Navigation – Plan du site

Identité britannique et identité européenne dans la politique du New Labour

Karine Tournier-Sol
p. 273-283

Résumé

Tony Blair a placé la question de l’identité au cœur de son discours sur l’Europe. Selon lui, identité britannique et identité européenne devaient être complémentaires et non antagonistes. Cette ambition a cependant montré ses limites, d’une part à travers ce qui a été perçu comme une préférence atlantiste de Tony Blair, et d’autre part sur la question de l’adhésion du Royaume-Uni à la monnaie unique. En outre, la montée du UK Independence Party traduit une réaction nationaliste au discours travailliste visant à donner une dimension européenne à l'identité britannique. Au lendemain de son départ de Downing Street, il est clair que Tony Blair n’a pas réussi à convertir les Britanniques à l’Europe, ce qui ne doit néanmoins pas occulter le fait qu’il est le Premier Ministre le plus pro-européen qu'ait connu le Royaume-Uni depuis Edward Heath. L’arrivée de Gordon Brown laisse a priori suggérer un recul de la politique pro-européenne des années Blair. On sait le nouveau Premier Ministre moins enthousiaste et plus prudent que son prédécesseur, en particulier sur l'euro, que ses cinq critères économiques ont tenu à distance de la Grande-Bretagne depuis 10 ans.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Querelle sur la minorité de blocage requise pour le vote à la majorité qualifiée au Conseil des mi (...)

1L'arrivée au pouvoir de Tony Blair en 1997 a sans conteste marqué un tournant en matière de politique européenne au Royaume-Uni. Les travaillistes fraîchement élus ont remplacé un gouvernement conservateur dont les rapports avec les partenaires européens n'avaient cessé de se détériorer dans la deuxième moitié de l'ère Major. La montée de l'euroscepticisme au sein du parti et du gouvernement conservateur depuis la difficile ratification du traité de Maastricht en 1993 s'était traduite par une politique européenne de plus en plus négative1. Des raisons essentiellement partisanes avaient ainsi peu à peu conduit la Grande-Bretagne à se marginaliser dans l'Union européenne. Le discours conservateur sur l'Europe revêtait des accents de plus en plus nationalistes. L'intégration européenne était désormais perçue comme une menace pour l'identité britannique – identité qui est au cœur de la question européenne et plus particulièrement de la rhétorique eurosceptique.

2Par contraste, le nouveau gouvernement travailliste a adopté une approche très constructive. Le discours résolument pro-européen de Tony Blair s'est accompagné très rapidement de l'envoi de signaux forts : signature de la charte sociale européenne et accord de principe sur la monnaie unique. Selon le nouveau Premier Ministre, identité britannique et identité européenne devaient être complémentaires et non antagonistes.

3Quelle est donc la place de l'identité dans la vision blairiste de l'Europe et comment Tony Blair entend-il concilier identité britannique et identité européenne ? Dix ans plus tard, quelles sont les limites de cette ambition politique et dans quelle mesure peut-on aujourd'hui parler de dimension européenne de l'identité britannique ?

La place de l'identité dans la vision blairiste de l'Europe

  • 2  « I have a bold aim : that over the next few years, Britain resolves once and for all its ambivale (...)

4La volonté du gouvernement Blair d'afficher une nouvelle approche de l'Europe, positive et constructive, en rupture totale avec ses prédécesseurs conservateurs, revient de façon récurrente dans le discours travailliste. L'objectif est ambitieux, puisqu'il s'agit de mettre fin à « l'ambivalence » de la Grande-Bretagne en Europe et à « l'europhobie » 2.

  • 3  Blair, T., « Committed to Europe, Reforming Europe », discours à Gent, Belgique, 23 février 2000.
  • 4  Blair, T., discours : « The new challenge for Europe », 20 mai 1999.

