Navigation – Plan du site

Écrire les années Major : quelle place pour la période 1990-1997 dans l’histoire de la résurrection du parti conservateur ?

Valérie Auda-André
p. 37-47

Résumé

Il est toujours malaisé de dresser le bilan d’une période de l’histoire, a fortiori récente, en évitant les pièges de la lecture a posteriori. En ce qui concerne les Années Major, les présupposés et les préjugés abondent, tant l’histoire de ce dernier mandat conservateur en date a été dominée par sa fin peu glorieuse et réévaluée en fonction des revers électoraux successifs subis par le parti après 1997. Dans la longue marche entamée par les Tories pour se réinventer, le retour sur les Années Major est bien évidemment douloureux, il renvoie les Conservateurs à une période « noire » de leur histoire récente, jalonnée de crises et marquée du sceau du déclin. Dans le discours officiel des dirigeants conservateurs, les Années Major ont été parfois rétrogradées au rang de parenthèse atypique et peu significative de l’histoire du parti ; simple quantité négligeable, épiphénomène peu digne d’intérêt, le mandat de John Major a souvent été passé sous silence. Inversement, à d’autres occasions, les années Major ont fait figure de repoussoir, le Premier Ministre et son équipe étant accusés entre autres choses d’avoir dilapidé et perverti l’héritage thatchérien et plongé le parti dans un marasme électoral dont il a les plus grandes difficultés à sortir. Entre ces deux extrêmes, il ne semble pas y avoir encore de place pour une évaluation raisonnée. Cet article se donne pour objectif de tenter d’évaluer le décalage entre le récit « officiel » des années Major et un bilan plus objectif ainsi que d’identifier les raisons de cette lecture partielle et partiale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  « A deceptive interlude », l’expression est utilisée par Simon Jenkins dans Thatcher & sons, a rev (...)

1La première caractéristique des années Major est sans conteste leur relative invisibilité : « coincée » entre deux grands moments de la vie politique britannique, la « révolution thatchérienne » d’une part et la montée en puissance de New Labour de l’autre, la période 1990-1997 fait pâle figure et peine à trouver une identité propre. L’opinion la plus communément admise y voit un interlude1, une simple parenthèse que l’on s’est empressé d’oublier, comme nous y invitait du reste John Major lui-même lorsqu’au lendemain d’une défaite annoncée il referme la porte sur sept années de pouvoir pour se précipiter à un match de cricket et disparaître de la vie politique britannique. Le Premier Ministre souffre également de la comparaison avec les deux grandes figures qui l’encadrent ; en un renversement ironique et cruel, les qualités qui l’ont porté au pouvoir en 1990, une certaine retenue, le sens de la mesure, se transforment rapidement en handicaps ; John Major termine son mandat sous les quolibets d’une presse hostile qui le représente comme un personnage falot et inepte, une présence spectrale vaguement teintée de ridicule.

2Les années Major sont indéniablement surdéterminées par la défaite cuisante des Conservateur en 1997. Les chiffres sont sans appel : selon les évaluations entre 4,5 millions et 6 millions d’électeurs désertent le parti entre 1992 et 1997, ce qui représente un déficit net d’au moins 11 % des voix et constitue un renversement de tendance inédit (ou quasi-inédit). Au-delà d’un simple essoufflement ou de la manifestation de l’usure du pouvoir, ces résultats témoignent d’une réelle désaffection et d’un véritable rejet du parti dans l’opinion. Cette déroute électorale nous invite donc à réviser notre chronologie, pour nous concentrer sur les cinq années qui précédent l’élection du New Labour. Elle nous encourage également à une relecture des années Major qui n’y verrait pas tant une phase de clôture que la phase initiale d’une longue traversée du désert pour les Conservateurs, où sondage après sondage vient étayer le verdict des urnes et confirmer l’image d’un parti en déshérence. Le parti conservateur entre alors dans une période de crise profonde, les leaders se succèdent sans que leurs gesticulations aient un quelconque impact sur l’opinion.

3La question que je souhaite poser ici est la suivante : dans quelle mesure la paralysie qui frappe le parti conservateur dans l’opposition à partir de 1997, et qui se manifeste dans les sondages par le phénomène de flatlining, peut-elle trouver une explication dans le récit « officiel » des années Major et l’analyse que le parti propose des causes de la défaite électorale de 1997 ?

