Navigation – Plan du site

John Major, digne héritier de la dame de fer ? Fondements et bilan de la politique éducative de 1990 à 1997

Anne Beauvallet
p. 249-264

Résumé

Suite à la démission de Margaret Thatcher en 1990, John Major est devenu Premier Ministre, demeurant à ce poste jusqu’en 1997. Les comparaisons entre ces deux personnalités très différentes sont rarement à l’avantage du second. Qu’en est-il dans le monde l’éducation ? John Major revendique l’héritage thatchérien et le prolonge très nettement à travers cinq « grands thèmes » qu’il présente dans le livre blanc de 1992 (Choice and Diversity) : « qualité, diversité, choix pour les parents, responsabilisation et autonomie ». Depuis son passage dans l’opposition en 1997, le parti conservateur propose des réformes éducatives largement fondées sur les réalisations des années 1980 et 1990, situation que les quelques changements amorcés par David Cameron et son équipe depuis 2005 ne modifient pas fondamentalement.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1 John Major est devenu chef du parti conservateur et donc Premier Ministre suite à la démission de Margaret Thatcher en novembre 1990. Il est resté à ce poste jusqu’en 1997, après la courte victoire des Conservateurs aux élections de 1992. Commentant la correspondance entre Fred Jarvis, ancien secrétaire général du principal syndicat enseignant britannique (National Union of Teachers), et John Major, Matthew d’Acona affirme dans le Times en avril 1993 que l’éducation se trouve au centre des préoccupations du Premier Ministre (cité par Jarvis p. 1). Dans cet article nous analyserons la politique éducative de 1990 à 1997 sous deux angles. Tout d’abord, nous nous interrogerons sur ses fondements, notamment les réformes entreprises dans les années 1980. John Major a-t-il véritablement prolongé la politique éducative de la dame de fer, tant dans les faits que sur un plan idéologique ? Dans un deuxième temps, nous étudierons les conséquences de la politique éducative gouvernementale sur le parti travailliste dans les années 1990 et sur le parti conservateur depuis 1997.

Les « grands thèmes » de la politique éducative des années Major

2Interrogée par le magazine américain Newsweek le 27 avril 1992, Margaret Thatcher refusait fermement l’existence d’une quelconque originalité dans la politique de son successeur : « I believe it is my legacy he will be forced to take forward » (cité par Chitty p. 54). De fait, la marque de M. Thatcher est indéniable dans la politique éducative des années 1990 et un livre blanc (White Paper) intitulé Choice and Diversity, A New Framework for Schools le reconnaît de manière explicite en 1992, présentant clairement les « grands thèmes » qui sous-tendent ces deux politiques (p.iii). En avant-propos, John Major se présente ouvertement, non seulement comme l’héritier de la dame de fer, mais comme son continuateur : « The drive for higher standards in schools has been a hallmark of the Government over the last decade. Now this White Paper carries this great programme of reform even further forward » (p.iii). Notons que le gouvernement saisit l’occasion de ce livre blanc qui donnera lieu à la loi de 1993 (Education Act) pour faire un réel effort de pédagogie en publiant une brochuredestinée au grand public : Education into the Next Century, The Government’s Proposals for Education Explained. Le premier chapitre est explicite dans la présentation de ces « thèmes » et leur enracinement dans les réformes éducatives des années 1980 : « These five themes provide the framework for the Government’s aims, and together define our goal for Britain’s education system. The measures necessary to achieve that goal are now largely in place. This White Paper and the proposed legislation that flows from it will complete the process » (p.5). Nous allons donc analyser ces thèmes invoqués par John Major : « quality, diversity, parental choice, school autonomy and accountability » (Choice and Diversity p.iii).

Qualité

3 La qualité est un thème général qui sous-tend les quatre autres et peut presque se résumer à la question du niveau. L’importance de cette question apparaît clairement dans la première citation de John Major et par la place qu’elle occupe dans le livre blanc de 1992 dont le deuxième chapitre s’intitule « Raising standards ». Le concept de niveau repose sur deux éléments principaux : le programme national (National Curriculum) et les tests mis en place dans les années 1980. La continuité est ici indéniable entre les deux Premiers Ministres successifs, même si le programme national a été modifié en 1995 sur la recommandation du rapport Dearing de 1993.