5  Pour ce faire, Tony Blair reprend le thème de l'identité cher aux eurosceptiques qui agitent volontiers l'épouvantail de la menace que constituerait l'intégration européenne pour l'identité britannique. Le Premier Ministre travailliste choisit donc de placer la question de l'identité au centre de son discours sur l'Europe. Selon lui, il n'y a pas de choix à faire entre la Grande-Bretagne et l'Europe : les deux sont complémentaires dans la préservation et même le renforcement de l'identité britannique. Il est grand temps d'arrêter d'envisager la question européenne sous l'angle « Britain vs Europe »3 à l'instar de Margaret Thatcher à Bruges en 1988. Tony Blair s'adresse à ses compatriotes inquiets en ces termes : « To be pro-British, you do not have to be anti-European. We treasure our national identity as you do. But in creating the European Union we have the chance not to suppress our national interest, but to advance it in a new way for a New World by working together »4.Soulignons qu'on voit ici se dessiner une équation entre identité et intérêt national britannique qui reviendra de façon récurrente dans la rhétorique travailliste sur le sujet.

  • 5  Blair, T., « Britain's role in Europe », discours à l'Institut de Recherche Européenne, 23 novembr (...)

6 Quelle est donc l'Europe selon Tony Blair, celle-là même qui doit refléter l'identité britannique et non la menacer ? Tout d'abord, c'est une Europe d'état-nations, seul système à même de préserver cette identité britannique. Les travaillistes n'ont de cesse de répéter qu'ils sont anti-fédéralistes au contraire de ce que l'opposition conservatrice voudrait faire croire aux électeurs. La vision blairiste est celle de « A union of nations working more closely together, not a federal superstate submerging national identity » 5. En outre, l'intérêt national de la Grande-Bretagne – et par conséquent son identité – doit être le critère décisif à prendre en compte dans toute extension du vote à la majorité qualifiée. Les travaillistes entendent bien défendre la préservation du droit de veto dans les domaines qu'ils estiment relever de l'intérêt national. La réforme de la Politique Agricole Commune (PAC) est également un leitmotiv des gouvernements Blair qui doit permettre de mieux refléter l'intérêt national britannique. Par ailleurs, l'élargissement de l'Union européenne a toujours été une priorité pour Tony Blair. Rappelons que prôner l'élargissement revient de fait à freiner l'approfondissement de l'intégration européenne, et constitue donc un des arguments-clés des Européens les moins intégrationnistes et les plus soucieux de sauvegarder leur identité nationale. L’intégration politique est en effet plus difficile dans une Europe à 27 qu’à 15.

7Autre priorité du gouvernement Blair : le marché unique. La vision blairiste est celle d'une Europe libérale axée sur la flexibilité du marché du travail et la notion d' « employabilité ». Il s'agit en fait pour Tony Blair d'appliquer sa vision nationale à l'échelle européenne, tout comme Margaret Thatcher en son temps avait prôné une thatchérisation de l'Europe. Il prône une Europe à l'image de la Grande-Bretagne du New Labour, soit une Europe de la « troisième voie » – une Europe dont l'identité se rapprocherait de cette façon de l'identité britannique.

8Au vu de la vision blairiste de l'Europe, deux constats s'imposent d'emblée : tout d'abord, cette vision de l'Europe s'inscrit incontestablement dans la continuité des gouvernements conservateurs précédents. Plus largement, il semble clair qu'il s'agit là de ce qu'on peut qualifier de vision britannique de l'Europe, par delà les clivages partisans. Deuxième constat quant à cette vision : elle s'articule très nettement autour de la préservation de l'identité telle qu'elle tend à se confondre avec l'intérêt national britannique dans le discours travailliste.

9Mais alors, si la vision travailliste ne diffère pas en substance de celle de ses prédécesseurs, comment Tony Blair espère-t-il réconcilier identité britannique et identité européenne après tant d'années de réticence de la part du peuple britannique ? Quelle est sa recette pour atteindre cet objectif très ambitieux ?

La recette Blair, ou comment concilier identité britannique et identité européenne

  • 6  Blair, T., discours sur la Présidence britannique de l'Union européenne, 6 décembre 1997.

