre vers les mêmes aspirations que ses prédécesseurs par d’autres moyens. Ceci permet de s’interroger sur la portée de la remise en question wilsonienne du sens du rôle de la Grande-Bretagne dans le monde, et par là même, de son identité.

24Les fondements théoriques de la politique néo-travailliste semblent ainsi avoir été posés dès la fin des années 1960, par le gouvernement d’Harold Wilson. En effet, la transition postcoloniale de l’identité britannique à la fin des années 1960 a rendu intellectuellement possible la conception néo-travailliste du rôle de la Grande-Bretagne dans le monde.

  • 12  Speech by the Prime Minister, the Rt. Hon. Tony Blair, MP, to the Confederation of Indian Industry (...)

We are not a superpower, but we can act as a pivotal partner, acting with others to make sense of this global interdependence and make it a force for good, for our own nation and the wider world. In so doing, I believe we have found a modern foreign policy role for Britain.12

25La filiation entre la politique wilsonienne et celle du néo-travaillisme apparaît plus clairement dans l’idée de « pivotal partner » évoquée par Tony Blair dans cet extrait. Cette conception est le reflet du repositionnement de la Grande-Bretagne à l’égard du Commonwealth à la fin des années 1960. Ainsi, la notion de « partenaire » met la Grande-Bretagne sur un pied d’égalité avec les autres membres du Commonwealth. La page du passé colonial où il n’était pas question d’égalité entre Grande-Bretagne et anciennes colonies est définitivement tournée. Mais cette notion de partenaire est nuancée par celle de « pivot » qui prend tout son sens dans le cadre du nouveau Commonwealth. En effet, c’est à travers la redéfinition de sa relation au Commonwealth que la Grande-Bretagne a élaboré son nouveau rôle international, un rôle de pivot entre monde développé et monde en développement, entre nord et sud, et qui ouvre la voie vers un rôle de médiateur entre Europe et Etats-Unis. A travers ce rôle, la Grande-Bretagne demeurait un passage obligé et pouvait s’affirmer comme acteur incontournable de la scène internationale.

26L’idée selon laquelle la Grande-Bretagne a un rôle de « partenaire-pivot » à jouer semble trouver son origine dans la politique impériale elle-même, et fut l’aboutissement, et non pas l’abandon, d’une idée impériale du rôle de la Grande-Bretagne dans le monde. Wilson a opéré une sorte de révolution non pas contre l’identité impériale, mais à l’intérieur de celle-ci. On est passé d’une volonté de préserver l’existence du Commonwealth à tout prix pour garder les avantages de l’empire formel en termes d’image et de poids politique à une volonté de faire vivre le Commonwealth en tant qu’association postcoloniale fondée sur des valeurs britanniques pour exprimer le rôle de la Grande-Bretagne dans le monde en terme réellement postcoloniaux. Le Commonwealth demeure une donnée importante dans la conception travailliste du rôle international de la Grande-Bretagne parce que c’est à travers sa redéfinition que la Grande-Bretagne a pu se tourner vers l’avenir sans remettre fondamentalement en question les valeurs fondamentales et les ambitions réelles dont son identité impériale était porteuse. Dans les faits, l’approche wilsonienne propose surtout une adaptation postcoloniale de l’identité impériale britannique, qui était déjà visible dans le manifeste de 1964.

  • 13  Op. cit., Manifeste électoral du Parti travailliste, 1964.

« The Labour Party is offering Britain a new way of life that will stir our hearts, rekindle an authentic patriotic faith in our future, and enable our country to re-establish itself as a stable force in the world today for progress, peace and justice » 13

27On notera dans ce passage l’idée, présente dans le manifeste de 1997, de « rétablir » des aspects du passé, comme s’il s’agissait de faire renaître la véritable nature de la Grande-Bretagne après un moment de doute ou de remise en question. Cette volonté de « restaurer » un rôle passé de la Grande-Bretagne répétée en 1964 et en 1997 dénote une certaine incertitude quant à l’avenir, ainsi qu’un tâtonnement, comme si la Grande-Bretagne d’aujourd’hui avait encore besoin de la référence à son rôle de grande puissance assise sur l’empire. Cette permanence tend à montrer qu’il existe toujours une idée impériale du rôle de la Grande-Bretagne, sur laquelle les gouvernements travaillistes continueraient à fonder leur conception de l’identité britannique dans le monde. Le programme du Parti travailliste semblait ainsi avoir pour objectif de maintenir cette vision impériale de l’identité britannique dans le monde, tout en l’adaptant au contexte postcolonial qui n’autorisait plus la Grande-Bretagne à contrôler directement la destinée du Commonwealth, comme cela avait pu être le cas pour l’empire et pour le Commonwealth jusqu’au milieu des années 1960. En acceptant l’indépendance du Commonwealth et l’indépendance de la Grande-Bretagne vis-à-vis du Commonwealth, le gouvernement britannique travailliste d’Harold Wilson avait paradoxalement permis à une idée impériale du rôle de la Grande-Bretagne dans le monde de survivre.

