Navigation – Plan du site

L'Après-Blair : transitions et recompositions politiques

Valérie Auda-André
p. 11-29

Texte intégral

  • 1  Stephen Driver et Luke Martell, New Labour: politics after Thatcherism, Londres: Polity Press, 199 (...)

1 Ce numéro de l'Observatoire de la société britannique s'inscrit dans le prolongement du volume consacré aux années Blair paru en 2007. Par bien des aspects, le bilan qui y est dressé vient illustrer la thèse de Driver et Martell selon laquelle le blairisme se comprend tout d'abord comme un "Après"1 et c'est cette idée de post-ness que le présent numéro se propose de continuer à explorer alors que Tony Blair a quitté le devant de la scène politique britannique. La notion de post-ness, développée tout d'abord dans le champ des études postcoloniales, a ceci d'intéressant à nos yeux qu'elle permet de s'extraire de la dualité quelque peu schématique de l'opposition rupture/continuité pour privilégier les concepts d'hybridation et de déplacement qui paraissent particulièrement adaptés pour décrire à la fois la nouvelle synthèse élaborée par New Labour mais aussi le processusde recomposition politique qui suit le départ de Tony Blair .

2A de multiples égards, les années Thatcher ont contribué à créer des conditions propices à l'émergence du projet New Labour, le rapport de force au sein du mouvement travailliste a été modifié dans un sens qui était favorable aux partisans d'une modernisation de la social-démocratie au Royaume-Uni. Il serait hors de propos de revenir trop longuement sur ce prélude à l'élaboration d'une nouvelle synthèse post-thatchérienne, rappelons simplement que les coups sévères et répétés portés aux bastions de la gauche collectiviste, aux relais traditionnels et institutionnels d'une classe ouvrière en recul, ont probablement soulagé tout un courant réformiste au sein du parti travailliste qui, s'il désapprouvait la méthode, n'était pas fâché du résultat.

3Dans une tentative de dépassement des vieux antagonismes qui ont figé le débat droite-gauche dans un affrontement stérile, la Troisième voie blairiste entend replacer les secteurs public et privé dans une relation de coopération féconde, indispensable à la création de richesses pour le bénéfice du plus grand nombre. Sans être trop schématique, on peut définir la tentative de synthèse proposée par New Labour comme un projet hybride dont le socle théorique comporte des emprunts aux thèses néolibérales : les néo-travaillistes acceptent l'évidence du dynamisme du marché et se convertissent à un individualisme soucieux de promouvoir le droit à l'individualisation des trajectoires et respectueux de la diversité des aspirations individuelles. Parallèlement, la Troisième voie adhère également à la théorie dite des failles ou des défaillances du marché qui souligne le potentiel (auto)-destructeur d'un marché dérégulé et réaffirme l'importance de la mission de l'Etat, tout en en redéfinissant les contours. Le projet des néo-travaillistes combine donc à la fois des concessions majeures au néolibéralisme et le désaveu de certains "totems" collectivistes tels que l'article 4 des statuts du parti sur la collectivisation des moyens de production ou bien encore la poursuite d'un égalitarisme universaliste. New Labour déplace ainsi le curseur de l'affrontement avec les conservateurs, et trace une tangente qui fait glisser le débat politique sur d'autres thèmes progressistes tels que la réforme de l'Etat, des institutions et du système électoral. Le clivage politique essentiel ne s'incarne donc plus dans un choc frontal gauche-droite, mais dans l'opposition à la polysémie astucieuse, mais peut-être aussi fallacieuse, entre "old" et "new", traditionnalistes et réformistes, réactionnaires/conservateurs et progressistes, qui constitue un axe de recomposition politique à partir duquel New Labour, soucieux de renouer avec les racines libérales du travaillisme, entend construire une coalition électorale à large spectre.

4Les opinions divergent à propos du projet New Labour : adaptation réaliste et pragmatique pour les uns, qui se réjouissent de voir enfin le parti sortir de sa schizophrénie en abandonnant des symboles anachroniques et embarrassants tels que la "Clause IV" ; accommodements proches de la compromission pour d'autres, qui voient dans l'argument de l'adaptation à l'après-Thatcher, une justification commode ou un prétexte à une dérive droitière, mais aussi un pseudo pragmatisme qui dérive vers le cynisme. Le soupçon va perdurer et même s'aggraver avec le temps, Tony Blair notamment n'en sera jamais totalement exonéré.

  • 2  Pour une analyse de la réforme du système national de santé britannique, voir Anémone Kober-Smith, (...)

5Au terme de dix années d'exercice du pouvoir, le New Labour est contesté sur de nombreux points, discrédité sur d'autres : chez les électeurs travaillistes et sympathisants, le mécontentement est diffus et se cristallise autour de quelques points particulièrement saillants, tout spécialement à la suite de ce tournant majeur que constitue la décision d'engager les troupes britanniques en Irak aux côtés des Etats-Unis. Comme en témoignent les manifestations de février 2003 dans plusieurs grandes villes du Royaume-Uni, le ressentiment est vif envers un gouvernement qui doit faire face à de graves accusations, notamment pour avoir entraîné le pays dans un conflit moralement et stratégiquement contestable par servilité vis-à-vis de Washington mais aussi pour avoir manipulé l'opinion et truqué le débat au Parlement. La contestation s'exprime également au sujet d'initiatives qui s'inscrivent dans le cadre d'un programme d'extension du choix et de la diversité (choice and diversity agenda), telles que l'augmentation des droits d'inscription pour les étudiants (top-up fees), l'accès à l'autonomie des hôpitaux d'excellence ou foundation hospitals ou bien encore les city academies.2 Elle touche alors au cœur du projet New Labour.

