Navigation – Plan du site

La politique de la petite enfance – l’émergence d’un projet innovant et précurseur

Susan Finding
p. 319-321

Résumé

Le rôle du gouvernement Major dans l’émergence d’une politique de la petite enfance a été négligé. Alors que pour le parti conservateur, la famille est une donnée centrale à sa conception de la société, on relève l’absence d’une politique cohérente en sa faveur. Cependant, contrairement aux idées reçues, les politiques du gouvernement Major ne furent pas uniquement une fade réplique de celles de son prédécesseur ni une suite de la révolution Thatcher. Des différences considérables existent entre les années Major et les années Thatcher, notamment dans le domaine de la politique de la petite enfance. Dans la première moitié de son mandat, le discours du gouvernement Major reproduisait la rhétorique néo-conservatrice sur le déclin de la famille traditionnelle, mais sa pratique témoigna d’une reconnaissance du fait qu’en matière de famille, droits et devoirs vont de pair. Son gouvernement dessina réellement les contours d’une politique de la petite enfance et força les travaillistes en plein renouveau à envisager la question comme une priorité nationale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  M. Foley, The British Presidency, Manchester, M.U.P., 2000, p. 146: “the weakness of Major’s stewa (...)
  • 2  M. Sully, The New Politics of Tony Blair, Boulder, N.Y, Columbia U.P., 2000.
  • 3 L., FoxHarding« Family values’ and Conservative government policy : 1979-1997 », G., Jagger, C. ,Wr (...)
  • 4   Voir M., Durham« The Conservative Party, New Labour and the Politics of the Family », Parliamenta (...)
  • 5 R., Lister« The Family and Women », D., Kavanagh, A., Seldon, The MajorEffect, Londres, Macmillan, (...)

1Le rôle du gouvernement Major dans l’émergence d’une politique de la petite enfance a été négligé. L’attitude des gouvernements conservateurs envers la famille est souvent décrite par des féministes et des socialistes comme constamment et foncièrement négative. Alors que pour le parti conservateur, la famille est une donnée centrale à sa conception de la société, on relève une absence de politique cohérente en sa faveur. Cependant, contrairement aux idées reçues, les politiques du gouvernement Major ne furent pas uniquement une fade réplique de celles de son prédécesseur1 ni une suite de la révolution Thatcher2. Des différences considérables existent entre les années Major et les années Thatcher, notamment dans le domaine de la politique de la petite enfance3. Sous Madame Thatcher, une rhétorique moralisatrice et réprobatrice dénonçait les méfaits de la société permissive des années soixante et soixante-dix4. Les plaintes à propos du manque de soutien à la famille traditionnelle engendrèrent peu de mesures positives pour pallier ces carences. Mais alors que, dans la première moitié de son mandat, le discours du gouvernement Major reproduisait la rhétorique néo-conservatrice sur le déclin la famille traditionnelle5, sa pratique témoigna d’une reconnaissance du fait qu’en matière de famille, droits et devoirs vont de paire. Son gouvernement dessina réellement les contours d’une politique de la petite enfance et força les travaillistes en plein renouveau à envisager la question comme une priorité nationale.

  • 6  Hansard, 27 novembre 1990, col. 735.
  • 7  Hansard, 6 juillet 1995, col.513.

2Le 27 novembre 1990, quelques instants avant la dernière apparition de Madame Thatcher à la Chambre des Communes, le député de Wakefield (ville ouvrière du Nord) évoquait la situation des enfants dans les familles au chômage, et demanda au ministre de l’éducation de les défendre en leur accordant une entrée précoce dans le système scolaire. Le sous-secrétaire d’état répondit que, dans la circonscription dudit député, 70 % des enfants de trois à quatre ans bénéficiaient d’une scolarisation précoce, sous-entendant qu’il n’y avait pas de quoi se plaindre, en ajoutant qu’au niveau national, le nombre d’enfants inscrits à l’école maternelle était supérieur de 150 000 à celui de 19796. Si augmentation de la couverture il y avait eu pendant la période des gouvernements Thatcher, ce n’était pourtant pas de leur fait. Le progrès, modéré, ne pouvait être imputé qu’à l’action locale des municipalités qui en avaient fait leur priorité, en l’occurrence des municipalités de gauche dans des régions où la situation sociale s’était dégradée. « Ce sont les municipalités travaillistes qui ont développé l’accueil en maternelle » se targua Tony Blair à la Chambre en 19957.