  • 14  Howe S., “Labour and International Affairs”, dans Tanner D., Thane P., Tiratsoo N. (dir.), 2000, p (...)

28La conception du rôle de la Grande-Bretagne dans le monde de Tony Blair et du nouveau travaillisme s’inscrit dans la tradition de l’internationalisme travailliste. Cette tradition prend la forme d’une politique fondée sur la promotion des droits de l’homme et le multilatéralisme, dont l’objectif est de promouvoir la paix mondiale14, et surtout de faire en sorte que la Grande-Bretagne joue en la matière un rôle central d’inspirateur, en faisant fructifier dans le contexte postcolonial son héritage impérial et les valeurs britanniques. L’idée d’une communauté internationale fondée sur des valeurs communes prend une dimension impériale dès lors qu’un Etat souhaite jouer un rôle clé dans le processus de promotion de celles-ci. Cela implique en effet que cet Etat considère que ses valeurs ont une légitimité supérieure en soi à celle des autres.

  • 15  Prime Minister's speech : Doctrine of the International Community at the Economic Club, Chicago, 2 (...)

29L’imposition ou la volonté d’imposer de « bonnes » pratiques gouvernementales, la transmission de valeurs « justes », l’idée selon laquelle le développement politique est la condition de l’aide au développement économique, demeurent affiliées à une tradition impériale britannique consistant à créer une communauté d’Etats aux valeurs similaires, et faire advenir une sorte d’empire culturel informel. Peut-être ne faut-il pas aller chercher plus loin les fondements de cette « communauté internationale » que Tony Blair érigera en doctrine dans son discours de Chicago en 199915.

30Mais il ne s’agit bien que de fondements, car l’héritage du vieux travaillisme s’arrête là où commence l’idée selon laquelle la communauté internationale peut être une doctrine. En effet, l’internationalisme travailliste s’exprimait d’abord à travers les institutions internationales existantes. Le « vieux » travaillisme d’Harold Wilson et James Callaghan a participé à la « décolonisation » de l’identité impériale de la Grande-Bretagne parce qu’ils ont contribué à faire des objectifs de la politique impériale des objectifs postcoloniaux. Mais dans la vision travailliste traditionnelle, les objectifs de la politique de développement, ces valeurs que la Grande-Bretagne devait promouvoir dans le monde, n’avaient pas vocation à s’affranchir du droit international. C’était à l’intérieur d’un champ d’action défini de manière multilatérale que la Grande-Bretagne devait s’exprimer dans son rôle de « partenaire pivot ».

  • 16  Speech by the Rt. Hon. Tony Blair, Prime Minister and leader of the Labour Party to the Labour Par (...)

31Avec le nouveau travaillisme mené par Tony Blair, la politique étrangère prend une autre dimension, celle d’une remise en question et d’une redéfinition unilatérale du système international lui-même. L’idée de « guerre juste », présente dans le discours de Chicago de 1999, et celle de « patriotisme éclairé » répétée dans plusieurs discours après l’élection de 199716 font revivre une dimension proprement impérialiste de l’identité britannique, quand l’internationalisme travailliste traditionnel s’était contenté de « décoloniser » la politique impériale pour lui permettre de continuer à s’exprimer par delà l’existence de l’empire formel, et indépendamment du souvenir de celui-ci.

  • 17  Lawler P., « New Labour’s Foreign Policy », dans Coates D. et Lawler P. (dir.), 2000, p. 298.

