Navigation – Plan du site

La politique de défense britannique à l’heure des mutations

Jean-Claude Sergeant
p. 265-286

Résumé

Peu préparé à la conduite des Affaires étrangères et moins concerné encore par les questions de Défense, John Major n’en a pas moins eu la charge d’organiser la participation britannique à deux conflits qui ont marqué la dernière décennie du siècle précédent : la brève mais intense Guerre du Golfe et celle, plus intermittente, mais aussi plus meurtrière, qui a ensanglanté les Balkans pendant quatre ans. Conscient des responsabilités qui incombaient au Royaume-Uni du fait de sa position internationale, John Major n’a ménagé ni son soutien militaire ni ses efforts de médiation pour régler ces convulsions internationales. Confronté à un fort recul des capacités économiques du pays, John Major, assisté de son ministre de la Défense, a en outre amorcé une reconfiguration des Forces armées nationales rendue nécessaire par l’évolution du contexte géopolitique. C’est encore à John Major qu’il est revenu de négocier l’articulation entre l’attachement indéfectible à l’Alliance atlantique et l’affirmation progressive d’une identité européenne de Défense. Pour le néophyte qu’il était, John Major pouvait se prévaloir en 1997 d’un bilan plus qu’honorable.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  John Major, The Autobiography, Londres, HarperCollins, 1999.

1La lecture du récit que John Major a livré de son parcours politique1 révèle le peu d’intérêt qu’il portait aux questions de Défense. Sur les 751 pages que comporte d’édition de poche de ce texte, on relève cinq références explicites à la Défense, au total une dizaine de lignes, qui la présentent essentiellement comme source potentielle d’économies budgétaires. Aucune mention spécifique n’est faite de la réforme du format des armées – Options for Change – qui marquera son passage à la tête du gouvernement, hormis un paragraphe évoquant l’hostilité attendue des Ecossais confrontés à la dissolution annoncée de deux de leurs régiments les plus prestigieux. A l’évidence, la Défense n’était pas au cœur des préoccupations de celui qui, en novembre 1990, succédait à Margaret Thatcher, après le retrait des deux autres prétendants, Michael Heseltine (ancien ministre de la Défense) et Douglas Hurd, nommé, en octobre 1989, à la tête du Foreign Office où il avait déjà passé quatre ans en qualité de secrétaire d’Etat(Minister of State) de 1979 à 1983.

  • 2  Anthony Seldon, Major, a Political Life, Londres, Weidenfeld & Nicolson, 1997, p. 89.

2   A la différence de ses deux rivaux, John Major était pratiquement néophyte en matière de relations internationales, et plus encore de défense. Il avait certes été pendant quatre mois en charge du Foreign Office (juillet à octobre 1989), mais, de l’avis de son biographe Anthony Seldon : « [John Major] était le plus improbable Secrétaire du Foreign Office depuis Ernest Bevin, bien que son inculture dans le domaine des relations internationales l’apparentât davantage à Herbert Morrison qui avait succédé à Bevin en 19512. » Il incombera pourtant à John Major de gérer la participation britannique à deux conflits majeurs – la guerre du Golfe et celle en Bosnie – et de finaliser la reconfiguration des armées britanniques en fonction d’un contexte international mouvant qui ne pouvait manquer de peser sur le débat relatif à la sécurité européenne et d’affecter les relations avec les Etats-Unis.

  • 3  Lawrence Freedman, « Defence Policy » in D. Kavanagh et A. Seldon (eds.), The Major Effect, Londre (...)

3   Il fut assisté dans cette tâche par des ministres efficaces – Douglas Hurd aux Affaires étrangères jusqu’en 1995, Tom King, puis Malcolm Rifkind à la Défense – qui ont véritablement façonné la position britannique dans des domaines où le Premier ministre, prioritairement requis par les questions économiques, le dossier européen et le problème d’Irlande du Nord, était disposé à déléguer à ses ministres son autorité. Ainsi que le résume Lawrence Freedman : « Major semble avoir été heureux de pouvoir laisser à ses deux ministres le soin d’élaborer les options de politique générale à long terme, en se contentant d’apparaître de loin en loin sur le devant de la scène lorsqu’il pouvait tirer un avantage politique rapide en intervenant sur l’un des problèmes du moment3. »

Un contexte international en mutation

4John Major est arrivé « aux affaires » au moment même où commençaient à apparaître les contrecoups de la fracture symbolique du Mur de Berlin en novembre 1989. Moins d’un an plus tard, l’Allemagne célébrait sa réunification que Margaret Thatcher, avait, à l’instar de François Mitterrand, tout fait pour retarder. Huit jours avant l’intronisation de John Major à la tête du parti conservateur était signé à Paris le Traité sur la réduction des forces conventionnelles en Europe (FCE) qui corrigeait les déséquilibres entre les arsenaux de moyens non nucléaires détenus par les deux pactes de défense, celui de Varsovie et l’OTAN. Sept mois plus tard (juin 1991), l’Union soviétique annonçait la dissolution du Pacte de Varsovie avant de sombrer à son tour dans les archives de l’histoire (décembre 1991) et de céder la place à la Communauté des Etats indépendants (CEI), structure fédérative regroupant douze des anciennes républiques issues de l’Union soviétique, ce qui n’empêchait pas la Russie de poursuivre avec les Etats-Unis ses négociations sur la réduction des arsenaux d’armes stratégiques (traités START I et II signés respectivement en 1991 et 1993).

5Pareils bouleversements des schémas de pensée qui avaient fondé les relations Est-Ouest au cours de la Guerre froide induisaient nécessairement une révision des doctrines d’emploi des forces et de leur format. Mais, c’est surtout en termes de réduction des efforts budgétaires consacrés à la Défense que s’appréciaient, le plus souvent, les mutations géopolitiques de l’époque. Au Royaume-Uni, comme ailleurs, on s’attendait à engranger « les dividendes de la paix », ce qui, en clair, impliquait de tailler dans les dépenses militaires, en négligeant les mises en garde des états-majors qui mettaient l’accent sur l’instabilité de la période à venir eu égard, notamment, à l’instabilité de la scène politique russe. Le coup de force contre le Parlement de Moscou en août 1991 et le retrait de Gorbatchev au profit de Boris Elstine à la fin de la même année confirmaient les inquiétudes des analystes, sans pour autant remettre en cause l’obsolescence du scénario classique des stratèges de l’OTAN axé sur l’hypothétique déferlement des divisions blindées communistes à travers les plaines d’Europe centrale.

Repenser la politique de défense

  • 4  Ministry of Defence, Statement on the Defence Estimates – Britain’s Defence for the 1990’s, Cm 155 (...)

6Les planificateurs du ministère de la Défense (MoD) avaient déjà intégré l’irréversibilité de la disparition de la menace venue de l’Est, du moins sous sa forme collective. Dès février 1990, le ministre Tom King annonçait un plan de réorganisation des forces armées baptisé Options for Change dont les grandes lignes furent présentées en juillet 1990 dans le projet de budget – Statement on the Defence Estimates – élaboré par le MoD. Celui de 1991, qui affinait les implications de la réforme, était, selon la coutume, préfacé par le ministre qui soulignait sa volonté de « produire des forces armées moins nombreuses mais bien équipées, bien formées, correctement logées et animées d’une forte motivation4. »

Répartir l’effort de rigueur

  • 5  General Sir Martin Farndale, « The British Army : Implications for Change », Royal United Services (...)

