Navigation – Plan du site

Les années Major : une période « grise » de l’histoire de la Grande-Bretagne contemporaine

Jean-Philippe Fons
p. 11-26

Texte intégral

1 Dans l’histoire de la Grande-Bretagne contemporaine, la période 1990-1997 a été largement délaissée par les chercheurs, des deux côtés de la Manche. Les personnalités de Margaret Thatcher et de Tony Blair d’une part, et la liesse populaire qui s’empare du pays en 1997 avec la victoire du New Labour (la Cool Britannia) d’autre part, ont jeté un voile opaque sur cette période. Or, les chercheurs possèdent maintenant le recul critique nécessaire pour dresser le bilan de ces sept années.

2 Les deux gouvernements Major ont été d’une importance cruciale dans la consolidation de l'œuvre de Margaret Thatcher (que ce soit la politique macroéconomique, la réforme des services publics de l'administration centrale, la dévolution, la situation en Irlande du Nord, la politique internationale et notamment européenne). Ils ont également fourni au parti travailliste modernisé par ses trois leaders successifs (Neil Kinnock, John Smith puis Tony Blair) un repoussoir idéologique (certains préfèreront y voir l’acceptation des doctrines de la Nouvelle Droite, et notamment la perception du marché comme outil de régulation économique et sociale) qui a mené le parti à la victoire en 1997. Le parti conservateur contemporain, emmené par David Cameron, s’est également repositionné sur l’échiquier politique, dès 2002, en partie en réaction contre les politiques conduites par John Major.

3L’étude et l’analyse de ces années sont, on le constate, importantes pour le chercheur qui entend mieux appréhender la réalité complexe du monde britannique contemporain.

4Les deux première années du gouvernement Major (1990-1992) peuvent en grande partie être perçues comme la continuité des politiques développées par Margaret Thatcher. A la Community Charge (ou poll tax) qui avait précipité la démission de Margaret Thatcher est substituée un nouvel impôt (la council tax). Le nouveau Premier Ministre poursuit également les privatisations de pans entiers de l’industrie britannique. En 1992, face à un parti travailliste déstructuré, Major est reconduit au pouvoir avoir une majorité de 21 sièges à la Chambre des Communes. La même année, la livre sterling est dévaluée sous la pression des spéculateurs et le gouvernement la met en congé temporaire du système monétaire européen. Dans un contexte d’hostilité de l’opinion publique au traité de Maastrich, la crise financière isole un peu plus la Grande-Bretagne du reste de l’Europe continentale, et l’euroscepticisme des Conservateurs ne résistera pas, en 1997, à la politique d’ouverture prônée par le candidat Blair.

John Major : le « forgotten Englishman »

5Si les observateurs et les experts (politologues, chercheurs de tous bords) négligent bien souvent cette période de l’histoire de la Grande-Bretagne, les Britanniques, pour leur part, en arriveraient presque à oublier qu’il y a eu un Premier Ministre entre Thatcher et Blair. Plusieurs études et sondages confirment, de manière plutôt inquiétante, cette amnésie collective.

6Tout aussi contestée voire négligée est l’action politique de John Major. L’Université de Leeds et Ipsos Mori ont mené, en 2004, une étude quantitative de vaste ampleur. Plus de 250 chercheurs et universitaires spécialistes de l’histoire politique du XXe siècle ont été sollicité pour évaluer l’ « efficacité » et le succès politique des Premiers Ministres britanniques sur une échelle de 0 à 10. Un classement des résultats a pu être réalisé et est reproduit sommairement dans le tableau suivant. John Major y obtient un score relativement faible et est classé dans le bas du tableau.

Rang

Premiers ministres

Score

1

Clement Attlee (1945-51)

8,3

2

Winston Churchill (1940-45 ; 1951-55)

7,9

3

D. Lloyd George (1916-22)

7,3

4

Margaret Thatcher (1979-90)

7,1

5

Harold Macmillan (1957-63)

6,5

6

Tony Blair (1997-2007)

6,3

7

Herbert Asquith (1908-16)

6,2

8

Stanley Baldwin (1923-29 ; 1935-37)

6,2

9

Harold Wilson (1964-70 ; 1974-76)

5,9

10

Lord Salisbury (1895-1902)

5,8

11

Henry Campbell-Bannerman (1905-08)

5

12

James Callaghan (1976-79)

4,8

13

Edward Heath (1970-74)

4,4

14

Ramsay Mac Donald (1924 ; 1929-1935)

3,7

15

John Major (1990-997)

3,7

16

Andrew Bonar Law (1922-23)

3,5

17

Neville Chamberlain (1937-40)

3,4

18

Arthur Balfour (1902-05)

3,4

19

Alec Douglas-Home (1963-64)

3,3

20

Anthony Eden (1955-57)

2,5

Source: Rating British Prime Ministers, Ipsos MORI, University of Leeds, novembre 2004.