6La réponse des néo-travaillistes au cercle vicieux du sous-financement chronique des services publics a consisté notamment à en organiser le cofinancement par le secteur privé mais aussi à solliciter un effort budgétaire supplémentaire de la part des usagers/consommateurs. Afin de soustraire les services publics au piège de la pauvreté, New Labour propose une diversification de l'offre et une amélioration de la qualité des prestations, jugées à même de réconcilier les classes moyennes avec des services publics rénovés et adaptés à leurs attentes, tout en garantissant l'accès des plus défavorisés à des prestations de meilleure qualité sur des bases dérogatoires, par le biais d'un volant de places réservées. Les oppositions qui s'expriment lorsqu'il s'agit d'ouvrir les secteurs de la santé et de l'éducation à la logique de la Troisième voie suggèrent au mieux une forme d'incompréhension, au pire qu'une proportion non-négligeable du parti parlementaire, mais aussi des électeurs de New Labour, ne croit plus en la synthèse néo-travailliste et s'indigne à la fois des risques liés à la marchandisation des services publics ainsi qu'au développement d'une culture de l'audit et du contrôle centralisé.

7L'inquiétude s'exprime également à propos de politiques sécuritaires jugées i-libérales, qu'elles soient ou non liées aux prises de position de la Grande-Bretagne sur la scène internationale. Si New Labour honore dans un premier temps ses promesses électorales en obtenant que le Parlement de Westminster ratifie le Human Rights Act de 1998, certaines mesures prises ultérieurement suggèrent une forme de reniement des engagements pris auprès de l'électorat en matière de libertés publiques. Au durcissement de la législation anti-terroriste qui fait suite aux attentats de Londres en juillet 2005 viennent s'ajouter le renforcement des pouvoirs de la police, un programme très critiqué de lutte contre les incivilités (ASBOs), l'élaboration de fichiers ADN, la généralisation des caméras de surveillance ; au printemps 2006, Tony Blair se déclare favorable à un projet de carte nationale d'identité biométrique qui va alimenter une vive polémique. Les opposants à ces mesures dénoncent un gouvernement liberticide qui entretient un climat de suspicion délétère ; les critiques vont parfois jusqu'à suggérer que les orientations prises par le gouvernement en matière de sécurité civile ne sont pas tant d'ordre conjoncturel que structurel et qu'elles révèlent la nature profonde d'un régime intrinsèquement autoritaire.

  • 3  Citons l'exemple de David Blunkett, alors ministre de l'Intérieur, contraint à la démission en 200 (...)

8Enfin, l'image de New Labour est ternie par les questions liées au financement du parti notamment les scandales du "Cash for honours", qui permet à quelques riches donateurs d'acquérir un titre nobiliaire et donc de siéger à la Chambre des Lords. Ces affaires révèlent les limites d'un système de financement censé affranchir le parti de la tutelle exercée par les syndicats, pour le précipiter dans les bras du grand capital. Combinés à des révélations concernant diverses formes de trafic d'influence ou de corruption, impliquant parfois des ministres en exercice,3 les scandales qui ont éclaboussé les gouvernements Blair ont conforté l'image d'un pouvoir fasciné par l'argent, et contribué à aggraver la crise de la représentation qui fragilise la démocratie britannique. Les derniers mois d'exercice du pouvoir par Tony Blair sont placés sous le signe du mécontentement mais aussi du désenchantement.

9C'est dans ces circonstances difficiles que débute officiellement l'après-Blair, le 27 juin 2007, avec la passation de pouvoir entre Tony Blair et celui qui fut son ministre des Finances pendant dix ans. Gordon Brown devient alors chef de gouvernement sans avoir affronté les urnes en tant que leader. La procédure d'intronisation suggère une certaine forme d'interchangeabilité entre les deux hommes. Sans invalider totalement cette analyse, la réalité est bien évidemment plus complexe.

10Le passage de témoin entre les deux leaders historiques de New Labour était attendu : les médias avaient révélé l'existence d'un pacte "secret", scellé lors d'un dîner dans un restaurant londonien, où Gordon Brown aurait négocié son retrait de la course à la direction du parti contre l'assurance qu'il jouirait d'une influence inédite dans un futur gouvernement travailliste bicéphale ; certaines sources ont laissé entendre que le marché conclu par les deux hommes comprenait également un volet "succession" qui engageait Blair à se retirer à terme de l'exercice du pouvoir en faveur de celui qui allait devenir son ministre des Finances. Les opinions divergent sur ce dernier point, et les faits ne sont pas clairement établis, mais l'épisode en soi est assez significatif et représentatif des tensions qui ont entaché la collaboration à la tête de l'exécutif britannique.

11Une fois éventé, le secret a fait couler beaucoup d'encre et inspiré des fictions politiques à l'américaine qui explorent les coulisses du pouvoir et retracent l'histoire d'une association placée sous le signe de la complémentarité qui se transforme en une rivalité où s'affrontent les ambitions et les inimitiés personnelles ; le troisième mandat de New Labour a vu les tensions s'exacerber entre les partisans de Tony Blair et ceux de Gordon Brown, et le potentiel dramatique de cette guerre fratricide opposant les "TBs" aux "GBs" a été exploité par la presse à sensation, mais aussi par la presse de qualité. L'histoire de la transition Blair-Brown est prise dans une trame narrative, dont on a pu dire qu'elle était pilotée à distance par les experts en communication de Tony Blair, qui dramatise le récit et le personnalise : à l'approche des élections législatives de 2010, les portraits psychologiques se multiplient et décrivent un Gordon Brown dévoré par l'ambition, sujet à des sautes d'humeur, autoritaire et colérique ; les oppositions de style et de personnalités contrastent la modernité "solaire" de Tony Blair au passéisme crépusculaire de Gordon Brown.

12Un autre discours, peut-être moins audible, replace la thématique des frères ennemis sur le terrain des idées. Le positionnement politique de Gordon Brown, souvent présenté comme la conscience travailliste de New Labour, le garant de la fidélité aux valeurs fondatrices de la social-démocratie, a permis le développement d'une lecture différente de la transition Blair-Brown annonçant le retour à une certaine orthodoxie. Les partisans de Gordon Brown insistent volontiers sur sa contribution essentielle aux succès de New Labour : à la fois architecte d'une prospérité économique retrouvée et principal artisan de la politique de redistribution du gouvernement, le ministre des Finances est présenté comme ayant joué un rôle crucial dans la mise en œuvre d'une politique volontariste d'investissement dans les services publics. Brown arrive donc aux affaires précédé d'une solide réputation de sérieux et d'intégrité, et nombreux sont ceux qui veulent voir en lui une sorte d'antidote aux dérives qui ont marqué le dernier mandat du gouvernement New Labour.