7C’est surtout l’importance des allègements des effectifs annoncés qui retint l’attention. Ceux de l’Armée de Terre étaient les plus touchés : de 156 000 hommes alignés en 1990, il ne devait plus en rester que 116 000 en 1995, le nombre de bataillons d’infanterie passant de 55 à 38 à la suite d’une refonte de la composition des régiments. A la dissolution de six régiments d’artillerie devait s’ajouter celle de neuf régiments du génie et des transmissions. L’Arme blindée ne disposerait plus que de onze régiments par rapport aux dix-neuf qu’elle alignait au début de la décennie. Au total, l’amputation prévue par le ministère devait priver l’Armée de Terre de 23 % de ses effectifs. Il fallait remonter à 1957, date de la fin de la conscription nationale, pour retrouver semblable atrophie correspondant, selon les estimations du général Martin Farndale à 45 % de sa puissance de combat. Rappelant que « lors des précédentes réductions intervenues en 1960, 1967 et 1977, l’Armée de Terre avait obtenu l’assurance qu’elle gagnerait en efficacité ce qu’elle perdait en effectifs – ‘smaller but better’ – et que « chaque fois qu’on avait réduit ses effectifs, les moyens avaient toujours manqué pour améliorer l’efficacité », le général ne pouvait que délivrer un verdict négatif à propos de la nouvelle restructuration décidée par le MoD. « Le programme des voies du changement [Options for Change] n’est pas bon. Il semble avoir été établi à la hâte en fonction d’objectifs politiques et financiers5. »

8  Moins affectées que l’Armée de Terre, les autres composantes des Forces n’étaient cependant pas épargnées par la refonte décidée par le MoD. La Marine perdait 20 % de sa dotation en frégates et destroyers mais conservait ses trois porte-avions ; en revanche, le nombre de sous-marins d’attaque serait réduit de vingt-sept à seize unités, tandis que les quatre bâtiments composant la Force stratégique océanique (les sous-marins nucléaires dotés de missiles nucléaires longue portée) étaient préservés. La composante stratégique de la RAF allait être allégée par le retrait des escadrons de Buccaneer guettés par l’obsolescence, tout comme les Phantom américains affectés à la protection de l’espace aérien national. Dès 1990, le MoD avait, en outre, réduit de trente-trois unités sa dernière commande de chasseurs Tornado, fruits d’une collaboration européenne engagée au début des années 1970. Au total, le MoD prévoyait de réduire les effectifs de la RAF de 89 000 à 75 000 personnes.

9  A ces réductions touchant les unités régulières s’ajoutaient celles affectant le personnel civil employé par le MoD dont la suppression de 20 000 des 141 000 postes pourvus en 1990 était programmée d’ici 1995. Une réduction de 15 % des effectifs de l’Armée territoriale – composante centrale de la Réserve – était également inscrite au programme de la réforme.

L’allègement du dispositif britannique en Europe

  • 6  Voir, notamment, House of Commons Defence Committee, Britain’s Army for the 90’s : Commitments and (...)

10Mal reçu, on l’imagine, par l’Establishment militaire, la programmation lancée par le MoD ne trouvait pas davantage grâce aux yeux de la commission de la Défense de la Chambre des communes qui estimait que le projet du ministère, essentiellement inspiré par des considérations budgétaires, n’était pas suffisamment étayé par une réflexion stratégique approfondie6. La commission ne pouvait néanmoins pas récuser le bien-fondé de la décision du MoD d’alléger la présence britannique en Allemagne que justifiait la prise en compte d’une menace soviétique devenue évanescente.

11Les dirigeants britanniques avaient accepté, dans le cadre du traité de Bruxelles signé en 1948 d’étoffer leurs forces d’occupation stationnées dans le nord du pays depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il s’agissait principalement d’unités blindées (quatre divisions) et d’escadrons de chasseurs bombardiers positionnés sur quatre bases de la RAF. Les blindés britanniques trouvaient en Allemagne des terrains d’exercice plus largement dimensionnés que ceux disponibles en Angleterre, d’ailleurs limités au champ de manœuvre de la plaine de Salisbury. Tant que pesait la menace du Pacte de Varsovie, les populations allemandes acceptaient, bon gré mal gré, les déploiement de colonnes de blindés de soixante tonnes qui mettaient à mal leur environnement et les exercices en rase-motte des appareils de la RAF. Une fois assuré du retrait des troupes du pacte de Varsovie, qui devait être achevé à la fin de 1994, le gouvernement de l’Allemagne réunifiée décrétait l’interdiction des vols au-dessous des 3 000 mètres d’altitude, tandis que les nuisances induites par les déplacements d’unités blindées étaient de moins en moins tolérées par les populations locales. Si l’on ajoute à cela que le cours du Deutsche Mark pesait sur les coûts d’entretien de ces Forces supportés par le gouvernement britannique, on comprend que le MoD ait cherché en priorité à réduire une présence militaire qu’il devenait déraisonnable de maintenir en l’état. Dans le cadre du programme Options for Change, Tom King réduisait à deux le nombre de divisions blindées maintenues en Allemagne et programmait la fermeture de deux des quatre bases de la RAF. Trois des régiments blindés conservés sur le territoire allemand seront regroupés au sein de la 1re Division blindée appelée à intégrer le Corps de réaction rapide de l’OTAN (ARRC) mis en place en 1991 en application du « Nouveau Concept stratégique » élaboré par l’Alliance.

12Le désengagement britannique de ses positions en Allemagne allait se poursuivre au cours des années qui ont suivi la mise en place du programme Options for Change. En mai 1996, le document de cadrage budgétaire produit par le MoD, à la tête duquel Michael Portillo avait remplacé Malcolm Rifkind à la faveur du remaniement ministériel de juillet 1195, annonçait la fermeture en 2000 de la dernière base RAF en Allemagne qui accueillait encore quatre escadrons de chasseurs bombardiers Tornado GR1 mais dont aucun enjeu stratégique ou logistique ne justifiait plus le maintien. Au surplus, le retour des appareils de la RAF sur le territoire national allait permettre de réduire de 25 milliards de livres sterling la facture liée au maintien opérationnel de ces unités. Au tournant du siècle, la présence britannique en Allemagne – la British Army on the Rhine (BAOR) -  qui, aux heures les plus tendues de la Guerre froide, se concrétisait par quatre divisions blindées, une brigade d’artillerie et cent vingt avions de combat (au total, 71 000 hommes) allait être ramenée à 24 000 hommes affectés à la seule division blindée maintenue sur place et à la brigade d’artillerie qui lui était adjointe.

La Révision des concepts d’emploi

  • 7  Christopher Bellamy, « Soldier of Fortune : Britain’s new military role », International Affairs, (...)
  • 8  Intervention à la Chambre des communes, 1er novembre 1991, Hansard, vol. 198, col. 130.
  • 9  Douglas Hurd, Memoirs, Londres, Little, Brown, 2003, p. 513.
  • 10  Sur ce point, voir Douglas Hurd, Ibid., pp. 511-513.