Un bilan des années Major – une dynamique résolument thatchérienne

4Commençons par un retour sur la transition Thatcher-Major. La succession est préparée avec soin par un petit groupe de hauts dignitaires du parti qui souhaitent écarter Margaret Thatcher du pouvoir. Cette dernière est devenue indésirable à leurs yeux ; après avoir garanti son succès aux urnes à trois reprises, elle constitue désormais une menace potentielle. Parmi les reproches qui lui sont faits, son style de gouvernement jugé par trop abrasif, son autoritarisme légendaire et son mépris affiché pour l’opinion dans le pays mais aussi au sein de son propre parti. Le gouvernement est alors confronté à trois crises majeures qui menacent sa légitimité : la réforme de la fiscalité locale et l’introduction de la Poll Tax ; la question européenne avec l’intransigeance de Margaret Thatcher qui s’exprime dans le discours de Bruges (1988) par exemple ; enfin, la « présidentialisation » de l’exercice du pouvoir et le style autocratique du Premier ministre, alors même qu’elle paraît avoir perdu de son acuité politique. La Dame de Fer est donc déposée par son parti, sans que ceci ait valeur de répudiation de son héritage ; il ne s’agit là ni d’un désaveu des politiques néolibérales, ni d’une rupture avec l’économie de marché. Paradoxalement, la révocation de Margaret Thatcher s’assortit d’une forme de canonisation. Le choix du parti, au terme d’une élection sur laquelle pèse une réelle mauvaise conscience, se porte sur le candidat qu’elle avait désigné comme son successeur, et évite la vexation supplémentaire de porter au pouvoir son ennemi juré et son plus grand rival depuis l’affaire Westland, Michael Heseltine.

5L’élection de John Major correspond donc prioritairement à une rupture de style, on attend du nouveau Premier Ministre qu’il incarne un « Thatchérisme à visage humain », selon le mot de Kenneth Clarke, et il s’acquittera de la mission qu’on lui avait confiée. Il s’attaque aux dossiers « sensibles » susceptibles d’aliéner l’opinion et désamorce les crises qui menacent d’éclater. La fronde anti Poll Tax qui se développe en Écosse risque de faire des émules de l’autre coté de la frontière, le gouvernement Major en fait une priorité et porte le coup de grâce au projet thatchérien en introduisant un nouvel impôt, la council tax ou community charge en mars 1991, ce qui constitue un retour au statu quo ante en matière de fiscalité locale. Sur les questions européennes, Major parvient à renouer le contact sur des bases plus sereines et à faire à nouveau entendre la voix de la Grande-Bretagne lors des sommets européens, tout en réussissant à négocier un traitement de faveur pour le Royaume-Uni, en obtenant des dérogations, comme sur le volet social du Traité de Maastricht. Enfin, Major change le style du gouvernement, il arrondit les angles, met de l’huile dans les rouages ; un Premier ministre rompu aux arcanes de la mécanique parlementaire rétablit temporairement une forme de concertation et de collégialité au sommet de l’État.

6En dépit de cette tonalité différente, la question de la rupture ou de la continuité avec les années Thatcher a été tranchée assez nettement et assez aisément par les observateurs au bénéfice de cette dernière. De nombreux auteurs ont souligné la rigueur et le sérieux avec lesquels les gouvernements Major ont poursuivi les réformes thatchériennes, allant parfois jusqu'à les étendre à des domaines où les Thatchériens de la première heure ne se seraient peut-être pas aventurés. La politique de privatisation notamment (la première révolution thatchérienne) est relancée dans des secteurs que l’on peut considérer comme des monopoles publics « naturels » : les transports avec la privatisation des chemins de fer en (la loi de 1993 entre en vigueur en 1994), les postes et télécommunications avec le projet malheureux de privatisation de Royal Mail, ou encore la privatisation des charbonnages en 1992 qui conduit à la fermeture de 31 sites d’exploitation et à la perte de 30 000 emplois ; en matière de reforme du système de santé, la logique du marché interne s’intensifie ; le démantèlement des Wages Councils poursuit l’œuvre de dérèglementation du marché du travail. Si l’on se tourne vers le secteur de la protection sociale, la logique de ciblage des prestations continue de s’appliquer avec force et le gouvernement reprend à son compte le discours de stigmatisation des pauvres, la rhétorique de « l’underclass » empruntée à Charles Murray. L’orientation néolibérale incontestable de la politique économique est reproduite dans les politiques dites sociales, la logique du marché triomphe.