  • 4  Anthony Giddens, Over to you, Mr Brown : How Labour Can Win Again, Londres : Polity Press, 2007.

13Il s'agit bien pour Gordon Brown d'imaginer et d'incarner un après-Blair, comme l'y encourage Anthony Giddens dans son ouvrage Over to you, Mr Brown.4Il se trouve dans l'obligation de faire la preuve qu'il est possible d'impulser une nouvelle dynamique au projet New Labour, dont il est à la fois l'héritier et le co-fondateur, tout en l'infléchissant afin de tenir compte des leçons de dix années d'exercice du pouvoir. La position de Gordon Brown est toutefois inconfortable : sa présence exceptionnellement prolongée à un poste central, au cœur du dispositif des gouvernements Blair, lui interdit de s'en démarquer trop nettement ; les modalités mêmes de la transition Blair-Brown, qui dispensent Gordon Brown d'une bataille pour la succession, le désignent comme l'héritier naturel de Tony Blair. La question se pose alors de la marge de manœuvre d'un Premier ministre dont la légitimité repose sur sa participation à une équipe gouvernementale et sa contribution à un projet dont des pans entiers sont désavoués. Les bilans contrastés de l'action des gouvernements New Labour, et les portraits à charge qui paraissent dans la presse à l'occasion du départ de Tony Blair peuvent servir les intérêts immédiats de son successeur. Il y a une tendance dans l'entourage de Gordon Brown à promouvoir l'idée selon laquelle les difficultés de New Labour sont, si ce n'est exclusivement imputables à Tony Blair, du moins sérieusement aggravées par sa présence à la tête du gouvernement. Le bilan personnel de Gordon Brown reste néanmoins inégal et s'il est de bonne guerre d'imputer à Blair la responsabilité des politiques impopulaires qui ont marqué le dernier mandat de New Labour, tout en soulignant l'opposition de Brown à certains dérapages, il n'en reste pas moins que le ministre des Finances des gouvernements Blair n'a pas échappé à la critique.

  • 5  John Rawls, A Theory of Justice, Cambridge : Harvard University Press, 1971.
  • 6  Pour la période 2006-2008, les chiffres publiés en décembre 2009 dans un rapport de l'Office for N (...)

14On peut porter à l'actif de New Labour un certain nombre de mesures positives en faveur de l'égalité des chances, notamment le programme Sure Start destiné à la petite enfance, toutefois, la timidité d'une stratégie de redistribution mal assumée, qui se limite à l'utilisation systématique du crédit d'impôt, peut également être pointée du doigt. On note un refus de s'extraire du cadre fiscal défini par les conservateurs ainsi qu'une réticence à envisager des mesures de redistribution susceptibles d'aliéner les classes moyennes et les marchés. Les choix opérés par Gordon Brown au ministère de Finances sont donc plutôt consensuels, et se situent dans la ligne d'une conception de la justice sociale inspirée des travaux de John Rawls5 : au nom du principe de réalité, New Labour s'est démarqué des politiques travaillistes traditionnelles en matière d'égalité et refuse de tromper les attentes de l'électorat en prenant des engagements qu'il juge impossibles à tenir. Les néo-travaillistes s'appuient donc sur une théorie de la justice sociale contrainte et prédéterminée par une réalité sociale qui limite sa marge de manœuvre en matière de réduction des inégalités et oriente ses politiques dans la direction d'une promotion du principe méritocratique. Dans le même temps, les chiffres régulièrement publiés par l'Office National des Statistiques (ONS) mettent en évidence le creusement des écarts de richesse et démontrent que les dix années de pouvoir New Labour ont coïncidé avec la consolidation des grandes fortunes6. Les "super-riches" ont prospéré pendant les années Blair, la dynamique d'accumulation des richesses a aggravé les déséquilibres de la répartition à l'échelle nationale : à partir de 2003, les statistiques révèlent qu' 1 % de la population concentre 23 % de la richesse nationale, pourcentage en hausse par rapport aux années 80.

  • 7  Voir à ce propos l'article de Tim Butler et Loretta Lees, "Super-gentrification in Barnsbury, Lond (...)
  • 8  Peter Cain et Tony Hopkins, British Imperialism, 1688-2000, Londres : Longman, 2001 (1994).

15Le phénomène de "supergentrification" perceptible dans certains quartiers de la capitale est la traduction en termes immobiliers de l'impact de la financiarisation de l'économie britannique.7 Comme l'ont magistralement démontré Cain et Hopkins, le capitalisme financier est bien ancré dans l'histoire économique et politique de la Grande-Bretagne8 ; dans les années 80, les conservateurs thatchériens ont accompagné l'intensification du phénomène de financiarisation, notamment en élaborant un nouveau régime de réglementation décentralisée des marchés caractérisé par une très grande souplesse qui s'apparente à une forme d'autorégulation du système. Sous New Labour, Londres ville globale, moteur de la compétitivité nationale, est placée au cœur d'un réseau complexe de transactions bancaires et financières internationales. Grâce à la vitalité de la City, Londres est plus que jamais une plaque tournante du capitalisme mondialisé où les grands groupes financiers et les organismes bancaires internationaux jouissent de conditions extrêmement favorables : si New Labour introduit une nouvelle autorité de régulation centralisée des services financiers, la Financial Services Authority (FSA), cette dernière laisse une très grande marge de manœuvre au développement de stratégies dont la crise financière de 2008-2009 allait révéler le caractère hasardeux.

  • 9  Sur ce point, voir l'article de John Grahl, "Financialisation and the Thatcher Governements", in K (...)