3Si l’intervention de l’État fut sujette à réinterprétation, les familles firent face à certaines mutations, suite aux nouveaux besoins et aux moyens plus restreints mis à sa disposition par un État nettement moins bienveillant à son égard. Paradoxalement, ces contraintes ont, entre autres choses, amené des changements dans le marché du travail et de ce fait, augmenté la pression pour des modes de garde adaptés. L’accroissement du pourcentage de femmes actives dans le secteur de l’emploi rémunéré (par opposition à l’emploi non rémunéré des femmes au foyer) fut une conséquence non négligeable du retrait de l’État en matière de politiques d’intervention sociale alors que les ‘besoins’ ressentis par les familles dans une société de consommation ne cessaient de croître. Le marché de l’emploi s’est adapté, créant de nouvelles formes de travail mieux adaptées à la nouvelle configuration – temps partiel variable adapté aux horaires et aux calendriers scolaires. Les allocations et aides familiales, qui n’avaient jamais été pléthoriques, n’étaient désormais plus assez généreuses pour subvenir décemment aux besoins familiaux. Les restrictions rendirent le travail rémunéré plus attractif.

  • 8  R., Reeves, « Economy-Friendly Families », P., Diamond, S., Katwala, M., Munn, Family Fortunes,The (...)
  • 9 Electronic Telegraph, 29 août 1996.
  • 10  Voir par exemple le mensuel Good Housekeeping, 1993.

4S’il manquait une politique pour soutenir la famille, la famille, et notamment les femmes, soutenait l’économie. « Au lieu de créer une économie adaptée aux familles, notre objectif était de créer des familles adaptées à l’économie8. » Si bien que lorsque les femmes, devenues des rouages indispensables dans les entreprises, ont rencontré des difficultés à rester à leur poste pour cause de charge d’enfant, les entreprises ont réagi en cherchant des solutions. Le retrait massif des femmes de la vie active dès leur premier enfant posa des problèmes de rentabilité aux entreprises confrontées à la perte de personnel formé et performant. En même temps, le pourcentage de femmes actives, mères d’enfants de moins de cinq ans, s’était accru de 10 points en dix ans, de 1985 à 1995, pour atteindre 52 %9. La question de la garde des enfants en bas âge devint une réelle préoccupation pour les femmes salariées. Des campagnes dans la presse féminine au début des années quatre-vingt-dix témoignèrent de cette évolution10. La politique des ressources humaines des entreprises devait dorénavant en tenir compte. Le gouvernement n’est pas resté insensible à ces évolutions. La nécessité étant le meilleur allié de ceux qui s’étaient organisés tant bien que mal pour l’éducation préscolaire de leurs enfants, les changements démographiques et économiques allaient changer la donne.

Enjeux sociaux

  • 11  N., Timmins, The Five Giants, A Biography of the Welfare State, Londres, Fontana, 1996 (1995), p.  (...)

5Si l’accent était toujours mis sur le renforcement des devoirs individuels, sur la responsabilité des membres d’une famille les uns envers les autres, surtout au début de la période Major, à partir de 1993, le gouvernement prit des mesures en faveur de la famille, mesures laissant penser à un changement de cap et un affranchissement de la tutelle Thatchérienne. Une nouvelle ère s’annonça dans le domaine de la politique sociale, et sur la scène politique en général. La politique de la famille entre dans une phase nouvelle, sur fond de débat sur l’avenir de l’État-providence à l’intérieur du Parti conservateur11. L’accent fut mis sur le rôle des marchés financiers, mais aussi sur celui des quartiers, sur l’importance d’un partenariat entre les membres de la société civile et des institutions commerciales, et sur l’apport des secteurs associatif et privé dans le domaine de l’enfance. Le titre du Livre blanc sur l’éduction, publié en juillet 1992, Choice and Diversity, résume ces axes.