7En décembre 1999, une étude sensiblement similaire avait été conduite par la BBC (BBC Radio 4) pour son émission à succès The Westminster Hour. Vingt personnalités (des historiens, des politologues mais également des hommes politiques) avaient été consultées ; elles devaient, elles aussi, classer les Premier Ministres en fonction du succès de leur action politique. Notons que Tony Blair, alors au pouvoir, avait été exclu volontairement du sondage. Dans ce classement, John Major sombre à la 17e place ; Churchill, Attlee et Lloyd George tiennent, encore une fois, le haut du tableau.

Rang

Premiers ministres

1

Winston Churchill (1940-45 ; 1951-55)

2

D. Lloyd George (1916-22)

3

Clement Attlee (1945-51)

4

Herbert Asquith (1908-16)

5

Margaret Thatcher (1979-90)

6

Harold Macmillan (1957-63)

7

Lord Salisbury (1895-1902)

8

Stanley Baldwin (1923-29 ; 1935-37)

9

Henry Campbell-Bannerman (1905-08)

10

Harold Wilson (1964-70 ; 1974-76)

11

Edward Heath (1970-74)

12

James Callaghan (1976-79)

13

Andrew Bonar Law (1922-23)

14

Ramsay Mac Donald (1924 ; 1929-1935)

15

Alec Douglas-Home (1963-64)

16

Arthur Balfour (1902-05)

17

John Major (1990-997)

18

Neville Chamberlain (1937-40)

19

Anthony Eden (1955-57)

Source: Churchill, 'Greatest' PM of 20th Century, BBC Politics, BBC 4, décembre 1999.

8Des études et des sondages comparables ont été également réalisés par l’historien Francis Beckett ou la BBC (en 2007 pour son émission The Daily Politics, et à nouveau en 2008 pour BBC Newsnight). John Major y obtient des résultats similaires corroborant l’idée selon laquelle l’ancien Premier Ministre, pourtant reconnu pour ses qualités de techniciens et historien du cricket, laisse un héritage politique au mieux contesté – voire négligeable. C’est précisément à un examen de cet héritage politique que nous convions le lecteur dans cet ouvrage qui rassemble les contributions d’experts britanniques et français.

Organisation de l’ouvrage

9 Auteur de nombreux ouvrages consacrés à l’ancien Premier Ministre britannique, Dennis Kavanagh propose d’entrevoir l’étendue de l’action politique de John Major – ses succès comme ses échecs – et de dresser un bilan de son « héritage ». Pour Kavanagh, les historiens n’ont retenu de la période Major que la crise du « mercredi noir » et la sortie précipitée du pays du système monétaire et d’échange européen (SME). Les souvenirs de la crise européenne de 1992 occulteraient, pour l’auteur, les réussites, toutes choses égales par ailleurs, des gouvernements Major (1990-1992 puis 1992-1997). Ainsi, et même si il n’a jamais été gratifié d’un « -isme » et si son action a souvent été remise en cause par Margaret Thatcher, John Major a œuvré à la réunification d’un parti conservateur émietté après les démissions, les déroutes et les guerres de clan de la fin de l’ère Thatcher. Second grand succès politique de John Major : la question irlandaise et le processus de paix. Les ingrédients du futur Good Friday Agreement (signé en avril 1998) étaient contenus, pour l’essentiel, dans la Downing Street Declaration de John Major (en accord avec Albert Reynolds, acteur politique clé et membre du Fianna Fàil) ainsi que dans le Framework Agreement, préparé par John Major et John Bruton. Dennis Kavanagh souligne deux autres aspects du bilan des années Major : la modernisation de l’état et des services publics, d’une part, et le repositionnement idéologique auquel a été contraint le parti travailliste au lendemain de la victoire électorale de 1992. Ces deux points feront l’objet d’une étude détaillée par Nicholas Deakin et Mark Bevir dans ce même volume.