10En fait, si l'approche travailliste est nouvelle, c'est avant tout parce qu'elle est constructive : Tony Blair se veut leader en Europe pour pouvoir infléchir, adapter l'Europe à la vision britannique et ainsi rapprocher, réconcilier les deux identités trop souvent perçues comme incompatibles. Dans son premier discours sur la présidence britannique de l'UE en décembre 1997, le Premier Ministre déclarait : « Our Presidency is an opportunity to demonstrate that Britain now has a strong voice in Europe. That the indecision, vacillation and anti-Europeanism of the past have gone » 6.

  • 7  Blair, T., discours : « A clear course for Europe », 28 novembre 2002.
  • 8  Blair, T., discours : « Britain in Europe », 14 octobre 1999.
  • 9  Blair, T., discours à Varsovie, 30 mai 2003.

11Car enfin, il faut cesser de subir l'Europe, se débarrasser de ce « feeling that Europe is something done to us by others, not something we do with others »7. En fait, ce que propose Tony Blair, c'est un changement de perspective : l'Europe doit incarner l'intérêt national britannique, et non le menacer. « To be part of Europe is in the British national interest. So far from submerging our identity as a nation in some eurosceptic parody of a federal super-state, we believe that by being part of Europe we advance our own self-interest as a British nation. This is a patriotic cause »8. Ainsi le gouvernement travailliste refuse-t-il de laisser aux eurosceptiques l'argument patriotique, et le reprend à son compte. En fait, Tony Blair entend montrer que les patriotes ne sont pas ceux que l'on croit : « My passionate belief in Europe is not born of any diminishing of my belief in Britain. On the contrary, I believe in Europe because I believe membership of the European strategic alliance is a crucial part of the British national interest. Anti-Europeanism is not British patriotism. It is an out of date delusion »9.

  • 10  Labour Party, Britain Forward Not Back, Election Manifesto 2005, p. 83.

12Contrairement à ce que voudraient faire croire les eurosceptiques, une politique européenne négative, obstructionniste et teintée de nationalisme, telle que celle pratiquée dans la fin de l'ère Major, n'est pas de nature à faire avancer l'intérêt national britannique en Europe. C'est à l'inverse en adoptant une approche constructive, en introduisant une nouvelle dynamique positive que la Grande-Bretagne peut espérer influer sur la construction européenne et l'orienter dans une direction qui lui convient, et donc à même de refléter son identité et son intérêt national. Huit ans après son arrivée au pouvoir, dans le manifeste électoral des législatives de 2005, le gouvernement sortant se félicite fort justement de la place qu'il a su prendre en Europe : « Since 1997, we have gone from marginal players, often ignored, to leaders in the European Union »10.

  • 11  Blair, T., discours : « Change : a Modern Britain in a Modern Europe », 20 janvier 1998.

13Non seulement cette politique a porté ses fruits en Europe, mais selon le Premier Ministre, à peine neuf mois après le raz-de-marée électoral travailliste de 1997, les résultats étaient déjà visibles sur les Britanniques eux-mêmes : « Since the election, there is evidence of a remarkable shift in public opinion in Britain. The narrow chauvinism of the years of Conservative government are gone. There is a confidence in Britain, a sense of dynamism and adventure, and as a result, people are not frightened of Europe »11. Alors, méthode Coué, autosuggestion ? Quoi qu'il en soit, cela fait partie de la stratégie de persuasion entreprise par Tony Blair afin de changer la perception britannique de l'Europe.

14En fait, l'ambition du Premier Ministre travailliste est de tenter de convertir l'Europe à la vision britannique en jouant un rôle actif et moteur dans l'Union, pour pouvoir ainsi démontrer à ses compatriotes que l'Europe peut être à leur image, qu'elle peut servir leur intérêt propre et refléter leur identité. Telle est la voie de la réconciliation entre identité britannique et identité européenne selon Tony Blair. La rhétorique de l'intérêt national est centrale dans le discours travailliste sur l'Europe et va de pair avec la notion d'identité.

15Les dix années de travaillisme qui viennent de s'écouler témoignent d'une réelle volonté de Tony Blair de convertir les Britanniques à l'idée européenne – volonté très ambitieuse qui a pourtant montré ses limites à plus d'un titre.