13Le repli sur le territoire national n’avait pas pour seul motif le souhait du MoD de réduire le coût de fonctionnement des unités. L’évolution du rôle de l’OTAN et, parallèlement, l’affirmation progressive d’une identité de défense européenne n’étaient pas sans conséquence sur l’organisation des Forces du principal partenaire européen de l’Alliance. Plus globalement, la dissolution du Pacte de Varsovie plaçait le MoD devant la nécessité de redéfinir les missions assignées à ses Forces armées. Christopher Bellamy, spécialiste des questions de Défense au Daily Telegraph, formulait la question en ces termes : « Veut-on se limiter à la défense des îles qui constituent le territoire et à la protection de leurs intérêts vitaux (notamment la sécurité intérieure et la lutte anti-terroriste) ou veut-on se donner les moyens de faire davantage pour pouvoir agir sur la scène internationale ?7 » Douglas Hurd avait répondu par avance à la question : « Nous sommes au centre des événements. Aucun autre pays n’est à la fois membre de l’OTAN, de la Communauté [européenne], du Commonwealth, du G7 et du Conseil de Sécurité des Nations unies8. » Toutefois, le Secrétaire au Foreign Office regrettait la concurrence à laquelle son ministère et celui de la Défense devaient se livrer pour tenter de préserver leur dotation budgétaire respective que le Trésor, toujours en quête d’économies, était prêt à rogner. L’action extérieure du Royaume-Uni méritait d’être gérée globalement estimait Douglas Hurd qui pressentait le rôle que la diplomatie en tant que composante de la Défense (Defence diplomacy) allait jouer une fois les travaillistes revenus au pouvoir : « Au lieu d’envisager isolément les besoins en matière de Défense, nous devrions prendre en considération l’ensemble des moyens nécessaires à l’action extérieure du pays et lui affecter une dotation budgétaire globale9. » En d’autres termes, mieux valait renoncer à quelques chars de combat si l’économie réalisée permettait de maintenir les postes diplomatiques à l’étranger et de renforcer les moyens du World Service de la BBC. Une telle refonte de l’action internationale du Royaume-Uni aurait nécessité une réforme en profondeur (Review) permettant de repenser les fondements et les objectifs de la Défense, ce à quoi John Major, totalement tétanisé par l’enjeu européen, n’était pas prêt10.

Une réforme improvisée ?

  • 11  Defence and Trade and Industry Committes, Aspects of Defence Procurement and Industrial Policy, Me (...)

14Douglas Hurd n’était pas le seul à déplorer l’absence d’une ligne de politique extérieure clairement tracée. Nombre d’industriels du secteur de la défense mettaient en cause l’incapacité du gouvernement à afficher nettement ses orientations. Entendu dans le cadre d’une enquête menée conjointement par les commissions de la Défense et du Commerce et de l’Industrie aux Communes, le représentant de la confédération des syndicats du secteur de la construction navale (Confederation of Shipbuilding and Engineering Union) estimait que : « les coupes budgétaires [affectant le budget de la Défense] sont décidées de façon aléatoire, ce qui a pour effet de laisser le secteur dans l’incertitude quant aux besoins que le MoD entend privilégier11. » Pour les adversaires de la restructuration pilotée par le MoD, seule une loi de programmation militaire à la britannique, c’est-à-dire une Review, aurait permis de donner aux réformes qui se sont empilées entre 1990 et 1993 une cohérence qui les aurait justifiées.

  • 12  Philip A.G. Sabin, « British Defence Choices », International Affairs, vol. 69, n° 2, 1993, p. 271
  • 13  Banquier de profession, John Nott a été élu aux Communes en 1966. Nommé secrétaire d’Etat au Tréso (...)

15Le gouvernement faisait valoir, en réponse, que la nécessaire adaptation en temps réel de l’outil de Défense en fonction de paramètres en constante évolution ne permettait pas d’entreprendre une réflexion de longue haleine sur la définition des missions assignées aux Forces armées. Si la menace constituée par l’arsenal des forces du pacte de Varsovie était en cours de démantèlement, rien ne permettait à cette époque, arguait le MoD, d’exclure l’éventualité de sa reconstitution, sans compter que l’éventail des missions auxquelles les Forces armées britanniques pouvaient être appelées à participer allait s’élargissant. C’est un point de vue identique que développe Philip Sabin, spécialiste des questions de défense à King’s College (Université de Londres). L’objectif ultime de la Défense « est défini par un ensemble plus large, mais aussi plus diffus, de priorités […] allant de la préservation de la position privilégiée du Royaume-Uni en qualité de membre permanent du Conseil de Sécurité des Nations unies aux interventions découlant de considérations humanitaires12. » Compte tenu de l’inertie traditionnelle du système militaire britannique, poursuit-il, il serait irréaliste de vouloir faire table rase des concepts d’emploi des Forces qui avaient prévalu jusqu’alors. Il ajoute que le programme Options for Change marquait, d’ailleurs, un revirement par rapport à la philosophie de la précédente réforme des Forces armées conçue par John Nott13.

  • 14 The United Kingdom Defence Programme : the Way Forward, Cmnd 822, Londres, HMSO, juin 1981.

16Dans un contexte stratégique fort différent, John Nott avait privilégié dans son programme de réforme, qu’il refusait de qualifier de Review14, les sous-marins au détriment des bâtiments de surface, ainsi que la BAOR, malgré les doutes qu’il entretenait quant à l’utilité des unités britanniques stationnées en Allemagne en cas d’offensive des troupes du Pacte de Varsovie. Tom King avait, à l’inverse, décidé de rapatrier la moitié du contingent de la BAOR et de tailler dans la flotte de sous-marins qu’il jugeait surdimensionnée par rapport à la réalité de la menace. Indépendamment des contraintes budgétaires qui imposaient au MoD de revoir l’ensemble de son dispositif, Tom King a eu pour ambition d’introduire dans la culture militaire les concepts de flexibilité, mobilité et d’interopérabilté qui seront au cœur de la réforme de l’OTAN décidée au Sommet de Londres en 1990.

  • 15  Statement on the Defence Estimates 1992, Cm 1981, Londres, HMSO, juillet 1992.

17La politique de Défense britannique était, depuis les années soixante, articulée autour de quatre objectifs centraux découlant, en grande partie, de l’appartenance du Royaume-Uni à l’OTAN : défense du territoire national, maintien d’une force stratégique intégrée à l’Alliance, contribution à une éventuelle bataille de l’avant en Europe continentale et protection des voies maritimes dans la zone orientale de l’Atlantique, à quoi s’ajoutait ce que les stratèges qualifiaient de demi-mission, à savoir la protection des possessions britanniques dans le monde. Le document de programmation publié en 199215 reformulait ces objectifs traditionnels de façon à refléter le caractère plus diffus des menaces auxquelles le Royaume-Uni devait se tenir prêt à répondre :

  • assurer la protection et la sécurité du Royaume-Uni et des territoires sous sa tutelle, même en l’absence de menace extérieure importante ;

  • être en mesure de faire face à toute menace extérieure majeure contre le Royaume-Uni et ses alliés ;

  • contribuer à la promotion des intérêts élargis du Royaume-Uni par la préservation de la paix et de la stabilité internationale.

18  Cette architecture, plus conceptuelle que programmatique, était assortie en 1993 de sept types de missions que les Forces armées devaient pouvoir assurer, allant d’un conflit généralisé impliquant l’ensemble des membres de l’Alliance à l’opération militaro-humanitaire conduite sous mandat ONU, ce qui revenait à garder ouvert l’ensemble des différentes options malgré le resserrement du cadre budgétaire.