7 On peut sans hésitation conclure avec Andrew Gamble que les années Major, ont correspondu à une consolidation du Thatchérisme ainsi qu’à sa stabilisation. Si le succès d’un projet politique se mesure à sa capacité à survivre à son principal architecte et instigateur, la période 1990-1997 marque la victoire sans équivoque du Thatchérisme sans Thatcher, le gouvernement Major appliquant avec méthode les préceptes du conservatisme néolibéral. A posteriori, John Major a revendiqué dans ses mémoires une spécificité à son action ; la Charte du Citoyen, dont on admet communément qu’elle constitue la contribution personnelle de John Major au bilan conservateur, s’inscrit dans une conception de la citoyenneté dominée par les droits du citoyen consommateur, qui fait écho, sans s’y limiter, à la démocratie de propriétaires des années Thatcher.

8La dynamique des années Major est donc résolument thatchérienne, même si le discours ne suit pas ; on relève un décalage entre la rhétorique privilégiée par le Premier ministre et les orientations politiques de son gouvernement ; à la rhétorique de l’affrontement, au discours punitif, à la rigidité « doctrinale », aux affirmations péremptoires et à la brutalité du ton, la signalétique des années Major est toute autre et le Premier Ministre préfère afficher des thématiques plus rassurantes, des formules plus lénifiantes, telles l’évocation d’une classless society ou d’une societé at ease with itself. C’est du reste peut-être ce hiatus entre rhétorique et pratique politique qui porte une part de responsabilité dans la perte de crédibilité d’un gouvernement dont le discours ne parvient pas à légitimer l’action. Ce Thatchérisme non assumé introduit un flottement qui peut expliquer la perte de crédibilité du gouvernement alors même qu’à la fin de la période que les principaux indicateurs économiques sont bons.

9Enfin, pour clore temporairement le chapitre des relations du gouvernement Major avec le Thatchérisme, il convient de rappeler que les Conservateurs dévissent dans les sondages sous l’effet répété de crises qui trouvent leur origine dans la décennie précédente. L’héritage thatchérien se traduit par une succession de crises qui rattrapent le parti conservateur : la montée de l’euroscepticisme – encouragé par Margaret Thatcher -, la crise budgétaire – conséquence du coût social de l’économie de marché -, trouvent leur origine dans la décennie précédente.

Les années Major ou quand la continuité cache la rupture

10La capacité du parti conservateur à renaître de ses cendres au lendemain d’une défaite, est un phénomène bien connu, qui explique son extraordinaire parcours électoral et sa suprématie tout au long du XXe siècle, le siècle conservateur. Les mécanismes qui permettent au parti d’opérer ce rétablissement pendant les périodes d’opposition et donc de ne jamais être durablement écarté de l’exercice du pouvoir ont été explorés récemment par Stuart Ball, dans un article où il décrit comment le parti a su régulièrement trouver les ressources sur le plan intellectuel et organisationnel pour se réinventer et redevenir une force politique de premier plan.

11Cette résilience est attribuée par Quintin Hogg (Lord Hailsham) au phénomène de « tactical switch », sorte d’alternance pratiquée par le parti entre les deux grandes traditions qui le constituent ; grâce à ce mouvement de balancier (swing of the pendulum), qui témoigne de la malléabilité et de la souplesse doctrinale de la pensée conservatrice, ainsi que du pragmatisme du parti, les Conservateurs ont pu s’adapter régulièrement à la nouvelle donne de la vie politique britannique.

12Les années Major ne s’inscrivent pas dans ce schéma. Il faut rappeler ici le caractère inédit des circonstances qui portent John Major au pouvoir : celui-ci n’arrive pas aux affaires après une période d’opposition, ou une défaite électorale infligée au parti, il est promu au poste de premier ministre dans le strict respect des vœux émis par Margaret Thatcher précisément pour éviter une défaite électorale, avec pour consigne (tacite) de préserver la révolution thatchérienne de ses ennemis et d’arrimer fermement le parti et le pays à ses principes essentiels.