Diversité

4 Le deuxième thème directeur du gouvernement conservateur, la diversité, est défini par John Major dans le livre blanc de 1992 par la variété : « greater variety in education » (p.iii). Ce que John Major ne précise pas alors mais qui apparaît nettement dans sa correspondance avec Fred Jarvis est l’opposition d’un tel thème avec l’introduction en 1965 des écoles comprehensive que Major assimile à un véritable « système » : « I am therefore drawn to the view that the problem of low standards stems in large part from the nature of the comprehensive system which the Labour Party ushered in the 1960s, and the intellectual climate underpinning it that has tended to stress equality of outcome at the expense of equality of opportunity » (pp. 25-6). Cette diversité revendiquée par John Major se situe à deux niveaux, diversité dans les types d’écoles publiques et diversité dans les organismes proposant des services éducatifs.

5 L’idée de diversifier les écoles secondaires à l’encontre des écoles comprehensive entraine logiquement le soutien aux écoles sélectives grammar puisque la circulaire 10/65 a été publiée pour mettre fin au système précédent (école grammar et réussite pour une minorité, école secondary modern et le plus souvent échec pour une majorité). Ce soutien gouvernemental s’est manifesté relativement tard puisque John Major a affirmé en 1996 vouloir « une école grammar dans toutes les villes » (Sylvester). La même année, le livre blanc Self-government for Schools encourage les écoles secondaires à devenir grammar et grant-maintained (créées par la loi de 1988). Ces idées ne seront pas inscrites dans la loi de 1997 (Education Act) mais celle de 1993 prévoit que les écoles en situation d’échec doivent fermer ou s’améliorer et ainsi devenir grant-maintained (Part V, Chapter II). La loi de 1996 (Nursery Education and Grant-Maintained Schools Act) favorise également ces établissements puisqu’elle les autorise à emprunter des fonds (Section 7).

6La spécialisation est un autre aspect de la diversification des écoles publiques qui constitue une réalité aujourd’hui incontournable du système éducatif anglais. Les City Technology Colleges (CTCs) créés par la loi de 1988 (Education Reform Act) s’inscrivent parfaitement dans une telle ligne mais la brochure Education into the Next Century prévoit que cette spécialisation ne soit pas uniquement technologique : « But the Government is also encouraging schools to develop particular areas of excellence if they can. In this way pupils will be able to develop their own interests in schools that specialise in particular areas, such as science, modern languages or the arts » (p.9). La diversification des écoles publiques est directement liée à la question de la sélection. En effet, la mise en place des écoles comprehensive reposait précisément sur l’opposition à la sélection des élèves à onze ans. Si l’on compare les livres blancs de 1992 et 1996, on constate une évolution nette de la part du gouvernement. En effet, si celui-ci semble relativement timide en 1992 à ce sujet (p.9-10), le livre blanc de 1996 va nettement plus loin : les écoles grant-maintained pourront sélectionner jusqu’à la moitié de leurs effectifs, les écoles spécialisées jusqu’à 30 % et toute école publique contrôlée par les autorités locales pour l’enseignement (Local Education Authorities) jusqu’à 20 %. Ces projets ne deviendront pas réalité mais le gouvernement conservateur marque clairement son intention de combiner diversité et sélection.

7 La politique de diversification gouvernementale passe aussi par les encouragements apportés aux autres organismes susceptibles de fournir des services éducatifs. En ce sens, les différentes églises sont régulièrement citées pour permettre une offre variée à tous les niveaux, que ce soit pour les écoles ou pour la garde des enfants en bas âge. Le gouvernement entend par exemple « renforcer » ses relations avec elles dans le livre blanc de 1992 ( p. 31), encourageant les écoles religieuses à devenir grant-maintained (p.32) ou City Technology Colleges (p.47). Le secteur privé participe aussi de cette diversification dans le monde de l’éducation, à la fois par les écoles privées et par les entreprises privées. Le programme de paiement par l’État des frais de scolarité d’élèves doués dans ces établissements (Assisted Places Scheme), créé par la loi de 1980 (Education Act), est renforcé par celle de 1997 (Education Act), même si son effet est de courte durée du fait de l’arrivée des Travaillistes au pouvoir la même année.