Le repli budgétaire

19Après avoir culminé en 1984-85, lorsqu’il représentait encore 5,3 % du PIB, le budget de la Défense a régulièrement décliné pour atteindre 4,1 % du PIB en 1992, ce qui restait néanmoins sensiblement supérieur à la part du PIB consacrée par la France à sa Défense à la même époque (3,4 %). Les prévisions du MoD faisaient état d’une réduction continue des crédits alloués à la Défense, de l’ordre de 12 % en valeur réelle, entre 1990 et 1995, date à laquelle ils devaient s’établir à 22,7 milliards de £. Cette contraction budgétaire prenait en compte la réduction de la masse salariale consécutive à la diminution des effectifs, la baisse tendancielle de l’inflation, la vente d’un certain nombre d’actifs, essentiellement des infrastructures militaires, et le transfert aux opérateurs privés de certains services (logement des familles de militaires, par exemple).

  • 16  Ron Smith, « Resources, Commitments and the Defence Industry » in M. Clarke et P. Sabin (eds.), Br (...)

20Ce budget, voué à la décroissance, ne permettait guère d’honorer les engagements du ministre Tom King qui, en défendant son programme Options for Change, avait affirmé que la réduction des effectifs serait compensée par une augmentation de leur dotation en équipement – « smaller but better ». En fait, la part des crédits affectée aux équipements, correspondant en France au Titre V, est restée plafonnée à 40 % entre 1991 et 1996, ce qui, compte tenu de l’augmentation exponentielle des principaux programmes engagés, réduisait d’autant les crédits consacrés à l’entretien des matériels, à la mise à niveau des stocks et, sous un autre chapitre budgétaire, aux moyens d’entraînement des troupes, particulièrement celles de la RAF. Les commentateurs ne se privaient pas de rappeler que, lors de la Guerre du Golfe, faute des pièces de rechange en nombre suffisant, il avait fallu cannibaliser les unités restées en Allemagne pour approvisionner la division blindée expédiée au Koweït. Au cours de la même intervention, baptisée Operation Granby par les Britanniques, le Royaume-Uni avait dû s’adresser à la Belgique, d’ailleurs peu coopérative, pour obtenir les compléments d’obus de 155 mm dont ses unités d’artillerie avaient besoin. Ainsi que le souligne Ron Smith, spécialiste de l’économie de Défense : « Le manque de pièces de rechange, de moyens d’infrastructure ou de systèmes d’armes nécessaires à l’emploi efficace des plates-formes, ajouté à la réduction des crédits affectés à l’entraînement, à l’entretien et aux munitions, aura pour effet de réduire la capacité militaire réellement mise en œuvre à une fraction de ce qu’elle était sur le papier16. » Par ailleurs, notait Ron Smith, les concepts de flexibilité et de mobilité qui inspiraient la nouvelle organisation des Forces allaient s’avérer plus coûteux que le système traditionnel qui assignait à chaque Armée des missions spécifiques.

Une base industrielle de défense diversifiée mais vulnérable

21S’il était possible de réduire la composante « coût en personnel », qui représentait environ 40 % du budget de la Défense, en réduisant les effectifs militaires et civils, il n’en allait pas de même du coût des équipements.

22Le Royaume-Uni disposait d’entreprises spécialisées, souvent de poids international, qui permettaient de couvrir l’essentiel de ses besoins en équipement. Dans le domaine de l’aéronautique et des missiles, British Aerospace (BAe), privatisé par étapes à partir de 1981, régnait sans partage. Classé au septième rang mondial des entreprises de Défense en 1990, BAe employait alors 150 000 personnes à travers le monde et cherchait à nouer des alliances transnationales en Europe et aux Etats-Unis. L’électronique de défense était la spécialité de GEC, deuxième entreprise du secteur dont 20 % seulement du chiffre d’affaires provenaient de ses contrats de défense gérés par sa filiale GEC Marconi, également présente dans le domaine de la construction navale. La société avait obtenu en 1990 la maîtrise d’ouvrage de la construction des deux premières commandes de frégates Type 23. Rolls Royce, troisième entreprise du secteur au regard de son CA, comptait parmi les principaux motoristes internationaux aux côtés des Américains Pratt & Whitney et General Electric, tandis que Vickers avait établi sa réputation en tant que constructeur de chars de combat (les Challenger de première et deuxième générations) suite à la reprise de cette activité lors du démantèlement de Royal Ordnance, arsenal d’Etat spécialisé dans la construction de véhicules blindés, de pièces d’artillerie et de munitions. Les véhicules blindés de transport de troupes (Saxon, Warrior) sortaient des usines de GKN implantées à Trelford dans les Midlands. GKN était également présent dans le secteur militaire par le biais de sa participation à hauteur de 22 % au capital de Westland, unique constructeur britannique d’hélicoptères (Lynx, Sea King, EH 101). Devenu par la suite actionnaire de référence de Westland, GKN finira par céder en 2004 le contrôle de l’hélicoptériste au groupe italien Finmeccanica associé à l’entreprise depuis cinq ans.

23La situation était plus complexe dans le secteur de la construction navale militaire. L’ensemble des chantiers avait été nationalisé par les travaillistes qui en avaient confié la gestion à une direction administrative – British Shipbuilders – qui s’efforçait de répartir les commandes de bâtiments militaires et marchands entre les treize chantiers en activité à la fin des années soixante-dix qui fournissaient encore 40 000 emplois. Après la privatisation des chantiers navals intervenue en 1986, cinq chantiers de construction militaires se disputaient les commandes réduites du MoD, tandis que les deux arsenaux royaux (Royal Naval Dockyards), situés l’un en Ecosse (Rosyth), l’autre à Portsmouth (Devonport) et dont la gestion avait été transférée à des groupes américains, assuraient l’entretien des bâtiments de la Royal Navy. Parmi les cinq constructeurs britanniques encore en activité en 1990, seul VSEL savait son avenir assuré du fait de l’engagement du MoD à remplacer la flotte Polaris par quatre sous-marins nucléaires stratégiques porteurs des missiles Trident dont la construction allait pérenniser l’emploi des cinq mille ingénieurs et ouvriers travaillant sur le site de Barrow-in-Furness (Cumbria). Les années quatre-vingt-dix verront, en revanche, la fermeture du chantier de Birkenhead (Merseyside), propriété de Cammell Laird, filiale de VSEL, et des installations de Swan Hunter, implantées depuis 1874 sur la Tyne, au nord de l’Angleterre, d’où étaient sortis le prestigieux paquebot Mauretania, lancé en 1906, le porte-avions Ark Royal et les trois dernières frégates Type 23.

24Au total, l’industrie de Défense faisait vivre près de 750 000 personnes, dont 300 000 employées par les sous-traitants travaillant pour le compte des fournisseurs du MoD, et assurait 15 % du total de la production de l’industrie manufacturière. Certaines régions, notamment les Midlands, le nord de l’Angleterre et l’Ecosse, étaient à ce point tributaires des commandes militaires que le MoD devait nécessairement prendre en compte les retombées en matière d’emploi avant d’arrêter son choix sur un type de matériel. Ainsi, la décision de confirmer le contrat portant sur la fourniture de 127 chars Challenger de nouvelle génération semble avoir été dictée au moins autant par le nécessité de maintenir l’emploi dans les installations Vickers de Leeds que par le souci de fournir à l’Armée de Terre le blindé dont elle avait exprimé le besoin. Le char américain Abrams M1A2, construit par General Dynamics, certes plus gourmand en carburant, mais moins cher que le Challenger II et qui avait la préférence de l’état-major, ne pouvait plus être retenu après la démonstration des performances du Challenger de première génération engagé dans les opérations de la Guerre du Golfe. Par ailleurs, même si le renouvellement des moyens blindés lourds ne faisait pas l’unanimité parmi les stratèges qui n’en voyaient plus l’utilité pour la défense du territoire national, le gouvernement pouvait difficilement renoncer à la mise en place d’unités blindées modernes, fer de lance de la Force de réaction rapide de l’OTAN dont le Royaume-Uni s’était vu attribuer le commandement en 1991.