16La bienveillance des néo-travaillistes envers un capitalisme financier globalisé dont ils sont soucieux de favoriser la prospérité s'explique probablement par la volonté de placer la nouvelle Grande-Bretagne dans une position privilégiée pour profiter pleinement des effets de la mondialisation ; elle relève également d'une volonté de répondre aux besoins d'un secteur privé promu au rang de partenaire dans le cadre du financement et de la gestion des services publics britanniques9. Que ce soit donc au regard des résultats publiés dans les études qui proposent une anatomie des inégalités au Royaume-Uni, ou bien encore des présupposés qui sous-tendent l'action des gouvernements New Labour, la responsabilité de Gordon Brown, qui règne en maître au ministère des Finances, est bien évidemment engagée. Les jugements portés sur celui que l'on décrit volontiers comme "l'archange rotecteur de l'âme travailliste" (protector of the Labour soul) ne doivent pas faire oublier qu'il s'est souvent comporté en "gardien du temple" (keeper of the faith) de New Labour.

  • 10  Voir à ce propos, Anthony Giddens et Patrick Diamond (dir.), The New Egalitarianism, Cambridge : P (...)

17Alors que la transition entre les deux leaders se profile à l'horizon, des voix s'élèvent, et non des moindres, pour proposer leur vision de ce que devrait être un néo-travaillisme rénové : que ce soit sous la plume d'auteurs aussi différents qu'Anthony Giddens ou Roy Hattersley, la question de la lutte contre les inégalités est abordée dans des textes qui remettent en cause la priorité accordée aux politiques du choix et de la diversité par un New Labour briseur de tabous et iconoclaste.10 Ces prises de parole suggèrent que l'incertitude reste grande quant aux orientations privilégiées par un futur gouvernement Brown : le nouveau Premier ministre se révèlerait-il être un héritier zélé de Tony Blair, un nouveau Tony Blair "les paillettes en moins", ou bien saurait-il présenter un projet alternatif et déployer des qualités d'homme d'Etat qui lui permettraient d'obtenir la légitimité que confère le scrutin ? Cette première interrogation se double d'un questionnement à propos du destin du projet New Labour. Deux scenarios sont envisageables : le futur gouvernement serait-il le chant du cygne de New Labour, un simple gouvernement d'intérim qui permettrait à Blair de se soustraire au verdict des urnes, avec un Gordon Brown en figure sacrificielle finalement rattrapé par l'Histoire et contraint d'assumer l'impopularité de New Labour sans en avoir pleinement goûté la popularité ? Ou bien saurait-il trouver les ressources intellectuelles et politiques pour rénover durablement le néo-travaillisme et le conduire à une nouvelle victoire aux urnes ? A la veille du passage de témoin entre les deux têtes de l'exécutif, les options stratégiques qui s'offrent à Gordon Brown sont limitées. C'est en tant que figure clé des gouvernements Blair que Gordon Brown peut prétendre à l'intronisation en tant que chef de parti et de gouvernement, toutefois sa légitimité repose essentiellement sur sa capacité à proposer un projet alternatif. L'option de la continuité avec le blairisme comporte donc des dangers évidents pour Gordon Brown ; paradoxalement, le nouveau premier ministre paraît le moins bien placé pour revendiquer l'héritage des années Blair.

18La transition Blair-Brown, en posant la question de l'évolution ou de la transformation potentielle de New Labour, constitue un élément incontournable du processus de renouvellement du paysage politique britannique. Elle coïncide également, à peu de choses près, avec l'arrivée de nouvelles équipes dirigeantes à la tête des deux principaux partis rivaux. Tony Blair a vu se succéder plusieurs leaders de l'opposition, chaque défaite des conservateurs aux élections législatives étant suivie de la démission du chef de parti. Les libéraux-démocrates ont également renouvelé leurs équipes dirigeantes à trois reprises entre 1997 et 2007. Certes, le renouveau politique ne se mesure pas à l'aune des changements à la tête des partis, toutefois, l'arrivée de David Cameron et de Nick Clegg à la direction des deux partis d'opposition marque une évolution assez significative dans le discours et la stratégie électorale des conservateurs et des libéraux-démocrates, tout en témoignant paradoxalement de l'influence avérée et prolongée de New Labour et de son leader charismatique sur la scène politique britannique, alors même que Blair n'est plus aux affaires. La question de l'après-Blair et d'un éventuel dépassement du blairisme se pose donc non pas uniquement à l'échelle du parti travailliste mais plus largement elle implique une forme de recomposition de la vie politique britannique qui englobe les trois grands partis.

  • 11  Sur la question de la transformation du parti travailliste sous l'impulsion de New Labour voir Emm (...)

19Dans quelle mesure peut-on dire que Blair a durablement influencé la vie politique britannique ? Probablement dans sa capacité à « faire bouger les lignes », selon l'expression consacrée. Alors même que Gordon Brown s’empare des rênes du parti travailliste, l’influence de Tony Blair sur la vie politique britannique se manifeste sous d’autres formes et en d’autres lieux. Elle est d’abord affaire de style : le modèle Blair, ce mélange de décontraction et de conviction, de proximité avec le public et d’aisance avec les médias, est imité, jusque dans le phrasé, par tous les candidats à sa succession, à l’exception bien évidemment de Gordon Brown. Au-delà du style, la stratégie électorale adoptée par les néo-travaillistes a également fait des émules : les nombreux ouvrages consacrés à la genèse de New Labour décrivent une prise de contrôle du parti placée sous le signe de l’affrontement. Sans parler de putsch ou de coup de force, le New Labour s'impose aux dépens des relais politiques de la base électorale traditionnelle du parti travailliste.11 La fermeté, voire l'intransigeance, dont les nouveaux dirigeants ont fait preuve vis-à-vis de leur propre camp, est un paramètre central de la stratégie de modernisation ainsi qu'un gage de sérieux aux yeux de l'opinion ; elle permet aux partisans de New Labour d'asseoir leur autorité sur le parti, tout en constituant un élément essentiel de leur stratégie de repositionnement, préalable indispensable à l'élargissement de la base électorale des travaillistes et prélude à l'élaboration d'une coalition électorale qui leur a assuré trois victoires successives aux législatives. Parallèlement, la rupture décomplexée, mais aussi théâtralisée, avec une certaine conception du travaillisme, l’abandon en forme de condamnation de ce que l’on connaît désormais sous le nom « d’Old Labour » a contribué largement à apaiser les tensions responsables de la scission du début des années 80 qui voit des représentants de l'aile droite du parti rejoindre les libéraux au sein d'une alliance libérale-démocrate. New Labour pose les jalons d'un rapprochement avec les libéraux-démocrates, son programme de réforme des institutions notamment constitue un socle sur lequel se met en place le vote tactique aux élections de 1997. Certains observateurs, dont l'historien du travaillisme Kenneth O'Morgan, ont néanmoins souligné la fragilité et le caractère probablement éphémère d'une majorité de circonstances, susceptible de se désagréger rapidement, mais aussi de se recomposer ou de se reconstituer ailleurs.