Les limites de la recette Blair

16La principale faille dans la stratégie travailliste a été le facteur atlantiste. Des circonstances inattendues, à savoir les attentats du 11 septembre 2001 et leurs répercussions, ont détourné Tony Blair de l'Europe. Son engagement inconditionnel aux côtés de George W. Bush en Irak et dans sa guerre contre « l'axe du mal » a incontestablement nui à ses ambitions européennes. Dès lors, le Royaume-Uni a été perçu comme plus atlantiste qu'européen. D'ailleurs, on peut trouver ironique que dans son opposition à l'engagement du Royaume-Uni en Irak, l'opinion publique britannique se soit trouvée en adéquation avec l'ensemble des opinions publiques européennes. Identité britannique et identité européenne se sont rapprochées au moment le moins opportun pour le gouvernement travailliste.

  • 12  Blair, T., discours, 29 mai 1997.

17 Toutefois, le Premier Ministre n'a cessé de se défendre d'une quelconque préférence atlantiste. Il a expliqué à plusieurs reprises le rôle unique que devait jouer son pays entre les Etats-Unis et l'Europe. L'image la plus fréquemment utilisée est celle du pont. Aux yeux de Tony Blair, il n'est pas question de faire un choix entre les deux : « Britain does not have to choose between its strong relationship in Europe and its strong transatlantic relationship with the United States of America ; strong in Europe and strong with the United States. I think the one strength deepens the other »12.

  • 13  The Guardian, 25 juillet 2006.

18 Dans les faits cependant, il reste qu'on a souvent reproché au Premier Ministre travailliste de privilégier sa relation avec les Etats-Unis sur sa relation avec l'Europe. Tony Blair a ainsi été constamment caricaturé comme le « caniche » (poodle) de George W. Bush, aussi bien en Grande-Bretagne qu'à l'étranger – Etats-Unis y compris. Là encore, il s'est efforcé de réfuter ces accusations – quoique sans grand succès. Fin juillet 2006, un sondage effectué par The Guardian/ICM montrait que 63 % des Britanniques interrogés pensaient que la Grande-Bretagne de Tony Blair était trop liée aux Etats-Unis13.

  • 14  Voir par exemple son discours à la conférence du Foreign Commonwealth Office le 7 janvier 2003 ou (...)
  • 15  Discours à l'Institut de Recherche Européenne, 23 novembre 2001 ; discours à la conférence du FCO (...)

19 Il est vrai que lorsque l'on étudie les discours du Premier Ministre travailliste, on note une hiérarchie très nette dans sa représentation de ses relations avec l'Europe et les Etats-Unis14. A chaque fois qu'il évoque le sujet, souvent dans le but de se défendre de sa préférence atlantiste d'ailleurs, les Etats-Unis viennent en premier, devant l'Union Européenne. Il est frappant de constater également que le vocabulaire utilisé n'est pas le même : Tony Blair parle volontiers de son « amitié » avec les Etats-Unis, dont il souhaite rester le « plus proche allié », alors que le ton est plus neutre s'agissant de l'Union Européenne15.

20 La préférence atlantiste du Premier Ministre travailliste a indiscutablement fait obstacle à son projet de réconcilier identité britannique et identité européenne. Le fait que l'Union Européenne ait été perçue comme secondaire pour le gouvernement, aussi bien au Royaume-Uni que dans les autres états-membres, a dénoté une dimension plus atlantiste qu'européenne de l'identité britannique. Il est probable que pour les Britanniques eux-mêmes le message s'en soit trouvé brouillé, et la stratégie initiale de réconciliation des identités britannique et européenne fortement ébranlée.

  • 16  « What we announce today (…) is a change of gear ». House of Commons, Parliamentary Debates (Hansa (...)