  • 17  Statement on the Defence Estimates 1994, Cm 2550, Londres, HMSO, avril 1994, p. 67.
  • 18 Voir J.-C. Sergeant, « La défense, enjeu marginal ? », Revue française de civilisation britannique, (...)

25Faute d’une politique clairement affichée en matière d’équipements et de l’incapacité des alliés européens à s’entendre sur une répartition des spécialisations, le Royaume-Uni se voyait condamné à préserver la quasi-totalité des savoir-faire technologiques dont une nation de premier rang se devait de pouvoir disposer. L’analyse des programmes d’équipement poursuivis ou engagés au cours des années 1990-1995 fait d’ailleurs ressortir la part prépondérante des fournisseurs nationaux (78 % en valeur), par rapport à celle des matériels issus de programmes menés en coopération (13 %) ou acquis « sur étagère », c’est-à-dire majoritairement importés des Etats-Unis (9 %)17. La préférence nationale s’imposait encore plus naturellement en période électorale. Ce n’est certainement pas par une coïncidence de calendrier qu’à la veille des élections de 1992 Tom King annonçait aux Communes l’attribution du contrat de missiles aériens à courte portée (ASRAAM) destinés à la RAF à BAe, associé à la firme américaine Hughes, assurant le maintien des 6 500 emplois qualifiés de sa filiale BAe Dynamics spécialisée dans les missiles18.

  • 19  Voir sur ce point National Audit Office, Ministry of Defence : Collaborative Projects, Londres, HM (...)

26Le Royaume-Uni n’avait cependant pas les moyens de développer et produire au niveau national l’ensemble des équipements et systèmes d’armes nécessaires à ses Forces armées dont les besoins pouvaient être uniquement couverts par des programmes menés en coopération ou des achats de matériels américains. Les programmes d’armement de type coopératif avaient en outre l’avantage de faciliter l’uniformisation des systèmes d’armes et la standardisation des équipements entre partenaires, tous membres de l’Alliance atlantique, malgré un coût de développement sensiblement plus élevé que celui des programmes strictement nationaux19.

Des choix de matériels ambitieux et parfois contestables

  • 20  « A terribly bad decision. The worst I’ve made at my time at the MoD […]A complete waste of money (...)

27Les gouvernements de John Major ont hérité de contrats importants conclus avant 1990, notamment celui relatif à l’European Fighter Aircraft (EFA), chasseur bombardier destiné à prendre la relève des Tornado F3 et des Jaguar parvenus en fin de vie active. Conçu à l’origine comme un pur appareil de chasse capable de se mesurer aux Mig 29 soviétiques, l’Eurofighter a dû être reconfiguré pour d’autres missions, notamment d’appui au sol, à la suite de l’évolution du contexte stratégique. Les difficultés budgétaires des partenaires espagnol et surtout allemand ont bien failli entraîner leur retrait du programme régulièrement épinglé par le National Audit Office pour ses dépassements de coût et les retards accumulés dans l’avancement du programme, du fait, entre autres, de la polémique entre Britanniques et Allemands sur le choix du radar. L’Eurofighter ne sera présenté en vol qu’en 2001, avec neuf ans de retard sur le calendrier initial. Rétrospectivement, John Nott, qui avait engagé le Royaume-Uni dans ce programme d’une valeur globale de 40 milliards de £ (valeur 1997) et qui était favorable à l’achat de chasseurs américains F-16, regrettait d’avoir cédé aux pressions des industriels et de certains de ses collègues, notamment Michael Heseltine, qui faisaient valoir l’importance politique de ce projet paneuropéen dont la France s’était pourtant retirée dès 1986 : « Ce fut la pire décision que j’aie prise au cours de mon passage au MoD. On a dépensé de l’argent en pure perte pour un appareil qui ne se justifiait plus20. »

28Les principaux engagements pris par Malcolm en matière de programmes en coopération ont concerné la participation au projet d’avion de transport – Future Large Aircraft (FLA) devenu par la suite l’A 400 M (militaire) – qui connaîtra également de nombreuses tribulations et dont l’aboutissement n’est pas prévu avant 2010, et le partenariat avec la France et l’Italie pour le développement et la construction d’une frégate anti-aérienne commune de 6 700 tonnes (programme Horizon). Il s’agissait là d’une grande première pour le Royaume-Uni qui jamais auparavant n’avait partagé la responsabilité de la construction de ses bâtiments de surface. La collaboration sera éphémère. Le MoD se retirera du programme en 1999, après sept ans de participation aux travaux de développement, faute d’avoir obtenu la maîtrise d’œuvre du programme qui, estimait-il, devait lui revenir de droit compte tenu de l’importance de sa commande (douze coques contre six pour l’Italie et quatre pour la France). Pour autant, le MoD ne renoncera pas à son projet de frégate, rebaptisée destroyer Type 45, que BAe sera chargé de mener à bien. Les six destroyers commandés seront néanmoins équipés du système d’armes PAAMS (Principal Anti-Aircraft Missile System) conçu par le consortium Europams auquel est associée l’entreprise conjointe formée par Matra et BAe Dynamics (filiale missiles de BAe), dont seront également dotées les frégates franco-italiennes.

29Soucieux d’équilibrer ses sources d’approvisionnement en matériels sophistiqués, autant pour des raisons politiques qu’économiques, le MoD décidait en 1995 de se joindre, par l’intermédiaire de BAe, au projet de développement du chasseur américain de nouvelle génération – le Joint Strike Fighter – en prévision du remplacement de ses unités de Harrier embarquées à bord des porte-avions. C’est également l’option américaine qui a été retenue lorsqu’il s’est agi de choisir l’hélicoptère d’attaque destiné à prendre la relève du Lynx Mk7 parvenu en fin de vie active. Jusqu’au bout les dirigeants de la firme franco-allemande Eurocoptère ont espéré que le choix du MoD se porterait sur le Tigre, rival de l’Apache américain qui lui a été préféré. En 1995, le MoD attribuait à l’hélicoptériste national Westland ce marché de trois milliards de £ portant sur la construction sous licence de 67 hélicoptères Apache, pratiquement identiques à ceux fournis par McDonnell Douglas à l’armée américaine.

L’ajustement de la composante nucléaire

30Si le niveau d’équipement des Forces pouvait évoluer en fonction des pressions budgétaires, le maintien de la composante nucléaire de l’arsenal militaire restait une priorité intangible moyennant quelques aménagements induits par la recomposition des enjeux géostratégiques. En 1990, la force de dissuasion britannique était constituée de deux éléments, l’un, qualifié de pré-stratégique – les bombes gravitationnelles WE-177 emportées par les appareils de la RAF – l’autre représenté par les missiles Polaris embarqués à bord des quatre sous-marins stratégiques dont l’un, au moins, était constamment en patrouille. Ces missiles balistiques d’une portée de 4 500 kms avaient été acquis, non sans difficultés, auprès des Américains aux termes de l’accord de Nassau (décembre 1962). Affectés aux Forces de l’OTAN, ces sous-marins lanceurs d’engins (SNLE selon la nomenclature française) étaient néanmoins censés relever de la stricte autorité britannique pour le cas où leur emploi aurait été envisagé pour parer une agression contre le territoire national.