  • 12  Pour davantage de détails, voir Valérie Auda-André. 04/2010. "Les nouveaux conservateurs et le tha (...)

20La stratégie électorale adoptée par Blair et ses amis politiques a suscité l'intérêt des autres partis, à commencer par les nouveaux conservateurs de David Cameron : leur discours, articulé autour du thème central de la "Grande Société", témoigne d'une volonté de se démarquer de l'héritage récent du parti qui peut aller jusqu'à prendre à contre-pied l'aile traditionnaliste conservatrice ainsi que les représentants de la vieille garde thatchérienne.12 Le rhétorique de l'ouverture et du changement qui caractérise le nouveau conservatisme, la technique du brouillage idéologique qui côtoie l'effort de promotion d'un conservatisme social en référence au social-libéralisme de New Labour, la stratégie de communication du leader, indiquent une volonté à peine dissimulée de renouer en se les appropriant les liens distendus de la coalition électorale qui a porté New Labour au pouvoir. Les échos blairistes du réalignement politique initié par David Cameron et ses partisans ont été soulignés par les commentateurs. Celui que les médias désignent parfois sous le nom de Tory Blair a lancé un mouvement de rénovation du parti qui passe par le recentrage de son offre politique : Cameron et ses compagnons de route sont en quête d'un nouvel équilibre qui suppose de réinvestir le terrain de la justice sociale. Dans ce qui constitue, tout au moins dans l'ordre du discours, un renversement spectaculaire des thèses thatchériennes, les nouveaux conservateurs placent la "société" au cœur de leur réflexion et vont parfois même jusqu'à reconnaître l'existence de déterminismes sociaux d'ordre structurel, notamment lorsqu'il s'agit de tenter d'expliquer les incivilités ou la délinquance. Le signe distinctif de ce conservatisme moderne est bien qu'il appelle à la revitalisation du tissu social. A l'étatisme centralisateur des néo-travaillistes, il oppose la vision d'une société civile solidaire qui suppose un effacement de l'Etat au profit d'initiatives locales et d'un nouveau mutualisme. Il apparaît donc que si le nouveau conservatisme se conçoit bien comme une réponse aux politiques néo-travaillistes, il repose de manière évidente sur des choix stratégiques inspirés par New Labour ; les intonations blairistes du cameronisme sont également perceptibles dans la quête d'un nouvel équilibre entre justice sociale et efficacité économique, si bien qu'en termes d'image comme de message, la dette du nouveau conservatisme envers le New Labour est l'un des traits marquants de l'après-Blair.

  • 13  Paul Marshall et David Laws (dir.), The Orange Book : Reclaiming Liberalism, Londres : Profile Boo (...)
  • 14  Richard S. Grayson, The Liberal Democrat Journey to a Lib-Con Coalition - and where next ?, Londre (...)

21Au chapitre des retombées des années Blair, il est impossible de passer sous silence l'impact de New Labour sur le parti libéral-démocrate. Dans une certaine mesure, la Troisième voie a assuré une nouvelle visibilité à des thématiques traditionnellement associées à l'offre politique de la mouvance libérale, tout en menaçant de se les approprier. Les libéraux-démocrates ont été placés devant l'obligation de prendre position sur la question d'une forme de réactivation du pacte Lib-Lab au sein d'une coalition, même informelle, dominée par New Labour, et se sont montré sensibles aux risques de neutralisation de leur parti inhérents à cette stratégie. Le bilan décevant du gouvernement en matière de décentralisation et de réforme du mode de scrutin les a finalement confortés dans un rôle d'opposants, prompts à aiguillonner le gouvernement. Du point de vue des libéraux-démocrates, les années Blair représentent un moment chargé d'ambivalences. Le parti a pu s'installer en tant que troisième force dans le paysage électoral du Royaume-Uni en réussissant son implantation locale ; toutefois, en l'absence de l'injection d'une dose de proportionnelle dans le mode de scrutin, il risque d'être très vite confronté à une impasse. Par ailleurs, si dans une phase initiale les libéraux-démocrates ont pu envisager une forme de coopération avec les néo-travaillistes, les années Blair se referment sur une note plus sombre. Gordon Brown est notoirement hostile à une collaboration avec les libéraux-démocrates, de plus, l'élection de Nick Clegg au poste de leader le 18 décembre 2007 laisse entrevoir la possibilité d'une redéfinition assez radicale de l'identité du parti. La publication en 2004 d'un ouvrage collectif, auquel a contribué le nouveau leader, intitulé The Orange Book : Reclaiming Liberalism,13 est perçue par tout un courant au sein du parti comme le signe que la nouvelle direction s'apprête à défier ce que Richard Grayson appelle "the social liberal orthodoxy of the party".14

22La période qui s'ouvre avec le départ de Tony Blair et prend fin avec les élections législatives de 2010 est marquée par une grande volatilité, un entre-deux qui inaugure une nouvelle phase du cycle électoral dans des circonstances politiques incertaines, alors que les trois grands partis sont en cours de reconstruction. Les contributeurs à ce numéro de l'Observatoire de la société britannique abordent l'après-Blair sous une multiplicité d'angles de vue qui posent la question de l'impact du blairisme et de sa transmission, ainsi que de son éventuel dépassement.