  • 12  N., Johnson, « The Personal Social Services », S. P., Savage, R., Atkinson,Public Policy under Bla (...)
  • 13 C., Vincent,Including Parents ? Education, citizenship and parental agency, Buckingham, Open Univer (...)
  • 14  C., Charlot« De « l’irresponsabilité parentale » à la Child Support AgencyChild Support Agency », (...)
  • 15  Timmins, op.cit., p. 452, p. 500.
  • 16 Hansard, 18 novembre 1993, Col. 21.
  • 17 Department for Children, Schools and Families, http://www.dcsf.gov.uk/performancetables/archives/s (...)

6En 1989, dans la revue stratégique (Policy Review) du gouvernement Thatcher12, Douglas Hurd et MichaelHoward, ministres de l’intérieur de Madame Thatcher et de John Major, envisageaient une « citoyenneté active » comme solution à la criminalité13. Le gouvernement Major imposa une obligation légale aux parents de se porter garant des actes et du bien-être de leur progéniture. Les parents absents – surtout les pères – furent mis à contribution par la création de la Child Support Agency entre 1991 et 1993, qui les obligea à verser les pensions alimentaires et dégagea partiellement l’État de son obligation de subvenir aux besoins des familles monoparentales14. Au congrès du Parti conservateur de 1993, les mères célibataires (une famille sur cinq dont plus des deux tiers dépendaient uniquement des allocations15) furent qualifiées d’irresponsables par le ministre de l’intérieur Michael Howard. John Smith, leader de l’opposition travailliste, réfuta les thèses gouvernementales selon lesquelles des jeunes filles concevaient la grossesse comme un moyen de bénéficier d’un logement social prioritaire. Il fit valoir le faible nombre de mères célibataires adolescentes, leur ignorance au sujet des allocations auxquelles elles avaient droit, et le fait que l’écrasante majorité d’entre elles vivaient chez leurs propres parents16. Le gouvernement introduisit le principe de responsabilisation juridique des parents pour les actes de leurs enfants avec des amendes et des peines de prison (Criminal Justice Act, 1991) et le Parent’s Charter (1991) soulignait encore les devoirs citoyens des parents dans le cadre des la charte des citoyens, nouveau cadre des devoirs réciproques entre l’État et les individus. La charte définissait les nouvelles formes de transparence qui devaient garantir la qualité de l’éducation en rendant public les rapports d’inspection des écoles. Le rôle des parents comme ‘partenaires’ dans l’éducation de leurs enfants fut souligné17.

  • 18  P., Morgan, Farewell to the Family ? Public Policy and Family Breakdown in Britain and the USA, Lo (...)

7Dans le discours dominant du milieu des années quatre-vingt-dix, la famille fut représentée comme un refuge assiégé, un bastion de citoyenneté responsable, face à l’irresponsabilité et à l’incivisme grandissants. Le déclin du mariage et l’augmentation du nombre de familles monoparentales accrurent les difficultés. « Se marier, devenir parent, a été depuis longtemps le moyen de devenir responsable pour de jeunes délinquants. C’est une voie qui leur est de plus en plus fermée » fit remarquer Patricia Morgan en 199518. La famille se trouvait dorénavant au centre des inquiétudes sur la désintégration sociale.

Enjeux économiques

8 Alors que l’État cherchait à se désengager de ses responsabilités envers les enfants et à renforcer celles des parents, les parents, quant à eux, cherchaient à transférer la garde de leurs enfants en bas âge vers des institutions collectives, publiques ou privées. Aux élections législatives de 1992, les promesses qu’avaient faites les partis politiques en faveur de l’expansion du secteur de la petite enfance confirma l’importance que l’accueil des jeunes enfant revêtait d’ores et déjà. Le manifeste du Parti conservateur promit d’encourager l’accueil des enfants par des initiatives privées ou associatives. Celui du Parti travailliste annonçait l’augmentation du nombre de places dans les écoles maternelles(la différence de terminologie significative entre ‘accueil des enfants’ et ‘écoles maternelles’ est à noter) et une exonération fiscale pour l’aide accordée par les employeurs pour la garde d’enfants.

  • 19 M., O’Brien, S., Dench, The Out-of-School Childcare Grant Initiative : a second evaluation. Summary (...)