8 L’intervention du secteur privé dans l’éducation a sensiblement augmenté dans les années 1990. Le livre blanc de 1992 annonce en effet une « coopération plus étroite » (p.12) et la possibilité de fournir des services éducatifs comme ceux que les autorités locales pour l’enseignement offraient jusque là (conseils aux écoles, cours de musique, etc. p. 32). La loi de 1993 met en place un cadre plus large de financement des écoles grant-maintained par des partenaires privés qui trouvent ainsi leur place dans les conseils d’administration des établissements. Préfacé par la ministre de l’éducation, Gilian Shephard, un document de 1994 au titre évocateur Education Means Business, Private Finance in Education donne une idée plus précise des ambitions du gouvernement conservateur dans ce domaine. Il entend convaincre les chefs d’entreprise des nombreuses possibilités d’investissement dans le secteur éducatif public. Celui-ci est d’ailleurs présenté par G. Shephard comme un « service » (p.1) dont la gestion est devenue plus conforme aux exigences du secteur privé : « Private companies new to education may be surprised to find just how much managerial autonomy schools, colleges and universities now have. In the last few years much of the education service has been reorganised so that institutions are run in a much more business-like way » (p.3). Le principal mode d’investissement présenté est l’initiative de financement privé (Private Finance Initiative) mise en place à partir de 1992 mais de nombreux autres exemples sont donnés de financement et de gestion de bâtiments ou d’équipements sportifs de la petite enfance à l’université ou la formation continue (pp. 10-12, 16-8, 21). D’autres brochures sont régulièrement publiées par le HEFCE (Higher Education Funding Council for England) qui, en 1995, vante par exemple le nombre croissant d’étudiants et ainsi la certitude d’un marché en plein essor (p.4), appelant les chefs d’entreprise et les universités à faire preuve d’imagination (p.14).

9 Ce processus de diversification dans le monde de l’éducation, tant par les différents types d’écoles que par l’intervention du secteur privé, entraîne nécessairement l’établissement d’un véritable marché qui n’est pas exprimé clairement dans les différentes lois votées de 1990 à 1997 mais apparaît dans les livres blancs de 1992 et 1996. Celui de 1992 évoque une « discipline des marchés » (p.54) tandis que celui de 1996 promet l’équilibre entre l’offre et la demande, les parents devenant des consommateurs qui peuvent ainsi choisir entre divers services éducatifs (« a better match between what schools offer and what parents want »).

Liberté de choix

10 On se souvient que la liberté de choix est le troisième « grand thème » développé par le livre blanc de 1992 et celui-ci justifie clairement cette démarche par la position privilégiée des parents : « Parents know best the needs of their children – certainly better than educational theorists or administrators, better even than our mostly excellent teachers » (p.2). Nous analyserons un aspect de cette liberté de choix, la garde des jeunes enfants selon la loi de 1996, la loi de 1980 ayant permis cette liberté pour le primaire et le secondaire. La réforme de 1996 (Nursery Education and Grant-Maintained Schools Act) met en place un système de bons (vouchers) distribués aux parents et valables dans les établissements participants. Les bons sont d’une valeur de £1,000, correspondant à une place à mi-temps pour un enfant de quatre ans durant trois trimestres. Le document intitulé Nursery Education Scheme, The Next Steps et publié par le ministère de l’éducation en 1996 souligne, sous la plume de la ministre Gilian Shephard, la volonté du gouvernement de collaborer avec tous les types d’établissement, publics, privés ou religieux (p.2). Il est d’ailleurs intéressant de constater que cette liberté de choix ne fonctionne pas de la même manière pour toutes les structures puisque les prix pratiqués par certaines sont supérieurs à la valeur des bons : « In the private and voluntary sectors parents will be able to top up the vouchers from their own resources if higher fees are charged » (p.6). Si cette réforme n’a pas survécu à l’arrivée des Travaillistes au pouvoir en 1997, son mode de fonctionnement témoigne toutefois de la volonté des Conservateurs de transformer l’ensemble du monde de l’éducation en un marché.

Responsabilisation

11Les deux derniers « grands thèmes » de la politique éducative des années 1980 et 1990 sont directement liés puisque les établissements doivent rendre des comptes (accountability) et se voient octroyer de nouveaux pouvoirs (school autonomy). Il s’agit pour le gouvernement d’une responsabilisation des écoles et de leur personnel qui doivent répondre de leurs actes en termes de résultats : « Each school should take responsibility for achieving high standards, and should account for its performance to parents and the local community against the standards set by the National Curriculum » (livre blanc de 1996). C’est à travers Ofsted, chargé des inspections dans les écoles publiques, que nous étudierons cette responsabilisation des personnels d’établissement. La continuité entre Margaret Thatcher et John Major est indéniable puisque la loi de 1988 prévoit déjà la transformation du corps des inspecteurs. La loi de 1992 (Education (Schools) Act) établit véritablement Ofsted et Chris Woodhead est nommé directeur en 1994. Dès ses débuts, ce nouvel organisme prône un mode d’inspection rigoureux et sans concession. En 1995, C. Woodhead publie pour le groupe de réflexion Politeia A Question of Standards : Finding the Balance. Il y définit la responsabilisation des écoles et des enseignants en termes humains, puis financiers :