  • 21  John Nott, Here Today, Gone Tomorrow, Londres, Politico’s, 2002, p. 216.

31Le retrait de la flotte porteuse des missiles Polaris étant programmée au milieu des années quatre-vingt-dix, Margaret Thatcher s’était assurée auprès de Ronald Reagan du renouvellement de la dotation britannique en missiles stratégiques. Le Président américain avait bien volontiers consenti à vendre à l’allié britannique un lot de missiles Trident dont la Marine américaine allait être dotée. L’accord était avantageux pour les Britanniques qui pouvaient ainsi faire l’économie des coûts de développement d’un missile de nouvelle génération qui présentait, en revanche, l’inconvénient de ne pas avoir été conçu en fonction de leurs besoins propres. L’accord initial portait sur la version C4 du missile Trident abandonnée par le Pentagone au profit de la version D5, aux performances élargies surdimensionnées par rapport aux besoins britanniques, que le MoD n’avait d’autre choix que d’acquérir. La décision initiale de remplacer les Polaris par les Trident, prise en 1980 par Margaret Thatcher, ne fit l’objet d’aucun débat au sein du Cabinet. John Nott rapporte dans ses Mémoires qu’un jeudi matin « les membres du Cabinet furent informés par le Premier ministre que la décision avait été prise, en accord avec les Américains, de moderniser la force de dissuasion par l’acquisition de missiles Trident. J’étais choqué de ce que le Cabinet n’ait pas été pleinement informé ni consulté. J’élevais une protestation et déclarais que ce n’était pas ainsi qu’il convenait de traiter les affaires du gouvernement, d’autant qu’il s’agissait d’une question d’importance cruciale pour le pays. Je ne me souviens pas avoir été soutenu sur ce point21. »

32En 1992, plus de la moitié du coût d’acquisition des missiles et de construction des sous-marins, soit 13,5 milliards de £ (valeur 1991), avait été réglée. Le premier sous-marin type Vanguard entrait en service en 1994, la construction des trois autres étant programmée d’ici la fin de la décennie. A l’évidence, le programme Trident était trop engagé pour que John Major, en eût-il eu le désir, ait pu s’en retirer. L’opposition travailliste ne le remettait d’ailleurs plus en cause, tout en contestant l’utilité du quatrième sous-marin dont le contrat de construction ne fut confirmé par le gouvernement qu’après les élections de 1992.

  • 22  Voir, par exemple, Patricia Lewis, « Should Britain keep the bomb ? » in J. Gittings et I. Davis ( (...)
  • 23  Pour une présentation plus détaillée, voir Lawrence Freedman, « Britain and Nuclear Weapons » in M (...)

33Le contexte était pourtant propice à une réflexion sur la place de l’arme nucléaire dans la politique de sécurité des États. Le traité START I signé en 1991 avait sensiblement réduit l’arsenal stratégique des deux super-puissances, tandis que l’on s’apprêtait à proroger en 1995 le Traité de non prolifération (TNP) entré en vigueur en 1970. Ce traité, ratifié par le Royaume-Uni, enjoignait aux États contractants de s’engager dans la voie d’un désarmement nucléaire progressif sous contrôle international. De nombreuses voix se faisaient entendre en Grande-Bretagne pour demander que Londres donne l’exemple en renonçant à son arsenal stratégique22. Les dirigeants britanniques, tout comme, du reste, leurs homologues français, refuseront pourtant de laisser intégrer leurs forces nucléaires à celles des États-Unis pour les besoins de la négociation entre les deux super-puissances sur la réduction de leurs arsenaux stratégiques. Que pesaient en effet les quelque 500 têtes nucléaires sous contrôle britannique au regard des 3 500 ogives que la Russie était autorisée à détenir aux termes du Traité START I ? En revanche, le gouvernement de John Major s’engageait à renoncer au vecteur nucléaire aéroporté ( la bombe WE-177) et à limiter le nombre de têtes nucléaires emportées par chaque sous-marin stratégique à 128, total réduit à 96 en 1993. Il s’agissait de maintenir à un niveau minimum de suffisance une force de dissuasion résiduelle qui sera, en outre, chargée d’assurer un rôle pré-stratégique – l’ultime avertissement délivré par un missile porteur d’une seule charge nucléaire - une fois que le Royaume-Uni aura renoncé à se doter d’un missile Air-Sol Longue Portée (ASLP) qu’il a, un temps, songé à construire en partenariat avec la France23.

  • 24  Rapporté par Outre Manche, bulletin d’information de l’Ambassade de Grande-Bretagne à Paris, n° 65 (...)

34La composante stratégique britannique était handicapée par sa forte dépendance à l’égard des Etats-Unis, fournisseurs des missiles et chargés de leur maintenance et qui, en outre, mettaient à la disposition de l’allié britannique les installations d’essai implantées dans le désert du Nevada dont le Royaume-Uni était dépourvu. En septembre 1992, le Congrès américain adoptait un moratoire interdisant pendant neuf mois la totalité des essais, y compris nationaux, en prévision de la conclusion du Traité d’interdiction totale des essais nucléaires (TICE), négocié sous l’égide des Nations unies, qui sera promulgué en septembre 1996. Les Britanniques obtenaient pourtant du Pentagone la possibilité d’effectuer trois essais supplémentaires avant d’être contraints de recourir aux seules simulations informatiques. Pour sa part, la France décidait en 1995 de procéder à une ultime série d’essais dans le Pacifique qui lui valut une condamnation de l’Assemblée générale des Nations unies à laquelle le Royaume-Uni refusait de s’associer. John Major justifiait ainsi sa position lors du Sommet des chefs d’État et de gouvernement du Commonwealth à Auckland en novembre 1995 : « Je sais ce qu’est la responsabilité d’une puissance nucléaire. Je comprends le problème qui s’est posé au Président Chirac. Je ne suis pas disposé à le condamner24. »

  • 25 Position exprimée par Christopher Mallaby, ambassadeur de Grande-Bretagne en France, Outre Manche, (...)

35  Cette solidarité avec la France s’inscrivait dans une réflexion plus générale portant sur la place des deux puissances nucléaires dans l’architecture naissante d’une défense européenne. Alain Juppé, alors en charge des Affaires étrangères, évoquait une « dissuasion concertée », tandis que les Britanniques n’hésitaient pas à affirmer que « l’idée que les armes nucléaires britanniques ne sont pas seulement là pour défendre le territoire national, mais aussi pour défendre l’Europe, a toujours été au cœur de notre stratégie de dissuasion25. » Cette possible coopération en matière de dissuasion ne dépassera pourtant pas le stade de la concertation formelle institutionnalisée par le biais de la mise en place en 1992 d’une commission conjointe sur le sujet.