9Mais ce n’est qu’avec l’introduction d’une politique pour l’emploi en 1993 qu’une stratégie spécifique sembla voir le jour. La Out of School Childcare Grant, une allocation pour la garde d’enfants, fut intégrée aux mesures en faveur de l’emploi, mesures gérées par les organismes chargés de promouvoir les politiques de retour à l’emploi : pour l’Angleterre et le pays de Galles, les Training and Entreprise Councils (TEC) et les Scottish Local Entreprise Companies pour l’Écosse. Cette allocation devait « faciliter la participation au marché de l’emploi de tous ceux qui souhaitaient combiner travail et vie de famille » pour les foyers avec des enfants en âge scolaire. Dans le cadre de cette mesure, des centres de vacances et des garderies créèrent environ 23 000 places en deux ans, 13 000 autres places étant envisagées19. Le gouvernement pouvait ainsi se targuer d’avoir mis en œuvre un nouveau type d’accueil, et de s’attaquer au problème des latchkey kids, les enfants qui rentrent tous seuls chez eux. À la fin de 1993, le Premier Ministre annonça sa volonté d’offrir à tous les enfants un enseignement maternel(nursery schools). Ce dans un souci, non pas forcément de justice sociale, ou de démocratisation de l’accès à un service public, mais, afin d’enrayer la délinquance, préoccupation primordiale, en se fondant sur des recherches américaines démontrant la réduction de la criminalité là où les enfants en bas âge bénéficient d’une scolarisation précoce.

  • 20  Chiffres calculés à partir des statistiques fournies par le Department for Education and Skills, S (...)
  • 21  Electronic Telegraph, 29 août 1996.

10Par ailleurs, le nombre d’enfants placés dans des écoles maternelles, des garderies ou chez des nourrices ne cessa d’augmenter. Entre 1991 et 1995, la proportion d’enfants de trois et quatre ans accueillis dans les écoles publiques passa de 48 % à 53 %, le nombre de garderies (nurseries) et de places en leur sein doubla entre 1990 et 1996 (le nombre de places chez les nourrices augmenta de 54 %, alors que dans les centres d’accueil (playgroups) le nombre resta stable) et le nombre total de places d’accueil passa de 700 000 à plus d’un million entre 1990 et 199520. Le marché de l’emploi en expansion allait dépendre de la mobilisation des femmes qui, selon les estimations, représenteraient 80 % de l’augmentation de la main d’œuvre dans les dix années suivantes21.

  • 22  Les archives de ce comité se trouvent à l’Institute of Education de l’Université de Londres sous l (...)
  • 23  Timmins,op.cit., p. 492.

11Cet accroissement des moyens sans précédent était le résultat de la convergence d’évolutions sociales, économiques et politiques. La création massive d’emplois à temps partiel, l’appel d’un groupe de pression, Employers for Child Care, pour un projet national subventionné par les finances publiques, et l’adhésion au développement de l’enseignement maternel d’un comité d’enquête indépendant, la National Commission on Education (1991-1995)22, allaient tous dans le même sens. Le discours selon lequel l’économie avait besoin d’une politique nationale d’accueil des jeunes enfants avait également les faveurs du Parti travailliste. À l’époque de la création de la Commission for Social Justice par John Smith, leader du parti travailliste, visant à une réorganisation de la protection sociale, de la distribution des aides, et à la gratuité des services publics, Bryan Gould, député travailliste alors candidat à l’élection de leader du parti, évoqua, non la redistribution ou la justice sociale mais le soutien de l’économie comme raison principale pour une politique d’accueil23. L’arrière plan économique, le chômage résultant de la crise du début des années quatre-vingt-dix, et la misère sociale se conjuguèrent aux besoins des secteurs économiques les moins touchés, ainsi qu’à l’accroissement de l’emploi féminin, pour créer une demande de plus en plus pressante.

  • 24 Hansard, House of Commons, 29 mars 1994, Col. 777.
  • 25 G., Liebmann, « Making Compassionate Conservatism Concrete », American Outlook, Numéro spécial, ‘Fi (...)
  • 26  Family Policy Studies Centre, ‘Bottomley promises hands-off Approach’, Family Policy Bulletin, May (...)