13Parallèlement, il faut évoquer la thèse assez convaincante de la victoire de trop, développée par certains commentateurs ; la victoire surprise aux législatives de 1992 est interprétée au sein du parti comme la preuve éclatante et incontestable que les Conservateurs avaient gagné la bataille des idées. En conséquence, les Tories se sont crus dispensés d’un travail de réflexion sur les conséquences à long terme de l’adhésion et du soutien sans faille aux thèses thatchériennes dans les circonstances nouvelles des années 1990. Si l’équipe au pouvoir nuance la rhétorique des années 80 et s’en désolidarise partiellement, nous avons vu qu’elle maintient le cap des réformes thatchériennes. L’expression « tactical switch » dans ces conditions se charge d’une toute autre signification. La permutation intervient, non pas au niveau des idées mais du leader, on pourrait parler ici de « person switch », un leader choisi pour incarner le changement…dans la continuité.

  • 2  L’on peut bien sûr douter du caractère systématique du Thatchérisme, les hésitations, les reculs d (...)

14Comment expliquer cette continuité ? Les causes en sont certainement multiples et enchevêtrées. Outre la légitimation par les urnes, la fidélité à la philosophie de la première révolution thatchérienne dont témoigne la politique de privatisation peut également s’expliquer par le souci, somme toute assez logique et assez compréhensible de la part d’un ancien Chancelier de l’Échiquier, de renflouer les caisses de l’Etat, a fortiori lorsque le pays se trouve plongé dans une zone de turbulences économiques (crise spéculative et déficit budgétaire) dont le gouvernement compte sortir par la relance. Par ailleurs, il ne faut pas négliger la dimension tactique qui a pu jouer un rôle déterminant dans les choix pratiqués par le gouvernement. En dépit d’appréciations personnelles parfois différentes (a posteriori John Major écrit dans ses mémoires qu’il aurait souhaité explorer des alternatives à la privatisation notamment dans le secteur de la réforme des services publics), le Premier ministre s’est probablement rallié à la stratégie de la surenchère thatchérienne afin d’éviter de se laisser déborder par des collègues ambitieux, et rivaux potentiels, tels Michael Heseltine ; John Major a fait le choix d’asseoir sa légitimité (contestée) au sein du parti et de garantir son unité sur la base d’une fidélité sans faille aux idéaux thatchériens2, initiant ainsi une démarche systématiquement reprise par ses successeurs au poste de leader.

15C’est donc un parti résolument thatchérien qui se présente aux législatives de 1997 pour y subir la défaite que l’on sait. La stratégie de consolidation du Thatchérisme semble avoir contribué à condamner les Conservateurs à une marginalité politique telle qu’elle verra le parti lutter pour sa survie et pour éviter d’être éliminé de la carte électorale en croisant le fer avec les petits partis (tels UKIP) en 2005. La défaite et l’humiliation des sondages ont été par ailleurs infligées par un parti post-thatchérien, ayant fait le bilan des années Thatcher, évalué les forces et les faiblesses du Thatchérisme, et construit son propre projet politique en intégrant le paramètre essentiel de son impact sur la société britannique.

Les années Major : un cas de déni caractérisé

16C’est précisément à cela que les Conservateurs vont se refuser systématiquement dans la période d’opposition qui s’ouvre au lendemain de l’échec électoral de 1997. Le regard que porte le parti sur les années Major est particulièrement instructif à cet égard. Ce regard prend la forme d’un déni d’existence (« the government that never was ») ; la période 1992-1997 est enfouie dans les mémoires, ce qui peut bien sûr s’expliquer par la volonté de ne pas raviver les souvenirs cuisants de la déconfiture du parti, alors même que les études sur la période ont permis de démontrer que les gouvernements Major n’avaient pas démérité sur un certain nombre de dossiers et que ses échecs (relatifs notamment à l’indiscipline au sein du groupe parlementaire) avaient parfois été grossièrement exagérés par les médias, la désaffection avec le parti conservateur étant de l’ordre de l’impondérable et du subjectif, avec la disparition du fameux feel-good factor au lendemain de Black Wednesday. Les années Major sont donc devenues un « tabou » conservateur, elles sont la plupart du temps passées sous silence.

  • 3  La stratégie de la personnalisation de l’échec est au cœur du récit conservateur des années Major  (...)