21 Autre limite de l'ambition européenne de Tony Blair : la question de l'adhésion du Royaume-Uni à la monnaie unique. Pourtant, les débuts du gouvernement travailliste avaient été plutôt prometteurs sur le sujet : c'est par la voix de Gordon Brown, alors Ministre des finances, que le gouvernement avait exprimé son accord de principe dès le 27 octobre 1997, soit à peine six mois après son arrivée au pouvoir. Dix-huit mois plus tard, Tony Blair s'engageait personnellement en présentant lui-même son plan national de passage à l'euro, qu'il qualifiait de véritable « changement de vitesse »16 de la politique gouvernementale sur la monnaie unique. Pourtant, peu à peu, l'enthousiasme des débuts a laissé place à la prudence et à l'attentisme. Les cinq critères économiques définis par Gordon Brown sont régulièrement invoqués pour remettre le débat sur l'adhésion à plus tard. Le Premier Ministre s'est retrouvé de plus en plus isolé au sein d'un gouvernement toujours plus réticent, Gordon Brown en tête.

22 Face à une presse très majoritairement eurosceptique, aussi hostile que réactive à toute avancée vers l'euro, et confronté à des sondages d'opinion invariablement défavorables à l'adhésion, le Premier Ministre travailliste a finalement reculé. L'échec qu'on lui prédisait l'a conduit à renoncer à son ambition initiale. Le référendum tant attendu n'a donc pas eu lieu, et il est plus qu'improbable qu'il ait jamais lieu sous Gordon Brown, dont on sait qu'il n'est pas favorable à l'entrée du Royaume-Uni dans la zone euro.

23 Ainsi la question de la monnaie unique illustre-t-elle les limites de la politique du gouvernement Blair en matière européenne. Le Premier Ministre a renoncé à aller au bout de son discours de réconciliation entre identité britannique et identité européenne. Il n'a pas su amener ses compatriotes à dépasser l'argument eurosceptique selon lequel le passage à l'euro marquerait la renonciation à l'identité britannique telle qu'incarnée par la livre sterling. Une fois de plus, l'identité britannique n'a pas trouvé sa dimension européenne.

24Enfin, la montée du United Kingdom Independence Party (UKIP) est un indicateur des limites de l'ambition travailliste sur la question de l'identité. En effet, l'ascension du UKIP, qui prône le retrait du Royaume-Uni de l'Union Européenne, a coïncidé avec les années Blair, pour atteindre son apogée lors des élections européennes de 2004 – élections qui sont apparues comme un véritable bouleversement du paysage politique britannique, puisque le UKIP y a devancé les Libéraux-Démocrates et a remporté 12 sièges au Parlement européen. Il serait réducteur de n'y voir qu'un phénomène de cause à effet dans la mesure où d'autres facteurs internes à l'organisation du parti entrent en jeu, mais il est indéniable que le UKIP a bénéficié d'un contexte politique favorable à sa progression. L'approche résolument pro-européenne du gouvernement travailliste a sans doute favorisé la radicalisation de la frange la plus eurosceptique de l'électorat britannique. En ce sens, le score électoral du UKIP traduit sans doute une réaction nationaliste au discours travailliste visant à donner une dimension européenne à l'identité britannique. Attaqué sur leur argument-clé, les eurosceptiques les plus convaincus ont exprimé leur désapprobation et leur inquiétude en reportant leurs voix sur le UKIP qui s'est vu propulser à la tête de la cause eurosceptique au Royaume-Uni.

Conclusion

25Après dix années de gouvernement New Labour et au lendemain du départ de Tony Blair, force est de constater que le Premier Ministre britannique n'a pas su convaincre ses compatriotes sur l'Europe et réconcilier identité britannique et identité européenne.

26Pourtant, le fait est que la construction européenne a pris une direction conforme à la vision britannique et va aujourd'hui dans le sens des aspirations travaillistes. Sur ce plan, Tony Blair peut se féliciter d'avoir contribué à convertir l'Europe à sa vision, et par là-même à rapprocher l'identité européenne de l'identité britannique.

  • 17  Voir par exemple les sondages Ipsos/MORI réalisés sur la période, qui donnent une moyenne de 65 % (...)