12En mars 1994, le ministre de l’éducation John Patten se félicitait des 700 000 enfants accueillis dans 20 000 centres associatifs ou privés et annonçait son intention d’étendre l’accueil des enfants en bas âge dans un service mixte fourni par les écoles, les garderies, les nourrices et les centres d’accueil, publics, privés ou associatifs24. Le rapport qualité-prix qu’offrait le secteur associatif, 50 % moins cher qu’une garderie et 25 % moins cher qu’une école maternelle25, était un facteur déterminant dans le soutien du gouvernement. Mais le gouvernement conservateur, bien que se démarquant de ses prédécesseurs en nommant des responsables gouvernementaux pour la petite enfance et en allouant des fonds aux parents, refusa de prendre des initiatives, préférant laisser la main au secteur associative26. À la Chambre, lors de l’intervention de John Patten, le député travailliste Ann Taylor, demanda quand le ministre s’engagerait à étendre la scolarité dans l’éducation publique. Sur les bancs de l’opposition travailliste, dès le 26 juillet 1994, dans son premier discours d’intention après son élection comme leader du parti, consacré précisément aux questions d’éducation, Tony Blair fit la promesse d’un enseignement préscolaire pour tous.

Enjeux politiques

  • 27 Hansard, 6 juillet 1995, Col. 513.

13Réélu à la tête du parti conservateur en juillet 1995, John Major croisa le fer avec le nouveau leader de l’opposition, au sujet de l’enseignement maternel. Tony Blair rappela que 90 % des enfants de quatre ans bénéficiaient d’une forme d’éduction précoce dont la majorité se trouvait dans le secteur public, créé non pas par le gouvernement conservateur, au pouvoir depuis 15 ans, mais par les municipalités de gauche. Il demanda l’assurance qu’aucune transformation de ce service en secteur privé ne soit envisagée et que l’intégration des enfants de trois ans soit entreprise, sans préciser dans quel secteur. M. Major annonça en retour l’inauguration d’un système de bons, échangeables contre une place dans l’enseignement préscolaire du secteur du choix des parents (privé, public, ou associatif) selon les vœux des parents27.

  • 28  Friedman, M., "The Role of Government in Education," Robert A. Solo, Economics and the Public Inte (...)
  • 29  Callaghan, Daniel, Conservative Party Education Policies 1976-1997, The Influence of Politics and (...)
  • 30  Lawton, Denis, The Tory Mind on Education 1979-1994, London, The Falmer Press, 1994, p. 50.

14L’idée des bons, proposés par le Adam Smith Institute dans un pamphlet Preschool for All. A Market Solution (1995), était à l’origine une proposition de Milton Friedman28. The Role of Government in Education (1955). Il semblerait que l’adoption de cette idée par John Major ait été motivée par trois soucis : le souhait d’amadouer la droite du Parti conservateur, de proposer au public des mesures populaires et de gagner des voix lors des futures élections législatives29. Envisagée par le Parti conservateur pour l’enseignement secondaire depuis les années 198030, l’introduction d’une telle mesure marque un certain fléchissement à droite du gouvernement Major. Commencer par l’enseignement maternel permettait d’introduire une politique clairement marquée à droite en tablant à la fois sur sa popularité auprès de parents demandeurs et sur l’absence d’une opposition corporatiste – le secteur préscolaire/maternel étant non seulement peu étendu mais aussi peu syndiqué.

  • 31  Department of Education and Employment and Department of Health,Consultation Paper on the Regulati (...)

15La mise en place d’un cadre législatif (Nursery Education and Grant Maintained Schools Act, 1996) réglementa l’ensemble de ce dispositif à plusieurs formes, garantissait la qualité de l’offre et prévoyait la création d’un système d’inspection spécifique pour l’accueil des jeunes enfants31, répondant ainsi aux craintes des dérives de la déréglementation dans le secteur et aux demandes des consommateurs/trices. Les sommes allouées à cette politique, 390 millions de livres supplémentaires (annonce du 1er décembre 1995), furent versées non pas aux autorités locales et aux organismes chargés de la mise en place des politiques de retour à l’emploi, souvent de gauche, mais aux parents eux-mêmes. Ce système fut introduit en 1996 de façon expérimentale sous forme de bons (childcare vouchers) d’une valeur de mille cent livres par enfant à Londres et dans le Norfolk. Dès son introduction au niveau national en février 1997, 500 000 parents demandaient à en bénéficier. Cette date n’était pas sans incidence. En effet, le système semblant plaire aux parents, il s’agissait d’une stratégie habile pour gagner des sympathies avant l’échéance électorale proche.