Too often the teacher as trained professional knows best: if the parent is to be involved it must be very much on the school’s terms. […] What complicates matters further is the difficulty many in education experience in coming to terms with the fact that over £27 billion of taxpayers’ money is spent on education, […] and that schools must, therefore, be accountable to their local communities and, ultimately, to Government. (pp. 5-6).

12Woodhead admet un certain nombre de problèmes logistiques dans le travail d’Ofsted (p.13) et la tendance des inspecteurs à l’exagération des problèmes (p.15). Il justifie les méthodes de ses équipes par le fait que, selon lui, certains enseignants refusent de rendre des comptes et tendent à accepter que les enfants issus de familles pauvres ne pourront jamais faire de brillantes études et échapper à leur sort : « But the resistance to inspection can sometimes be grounded in an arrogant refusal to accept that an inspector can ever comment usefully on a teacher’s performance and, when it comes to schools, a bleak determinism in which the success of the school is thought to depend absolutely on the family background of its pupils » (pp. 12-3). La pression ainsi exercée sur les établissements est donc légitimée au nom de l’égalité des chances.

Autonomie des écoles

13L’autonomie des écoles, telle que la conçoivent les gouvernements de John Major, se situe dans une parfaite continuité avec les réformes des années 1980 et notamment le système de gestion mis en place par la loi de 1988 : Local Management of Schools. Dans les années 1990, cette autonomie est renforcée, principalement pour les nouveaux types d’écoles créés pendant la décennie précédente. La loi de 1993 (Education Act) est par exemple très complète sur les pouvoirs que possèdent les chefs des établissements grant-maintained (Part II). Le livre blanc de 1996 entend étendre cette autonomie aux écoles contrôlées par les autorités locales en proposant, par exemple, la gestion de 95 % du budget des écoles par les proviseurs.

14 Cette « autonomie » des écoles redistribue les cartes dans le monde de l’éducation. En effet, les établissements semblent gagner du terrain face à leurs traditionnels supérieurs hiérarchiques (Local Education Authorities), tandis que le ministre se voit accorder des pouvoirs supplémentaires. Les autorités locales pour l’enseignement avaient de nombreuses prérogatives et notamment l’inspection des enseignants et des écoles, ce dont Ofsted les prive dès 1992. Comme le montrent Hilary Radnor et Stephen Ball dans LEAs : Accountability and Control, la période de 1991 à 1995 voit la perte de leurs prérogatives les plus importantes, alors même que le nombre de leurs responsabilités augmente (p.2). Le livre blanc de 1992 leur donne par exemple de nouveaux devoirs dans la gestion des écoles en difficulté (p.48) mais le ministre se réserve le droit d’intervenir si une école ou une autorité locale pour l’enseignement sont en situation d’échec et n’ont pas fait l’effort, à ses yeux, d’améliorer la situation (p.48). Ces organismes sont aussi accusés d’être généralement passifs face au nombre excessif de places dans les établissements (p.24) ou de mener des campagnes de désinformation lorsqu’une école grant-maintained doit ouvrir (p.33). Rick Rogers souligne justement que la section 1 de la loi de 1993 remplace la section 1 de la loi de 1944 qui rendait les autorités locales pour l’enseignement responsables de ce secteur, ce qui change donc foncièrement leur statut (p.5). Le ministre rassemble ainsi nombre de leurs anciennes prérogatives en matière de financement, d’écoles en difficulté, du nombre de places offertes par les écoles locales ou encore de relations avec des partenaires privés. Le livre blanc de 1996 va encore plus loin dans cette nouvelle recomposition du pouvoir, en effet il propose l’augmentation de la part du budget contrôlée par les chefs d’établissement (de 85 à 95 %) et l’inspection des autorités locales pour l’enseignement par Ofsted (ce que permet la loi de 1997). Cette réorganisation du monde de l’éducation est ainsi un processus paradoxal, fait d’une décentralisation revendiquée mais aussi d’une centralisation certaine par un interventionnisme ministériel grandissant, ce que les Travaillistes vont progressivement accepter.