32Tony Blair, contre l’avis de certains de ses partenaires du Parti travailliste, a combiné cet internationalisme travailliste d’inspiration impériale, à une approche presque impérialiste. L’idée selon laquelle la Grande Bretagne doit jouer un rôle de leader, présente chez ses prédécesseurs, est ici complétée par un messianisme offensif, presque autoritaire17. Dans la conception blairiste, la supériorité des valeurs occidentales est pleinement assumée. En outre, elle est sous-tendue par l’idée selon laquelle le système international peut s’autoréguler, en marge du système international formel, par la seule vertu de valeurs dont l’universalité apparaît comme une donnée en soi, au point de légitimer la sortie du droit international, comme au Kosovo ou en Irak. L’idée selon laquelle les valeurs promues par la Grande-Bretagne ont une légitimité propre, supérieure au droit international, n’était pas présente chez les anciens travaillistes.

  • 18  Howe S., ibid., p. 120.

33De ce point de vue, on peut se demander si le néo-travaillisme n’a pas d’une certaine manière renoué avec le « nouvel impérialisme » critiqué par Hobson au début du siècle, autrement dit avec une conception « pré-travailliste » du rôle international de la Grande-Bretagne. En effet, s’il n’est pas aujourd’hui question de conquérir des territoires par la force pour gagner de nouveaux marchés, l’imposition des valeurs politiques et économiques par la force ne peut-elle pas être considérée comme un dernier avatar de l’impérialisme militariste tendant à fonder le système international sur un rapport de force militaire ? Opérer ce rapprochement reviendrait à conclure à une rupture avec la tradition de l’internationalisme, chère au travaillisme traditionnel, qui inscrivait la politique étrangère britannique dans un système international régulé de manière multilatérale. Remettre en question l’idée selon laquelle la paix mondiale proviendrait exclusivement de la coopération intergouvernementale et du respect des règles du système international pour donner une égale légitimité à l’usage unilatéral de la force semble en effet aller à l’encontre de l’évolution de la réflexion internationaliste tout au long du 20ème siècle. Toutefois la tradition internationaliste travailliste elle-même a toujours été tiraillée entre une aspiration éthique sincère et la nécessité de mener une politique de défense des intérêts de la Grande-Bretagne18, et cette tension se retrouve, peut-être de manière plus aiguë, dans la politique étrangère du nouveau travaillisme.

34Si elle s’en démarque par bien des aspects, la vision néo-travailliste du rôle de la Grande-Bretagne dans le monde n’en demeure pas moins sous-tendue par une conception impériale de l’identité britannique héritée de la philosophie travailliste traditionnelle. Tony Blair et les néo-travaillistes se sont exprimés dans un cadre qui avait été préalablement défini par leurs prédécesseurs du « vieux » travaillisme pourtant voués aux gémonies. Selon que l’on considèrera l’expression qu’a pu prendre cette identité britannique dans le monde prônée par les néo-travaillistes comme un saut qualitatif ou comme une simple exégèse, on pourra se demander si, en la matière, le néo-travaillisme n’a pas commencé dès la fin des années 1960.

Haut de page

Bibliographie

Archives du gouvernement britannique :

CAB 134/55 Commonwealth Affairs Committee : Meetings 1-8 ; Papers 1-19, 19 janvier 1948 – 8 décembre 1948.

FCO 49/73, Future of Commonwealth, 1967.

Sources secondaires:

Coates D. & Lawler P. (dir.), New Labour in Power, Manchester, New York, Manchester University Press, 2000.

Dixon K., Un digne héritier : Blair et le Thatchérisme, Paris, Raison d’Agir, 2000.

Dixon K., « New Labour, New Imperialism ? Blairite Foreign Policy since 1997 », Lisa, vol. 5, n° 3, 2007 pp. 4-13.

Gifford P., Louis W.R. (dir), The Transfer of Power in Africa : Decolonisation 1940-60, New Heaven, Londres, Yale University Press, 1982.

Louis W.R., « The Imperialism of Decolonisation », Journal of Imperial and Commonwealth History, vol. 22, n° 3 (1994), pp. 462-511.

Seldon A., Hickson K. (dir), New Labour, Old Labour : The Wilson and Callaghan Governments, 1974-1979, Londres, New York, Routledge, 2004.

Thomson G., « Prospects for the Singapore Conference : A New Track or the End of the Line ? », The Round Table, n° 241 (janvier 1971), pp. 9-14.