  • 32  « Labour in plan for nursery means test », Electronic Telegraph, 2 avril 1996 ; « Blair’s 21 steps (...)

16Pour la première fois, le secteur préscolaire était devenu un enjeu électoral. Tony Blair promit l’enseignement maternel pour tous avant de revenir en partie sur cette promesse. L’engagement d’un système d’accueil pour tout enfant de quatre ou de trois ans, elle est devenue ‘une place préscolaire garantie pour tout enfant de quatre ans’ 32 (cinq plages de deux heures et demi par semaine pendant 33 semaines) juste avant les élections législatives de 1997. Cette promesse fut une des deux seules promesses électorales chiffrées en matière d’éducation du manifeste New Labour : Because Britain deserves Better, l’autre étant de limiter à trente le nombre d’enfants dans les classes du premier cycle primaire.

  • 33 Hansard, 6 juillet 1995, Col. 513.
  • 34 Times Educational Supplement, 22 novembre 1996.

17Ce n’est pas un hasard si le Premier Ministre John Major pouvait ironiser à propos du leader du parti travailliste en affirmant qu’il semblait d’accord avec la plupart des politiques du gouvernement conservateur en la matière, et que pour un peu, le leader de l’opposition rejoindrait les bancs de la majorité33. La présence de David Blunkett, porte-parole de l’éducation pour le Parti travailliste dans l’opposition, au congrès annuel de l’association militant pour l’enseignement préscolaire, la Pre-school Learning Alliance (PLA), en novembre 1996, confirma ce nouveau discours. Il y annonça le programme travailliste pour ‘l’intégration des services préscolaires’ et ‘un véritable partenariat’ s’adressant à tous ceux qui étaient concernés par les enjeux de l’éducation des jeunes enfants34, en un mot, les ‘stakeholders’, les participants ou partenaires, par opposition aux ‘stockholders’, les actionnaires chers aux conservateurs.

  • 35  Lister, op.cit.,1994, p. 358-360.

18Malgré certaines réticences concernant la directive européenne de 1992 sur des mesures visant à faciliter l’équilibre entre le travail et la famille, les congés de maternité et le congé parental, le gouvernement Major réhabilita les allocationsfamiliales gelées par son prédécesseur, en les indexant au coût de la vie. En accordant une allocation pour la garde d’enfants aux parents à bas salaires il facilita le retour à l’emploi de ces derniers35. Dans la section 3 de son programme, « Choice and Security for Families », avant les élections législatives de 1997, le Parti conservateur marquait son soutien à la famille, cette institution de premier plan qui offre à la fois la sécurité et la stabilitédans un monde en évolution. Il rappelait que la famille était le pivot de sa philosophie où la liberté et le choix étaient des principes de base. Selon eux l’État ne faisait que saper le rôle de la famille s’il prenait les décisions que celle-ci devait endosser.Dans son introduction au manifeste, le Premier Ministre sortant rappelait ces deux grands axes que sont le ‘choix’ et la ‘liberté’. « Nous avons renforcé le choix des familles et la propriété privée, nous avons repoussé l’État en dehors des sphères où il intervenait sans raison dans nos vies. » Dans le domaine de la famille, le gouvernement Major pouvait se targuer d’avoir su allier une approche libérale renforçant les responsabilités individuelles tout en accordant des droits nouveaux aux parents.

19En matière de politique sociale les similitudes entre le contenu, sinon la rhétorique, des gouvernements Major et Blair sont attestées36. En général, on met en avant les emprunts que le nouveau leader du nouveau parti travailliste fit à ses prédécesseurs, comme si aucune initiative ne revenait à ces derniers. Cependant, dans une certaine mesure, malgré sa défaite électorale en 1997, ce fut le parti conservateur sous le leadership de John Major qui détermina à la fois l’arrière-plan idéologique et la place qu’occuperait l’enfance dans les politiques à venir, la politique de l’enfance étant une des priorités absolues du gouvernement travailliste qui lui succéda.