Bilan idéologique chez les Travaillistes et les Conservateurs

Le Parti Travailliste

15La politique éducative de 1990 à 1997, dans sa continuité avec les réformes entreprises sous l’égide de M. Thatcher, a été menée face à un Parti Travailliste en pleine évolution avec l’élection de Tony Blair à sa tête en 1994. Sally Tomlinson considère ainsi que le document Opening Doors to a Learning Society, publié en 1994, est le dernier à porter la marque de la direction précédente du parti (« the last Old Labour document » p. 86). On ne peut en fait considérer cette transformation du Parti Travailliste comme un changement brusque et complet sous l’impulsion de T. Blair et David Blunkett. Il faut également rappeler que ce parti n’a pas toujours suivi une politique claire en matière d’éducation, il était par exemple divisé sur la réforme permettant l’instauration des écoles comprehensive en 1965 (le programme de 1964 promettait, à travers ces écoles, l’accès pour tous à l’enseignement de qualité des écoles grammar). Dans les années 1990, en réaction à la politique éducative conservatrice, on note deux périodes : un glissement progressif tout d’abord au début de la décennie puis l’accélération de ce glissement jusqu’au programme électoral de 1997.

16Analysons le début des années 1990 à travers deux thèmes : les acteurs du monde éducatif et les nouveaux établissements. En fait, la place des parents d’élèves et des enseignants s’est modifiée dans le discours travailliste dès le début des années 1980. Le programme électoral de 1983 promet par exemple que les parents seront représentés dans les conseils d’administration des établissements ; ceux de 1987 et 1992 prônent le partenariat des parents et des enseignants. Cette tendance montre la place grandissante accordée aux parents chez les Travaillistes et une attitude qui confine à la méfiance envers les professeurs comme le montre un extrait de Meet the Challenge, Make the Change, A New Agenda for Britain publié en 1989 : « We need to provide better training, and strengthen teachers’ sense of professionalism » (p.47). Les propositions de 1995 soutiennent les inspections menées par Ofsted dans les écoles en situation d’échec (p.13) et le titre du paragraphe consacré aux enseignants dans le programme électoral travailliste de 1997 est éloquent : « Pressure and Support. » Si les Travaillistes promettent alors d’augmenter le salaire des enseignants expérimentés notamment, ils adhèrent également à la surveillance étroite que les Conservateurs ont mise en place dans les années 1990. Les établissements créés par les Conservateurs comme les écoles grant-maintained et les City Technology Colleges doivent, selon les termes du document travailliste de 1990, Looking to the Future, être à nouveau contrôlés par les autorités locales pour l’enseignement (p.31), alors qu’il n’en est plus question dans le programme électoral de 1992, annonçant ainsi des changements qui se feront plus nombreux après l’arrivée de T. Blair à la tête du parti.

17La période de 1994 à 1997 nous semble particulièrement marquante chez les Travaillistes sur trois points principaux : les écoles publiques, la répartition des responsabilités dans le monde de l’éducation et le rôle du secteur privé. On peut nettement opposer le programme électoral de 1983 et le document Diversity and Excellence, A New Partnership for Schools de 1995. En effet, le premier se prononce nettement en faveur des écoles comprehensive (et la suppression de toute sélection), le second, tout en refusant l’idée de sélection promet d’œuvrer en faveur de la spécialisation des établissements (p.11). Cette évolution annonce le refus du New Labour de considérer les écoles comprehensive comme un modèle unique pour tous, clairement affiché dans le programme électoral de 1997 : « In education, we reject both the idea of a return to the 11-plus and the monolithic comprehensive schools that take no account of children's differing abilities. » Le nombre d’écoles spécialisées a d’ailleurs fortement augmenté depuis l’arrivée des Travaillistes au pouvoir (196 en 1996, 992 en 2002 selon des chiffres donnés par Ami Volansky, pp. 282-3).