10Pour Valérie Auda-André, la traversée du désert qu’a connu le parti conservateur entre 1997 et 2005 (avec l’élection du jeune et fringant David Cameron) serait imputable pour partie à la perception des années Major et plus particulièrement à la lecture a posteriori de la période 1992-1997. Au lendemain de l’échec électoral de 1997, et alors que les Conservateurs entrent dans une Opposition dont ils ne sont, à ce jour, toujours pas sortis, le regard que porte le parti sur les années Major est analysé par Valérie Auda-André. Ce regard, argumente-t-elle, prend la forme d’un « déni d’existence » (« the government that never was »), comme si la période 1992-1997 devait être enfouie, niée, rejetée par un parti qui va d’échec en échec, qui élit, entre 1997 et 2005 quatre leaders et qui ne parvient que partiellement et tardivement à rebâtir un projet politique. Dans l’historiographie du parti, les années John Major sont tout bonnement passées sous silence, et l’ancien Premier Ministre devient, pour Valérie Auda-André, un bouc émissaire, une victime. Il est présenté comme le seul responsable des maux dont souffre le pays au début des années 1990 et, de facto, l’unique responsable de la défaite de 1997. Pour l’auteur, la sortie de crise identitaire du parti demandera nécessairement une relecture critique des années Major.

11Nicholas Deakin étudie avec minutie la naissance de la Charte du Citoyen. Il rappelle fort justement que les années Thatcher ont vu la prolifération de tentatives de moderniser les services publics et les structures de l’État, en se tournant, le plus fréquemment, vers le secteur associatif, promu partenaire d’un État qui cherche alors à se désengager d’une partie de ses missions de prestataires de services. Au même moment, les quangos et les units en tous genres se multiplient, complexifiant davantage encore la machine de l’État. La Citizens’s Charter – élaborée et défendue par John Major – s’écarte nettement des thèses du Nouveau Management Public des années 1980 et du traitement des services publics par Margaret Thatcher. La Charte devait permettre aux citoyens (devenus clients ou consommateurs) de bénéficier de services adaptés à leurs besoins (« tailored to their needs ») et dont la qualité serait surveillée et mesurée dans un souci de transparence (« openness »). Nicholas Deakin rappelle que l’élection de 1992 s’est largement jouée, et gagnée, autour de la question de la Charte du Citoyen. En quelques années, ce sont bien les modes de prestations de services publics qui ont été bouleversés. La culture du contrat, puis du concordat, a placé au centre du dispositif un secteur associatif mal préparé à la prestation de certains services et dont les valeurs étaient opposées aux entreprises privées. Loin d’avoir disparue, la Charte a été reprise (dans l’esprit) et remaniée par le New Labour entre 1997 et 2001, qui en a fait le principal instrument de sa politique de services publics, alliant choix offert aux usagers, recherche du meilleur rapport qualité-prix et « accountability ».

12Pour Agnès Alexandre-Collier, spécialiste de la question européenne outre-Manche, la ratification du traité de Maastricht en 1992 a représenté un point de rupture pour le parti conservateur. Pour l’auteur, John Major n’a pas réussi à apaiser la rébellion interne des « eurosceptiques » – ces députés conservateurs farouchement opposés au projet de traité proposé. Agnès Alexandre-Collier démontre comment la ratification du Traité de Maastricht a permis l'émergence, au-delà des clivages partisans, d'un véritable mouvement eurosceptique au sein du parti conservateur, induisant une « factionnalisation » qui a divisé le parti (et dans une large mesure, le divise toujours). La puissance du mouvement eurosceptique est tel, au début des années 1990, qu’il devient un véritable mouvement organisé ; à la fin de l'ère Major, ce mouvement rassemble les caractéristiques principales de ce que le politologue Ricard Rose nomme une faction. Agnès Alexandre-Collier montre également comment les thèses de l’euroscepticisme ont été portées et relayées par une presse de droite toute acquise (essentiellement le groupe du magnat Robert Murdoch).