27Mais cela n'a pas suffi à convaincre les Britanniques, qui restent invariablement réticents vis-à-vis de l'Union Européenne, ainsi que le montrent tous les indicateurs. Entre 1997 et 2007, le pourcentage des opposants à la monnaie unique n'est pas descendu sous le seuil de 60 % des personnes interrogées par les différents instituts de sondage17, et a même fréquemment dépassé la barre des 70 %. Difficile de savoir si c'est davantage la cause que la conséquence du désengagement progressif de Tony Blair sur le sujet.

  • 18  Eurobaromètre 67 : l'opinion publique dans l'Union Européenne, Printemps 2007.

28Plus généralement, les enquêtes Eurobaromètres effectuées régulièrement depuis 1997 et publiées deux fois par an donnent des résultats très peu encourageants, et ceci pour tous les indicateurs de tendance. Que ce soit en termes de soutien à l'appartenance européenne, de bénéfices tirés de celle-ci, d'image de l'UE, ou encore de confiance dans l'UE, le Royaume-Uni se situe invariablement dans le peloton de queue des pays satisfaits. Le dernier rapport en date les place par exemple entre le 23ème et le 27ème rang des pays satisfaits dans les domaines précités18.

  • 19  Centre Robert Schuman de l'Institut Universitaire Européen, Euronat : Representations of Europe an (...)

29Un rapport Euronat du Centre Robert Schuman de l'Institut Universitaire Européen publié en 2005 s'est penché plus spécifiquement sur la question de l'identité, et montre que 62 % des Britanniques interrogés ne se sentent pas Européens. Une analyse approfondie effectuée par les auteurs du rapport semble indiquer que « British identity and European identity are seen as mutually exclusive and to some extent felt as incompatible »19. La presse eurosceptique est explicitement citée comme principal vecteur de cette vision des choses. Le rapport souligne cependant les efforts de certains acteurs politiques pro-européens pour tenter de mettre fin à cet antagonisme supposé entre identité britannique et identité européenne, à l'image du discours travailliste que l'on a étudié.

30Le constat d'échec qui ressort de tout cela ne doit pas occulter le fait que Tony Blair est le Premier Ministre le plus pro-européen qu'ait connu le Royaume-Uni depuis Edward Heath, artisan de l'adhésion au Marché commun en 1973. Qu'il n'ait manifestement pas réussi à réaliser son ambition de donner une dimension européenne à l'identité britannique ne l'en rend pas pour autant entièrement responsable. Comme nous l'avons dit, l'objectif était ambitieux – peut-être trop ambitieux. On peut reprocher au gouvernement travailliste de ne pas s'être toujours donné les moyens de l'atteindre, particulièrement dans sa préférence atlantiste, sans doute exacerbée par les circonstances. Mais on peut aussi lui reconnaître le mérite d'avoir voulu essayer – à la lumière des 34 années d'appartenance britannique à l'UE, cela relève de la quasi-exception.

31 Trois mois après la prise de fonctions de Gordon Brown, il est évidemment encore trop tôt pour analyser la politique européenne du nouveau gouvernement et plus précisément la place de la question de l'identité dans le discours travailliste. A priori, on s'attend à un recul de la politique pro-européenne des années Blair. On sait Gordon Brown moins enthousiaste et plus prudent que son prédécesseur, en particulier sur l'euro, que ses cinq critères économiques ont tenu à distance de la Grande-Bretagne depuis 10 ans.

32 C'est d'ailleurs ce que semble confirmer le choix de Gordon Brown de nommer un ancien membre du Ministère des finances en tant que conseiller politique sur l'Europe, poste dévolu depuis 10 ans à un membre du Ministère des Affaires étrangères. The Guardian consacre un éditorial à cette nomination, qu'il considère comme un message anti-européen envoyé à ses partenaires :

  • 20  « Time to build bridges », The Guardian, 11 juin 2007.

Putting a senior man from Whitehall's most consistently anti-European department, whose CV includes a key role in Mr Brown's anti-single currency campaign, in charge of Europe policy sends a signal that would be perverse to ignore. It tells the watchers that the new prime minister intends to play Europe as a pre-eminently economic rather than political issue. (…) Whether by instinct or electoral calculation, it marks Mr Brown as a sceptic on European matters. It will be seen in some quarters as a hostile gesture20.