18Les Conservateurs ont réorganisé la répartition des responsabilités dans le monde l’éducation dans les années 1980 et 1990, en accordant plus d’autonomie aux écoles, plus de pouvoirs au ministre et moins de prérogatives aux autorités locales pour l’enseignement (Local Education Authorities). La position des Travaillistes vis-à-vis de ces organismes montre également combien le glissement de ce parti vers des politiques proches des mesures conservatrices s’est accéléré pendant les années Major. Unison, principal syndicat du service public, réagit en 1994 au document Opening Doors to a Learning Society en regrettant que le parti ne reconnaisse pas le rôle central de ces organismes (p.7, 25). Les propositions travaillistes publiées l’année suivante sont sans ambigüité (Diversity and Excellence, A New Partnership for Schools). Si les autorités locales pour l’enseignement ne correspondent pas aux « stéréotypes » courants (bureaucratie et irresponsabilité, p. 13), leur pouvoir doit être cependant réduit, tandis que la liste de leurs responsabilités s’allonge, évolution correspondant à la politique gouvernementale (sans oublier leur contrôle par Ofsted) : « We set out the new categories of schools we propose and the fundamental change in the role of Local Education Authorities that we envisage, away from being a chain of command to being a raiser of standards » (p.3).

19 Le rôle du secteur privé dans l’enseignement est, on s’en souvient, un élément important des réformes conservatrices et, sur ce point, l’évolution des Travaillistes dans les années 1990 est particulièrement marquante. Analysons tout d’abord la question des écoles privées. Le programme de financement des études de certains élèves dans ces établissements (Assisted Places Scheme) est régulièrement condamné par les Travaillistes et ils le supprimeront avec la loi de 1997. A l’inverse, la comparaison entre les programmes électoraux de 1983 et 1997 est frappante : le premier rejette clairement les écoles privées au nom de l’égalité des chances (« Private schoolsare a major obstacle to a free and fair education system »), tandis que le second promet qu’aucune bonne école ne sera supprimée, quel que soit son statut (« Labour will never force the abolition of good schools »). L’attitude des Travaillistes vis-à-vis de l’intervention des entreprises privées dans le monde de l’éducation est aussi caractérisée à partir de 1994 par un rapprochement vers les positions conservatrices. Le programme de 1997 est prudent, se bornant à des affirmations de principe et limitant l’utilisation de partenariats public-privé (mis en place par le gouvernement de John Major) à l’amélioration des infrastructures (« Public/private partnerships will improve the condition of school buildings »). On sait toutefois que les gouvernements de T. Blair ne s’arrêteront pas là puisque des entreprises sont appelées à gérer des autorités locales pour l’enseignement dès 1999 (Islington et Hackney par exemple) et des écoles dès 2001 (dans le Surrey en mai 2001). Cette évolution nette des politiques travaillistes n’est pas nécessairement à mettre au crédit de John Major ou M. Thatcher. Toutefois, on constate un réel recul et l’adoption, progressive puis plus rapide, des politiques conservatrices mises en place dans les années 1980 et 1990. On peut toutefois se demander ce que le Parti Conservateur a fait d’un tel héritage à partir de son passage dans l’opposition en 1997.

Le Parti Conservateur

20Entre 1997 et 2008 se sont succédés de nombreux responsables de l’éducation au sein du Parti Conservateur (Shadow Education Secretary), notamment Theresa May de 1999 à 2001, Damian Green de 2001 à 2003, David Willets de 2005 à 2007 et Michael Gove depuis 2007. Cette relative instabilité, ainsi que les défaites électorales de 2001 et 2005, n’ont pas aidé les Conservateurs à offrir des politiques éducatives claires et cohérentes et on note certaines évolutions depuis l’arrivée de David Cameron à la tête du parti en 2005. Si l’on considère les « grands thèmes » des réformes éducatives des années 1980 et 1990, on constate que ceux-ci demeurent centraux dans les projets des Conservateurs. La « qualité » par exemple, à travers la question du niveau, reste fondamentale dans les programmes électoraux de 2001 et 2005 et les propositions de 2007 Raising the Bar, Closing the Gap (Opportunity Agenda, Policy Green Paper n° 1) : « An action plan for schools to raise standards, create more good school places and make opportunity more equal » (p.9). La « diversité » reste également de mise chez les Conservateurs qui, s’ils n’ont pas accueilli avec enthousiasme les City Academies, réclament maintenant l’augmentation de leur nombre : « We will do so by radically building on existing Academy legislation to generate an environment in which many more good schools can be created – which we propose to call New Academies » (Raising the Bar, Closing the Gap p. 36). Le statut de ces écoles, ainsi que leur but (alimenter une concurrence jugée bénéfique pour le niveau scolaire p. 37), seraient similaires sous un gouvernement conservateur mais elles ne pratiqueraient pas la sélection (thème sur lequel nous allons revenir) et ne requerraient pas de financement plancher par leurs partenaires privés (p.38).