13Karine Tournier-Sol analyse les conséquences du règlement de la question européenne et de la ratification du traité de Maastricht sous un tout autre angle. Elle rappelle que le style politique de John Major est, à son arrivée au pouvoir, à mille lieux du style de la présente locataire du 10 Downing Street. Il entend incarner le rassemblement et la réconciliation, alors que la fin de l'ère Thatcher a démontré le potentiel destructeur de la question européenne. Il négocie, discute, consulte, et privilégie le consensus et la conciliation – une attitude qui lui sera par ailleurs reprochée à de nombreuses reprises sur d’autres questions. Sur la question des relations avec Bruxelles, de nombreux députés conservateurs lui reprocheront de ne pas s’être positionné clairement sur cet enjeu et d’osciller entre le camp des pro et des anti-européens. L'autorité de John Major et du gouvernement tout entier est engagée et vacille au lendemain du passage en deuxième lecture aux Communes du projet de loi sur le financement de l'Union européenne. Karine Tournier-Sol montre comment la radicalisation du discours du Premier Ministre sur l'Europe sera interprétée par beaucoup comme le résultat des pressions exercées par les députés conservateurs eurosceptiques. Préoccupé par l'unité de son parti, John Major cèdera. Après la défaite électorale de mai 1997 (défaite en partie imputable au manque de cohérence du parti conservateur sur la question européenne et aux divisions internes qu’elle a fait naître), John Major démissionne de la direction du parti conservateur ; il est remplacé par William Hague, qui opérera, pour l’auteur, la conversion officielle du parti à l'euroscepticisme.

14Nathalie Champroux étudie l’installation du ciblage direct de l’inflation par les gouvernements Major en octobre 1992. Pour l’auteur, cette importante avancée en matière de politique monétaire est bien trop souvent négligée - l’histoire retient particulièrement la participation britannique au mécanisme de change européen et le retour mouvementé de la livre au flottement. Nathalie Champroux propose d’analyser cette « sortie du tunnel » et de lui rendre sa juste place dans l’histoire monétaire du Royaume-Uni. Elle consacre un premier volet aux politiques monétaires appliquées entre 1990 et 1997. C’est le ciblage direct de l’inflation, mesure introduite par Norman Lamont dans le cadre de sa nouvelle politique monétaire, qui retient l’attention de l’auteur. Cette politique aura permis la consolidation des investissements britanniques et permettra à John Major de léguer à l’équipe du New Labour une économie assainie et un taux d’inflation parmi les plus faibles de l’histoire du pays. Dans un second temps, l’auteur identifie des éléments de rupture ou de continuité de ces politiques par rapport à celles prônées par Margaret Thatcher. Pour l’auteur, la continuité se retrouve clairement avec le retour au flottement que Margaret Thatcher appelait de ses vœux, avec le retour à l’application d’une forme de monétarisme et à l’indépendance monétaire. Enfin, Nathalie Champroux souligne la valeur de l’héritage monétaire qui a été transmis par les gouvernements Major aux gouvernements New Labour et aux Conservateurs d’aujourd’hui. L’auteur rappelle qu’après une période de récession profonde entre 1990 et 1992, la croissance est à nouveau au rendez-vous dès le troisième trimestre de l’année 1992. En moyenne annuelle, la croissance du PIB fut toujours de plus de 2 % entre 1993 et 1997. Nathalie Champroux note que le pays avait recouvré une « certaine vitesse de croisière », avec une croissance économique mais positive et stable : un legs inestimable pour l’équipe de Tony Blair en 1997.

15Dans son étude de la politique budgétaire et des dépenses publiques, Nicholas Sowels, spécialiste de l’économie britannique depuis la fin de la Seconde Guerre, rappelle que le contexte politique intérieur à l’arrivée au pouvoir de John Major est largement marqué par le « désastre » de la Poll Tax, impôt impopulaire souhaité par Margaret Thatcher qui en précipita le départ en 1990. Se débarrasser de la Poll Tax était donc l’une des priorités politiques absolues pour les conservateurs en 1990 s’ils souhaitent avoir la moindre chance d’être réélus au printemps 1992. Pour Nicholas Sowels, le fiasco politique de la Poll Tax (remplacée par un nouvel impôt local à partir de 1992 : la Council Tax) entraîne une centralisation du financement des services publics en Grande-Bretagne. John Major hérite de plus du chantier des « marchés internes » lancés par Margaret Thatcher en 1988, ce qui contraint le gouvernement de Major à augmenter les dépenses consacrées aux services publics. Pour l’auteur, les années Major ont joué un rôle très important dans la consolidation du legs thatchérien : elles ont scellé la transition du Royaume-Uni de ce qui est communément appelé l’État-providence keynésien (Keynesian Welfare State) vers une « économie plus libérale », plus proche du modèle transatlantique.