Tanner D., Thane P., Tiratsoo N. (dirs), Labour’s First Century, Cambridge, Cambridge University Press, 2000.

Wilson H., The Labour Government 1964-1970, a Personal Record, Londres, Weidenfield and Nicholson, 1971.

Haut de page

Notes

1  Riddel P., « Forgetting History », in Seldon A. et Hickson K., 2004, p. 308.

2  Dixon K., 2000, p. 15.

3  Manifeste du Parti travailliste, New Labour Because Britain Deserves Better, 1997, www.labour-party.org.uk consulté le 15 septembre 2007.

4 Speech by the Prime Minister Tony Blair at Lord Mayor’s Banquet, 10 novembre 1997, www.number10.gov.uk consulté le 15 septembre 2007.

5  Cf. Manifeste du Parti travailliste, The New Britain, 1964 « How little they [the Conservatives] were able to transfer their faith and enthusiasm from the old empire to the new Commonwealth was shown when Harold Macmillan and Alec Douglas-Home both declared there was no future for Britain outside the Common Market and expressed themselves ready to accept terms of entry to the Common Market that would have excluded our Commonwealth partners, broken our special trade links with them, and forced us to treat them as third-class nations » www.labour-party.org.uk consulté le 15 septembre 2007.

6  Manifeste du Parti travailliste, The New Britain, 1964, www.labour-party.org.uk consulté le 15 septembre 2007.

7  Manifeste du Parti travailliste, Time for Decision, 1966, www.labour-party.org.uk consulté le 15 septembre 2007.

8  Ibid.

9  Archives du Foreign and Commonwealth Office, FCO 49/73, Visit of Mr. Martin, Secretary for External Affairs, Canada, 17 to 21 April 1967.

10  « you cannot have strong, sustainable development without strong and effective democratic institutions. »Address by Commonwealth Secretary General Don McKinnon to the Commonwealth Parliamentary conference, Quebec city, Canada, September 2004, http://www.thecommonwealth.org/speeches/34293/35178/152033/152041/2004_speeches/ consulté le 15 septembre 2007.

11  Archives du gouvernement britannique, CAB 134/55, Memorandum by the Secretary of State for the Colonies, 8 décembre 1948.

12  Speech by the Prime Minister, the Rt. Hon. Tony Blair, MP, to the Confederation of Indian Industry, Bangalore, Inde, 5 janvier 2002, www.britishhighcommission.gov.uk consulté le 15 septembre 2007.

13  Op. cit., Manifeste électoral du Parti travailliste, 1964.

14  Howe S., “Labour and International Affairs”, dans Tanner D., Thane P., Tiratsoo N. (dir.), 2000, p. 122.

15  Prime Minister's speech : Doctrine of the International Community at the Economic Club, Chicago, 24 avril 1999, www.number10.gov.uk consulté le 15 septembre 2007.

16  Speech by the Rt. Hon. Tony Blair, Prime Minister and leader of the Labour Party to the Labour Party annual conference, Brighton, 1997 www.prnewswire.co.uk consulté le 15 septembre 2007 :
« This Government can be the Government of enlightened patriotism. Again my vision for post-Empire Britain is clear. It is to make this country pivotal, a leader in the world »
Speech by the Prime Minister Tony Blair at Lord Mayor's banquet
, 10 novembre 1997, www.number10.gov.uk consulté le 15 septembe 2007 :
« In the end I am, simply, a patriot. I believe in Britain. But it is an enlightened patriotism. Patriotism based not on narrow chauvinism but on the right values and principles. I believe in Britain because, at its best, it does stand for the right values and can give something to the world. »

17  Lawler P., « New Labour’s Foreign Policy », dans Coates D. et Lawler P. (dir.), 2000, p. 298.

18  Howe S., ibid., p. 120.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Barrier-Roiron, « Le New Labour et l’identité britannique dans le monde : continuité ou rupture ? », Observatoire de la société britannique, 5 | 2008, 257-271.

Référence électronique

Virginie Barrier-Roiron, « Le New Labour et l’identité britannique dans le monde : continuité ou rupture ? », Observatoire de la société britannique [En ligne], 5 | 2008, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 18 août 2017. URL : http://osb.revues.org/704 ; DOI : 10.4000/osb.704

Haut de page

Auteur

Virginie Barrier-Roiron

Maître de Conférences à l'Université de Strasbourg III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org