21 La liberté de choix accordée aux parents est également un thème essentiel des politiques conservatrices depuis 1997 à travers les programmes électoraux de 2001 et 2005 mais aussi les propositions de 2007 (un paragraphe intitulé « Empowerment through choice » présente les systèmes suédois et néerlandais comme des exemples p. 7). Enfin, les « grands thèmes » de responsabilisation et d’autonomie des écoles demeurent centraux dans la perspective conservatrice depuis 1997. Les propositions de 2007 regrettent par exemple une trop grande centralisation dans le système éducatif (p.4) et reprochent le manque de rigueur de certaines inspections effectuées par Ofsted (« Restoring accountability » pp. 33-5).

22 On constate donc que les « grands thèmes » mis en place par les gouvernements de M. Thatcher et J. Major prédominent dans les politiques avancées par les Conservateurs depuis 1997. Certaines évolutions se font toutefois jour depuis 2005 sous l’impulsion de David Cameron et nous allons analyser la question des écoles privées et celle des écoles grammar. Si le programme électoral de 2005 promet, dans une certaine mesure, le financement de la scolarité dans les écoles privées (« Parents will also be able to send their children free of charge to any independent school that offers a place at no more than the cost of a state-funded school » p. 9), ce thème a disparu des propositions de 2007. Cette évolution pourrait paraître importante mais un document publié la même année (Old Labour Is Back) permet de relativiser sa portée. Les Conservateurs y dénoncent les concessions que le gouvernement aurait faites aux syndicats en 2004, notamment l’obligation pour les établissements privés de prouver le bienfait qu’ils apportent pour bénéficier d’abattements fiscaux réservés aux associations caritatives (p.8).

23 Un autre sujet a attiré l’attention des média, signalant un possible changement dans la politique éducative du Parti Conservateur. En mai 2007, David Willetts, lors d’un discours au patronat britannique, signale l’abandon du soutien jusque là irréductible des Conservateurs aux écoles grammar. Rapidement, David Cameron doit faire face aux nombreuses critiques des membres du parti, qu’ils soient de la base ou élus (Meikle), et essaie de les rassurer en promettant qu’un gouvernement conservateur ne supprimerait pas ce type d’écoles. Fin mai, le porte-parole responsable des questions européennes, Graham Brady, annonce sa démission, invoquant son attachement profond aux écoles grammar (Ryan). En juin 2008, Michael Gove visite une de ces écoles et dit soutenir ces établissements, tout en affirmant ne pas revenir sur la prise de position du parti à leur sujet (il ne prône pas leur extension, Kite). Les propositions de 2007 ne contiennent aucune référence à cette question et la conférence annuelle des Conservateurs en septembre 2008 n’a pas permis de clarifier le débat. Le parti semble donc modifier ses positions vis-à-vis de la sélection, mais de telles évolutions, pour douloureuses qu’elles soient à l’intérieur du parti, ne modifient pas fondamentalement l’héritage laissé par les gouvernements de M. Thatcher puis de J. Major, les piliers ou « grands thèmes » de cette politique demeurant nettement en place.

Conclusion

24 La politique éducative de 1990 à 1997, à défaut d’être véritablement originale, revendique clairement l’héritage laissé par M. Thatcher dans les années 1980 en prolongeant ses réformes, à travers les « grands thèmes » évoqués par John Major dans le livre blanc Choice and Diversity : pouvoirs concédés aux établissements, particulièrement aux nouveaux types d’écoles (écoles spécialisées, grant-maintained, City Technology Colleges), contrôle strict des enseignants par Ofsted, rôle central accordé aux parents d’élèves, réorganisation des pouvoirs, rôle du secteur privé, etc. Il paraît également indéniable que ce prolongement de l’héritage thatchérien de 1990 à 1997 a permis sa pérennisation dans le débat d’idées puisque les Travaillistes s’y sont en quelque sorte adaptés, par glissement progressif puis plus marqué à partir de 1994. Les slogans du New Labour et les mesures mises en place dès 1997 montrent bien que les préoccupations de la dame de fer et de John Major sont partagées par Tony Blair et les gouvernements travaillistes successifs. Chez les Conservateurs eux-mêmes enfin, les « grands thèmes » éducatifs prônés par le livre blanc de 1992 demeurent centraux, les changements proposés par David Cameron depuis 2005 semblant secondaires, même s’ils sont l’occasion de déchirements à l’intérieur du parti (sur la question des écoles grammar notamment). On peut ainsi dire que, dans le monde de l’éducation en Angleterre, John Major est le digne héritier de M. Thatcher, puisqu’il a, malgré un contexte économique difficile, indéniablement prolongé la mise en place de structures et de positionnements idéologiques qui conditionnent encore maintenant l’ensemble de ce monde.