16Pour Marie-Claude Esposito, la crise économique et l’obligation de limiter le déficit public à 3 % du PIB (mesure imposée par le Traité de Maastricht) ont provoqué (en Grande-Bretagne comme dans les autres pays européens) une réduction des budgets d’investissement public. La mise en place des partenariats entre le secteur public et le secteur privé (sous la forme de la Public Finance Initiative) est présenté par le gouvernement Major et son Chancelier de l’Échiquier (Norman Lamont) comme une solution pour rénover des infrastructures existantes ou encore construire de nouveaux bâtiments publics. Entre d’autres termes, la délégation d’activités publiques devient « le moyen privilégié par lequel l’administration publique achète un service ». L’auteur souligne que les efforts du gouvernement Major pour promouvoir la PFI n’auront pas eu les effets attendus. En effet, le nombre de projets de PFI reste en 1995 nettement inférieur aux estimations du Treasury, les grandes entreprises de la construction affichant un enthousiasme mesuré. Pour Marie-Claude Esposito, à l’arrivée des travaillistes, « la mise en place de la PFI n’a pas dépassé la phase de décollage ». Contrairement à de nombreuses analyses, l’auteur rappelle que la PFI ne saurait être assimilée ni à une forme de privatisation ni à la sous-traitance d’activités publiques. Les contrats de PFI sont un moyen de financer des infrastructures et bâtiments publics ; il serait erroné de les considérer comme un moyen de désengagement de la puissance publique. La PFI n’a pas été remise en cause par le New Labour. Elle a, au contraire, été intensifiée (sous la forme de Private Public Partnerships) depuis 1997. En modifiant radicalement les frontières entre le secteur public et le secteur privé, la PFI (puis les PPP) est ainsi l’un des aspects de la réforme de la gestion publique engagée au Royaume-Uni les plus significatifs depuis le début des années 1980.

17Andrew Lincoln propose une lecture et une analyse de la période 1990-1992 – deux années de croissance lente en Grande-Bretagne, marquées par la sortie précipitée de la Livre Sterling du SME, la flambée du prix de l’énergie (électricité et pétrole), ou encore la baisse de compétitivité des entreprises britanniques face à la concurrence des pays d’Asie du sud-est. Pour l’auteur, les ressemblances sont nombreuses entre la crise de 1990-1992 et ce que traverse le pays depuis le second trimestre de l’année 2008, à commencer par une vive et rapide détérioration du marché du travail, avec une perte nette de près de trois millions d’emplois. Seconde similitude, l’endettement de nombreux ménages britanniques après la baisse du prix de l’immobilier. Tout au long des années 1990, avec l’explosion de la demande sur le marché de l’immobilier et la spéculation immobilière, les ménages avaient été encouragés à s’endetter fortement afin d’acquérir un bien immobilier dont le prix, à la revente, couvrirait largement le crédit contracté (et les éventuels frais de remboursement par anticipation). En 1992, la pilule est amère pour les quelque 60 000 ménages britanniques qui ne peuvent honorer leurs traites et dont le bien est saisi par les banques. Dans un pays où une large partie de la population est propriétaire de son logement (a nation of home-owners telle que la souhaite Margaret Thatcher, à l’instar de la property-owning democracy de Anthony Eden), la crise de l’immobilier frappe de plein fouet les ménages modestes vivant principalement dans le sud du pays. L’auteur nous encourage néanmoins à la prudence – les causes des deux « crises » n’étant, en effet, pas identiques. Pour Andrew Lincoln, la mise en perspective des ces deux périodes permettra, une fois la récession actuelle éloignée, de requalifier la période de croissance et la situation économique favorable dont les Travaillistes ont héritées en 1997.

  • 1  Les Party’s Political Broadcast sont disponibles sur le site Internet de l’Observatoire de la Soci (...)