Organisation de l'ouvrage

23Le présent volume s'ouvre avec deux articles qui abordent le blairisme non pas comme un fait objectif, mais plutôt comme un projet qui s'est imposé dans l'ordre du discours. Au nouveau pragmatisme revendiqué par les dirigeants de New Labour, ils opposent l'interprétation essentiellement idéologique qui a été faite de la Troisième voie blairisteet de certaines de ses politiques emblématiques.

24Keith Dixon propose de porter un regard décentré sur le projet New Labour en retraçantles évolutions de la perception et de la réception du modèle britannique par les élites françaises toutes tendances politiques confondues. Au prisme déformant du débat politique français, la fascination pour le programme de modernisation de la social-démocratie élaboré par les néo-travaillistes subit de plein fouet l'impact de la crise financière et les éloges appuyés de la première heure font place à un silence gêné, voire à des critiques exprimées ouvertement. Dans les deux cas, l'exploitation opportuniste de New Labour par le discours dominant dans l'Hexagone propose une lecture partielle et partiale des politiques néo-travaillistes.

25Jérôme Tournadre-Plancq s'intéresse aux politiques du choix, mais non pas tant à leur mise en œuvre qu'aux mécanismes qui ont assuré la diffusion d'un discours favorable à la personnalisation des services publics, promue au rang de doxa. Son article propose une analyse précise et détaillée des divers canaux, laboratoires d'idées, groupes de réflexion, grands médias d'information, qui permettent de franchir la frontière poreuse entre l'expertise, universitaire notamment, et le militantisme politique. Il démontre enfin comment la question du choix s'impose progressivement comme un enjeu majeur qui alimente le débat autour du projet New Labour et définit la tonalité politique de la transition Blair-Brown.

26Clément Desrumaux aborde la thématique du renouveau conservateur dans une perspective similaire, à partir de l'étude détaillée des discours prononcés par David Cameron entre 2005 et 2007. Trois grands thèmes sont abordés par ce biais, la rupture avec le thatchérisme, le changement en tant que construction langagière, le rôle du leader en tant qu'incarnation du changement. Son article démontre avec efficacité comment la rhétorique du changement reflète les tensions au sein du parti conservateur tout en s'y adaptant.

27Les articles suivants portent sur des réformes phares de New Labour, dont le caractère inachevé permet d'aborder la question des prolongements du blairisme et de son impact sur la recomposition du paysage politique britannique.

28La question de l'efficacité des politiques de redistribution sous New Labour est abordée par Jean-Philippe Fons qui propose une évaluation chiffrée de l'impact de treize années de pouvoirdans un secteur qui reste essentiel pour la légitimité d'un gouvernement travailliste, celui de la réduction de la pauvreté et des inégalités. Il place son analyse des données statistiques disponibles, ainsi que des mesures d'incitation fiscale et du système de prestations sociales développés par New Labour au regard des ambitions affichées par les gouvernements Blair et Brown. Son étude fait apparaître des résultats mitigés : de réels succès en ce qui concerne notamment la réduction de la pauvreté des enfants côtoient des tendances plus inquiétantes, telles que l'augmentation du pourcentage des bas salaires et le creusement des écarts de revenus.

29Secteur emblématique du projet de réforme de la social-démocratie selon New Labour, les politiques éducatives sont abordées ici par Anne Beauvallet du point de vue de la transition Blair-Brown et plus largement dans la perspective de la course électorale pour 2010 dans laquelle sont engagés les trois grands partis de gouvernement. Elle démontre dans un premier temps que Gordon Brown ne s'est pas radicalement démarqué des grandes options définies son prédécesseur en matière de politiques éducatives, et poursuit une politique de diversification de l'offre et des partenaires du système éducatif tout en maintenant les contrôles exercés par le pouvoir central. Elle relève par contre un certain nombre d'infléchissements dans l'approche proposée par les libéraux-démocrates qui révèlent l'existence de convergences avec le programme du parti conservateur, pour conclure toutefois que le cadre théorique dans lequel s'élaborent les politiques éducatives des trois grandes formations politiques britanniques reste inchangé.

  • 15  "The irony is that constitutional reform will be seen as the greatest single legacy of the Blair g (...)

30Robert Hazell écrivait encore récemment que la réforme constitutionnelle resterait probablement la contribution majeure des années Blair.15 L'article de Fiona Simpkins aborde la question du transfert de pouvoirs à Holyrood et à l'Assemblée galloise dans le cadre de la politique dite de dévolution. Après avoir démontré que le dispositif conçu par New Labour inscrit les politiques de décentralisation dans un cadre contraignant, destiné à garantir la suprématie de Westminster, elle s'intéresse ensuite aux forces centrifuges qui alimentent la dynamique de la dévolution et favorisent une autonomisation progressive de la vie politique galloise et écossaise.

31Dans cette perspective, Edwige Camp-Piétrain s'intéresse au cas plus précis de la branche écossaise du parti travailliste. Le défaite électorale subie aux élections de 2007 s'explique à la fois par l'introduction d'un mode de scrutin à la proportionnelle pour les élections à Holyrood, mais aussi par le soupçon qu'éveille au sein de l'électorat écossais le lien structurel et organique qui le lie aux instances nationales du parti et au gouvernement. Depuis cette position inconfortable, où la loyauté envers New Labour et Gordon Brown constitue un handicap dans la compétition électorale avec les nationalistes d'Alex Salmond, le SLP tente avec difficulté de définir une stratégie de reconquête électorale. En ce sens, une victoire conservatrice aux législatives de 2010 aurait le mérite de permettre aux travaillistes écossais de jouer pleinement leur rôle de parti d'opposition.