Haut de page

Bibliographie

Adam Smith Institute, Preschool for All. A Market Solution, 1995.

Callaghan, Daniel, Conservative Party Education Policies 1976-1997, The Influence of Politics and Personality, Brighton, Sussex Academic Press, 2006.

Charlot, C., « De « l’irresponsabilité parentale » à la Child Support AgencyChild Support Agency », in M., Charlot (dir.), Le Parti conservateur en Grande-Bretagne, Paris, Ophrys-Ploton, 2003, p. 11-36.

Durham, M., « The Conservative Party, New Labourand the Politics of the Family », Parliamentary Affairs, 2001, 54.

FoxHarding, L., « Family values and Conservative government policy : 1979-1997 », dans G., Jagger, C. ,Wright, Changing Family Values, Londres, Routledge, 1999.

Friedman, M., "The Role of Government in Education," Robert A. Solo, dir., Economics and the Public Interest, Rutgers College, New Jersey, Rutgers University Press, 1955.

Gauthier, A.-H., The State and the Family, A Comparative Analysis of Family Policies in Industrialized Countries, Oxford, Clarendon, 1996 (1998).

Johnson, N., « The Personal Social Services », S. P., Savage, R., Atkinson, Public Policy under Blair, Londres, Palgrave, 2001, p. 187-189.

Lawton, Denis, The Tory Mind on Education 1979-1994, London, The Falmer Press, 1994.

Liebmann, G., « Making Compassionate Conservatism Concrete », American Outlook, Numéro special, ‘Fixing the Family’, Été 2002.

Lister, R., « The Family and Women », D., Kavanagh, A., Seldon, The Major Effect, Londres, Macmillan, 1994, p. 351-364.

Lund, B., “Major, Blair and the Third Way in Social Policy”, Social Policy & Administration, Volume 42, Issue 1, Pages 43 – 58.

Morgan, P., Farewell to the Family ? Public Policy and Family Breakdown in Britain and the USA, Londres, IEA, Health and Welfare Unit, 1995.

O’Brien, M., Dench, S., The Out-of-School Childcare Grant Initiative : a second evaluation. Summary, DfEE Research Studies RS13, Institute of Employment Studies, 1996.

Office for National Statistics, Social Trends 30, 2000 ; Social Trends 31, 2001.

Vincent, C., Including Parents ? Education, citizenship and parental agency, Buckingham, Open University Press, 2000.

Haut de page

Notes

1  M. Foley, The British Presidency, Manchester, M.U.P., 2000, p. 146: “the weakness of Major’s stewardship and his government opened the way for a strong Prime Minister to follow”.

2  M. Sully, The New Politics of Tony Blair, Boulder, N.Y, Columbia U.P., 2000.

3 L., FoxHarding« Family values’ and Conservative government policy : 1979-1997 », G., Jagger, C. ,Wright,Changing Family Values, Londres, Routledge, 1999, p. 128.

4   Voir M., Durham« The Conservative Party, New Labour and the Politics of the Family », Parliamentary Affairs, 2001, 54, p. 462.

5 R., Lister« The Family and Women », D., Kavanagh, A., Seldon, The MajorEffect, Londres, Macmillan, 1994, p. 351-364.

6  Hansard, 27 novembre 1990, col. 735.

7  Hansard, 6 juillet 1995, col.513.

8  R., Reeves, « Economy-Friendly Families », P., Diamond, S., Katwala, M., Munn, Family Fortunes,The New Politics of Childhood, (Fabian Ideas, 613), Londres, Fabian Society, 2004, p. 55.

9 Electronic Telegraph, 29 août 1996.

10  Voir par exemple le mensuel Good Housekeeping, 1993.

11  N., Timmins, The Five Giants, A Biography of the Welfare State, Londres, Fontana, 1996 (1995), p. 513-514.

12  N., Johnson, « The Personal Social Services », S. P., Savage, R., Atkinson,Public Policy under Blair, Londres, Palgrave, 2001, p. 187-189.