18David Haigron et Karine Rivière-De Franco proposent une étude de la communication politique. David Haigron analyse, à travers les documents de propagande du parti conservateur, l’image qu’est présentée du Premier Ministre. L’auteur rappelle l’image consensuelle, « lisse », de John Major, héritier désigné de Margaret Thatcher dans un contexte de divisions et de querelles intestines au sein du parti. La contribution de Karine Rivière-De Franco présente l’utilisation qui est faite de l’image du Premier Ministre à l’occasion des campagnes électorales de 1992 et 1997. La tâche est ingrate pour un John Major qui doit, tout en rendant hommage à l’action de son prédécesseur et en s’inscrivant dans sa continuité, marquer ses différences et trouver son style de communication politique. Les Conservateurs ont fait le choix de fonder une large partie de leur communication sur l’image du chef du parti. Ainsi, les Party’s Political Broadcast n’auront-ils de cesse de mettre en avant le personnage du Premier Ministre, en soulignant sa compétence, son expérience aux plus hautes fonctions, mais également son dynamisme (et ce malgré le portrait généralement brossé dans la presse d’un homme « terne » et peu engageant) et ses qualités humaines. Stratèges en communication politique et publicitaires montreront ainsi le Premier Ministre revenir sur les lieux de son enfance, évoquer ses premiers pas en politique, rappeler sa passion pour le cricket … c’est à dire présenter un Premier Ministre proche de ses concitoyens et « humain » (selon la formule de Kenneth Clarke)1.

19Vincent Latour propose une analyse de la « question raciale » et ethnique sur la période 1990-1997 marquée par l’absence notable de conflits ethniques ou de violences urbaines dans les quartiers défavorisés des mégapoles britanniques. La période 1990-1997 est bien souvent (et injustement, pour l’auteur) décrite comme la simple poursuite des politiques de contrôle de l’immigration entamées par les gouvernements Thatcher. Ces politiques viseraient, en outre, à l’assimilation des populations immigrées, montrant de fait une hostilité non dissimulée à la société « multiculturelle » qui se dessine dès les années 1960. La législation votée par le gouvernement Major en 1993 (The Asylum and Immigration Appeals Act) visait essentiellement à contrôler les flux massifs de demandeurs d’asile et l’immigration clandestine. La plus controversées des décisions politiques de John Major restera probablement la révision du recensement national en 1991 et la prise en compte de l’ethnicité. Il s’agissait ainsi de s’adapter à la réalité socio-démographique de la Grande-Bretagne des années 1990 et de garantir une plus grande justice sociale aux communautés. C’est ainsi que John Major se fera à de multiples occasion le chantre de la diversité, allant jusqu’à reconnaître les aspects positifs de l’immigration (à l’heure où la question ethnique est évitée avec grande précaution par les hommes politiques français). La question raciale représente un enjeu électoral non négligeable : John Major doit rassurer une partie de l’électorat et prendre ses distances avec certains membres du parti conservateur qui tiennent ouvertement des propos racistes, non sans rappeler les discours véhéments d’un Enoch Powell. La période 1990-1997 aura également été marquée par le meurtre tragique du jeune Stephen Lawrence, par l’invasion de l’Irak par les États-Unis, ou encore par les suites de l’ « affaire Salman Rushdie ». Après la défaite de 1997, William Hague, Iain Duncan Smith puis Michael Howard prendront à leur tour leur distance avec l’ère Major, jusqu’aux efforts répétés de David Cameron pour réconcilier les minorités avec un parti conservateur qui reste associé à l’invective « bogus asylum seekers ».

20Dans sa contribution, David Fée analyse les politiques du logement des gouvernements Major. Margaret Thatcher en avait fait la pierre angulaire de son nouveau modèle de société – une société de propriétaires fonciers. Pour David Fée, la période 1990-1994 semble s’inscrire dans la continuité de l’action politique de Margaret Thatcher, poursuivant et élargissant les mesures adoptées dans la seconde partie des années 1980 (notamment la possibilité pour les locataires de logements sociaux d’acquérir leur logement). Pour les Conservateurs, l’accession à la propriété était fondamentale dans l’émergence d’une société composée d’individus responsables et autonomes (pouvant donc se passer en grande partie de l’aide de l’État). Néanmoins, après 1994, et avec les difficultés économiques que connaît le pays (accompagnées d’une hausse du chômage), John Major va devoir infléchir sa politique du logement. L’une des mesures les plus symboliques sera certainement la modification des conditions d’obtention de la Income Support for Mortgage Interest, une prestation versée par l’État aux ménages (propriétaires de leur logement) qui, faute d’emploi, ne peuvent rembourser leur prêt hypothécaire. Teintée de doutes, d’infléchissements et d’adaptation aux mutations économiques et démographiques, la période 1990-1997 représente, pour David Fée, le chaînon manquant entre la politique du logement et de la ville de Margaret Thatcher, et celle du New Labour de Tony Blair.