17Lorsqu’à de rares occasions les dirigeants du parti reviennent sur la période des années 90 et du revers électoral de 1997, c’est essentiellement sur le mode de la personnalisation de l’échec conservateur, pour instruire le procès à charge de John Major et pointer ses insuffisances personnelles3 ; sa responsabilité dans la défaite est ainsi instrumentalisée. Le thème de l’incompétence du leader et de « l’erreur de casting », est répété à l’envi, John Major est désigné comme bouc émissaire, un lampiste ou une victime expiatoire ; toute autre analyse contraindrait le parti à dresser un bilan des forces et faiblesses du Thatchérisme.

18On peut bien sur s’émouvoir de l’injustice faite à John Major, et souhaiter sa réhabilitation par le biais d’une analyse qui rétablirait la vérité et proposerait une lecture plus objective et plus équilibrée de la période et de l’action de son gouvernement. Pour l’heure, je m’intéresserai à la part de responsabilité des années Major dans cette configuration qui place les dirigeants conservateurs devant l’obligation de prêter un serment d’allégeance au Thatchérisme. Les élections de 1992 notamment ont considérablement modifié la composition du parti ; associé aux purges thatchériennes des années 80 qui ont exclu les dissidents (« wets ») du gouvernement, l’uniformité du mouvement conservateur est renforcée par l’arrivée au Parlement d’une nouvelle cohorte de députés, dont certains sont de futurs dirigeants du parti, et dont la vie et la formation politiques ont été dominées par la figure de Margaret Thatcher. La mise en perspective des années Major, et une lecture qui viserait à relativiser la culpabilité du Premier Ministre, semblent donc être une voie périlleuse, comme Peter Lilley l’a du reste appris à ses dépens.

19Par ailleurs, la défaite de 1997 a également modifié la composition de l’électorat conservateur, les électeurs qui ont déserté les Tories en réponse au message centriste du New Labour de Tony Blair, ont par ricochet transformé l’organisation conservatrice en un parti de légitimistes. La stratégie qui vise en priorité cette catégorie d’électeurs, la stratégie du core vote (mise en œuvre par les trois leaders successifs mais que l’on associe plus volontiers à Michael Howard), s’impose à un parti qui a laissé l’initiative de l’évaluation critique des années Thatcher à d’autres.

  • 4  Voir à ce propos Chris Philip (dir.), Conservative Revival – Blueprint for a Better Britain, (2005 (...)
  • 5  Pour paraphraser à la fois Keith Dixon, « Les mots et les choses : quelques réflexions sur la rééc (...)

20Il est remarquable de voir que le nouveau leader du parti depuis 2005, David Cameron, qui a lancé un programme de révision de l’offre conservatrice4 et qui tente de renouer avec le pragmatisme légendaire du parti, en sombrant parfois dans la démagogie de la « novlangue des néotravaillistes »,5 alors même qu’il prend acte de l’effet dévastateur de la stratégie suicidaire à ses yeux du core vote, ne peut se résoudre à rompre avec la tradition du « Major bashing ».

21Dans un des chapitres d’une publication récente du Bow Group préfacée par Lord Saatchi, le lecteur peut trouver une véritable apologie de Margaret Thatcher ; on cite notamment la préface du manifeste électoral conservateur de 1979 dans laquelle le futur Premier ministre déclarait : « For me the heart of politics isn’t political theory, it is people and how they want to live their lives », citation qui apporte un démenti à la thèse de la dimension doctrinale voire doctrinaire du discours thatchérien ; l’on poursuit l’évaluation des années 80 en ces termes :

The Conservatives were seen as the party that helped people get on with their lives by extending home ownership, returning freedoms for individuals in the workplace through reforms of the unions and creating incentives for work through reform of the tax system.

22Cet hommage appuyé à l’action des gouvernements Thatcher cède ensuite la place à une liste détaillée des erreurs commises par les gouvernements Major, erreurs qui aboutissent à ce que le texte décrit comme « the catastrophic collapse of a previously dominant political brand ». La condamnation des années Major est sans équivoque.

23Il ne s’agit pas ici de dédouaner les gouvernements Major de toute responsabilité dans les revers de fortune subis par le parti ainsi que dans la défaillance électorale de 1997. Indépendamment de l’étroitesse de la marge de manœuvre dont ils disposaient, les Conservateurs ont incontestablement commis un certain nombre d’erreurs, notamment dans leur appréciation des attentes de l’opinion ; on peut citer le choix malheureux de la campagne Back to Basics, ou bien encore le choix de la relance de la politique de privatisations alors même que l’opinion ne la soutient pas.