33 L'avenir nous dira dans quelle mesure Gordon Brown est fidèle à sa réputation d'eurosceptique.

  • 21 The Washington Post, 31 juillet 2007, p. 2.

34 En tout cas, en ce qui concerne sa relation avec les Etats-Unis, il semble déjà clair que le Premier Ministre veut se défaire de l'image de « caniche » des Américains associée à Tony Blair. Lors de sa visite à George Bush fin juillet, Gordon Brown a semblé vouloir mettre de la distance avec le président américain, se montrant plus froid que Tony Blair, sans toutefois renier la relation spéciale. Le Washington Post a résumé la rencontre en ces mots : « More bulldog than poodle »21. Voilà qui consolera peut-être les partenaires européens du nouveau Premier Ministre britannique.

Haut de page

Notes

1  Querelle sur la minorité de blocage requise pour le vote à la majorité qualifiée au Conseil des ministres de l'UE en 1994, veto à l'élection de Jean-Luc Dehaene à la présidence de la Commission européenne en 1995, politique d'obstruction des activités communautaires suite à l'embargo sur le bœuf britannique lors de la crise de l'ESB (dite de la « vache folle ») en 1996.

2  « I have a bold aim : that over the next few years, Britain resolves once and for all its ambivalence towards Europe. I want to end (…) the Europhobia ». Blair, T., discours : « The new challenge for Europe », 20 mai 1999.

3  Blair, T., « Committed to Europe, Reforming Europe », discours à Gent, Belgique, 23 février 2000.

4  Blair, T., discours : « The new challenge for Europe », 20 mai 1999.

5  Blair, T., « Britain's role in Europe », discours à l'Institut de Recherche Européenne, 23 novembre 2001.

6  Blair, T., discours sur la Présidence britannique de l'Union européenne, 6 décembre 1997.

7  Blair, T., discours : « A clear course for Europe », 28 novembre 2002.

8  Blair, T., discours : « Britain in Europe », 14 octobre 1999.

9  Blair, T., discours à Varsovie, 30 mai 2003.

10  Labour Party, Britain Forward Not Back, Election Manifesto 2005, p. 83.

11  Blair, T., discours : « Change : a Modern Britain in a Modern Europe », 20 janvier 1998.

12  Blair, T., discours, 29 mai 1997.

13  The Guardian, 25 juillet 2006.

14  Voir par exemple son discours à la conférence du Foreign Commonwealth Office le 7 janvier 2003 ou encore au Lord Mayor's Banquet, le 15 novembre 2004.

15  Discours à l'Institut de Recherche Européenne, 23 novembre 2001 ; discours à la conférence du FCO le 7 janvier 2003.

16  « What we announce today (…) is a change of gear ». House of Commons, Parliamentary Debates (Hansard), 23 février 1999, vol. 326, col. 179.

17  Voir par exemple les sondages Ipsos/MORI réalisés sur la période, qui donnent une moyenne de 65 % d'opposants à la monnaie unique.

18  Eurobaromètre 67 : l'opinion publique dans l'Union Européenne, Printemps 2007.

19  Centre Robert Schuman de l'Institut Universitaire Européen, Euronat : Representations of Europe and the Nation in Current and Prospective Member-States : Media, Elites and Civil Society, mai 2005, p. 128.

20  « Time to build bridges », The Guardian, 11 juin 2007.

21 The Washington Post, 31 juillet 2007, p. 2.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karine Tournier-Sol, « Identité britannique et identité européenne dans la politique du New Labour », Observatoire de la société britannique, 5 | 2008, 273-283.

Référence électronique

Karine Tournier-Sol, « Identité britannique et identité européenne dans la politique du New Labour », Observatoire de la société britannique [En ligne], 5 | 2008, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://osb.revues.org/709 ; DOI : 10.4000/osb.709

Haut de page

Auteur

Karine Tournier-Sol

Maître de Conférences à l'Université du Sud Toulon-Var

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org