La querelle des Atlantistes et des Européanistes

36La défense européenne était le rêve de la France depuis la fin de la Deuxième guerre mondiale, peut-être pour occulter, en forme de compensation, l’épisode de l’occupation allemande. La Guerre froide avait réduit à néant cette aspiration en faisant de l’OTAN la seule dispensatrice de protection contre les projets expansionnistes prêtés à l’Union soviétique. Paradoxalement, c’est la France qui, en 1954, avait torpillé le projet d’armée européenne qu’elle avait contribué à échafauder (Plan Pleven). Ne restait de l’élan paneuropéen initial que le Traité de Bruxelles, signé en 1948, sorte de préfiguration européenne du Pacte atlantique, paraphé un an plus tard, dans la mouvance duquel le Pacte de Bruxelles devait s’inscrire. Élargi à l’Allemagne et à l’Italie en 1954, le Traité de Bruxelles se métamorphosera en Union de l’Europe occidentale (UEO). Instance sans attribution spécifique puisque privée de moyens propres, cette instance servira essentiellement de forum d’échanges sur les questions de défense et de sécurité entre les cinq membres fondateurs (France, Royaume-Uni, Belgique, Pays-Bas et Luxembourg) auxquels se sont joints l’Italie et l’Allemagne, puis l’Espagne et le Portugal (1987).

37C’est précisément au milieu des années quatre-vingt que la France s’efforcera de réactiver l’UEO comme instance complémentaire de l’OTAN. La déclaration du Conseil de l’UEO réuni à La Haye en 1987 faisait ainsi pour la première fois état de la volonté de cette instance de « développer une identité européenne dans le domaine de la Défense ». Cette volonté se concrétisera par un certain nombre d’actions militaires, notamment l’envoi d’une force navale dans le Golfe persique en 1990, puis par la participation à des patrouilles dans l’Adriatique aux côtés des unités de l’OTAN au cours de la crise yougoslave. Cette modeste montée en puissance d’une organisation longtemps marginalisée tenait moins en souci les Atlantistes, au premier rang desquels les Britanniques, que l’initiative franco-allemande portant création d’une brigade binationale ayant vocation à s’élargir aux dimensions d’un Corps d’armée européen (1989).

  • 26  Catherine McArdle Kelleher, The Future of European Security, Washington, The Brookings Institute, (...)

38Le traité de Maastricht signé en décembre 1991 allait permettre de concilier les positions des Atlantistes et des Européanistes en « affirmant la primauté de l’OTAN, tout en définissant clairement la voie menant à terme à une entité européenne autonome26. » Parmi les dispositions du traité concernant la politique étrangère et de sécurité commune (PESC), l’article 17 spécifiait : « La politique étrangère et de sécurité commune inclut l’ensemble des questions relatives à la sécurité de l’Union, y compris la définition progressive d’une politique de défense commune […] qui pourrait conduire à une défense commune, si le Conseil européen en décide ainsi ». Le texte prévoyait en outre « l’intégration éventuelle de l’UEO dans l’Union européenne » , tout en prenant soin de respecter explicitement « les obligations découlant du Traité de l’Atlantique Nord pour certains États membres qui considèrent que leur défense commune est réalisée dans le cadre de l’OTAN ».

  • 27  John Major, The Autobiography, op. cit., p. 363.
  • 28  Tel que relaté dans Outre Manche, bulletin d’information de l’Ambassade de Grande-Bretagne à Paris (...)

39John Major fait du traité une lecture minimaliste en affirmant qu’il « maintenait la politique étrangère et de sécurité à sa place, c’est-à-dire au sein de l’OTAN27. » Quatre ans plus tard, Malcolm Rifkind, passé aux Affaires étrangères, réitérait la même opposition à l’idée de transformer l’UEO en « bras armé » de l’Union européenne. A l’issue de la réunion du conseil des ministres des Affaires étrangères de l’Union réuni à Santander (septembre 1995), il explicitait les raisons de l’opposition britannique : « Le Conseil européen n’a pas de rôle décisif à jouer dans l’UEO pour une raison simple : les critères d’appartenance aux deux unions sont très différentes28. »

40Pour autant, le Royaume-Uni se félicitait des nouvelles missions, dites de Petersbergh, assignées à l’UEO lors du Conseil de Bonn (1992), lesquelles relevaient essentiellement du domaine de la prévention des crises et des opérations de maintien de la paix, y compris dans les zones non couvertes par le Traité de Washington à l’origine de l’Alliance atlantique. Londres s’accommodait également de la création du Corps européen découlant de l’initiative franco-allemande, dès lors qu’il pouvait être intégré au dispositif OTAN, ce que les concepteurs du projet ont accepté en janvier 1993. Plus généralement, le gouvernement britannique finissait par accepter le principe d’une intervention autonome des États membres de l’Union et/ou de l’OTAN pour des missions militaires auxquelles les États-Unis ne souhaitaient pas prendre part, mais qui pourraient, néanmoins, utiliser l’infrastructure logistique et les moyens de planification de l’OTAN. En d’autres termes, les membres de l’Union européenne, participant ou non à l’Alliance atlantique, se voyaient reconnaître la possibilité de monter des opérations conduites sous mandat des Nations unies ou de l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe), en ayant recours aux groupes de forces interarmées multinationales (GFIM) dont le principe avait été approuvé par le Conseil de l’Atlantique Nord réuni en Bruxelles en janvier 1994.

Les Forces britanniques au service de l’humanitaire

  • 29  Discours prononcé à Berlin le 27 février 1995, rapporté par le Financial Times, 1er mars 1995.
  • 30  Discours aux Communes, 18 décembre 1991, Hansard, vol. 201, n° 35, col. 265.

41C’est un peu une préfiguration de ce type de forces multinationales qui est entrée en action en Bosnie au début de l’été 1992, bien trop tardivement pour éviter l’embrasement d’une série de conflits inter-communautaires consécutifs à la reconnaissance hâtive de la souveraineté de la Croatie et de la Slovénie par l’Union européenne en janvier 1992. La guerre en Croatie aurait pu être évitée, reconnaissait Douglas Hurd, si les pays européens avaient pris la précaution de se doter en temps voulu d’une capacité militaire autonome29. L’inertie de l’OTAN, reflétant le refus des Américains d’intervenir dans un conflit où leurs intérêts n’étaient pas en jeu, explique le retard de la mise en place d’une force internationale sous mandat ONU (FORPRONU), chargée de créer sur le terrain les conditions propices à la négociation d’un règlement. Cette Force, qui au plus fort du conflit comptera 45 000 hommes provenant de trente-cinq États, avait pour mission essentielle d’assurer la protection des convois humanitaires et de garantir l’ouverture des voies de communication, mission de plus en plus périlleuse une fois consommé l’éclatement de la Bosnie-Herzégovine devenue autonome à la suite du référendum de mars 1992. Lucide, Douglas Hurd déclarait aux Communes dès les premières heures du conflit : « Aucune force de maintien de la paix des Nations unies ou européenne ne saurait intervenir en Yougoslavie contre l’opposition de l’armée yougoslave ou d’une force armée quelconque30 . » Malgré les efforts des médiateurs désignés par la Communauté internationale – lord Carrington, David Owen, Cyrus Vance, notamment – cette guerre balkanique d’un autre temps qui, d’un cessez-le-feu non respecté à une trêve en trompe l’œil, a fait plus de 200 000 morts et chassé deux millions de personnes de leur maison, pesait sur la conscience des Occidentaux. Le Royaume-Uni ne pouvait rester inactif face à ce conflit qui menaçait de s’étendre à la Macédoine et au Kosovo et qui ravivait les tensions entre la Russie, soutien historique des Serbes, et les Etats-Unis qui avaient embrassé la cause de la minorité musulmane de Bosnie.