24Toutefois, ce qui reste remarquable dans le regard rétrospectif que portent les Conservateurs sur les années Major, outre l’absence de défense du bilan, c’est essentiellement qu’il exonère les prédécesseurs de John Major de toute responsabilité dans ces revers de fortune. Par une sorte de tour de passe-passe qui nie toute interaction avec les politiques antérieures, la période 1992-1997 est comme hermétiquement scellée. Ceci est indubitablement une indication du rapport de forces au sein du parti tory, rapport de force que les années Major ont contribué à installer en bloquant le mécanisme du balancier conservateur, condamnant le parti à une dérive droitière. L’alternance pragmatique qui portera les Conservateurs au pouvoir passera immanquablement par une révision de la lecture conservatrice des années Major.

Haut de page

Bibliographie

Ashcroft, M., Smell the coffee-a wake-up call for the Conservative Party, CGI Europe, 2005.

Cameron, D., The Big Idea for Britain’s Future, Londres : Belmont Press, 2007.

Dixon, K., « Les mots et les choses : quelques réflexions sur la réécriture de l’histoire chez les néo-travaillistes » in Auda-André, V. (ed.), Les années Blair, Observatoire de la société britannique, n° 3, février 2007.

Fairclough, N., New Labour, New Language ?, Londres : Routledge, 2001.

Fons, J-Ph. (ed.), Le Parti conservateur britannique 1997-2007 - Crises et reconstruction, Presses Universitaires de Rennes, 2007.

Garnett, M. & Lynch, Ph. (eds.), The Conservatives in crisis, Manchester University Press, 2003.

Green, E.H.H., Ideologies of Conservatism, Oxford University Press, 2002.

Jenkins, S., Thatcher & Sons- a revolution in three acts, Londres : Peguin books, 2006.

Kavanagh, D. & Seldon, A. (eds.), The Major Effect, Londres : Macmillan, 1994.

Major, J., John Major : The Autobiography, Londres : HarperCollins, 1999.

O’Hara, K., After Blair-Conservatism beyond Thatcher, Cambridge : Icon books, 2005.

Philip, C. (ed.), Conservative Revival – Blueprint for a Better Britain, Londres : Politico’s (2005)

Ravier, J-P., La Grande-Bretagne de John Major : changement ou continuité ?, Annales de l’Université de Savoie n 17, 1994.

Wheatcroft, G., The Strange Death of Tory England, Londres : Penguin books, 2005.

Haut de page

Notes

1  « A deceptive interlude », l’expression est utilisée par Simon Jenkins dans Thatcher & sons, a revolution in three acts, Londres : Penguin books, 2006.

2  L’on peut bien sûr douter du caractère systématique du Thatchérisme, les hésitations, les reculs des années 80 ont conduit certains auteurs à défendre la thèse du Thatchérisme comme discours, comme force de conviction ou comme une rhétorique parfois démentie par les faits et la réalité de la pratique politique.

3  La stratégie de la personnalisation de l’échec est au cœur du récit conservateur des années Major : sept années d’exercice du pouvoir sont souvent résumées en quelques lignes gênées qui portent sur l’indécision, le manque d’autorité naturelle du leader et toute une série de jugements sur sa personnalité où l’on voit se dessiner en creux le portrait de Margaret Thatcher ou celui de Tony Blair.

4  Voir à ce propos Chris Philip (dir.), Conservative Revival – Blueprint for a Better Britain, (2005).

5  Pour paraphraser à la fois Keith Dixon, « Les mots et les choses : quelques réflexions sur la réécriture de l’histoire chez les néo-travaillistes » in Valérie Auda-André (dir.), Les années Blair, (2007) et Norman Fairclough dans New Labour, New Language ?, (2001).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Auda-André, « Écrire les années Major : quelle place pour la période 1990-1997 dans l’histoire de la résurrection du parti conservateur ? », Observatoire de la société britannique, 7 | 2009, 37-47.

Référence électronique

Valérie Auda-André, « Écrire les années Major : quelle place pour la période 1990-1997 dans l’histoire de la résurrection du parti conservateur ? », Observatoire de la société britannique [En ligne], 7 | 2009, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 30 avril 2017. URL : http://osb.revues.org/724 ; DOI : 10.4000/osb.724

Haut de page

Auteur

Valérie Auda-André

Maître de Conférences à l’Université d’Aix-Marseille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org