13 C., Vincent,Including Parents ? Education, citizenship and parental agency, Buckingham, Open University Press, 2000, p. 7.

14  C., Charlot« De « l’irresponsabilité parentale » à la Child Support AgencyChild Support Agency », M., Charlot (dir.), Le parti conservateur en Grande-Bretagne, Paris, Ophrys-Ploton, 2003, p. 11-36.

15  Timmins, op.cit., p. 452, p. 500.

16 Hansard, 18 novembre 1993, Col. 21.

17 Department for Children, Schools and Families, http://www.dcsf.gov.uk/performancetables/archives/schools_96/sec8.shtml, consulté le 15 décembre 2008.

18  P., Morgan, Farewell to the Family ? Public Policy and Family Breakdown in Britain and the USA, Londres, IEA, Health and Welfare Unit, 1995, p. 138.

19 M., O’Brien, S., Dench, The Out-of-School Childcare Grant Initiative : a second evaluation. Summary, DfEE Research Studies RS13, Institute of Employment Studies, 1996.

20  Chiffres calculés à partir des statistiques fournies par le Department for Education and Skills, Statistics of Education : Children’s Day Care Facilities as at 31 March 2001. Statistical Bulletin. 08/01 October 2001, tableaux 2.4, 2.6 et 2.7 ; et par l’Office for National Statistics, Tableau 8.24 (Angleterre et pays de Galles) Social Trends 30, 2000 ; ‘Places available on holiday schemes and out of school clubs for five to seven year olds, 1992-2000’, Social Trends 31, 2001.

21  Electronic Telegraph, 29 août 1996.

22  Les archives de ce comité se trouvent à l’Institute of Education de l’Université de Londres sous la côte (GB 0366 DC/NCE).

23  Timmins,op.cit., p. 492.

24 Hansard, House of Commons, 29 mars 1994, Col. 777.

25 G., Liebmann, « Making Compassionate Conservatism Concrete », American Outlook, Numéro spécial, ‘Fixing the Family’, Été 2002.

26  Family Policy Studies Centre, ‘Bottomley promises hands-off Approach’, Family Policy Bulletin, MayParti conservateur May (Theresa) 1994, cité par A.-H., Gauthier,The State and the Family, A Comparative Analysis of Family Policies in Industrialized Countries, Oxford, Clarendon, 1996 (1998) p. 161.

27 Hansard, 6 juillet 1995, Col. 513.

28  Friedman, M., "The Role of Government in Education," Robert A. Solo, Economics and the Public Interest, Rutgers College, New Jersey, Rutgers University Press, 1955.

29  Callaghan, Daniel, Conservative Party Education Policies 1976-1997, The Influence of Politics and Personality, Brighton, Sussex Academic Press, 2006, p. 167.

30  Lawton, Denis, The Tory Mind on Education 1979-1994, London, The Falmer Press, 1994, p. 50.

31  Department of Education and Employment and Department of Health,Consultation Paper on the Regulation and Inspection of Early Education and Day Care, PP98D14, 1998, §4.3.

32  « Labour in plan for nursery means test », Electronic Telegraph, 2 avril 1996 ; « Blair’s 21 steps to top-class schools », Electronic Telegraph, 15 avril 1997.

33 Hansard, 6 juillet 1995, Col. 513.

34 Times Educational Supplement, 22 novembre 1996.

35  Lister, op.cit.,1994, p. 358-360.

36  LundBrian, “Major, Blair and the Third Way in Social Policy”, Social Policy & Administration,Volume 42, Issue 1, Pages 43 – 58.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Susan Finding, « La politique de la petite enfance – l’émergence d’un projet innovant et précurseur », Observatoire de la société britannique, 7 | 2009, 319-321.

Référence électronique

Susan Finding, « La politique de la petite enfance – l’émergence d’un projet innovant et précurseur », Observatoire de la société britannique [En ligne], 7 | 2009, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://osb.revues.org/840 ; DOI : 10.4000/osb.840

Haut de page

Auteur

Susan Finding

Professeur de civilisation britannique à l’Université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org