Haut de page

Bibliographie

Chitty, Clyde, Education Policy in Britain, Basingstoke: Palgrave, 2004

Conservative Party, 1979 Manifesto

Conservative Party, Forward : The Challenge of Our Times, 1983

Conservative Party, The Next Moves Forward, 1987

Conservative Party, The Best Future for Britain, 1992

Conservative Party, You can only be sure with the Conservatives, 1997

Conservative Party, Time for Common Sense, 2001

Conservative Party, Are You Thinking What We’re Thinking ? 2005

Conservative Party, Raising the Bar, Closing the Gap (Opportunity Agenda, Policy Green Paper n° 1), 2007 

Conservative Party, Old Labour Is Back, 2007 

DES, The Parent’s Charter, You and Your Child’s Education, London : HMSO, 1991

DfE, Choice and Diversity, A New Framework for Schools, London : HMSO, 1992

DFE, Education into the Next Century, The Government’s Proposals for Education Explained. London : HMSO, 1992

DfE with FAS, HEFCE and FEFC, Education Means Business, Private Finance in Education, London : HMSO, 1994

DfEE, Self-government for Schools, June 1996, http://www.archive.official-documents.co.uk/document/dfee/sgfs/selfgov.htm, consulté le 20 juin 2008

DfEE, Nursery Education Scheme The Next Steps, London : HMSO, 1996

DfEE, Excellence in Schools, London : DfEE, 1997

Higher Education Funding Council for England, Private Investment in Higher Education, Bristol, 1995

Jarvis, F. Education and Mr Major, Correspondence between the Prime Minister and Fred Jarvis with a commentary and postscript by Fred Jarvis, London : Tufnell Press, 1993

Kite, Melissa, “Conservative MPs reopen the party's row over new grammar schools”, Daily Telegraph, 21 June 2008

Labour Party, The New Britain, 1964

Labour Party, The Labour Way is the Better Way, 1979

Labour Party, The New Hope for Britain, 1983

Labour Party, Britain will win with Labour, 1987

Labour Party, Meetthe Challenge, Make the Change, A New Agenda for Britain, Final Report of Labour’s Policy Review for the 1990s, 1989

Labour Party, It’s time to get Britain working again, 1992

Labour Party, Diversity and Excellence, A New Partnership for Schools, 1995

Labour Party, New Labour because Britain deserves better, 1997

Meikle, James, “Cameron faces Tory revolt after retreat on grammar schools”, TheGuardian, 17 May 2007

Radnor, Hilary A. and Stephen Ball with Carol Vincent and Lesley Henshaw, Local Education Areas : Accountability and Control, Stoke-on-Tent : Trentham Books, 1996

Rogers, Rick, A guide to the Education Act 1993, London : Advisory Centre for Education, 1993

Ryan, Rosalind, “Tory frontbencher resigns over grammar schools”, TheGuardian, 29 May 2007

Sylvester, Rachel, “Shephard hints at grammar school in every town”, Electronic Telegraph, 10 June 1996, Issue 402, http://www.telegraph.co.uk/htmlContent.jhtml ?html =/archive/1996/06/10/nsixt10.html, consulté le 2 juillet 2008

Tomlinson, Sally, Education in a Post-welfare Society, 2nd edition, Maidenhead : Open University Press, 2005

Unison, Opening Doors to a Learning Society, The response of Unison the public service union, 1994

Volansky, Ami, The Pendulum Syndrome, Centralisation and Decentralisation of Education in England and Wales, Tel Aviv : Ramot, 2003

Woodhead, Chris, A Question of Standards : Finding the Balance, London : Politeia, 1995, Debate Series N° 1

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Beauvallet, « John Major, digne héritier de la dame de fer ? Fondements et bilan de la politique éducative de 1990 à 1997 », Observatoire de la société britannique, 7 | 2009, 249-264.

Référence électronique

Anne Beauvallet, « John Major, digne héritier de la dame de fer ? Fondements et bilan de la politique éducative de 1990 à 1997 », Observatoire de la société britannique [En ligne], 7 | 2009, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://osb.revues.org/819 ; DOI : 10.4000/osb.819

Haut de page

Auteur

Anne Beauvallet

Maître de Conférences à l’Université de Toulouse Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org