21Anne Beauvallet propose un bilan de la politique éducative de John Major. Elle rappelle tout d’abord que l’action du Premier Ministre entre 1990 et 1997 s’inscrit dans la continuité politique et idéologique de Margaret Thatcher (son héritage est d’ailleurs ouvertement reconnu dans la préface du livre blanc sur l’éducation en 1992). John Major étend ainsi le National Curriculum (mis en place par Margaret Thatcher en 1988) et les évaluations nationales qui permettent la constitution d’un classement des établissements scolaires. Le gouvernement conduit également une politique de diversification : les églises et le secteur privé deviennent des prestataires de services éducatifs, de la garde d’enfants à leur scolarisation dans des établissements entièrement privés ou confessionnels. Margaret Thatcher en rêvait mais c’est bien John Major qui poursuit l’œuvre de création d’un marché de l’éducation (les parents agissent en consommateurs avertis, choisissent leur école parmi les établissements devenus autonomes et responsables devant les parents d’élèves). Pour Anne Beauvallet, les évolutions de la politique éducative depuis 1992 ont façonné le paysage éducatif actuel : ni les travaillistes (après 1994 puis entre 1997 et 2009), ni les conservateurs emmenés par David Cameron (élu à sa tête en décembre 2005), ne remettent en cause le double legs de Margaret Thatcher et de John Major et les « grands thèmes » de la politique éducative : choix, qualité, diversité et responsabilité.

22Au travers de deux contributions complémentaires, Jean-Claude Sergeant et Peter Scott s’intéressent à la politique de défense britannique. Si la période 1979-1990 a été marquée par le conflit des Malouines, le mandat de John Major restera, lui, associé à la participation britannique à deux conflits majeurs : la Guerre du Golfe, en 1991, et le conflit dans les Balkans, entre 1991 et 1995. Étranglé par la situation économique du pays, et soumis à un contexte géopolitique nouveau, le gouvernement Major procède également à une reconfiguration des Forces armées. Ces restructurations lui permettront d’appliquer au secteur de la défense nationale et de la police les méthodes introduites par Margaret Thatcher et les disciples du nouveau management public (New Public Management). Les auteurs montrent notamment comment le secteur de la fourniture d’équipements militaires est devenu, dans les années 1990, un quasi-marché soumis aux règles de la concurrence – le Ministère de la Défense allant jusqu’à effectuer, pour Jean-Claude Sergeant, des choix très discutables. En s’attaquant également à la police nationale, le gouvernement Major s’est également attelé à réformer un pan du secteur de l’emploi public jusqu’alors relativement préservé.

23Susan Finding propose une analyse innovante de la politique de la petite enfance sous les gouvernements Major. La famille, pour le parti conservateur, est une donnée centrale de sa conception de la société, la cellule de socialisation par excellence. Fidèle à la tradition du parti, les années Thatcher ont été dominées par une rhétorique moralisatrice et réprobatrice qui dénonçait le laxisme et les carences de la société permissive qui voit le jour dans les 1960 et 1970. Susan Finding rappelle, cela dit, qu’il existe des différences considérables entre les années Major et les années Thatcher, notamment dans le domaine de la politique de la petite enfance. Au début des années 1990, l’accent est toujours mis sur le renforcement des devoirs individuels et sur la responsabilité des membres d’une famille les uns envers les autres. Le gouvernement Major prend par la suite des mesures en faveur de la famille ; l’auteur y voit un changement de cap net et un affranchissement partiel de la tutelle et de l’ « héritage » thatchériens. Susan Finding rappelle que, sur le thème de la petite enfance, le parti conservateur de John Major déterminera grandement l’arrière-plan idéologique et la place qu’occuperont ces politiques après 1997 et l’élection du New Labour, consolidant plus avant la thèse de Simon Jenkins.

24Jeremy Tranmer revient sur le conflit oublié des mineurs – alors que le gouvernement Major annonce, en 1992, la fermeture de plusieurs dizaines de puits et la perte de près de 30 000 emplois. Dans la foulée, ce sont 100 000 mineurs de fond et leur famille qui défilent à Londres sous les fenêtres du Parlement. Pour Jeremy Tranmer, ni les revendications des mineurs ni le conflit en lui-même ne mobilisent l’opinion publique, à l’heure de la crise monétaire que connaît la Livre Sterling ou encore des discussions autour du traité de Maastricht. Ceci explique, pour partie, la nature toute nouvelle de ce conflit, en rien comparable aux précédentes actions du National Union of Mineworkers (NUM) des années 1984-85. Plus encore qu’un conflit social, la grève des mineurs de 1992-93 signale bel et bien le déclin, voire l’agonie, de l’industrie minière, battue en brèche par les gouvernements Thatcher successifs et largement supplantée par d’autres sources d’énergie à l’heure du « tout-pétrôle » et des centrales thermonucléaires.