32Guillaume Blaess propose un état des lieux de la gestion du dossier européen depuis le départ de Tony Blair. Il étudie les réponses des principaux partis à la question de la ratification par référendum du projet de constitution européenne. La participation de la Grande-Bretagne au processus d'intégration européenne a été depuis l'origine l'occasion d'un débat qui dépasse le cadre strict des frontières partisanes. Il a également servi de tremplin à des discours factieux et à des rébellions notamment chez les conservateurs, ainsi qu'à l'émergence de petits partis susceptibles de représenter une réelle menace. La question européenne constitue un terrain miné pour les principaux partis britanniques qui se montrent sensibles au danger que représente la montée de l'euroscepticisme mais qui ont également tendance à instrumentaliser les enjeux de l'intégration européenne à des fins électoralistes. La période étudiée par Guillaume Blaess, depuis le débat sur l'adoption du projet de Constitution européenne jusqu'aux élections européennes de 2009, ne déroge pas à la règle. Les élections du mois de juin 2009, répétition générale avant les législatives, ont vu les travaillistes subir de plein fouet les effets d'un vote protestataire et les libéraux-démocrates payer leur engagement pro-européen dans un climat de montée en puissance de l'euroscepticisme. Le contexte de compétition électorale qui précède les législatives de 2010 risque fort de reléguer la question de l'engagement européen de la Grande-Bretagne dans les profondeurs des programmes électoraux des principaux partis de gouvernement.

33Le troisième volet de ce numéro de l'Observatoire de la Societé Britannique regroupe des articles qui abordent l'après-Blair par le biais de la notion de crise : crise économique et sociale dans l'article de Frédéric Falzon, crise du modèle multiculturel britannique dans celui de Vanessa Leclercq, crise de la représentation et de la participation dans l'article de Géraldine Castel, ou bien encore crise du modèle libéral de défense des libertés publiques dans le texte d'Emma Bell.

34Dans son analyse du mouvement de grève suivi par les ouvriers de la raffinerie de Lindsey dans le Lincolnshire en 2009, Frédéric Falzon propose une étude d'un mode d'action syndicale que New Labour a souhaité consigner à l'ère révolue de l'Old Labour. Sous les effets conjugués de la crise économique et financière et de la déréglementation du marché du travail dans le cadre européen, les travailleurs de Lindsey se sont lancés dans un mouvement révélateur des contradictions qui se situent au cœur de la vision d'une nouvelle Grande-Bretagne (New Britain), thématique reprise par Gordon Brown dans son apologie d'une identité nationale ("Britishness"), à la fois conquérante, ouverte sur l'international, et garante de la protection des intérêts de ses ressortissants.

35Vanessa Leclercq s'intéresse à la crise du modèle multiculturel britannique par le biais d'une étude des politiques de traduction en langue minoritaire au Royaume-Uni. Elle souligne l'impact du rapport McPherson dans l'apparition d'initiatives favorables au pluralisme linguistique dont la pérennité n'est toutefois pas garantie par un cadre législatif et qui relèvent de la seule responsabilité des collectivités territoriales. Le New Labour a favorisé le développement d'une stratégie d'externalisation de cette responsabilité par les collectivités territoriales qui créé des disparités régionales. En dépit de la rédaction de directives visant à faciliter le maintien d'une forme de pluralisme linguistique sur l'ensemble du territoire national, l'article de Vanessa Leclercq rend compte d'un récent glissement vers des politiques favorables à l'unité plutôt qu'à la diversité, dans le prolongement des réformes du code de la nationalité britannique en 2005.

36Géraldine Castel propose une réflexion sur le développement des nouvelles technologies de l'information et de la communication dans la vie politique britannique. Les années Blair, marquées par le spin, ont également coïncidé dans la sphère de la communication politique avec la généralisation de nouveaux outils, dits de 2e génération, tels que les blogs ou les réseaux sociaux. Sur fond de désengagement politique, ces nouveaux médias sont présentés comme autant de réponses possibles à la crise de la participation. Géraldine Castel présente une évaluation argumentée de la thèse de la revitalisation du débat démocratique par le passage à la "démocratie numérique" (e-democracy), qui permettrait de mieux calibrer le débat en personnalisant les échanges avec les électeurs-citoyens ou bien encore de privilégier la spontanéité et l'interactivité de la communication politique. Elle en présente également les limites, en insistant notamment sur la réticence des partis à accepter une forme de perte de contrôle de leur communication politique. Les réponses de Gordon Brown et de David Cameron à ces évolutions marquent un réel contraste entre les deux leaders.

37L'article d'Emma Bell est consacré à l'analyse des politiques de défense des libertés et de sécurité publique proposées par New Labour et par les nouveaux conservateurs de David Cameron. Elle y défend la thèse selon laquelle l'évolution des pratiques mais aussi les présupposés perceptibles dans les discours révèlent l'existence d'un nouveau consensus qu'elle qualifie "d'autoritaro-libéral". Après avoir rappelé comment New Labour et revenu sur les engagements pris dans le manifeste électoral de 1997 en matière de libertés publiques, elle propose une déconstruction du discours des nouveaux conservateurs qui démontre comment la rhétorique de la rupture avec la brutalité thatchérienne ne résiste pas à une analyse méthodique. En matière de prévention/répression de la criminalité, le conservatisme de compassion reste compatible avec la réaffirmation de la responsabilité individuelle, la vision d'une "Grande Société" n'exclut en rien l'éventualité d'un renforcement des pouvoirs de l'Etat, bien au contraire elle en légitime l'autorité. Emma Bell conclut son propos en suggérant que, tout comme New Labour, les nouveaux conservateurs, sont confrontés aux tensions irréductibles entre libéralisme et autoritarisme.

38Nicholas Deakin conclut ce numéro consacré à l'après-Blair en revenant dans un premier temps sur les origines et la nature du blairisme, pour passer ensuite à un bilan de l'action de New Labour, avant de terminer par l'évocation des transitions effectives et potentielles à la tête de l'Etat, la transition Blair-Brown tout d'abord, mais aussi la montée en puissance de nouveaux prétendants à la succession. Cette étude est l'occasion pour Nicholas Deakin de présenter deux portraits très contrastés des deux grands leaders de New Labour. Blair est défini par son style, son énergie, ses talents de communicateur et son charme superficiel. Brown apparaît comme un homme de rigueur et de conviction, l'héritier d'une culture politique qui contraste avec un blairisme qui se caractérise par son absence d'ancrage dans une tradition intellectuelle et politique, et donc par son absence d'inhibitions. Le bilan des gouvernements New Labour est mitigé, la contribution de Gordon Brown à leurs succès et sa responsabilité dans leurs échecs sont soulignées.