42Les Britanniques n’ont pas ménagé leur peine pour tenter de trouver une issue diplomatique à ce conflit. Londres accueillera en août 1992 une première Conférence internationale organisée à l’initiative de John Major, en sa qualité de Président de l’Union européenne, qui ne débouchera sur aucun résultat concret. Le Premier ministre britannique récidivera en juillet 1995. Cette fois, la conférence de Londres s’accordera sur un éventail d’actions militaires ciblées qui, associées aux efforts diplomatiques américains, finirent par ramener les belligérants à la raison.

43Londres ne se contentait d’ailleurs pas d’exploiter les ressources de la voie diplomatique. Dès le vote par le Conseil de Sécurité des Nations unies de la Résolution 743 (décembre 1991) ordonnant la mise en place d’une Force internationale de protection (FORPRONU), Londres envoyait en Croatie un contingent de 350 militaires prélevé sur les effectifs du Service de santé qui sera rapidement étayé par un bataillon ( 2 400 hommes) chargé d’escorter les convois humanitaires en Bosnie. En janvier 1993, un groupe aéronaval, capable d’appuyer par ses moyens aériens les troupes britanniques au sol, était dépêché dans l’Adriatique. La RAF fut également mise à contribution pour participer au respect de l’interdiction de vol au-dessus du territoire bosniaque. En mars 1995, un nouveau renfort de 900 hommes était expédié en Bosnie, quelques mois avant l’intervention de la 24e Brigade aérienne mobile, dotée de puissants moyens d’artillerie, qui sera intégrée à la Force de réaction rapide de l’OTAN déployée sur le terrain. Au plus fort des combats (été 1995), la présence britannique en Bosnie approchait les dix mille hommes, soit le plus important contingent de la FORPRONU placée, en Bosnie, sous commandement britannique depuis 1994.

44Au cours de cette guerre des Balkans, le Royaume-Uni a joué, aux côtés de la France, un rôle particulièrement actif, tant dans sa dimension militaire que dans l’action diplomatique menée dans le cadre du Groupe de contact chargé d’activer les négociations avec les différentes parties impliquées dans le conflit. A cette occasion Douglas Hurd et Malcolm Rifkind ont pu donner la pleine mesure de leur talent, mais c’est incontestablement l’énergie déployée par John Major pour tenter de mettre un terme à ce conflit d’une violence insoupçonnée qui reste la plus remarquable. Celui dont on connaissait le peu de goût pour les affaires militaires aura, paradoxalement, été confronté à deux conflits majeurs qu’il aura su gérer au mieux des intérêts de son pays.

Haut de page

Notes

1  John Major, The Autobiography, Londres, HarperCollins, 1999.

2  Anthony Seldon, Major, a Political Life, Londres, Weidenfeld & Nicolson, 1997, p. 89.

3  Lawrence Freedman, « Defence Policy » in D. Kavanagh et A. Seldon (eds.), The Major Effect, Londres, Macmillan, 1994, p. 281.

4  Ministry of Defence, Statement on the Defence Estimates – Britain’s Defence for the 1990’s, Cm 1559-I, Londres, HMSO, juillet 1991, p. 6.

5  General Sir Martin Farndale, « The British Army : Implications for Change », Royal United Services Insttute Defence YearBook, Londres, Brassey’s, 1992, p. 45.

6  Voir, notamment, House of Commons Defence Committee, Britain’s Army for the 90’s : Commitments and Resources, HC 306, Londres, HMSO, 1993.

7  Christopher Bellamy, « Soldier of Fortune : Britain’s new military role », International Affairs, vol. 68, n° 3, 1992, p. 147.

8  Intervention à la Chambre des communes, 1er novembre 1991, Hansard, vol. 198, col. 130.

9  Douglas Hurd, Memoirs, Londres, Little, Brown, 2003, p. 513.

10  Sur ce point, voir Douglas Hurd, Ibid., pp. 511-513.

11  Defence and Trade and Industry Committes, Aspects of Defence Procurement and Industrial Policy, Memoranda, House of Commons, Session 1994-95, HMSO, juin et octobre 1995, p. 58.

12  Philip A.G. Sabin, « British Defence Choices », International Affairs, vol. 69, n° 2, 1993, p. 271.

13  Banquier de profession, John Nott a été élu aux Communes en 1966. Nommé secrétaire d’Etat au Trésor par Edward Heath, il occupera ensuite les postes de ministre du Commerce, puis de la Défense dans les gouvernements de Margaret Thatcher. Il démissionnera du gouvernement en 1983 avant de retrouver d’importantes fonctions dans un établissement financier.

14 The United Kingdom Defence Programme : the Way Forward, Cmnd 822, Londres, HMSO, juin 1981.

15  Statement on the Defence Estimates 1992, Cm 1981, Londres, HMSO, juillet 1992.

16  Ron Smith, « Resources, Commitments and the Defence Industry » in M. Clarke et P. Sabin (eds.), British Defence Choices for the Twenty-First Century, Centre for Defence Studies/Brassey’s, Londres, 1993, p. 81.

17  Statement on the Defence Estimates 1994, Cm 2550, Londres, HMSO, avril 1994, p. 67.

18 Voir J.-C. Sergeant, « La défense, enjeu marginal ? », Revue française de civilisation britannique, vol. VII, n° 1, novembre 1992, pp. 85-86.

19  Voir sur ce point National Audit Office, Ministry of Defence : Collaborative Projects, Londres, HMSO, février 1991, pp. 13-15.

20  « A terribly bad decision. The worst I’ve made at my time at the MoD […]A complete waste of money […]No longer needed. » Intervention au cours de l’émission « Eurofighter : the plane truth », BBC Radio 4, 5 janvier 2003.

21  John Nott, Here Today, Gone Tomorrow, Londres, Politico’s, 2002, p. 216.

22  Voir, par exemple, Patricia Lewis, « Should Britain keep the bomb ? » in J. Gittings et I. Davis (eds.), Britain in the 21st Century :Rethinking defence and foreign policy, Nottingham, Spokesman, 1996, pp. 53-65.

23  Pour une présentation plus détaillée, voir Lawrence Freedman, « Britain and Nuclear Weapons » in M. Clarke et P. Sabin (eds.), British Defence Choices for the Twenty-First Century, op. cit., pp. 220-241.

24  Rapporté par Outre Manche, bulletin d’information de l’Ambassade de Grande-Bretagne à Paris, n° 65, décembre1995/janvier 1996.

25 Position exprimée par Christopher Mallaby, ambassadeur de Grande-Bretagne en France, Outre Manche, Ibid.

26  Catherine McArdle Kelleher, The Future of European Security, Washington, The Brookings Institute, 1995, p. 58.

27  John Major, The Autobiography, op. cit., p. 363.

28  Tel que relaté dans Outre Manche, bulletin d’information de l’Ambassade de Grande-Bretagne à Paris, n° 82, septembre 1995.

29  Discours prononcé à Berlin le 27 février 1995, rapporté par le Financial Times, 1er mars 1995.

30  Discours aux Communes, 18 décembre 1991, Hansard, vol. 201, n° 35, col. 265.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Sergeant, « La politique de défense britannique à l’heure des mutations », Observatoire de la société britannique, 7 | 2009, 265-286.

Référence électronique

Jean-Claude Sergeant, « La politique de défense britannique à l’heure des mutations », Observatoire de la société britannique [En ligne], 7 | 2009, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://osb.revues.org/829 ; DOI : 10.4000/osb.829

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Sergeant

Professeur émérite de civilisation britannique à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org