25Muriel Cassel-Picot analyse l’évolution du parti Libéral-Démocrate sous la période Major. Né de la fusion entre les libéraux et le SDP en 1988, et emmené par Paddy Ashdown, le parti Lib-Dem est une formation excessivement jeune à la fin des années 1980. Les élections de 1989 sont d’ailleurs loin d’être un succès pour le parti, tant au niveau local, que national (ou même européen). Au début de la décennie, dans un contexte économique morose, les Libéraux Démocrates souhaitent se présenter comme une alternative à un parti conservateur usé par 15 années de pouvoir et à un parti travailliste en pleine crise d’identité. Pour Muriel Cassel-Picot, le contrat est rempli. En 1997, le parti Lib-Dem compte davantage de conseillers municipaux que le parti conservateur et contrôle quatre fois plus de collectivités locales que le parti de John Major. Les Lib-Dem ont, en outre, remporté quatre élections partielles au détriment des conservateurs. En 1994, le parti remporte son tout premier siège au Parlement européen. En quelques années, le parti Lib-Dem s’est ainsi affirmé et s’est positionné comme la troisième force politique. A la veille des élections de 1997, le parti compte près de 100 000 membres et sympathisants. La campagne électorale du parti reprend un grand nombre des thèmes développés par les travaillistes sous l’impulsion de Tony Blair et de Gordon Brown : la question de la représentation des gallois et des écossais, l’éducation, le logement, la santé, la protection de l’environnement ou encore les réformes constitutionnelles. Muriel Cassel-Picot montre à quel point la période 1990-1997 a été cruciale dans la formation et la maturation du parti Lib-Dem, un parti qui s’affirmera et qui se consolidera lors des scrutins nationaux de 2001 puis de 2005.

26Pour conclure cet ouvrage, Mark Bevir propose une analyse originale de l’émergence du New Labour. Pour l’auteur, celui-ci ne saurait être seulement défini comme une version édulcorée du travaillisme, qui aurait incorporé les préceptes néolibéraux sur lesquels Margaret Thatcher puis John Major ont assis leur politiques. Le New Labour n’est pas non plus un simple produit d’appel « marketisé » pour séduire une partie de l’électorat du centre-droit. Le New Labour est le fruit d’un long processus de modernisation et d’intenses réflexions qui débute avec Neil Kinnock et se poursuit sous la direction de John Smith puis de Tony Blair. Le document fondateur de ce processus de renouveau idéologique est la Policy Review de 1988. Tous les aspects de la sphère politique sont débattus entre 1988 et 1994. Et les réorientations idéologiques sont notables : le keynésianisme de première génération (tel que défini au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, et prônant l’intervention de l’État dans la régulation économique sous la forme d’un maintien de la consommation) est largement abandonné, tout comme la Clause IV de la Constitution du parti, ou encore la conversion (lente mais progressive) du parti aux réformes institutionnelles et notamment à la nécessité de doter les écossais d’un organe législatif représentatif.

27 Ce numéro de la revue de l’Observatoire de la Société Britannique permettra, nous l’espérons, de dresser un bilan des politiques conduites par John Major entre 1990 et 1997, de la politique étrangère de la Grande-Bretagne, à la crise de la sortie du système monétaire européen. Une analyse de cette période permettra également de jeter un nouveau regard sur la refonte du parti travailliste que Tony Blair mène à la victoire en 1997, puis à nouveau en 2001 et en 2005.

Haut de page

Notes

1  Les Party’s Political Broadcast sont disponibles sur le site Internet de l’Observatoire de la Société Britannique (http://observatoire.univ-tln.fr).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Philippe Fons, « Les années Major : une période « grise » de l’histoire de la Grande-Bretagne contemporaine », Observatoire de la société britannique, 7 | 2009, 11-26.

Référence électronique

Jean-Philippe Fons, « Les années Major : une période « grise » de l’histoire de la Grande-Bretagne contemporaine », Observatoire de la société britannique [En ligne], 7 | 2009, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 30 avril 2017. URL : http://osb.revues.org/716

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe Fons

Maître de Conférences à l’Université Européenne de Bretagne Rennes 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org