39Mais ce n'est pas tant l'ambivalence du bilan qui intéresse Nicholas Deakin que son manque d'ampleur. Malgré des circonstances extrêmement favorables, New Labour a peiné à imprimer sa marque : au départ de Tony Blair, de nombreuses réformes restent inachevées, certaines sont à peine esquissées, d'autres, comme la dévolution par exemple, produisent des effets inattendus. Pour Nicholas Deakin, les occasions manquées sont imputables à l'absence de vision et de substance qui paradoxalement caractérise le blairisme. A son arrivée au pouvoir, Gordon Brown a commencé à esquisser sa propre vision d'un travaillisme rénové, fondé notamment sur la promotion d'un nouveau localisme décentralisé et plus démocratique. Toutefois, le gouvernement Brown n'a pas bénéficié de circonstances favorables, et son action a très rapidement été contrecarrée par une crise financière dont la gestion honorable n'a pas suffi à réhabiliter le Premier ministre aux yeux de ses compatriotes.

40Enfin, Nicholas Deakin souligne le sérieux du défi posé par un nouveau leader conservateur dont le style, le message et les choix stratégiques rappellent le New Labour des origines, jusque dans son réel pouvoir d'attraction combiné à un flottement idéologique que légitime le discours de la modernisation et du changement.

Haut de page

Notes

1  Stephen Driver et Luke Martell, New Labour: politics after Thatcherism, Londres: Polity Press, 1998.

2  Pour une analyse de la réforme du système national de santé britannique, voir Anémone Kober-Smith, Le système de santé anglais à l'épreuve des réformes managériales, Presses Universitaires de Rennes, 2010.

3  Citons l'exemple de David Blunkett, alors ministre de l'Intérieur, contraint à la démission en 2004 pour avoir accéléré la procédure d'obtention d'un visa pour l'une de ses proches.

4  Anthony Giddens, Over to you, Mr Brown : How Labour Can Win Again, Londres : Polity Press, 2007.

5  John Rawls, A Theory of Justice, Cambridge : Harvard University Press, 1971.

6  Pour la période 2006-2008, les chiffres publiés en décembre 2009 dans un rapport de l'Office for National Statistics sont consultables en ligne à l'adresse suivante : http://www.statistics.gov.uk/StatBase/Product.asp ?vlnk =15074. La tendance au creusement des inégalités est confirmée récemment avec la publication du rapport An Anatomy of Economic Inequality in Britain, publication du Centre for Analysis of Social Exclusion de la London School of Economics and Political Science, janvier 2010.

7  Voir à ce propos l'article de Tim Butler et Loretta Lees, "Super-gentrification in Barnsbury, London : globalization and gentrifying global élites at the neighbourhood level", Royal Geographical Society (with The Institute of British Geographers), 2006 : http://www.kcl.ac.uk/content/1/c4/96/36/TransactionsIBG.pdf

8  Peter Cain et Tony Hopkins, British Imperialism, 1688-2000, Londres : Longman, 2001 (1994).

9  Sur ce point, voir l'article de John Grahl, "Financialisation and the Thatcher Governements", in Keith Dixon (dir.), The Thatcher Legacy, 1979-2009, publication de la Clé des Langues, ENS-LSH, Lyon, 30 avril 2010, consultable en ligne à l'adresse suivante : http://cle.ens-lyon.fr/10496001/0/fiche___pagelibre/

10  Voir à ce propos, Anthony Giddens et Patrick Diamond (dir.), The New Egalitarianism, Cambridge : Polity Press, 2005. Roy Hattersley, grand pourfendeur d'un New Labour ayant à ses yeux arbitrairement confisqué le projet de modernisation de la social-démocratie, publie régulièrement des tribunes très critiques dans lesquelles il dénonce le caractère illusoire et pernicieux des politiques du choix privilégiées par les gouvernements Blair. A titre d'exemple, citons un article paru dans le New Statesman, "Meritocracy is no substitute for equality", 6 février 2006.

11  Sur la question de la transformation du parti travailliste sous l'impulsion de New Labour voir Emmanuelle Avril, Du Labour au New Labour de Tony Blair. Le changement vu de l’intérieur, Lille, Presses Universitaires du Septentrion (coll. « Domaines anglophones »), novembre 2007.

12  Pour davantage de détails, voir Valérie Auda-André. 04/2010. "Les nouveaux conservateurs et le thatchérisme : l'impossible rupture ? " in Keith Dixon (dir.), L'héritage thatchérien, 1979-2009, La Clé des Langues (Lyon : ENS LYON/DGESCO) Url : http://cle.enslyon.fr/11588207/0/fiche___pagelibre/

13  Paul Marshall et David Laws (dir.), The Orange Book : Reclaiming Liberalism, Londres : Profile Books, 2004.

14  Richard S. Grayson, The Liberal Democrat Journey to a Lib-Con Coalition - and where next ?, Londres : Compass - Direction for the Democratic Left Ltd, juillet 2010. Ce texte est accessible en ligne : http://www.compassonline.org.uk/news/item.asp ?n =10033

15  "The irony is that constitutional reform will be seen as the greatest single legacy of the Blair government". Robert Hazell, "The Continuing Dynamism of Constitutional Reform", Parliamentary Affairs, vol. 60, n° 1, 2007, pp. 3-25.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Auda-André, « L'Après-Blair : transitions et recompositions politiques », Observatoire de la société britannique, 9 | 2010, 11-29.

Référence électronique

Valérie Auda-André, « L'Après-Blair : transitions et recompositions politiques », Observatoire de la société britannique [En ligne], 9 | 2010, mis en ligne le 01 novembre 2011, consulté le 30 avril 2017. URL : http://osb.revues.org/965

Haut de page

Auteur

Valérie Auda-André

Maître de Conférences à l'Université d'Aix-Marseille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org