Navigation – Plan du site

Réflexions françaises sur la crise britannique : la fin du « modèle » ?

Keith Dixon
p. 31-42

Résumé

L'engouement suscité par le New Labour d'Anthony Blaira réuni les élites politiques françaises dans une célébration du « modèle » de gestion économique et sociale britannique. A droite comme à gauche, à quelques rares exceptions près, on a vanté les mérites de la Troisième voie blairiste, incarnation de la modernité politique. La crise financière a mis fin au concert de louanges et la classe politique française prend à présent ses distances avec le néo-travaillisme. Cet article examine comment, que ce soit dans l'enthousiasme de la première heure ou dans le récent désaveu du modèle social-libéral britannique, la Troisième voie blairiste a été soumise au prisme déformant de l'opportunisme des perceptions françaises.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Colloque sur le blairisme organisé en novembre 2000 à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferra (...)
  • 2  Les exemples sont nombreux dans la presse française où les chiffres officiels – du chômage, par ex (...)

1On est frappé, à la relecture des textes du début des années Blair par l’engouement français pour ce que Nicolas Sarkozy va appeler plus tard le « modèle » de gestion économique et sociale britannique, mis en place au cours des années quatre-vingts par les gouvernements successifs de Margaret Thatcher et consolidé et pacifié par le néo-travaillisme au pouvoir depuis 1997. L’élite sociale française et une large partie du personnel politique, de gauche comme de droite, considérait comme une évidence que la « modernisation » thatchérienne, qui se conjuguait avec dérégulation, privatisation et mise en quarantaine juridique du mouvement syndical, avait permis d’assainir l’économie britannique et de créer les bases d’un dynamisme que personne ne contestait (à l’époque). Ce sont d’ailleurs les termes mêmes – une économie britannique « saine et modernisée » - qui ont été utilisés il y a quelques années devant un colloque universitaire1 par un ancien Ministre des Finances socialiste, aujourd’hui non loin de cette frontière poreuse qui sépare gauche de droite et droite de pouvoir, lorsqu’il évoqua la comparaison entre la France du début du mandat de Lionel Jospin et la Grande-Bretagne dont Anthony Blair a hérité après 17 ans d’administration conservatrice. Si la transformation thatchérienne a pu entraîner des conséquences sociales lourdes – d’ailleurs reconnues et regrettées par une partie des anglo-enthousiastes comme Michel Charasse - le néo-travaillisme avait, selon eux, apporté une dimension sociale au modèle néolibéral. Chiffres - rarement vérifiés2 - à l’appui, les commentateurs des champs politique et médiatique français pointaient l’abîme qui séparait leur pays de leur patrie symbolique d’adoption : taux d’emploi, taux de chômage, productivité, fiscalité, flexibilité du marché du travail, attractivité pour les investisseurs étrangers, tout semblait confirmer que le cap choisi par les Conservateurs radicaux et maintenu par leurs adversaires néo-travaillistes était le bon. Pour reprendre un titre de l’Express en avril 2006, il s’agissait d’affirmer le contraste entre « L’échec français et le modèle britannique ». La Grande-Bretagne néo-travailliste apportait la preuve que l’on pouvait, que l’on devait conjuguer le retour aux mécanismes du marché et la promotion de la justice sociale. Aux réussites économiques s’ajoutaient les avancées sociales de l’ère blairiste : lutte réussie contre la pauvreté, réduction des inégalités, sécurisation des quartiers populaires, amélioration des services publics, éducation, éducation, éducation. S’il fallait choisir un avenir politique c’était de l’autre côté de la Manche qu’il se construisait.

2Avant de regarder de quelle manière la crise financière, et ses conséquences économiques, sociales et politiques ont modifié le regard que portent les principaux acteurs français sur le Royaume Uni actuel, je souhaiterais faire un retour sur cet engouement français et tenter de mieux cerner ses contours.

Une fascination française

  • 3  Anthony Giddens, Tony Blair, La Troisième voie. Le renouveau de la social-démocratie, Editions du (...)

3L’étendue de la fascination française pour le « modèle britannique » n’est pas particulièrement difficile à établir. Mis à part une partie de la gauche socialiste (Emmanuelli, Mélenchon), et la gauche radicale, presque tous les courants de la vie politique française ont participé à la promotion plus ou moins affirmée du modèle en question. Il serait fastidieux de lister tous les personnages du monde politique et médiatique qui, un jour ou l'autre après 1997, ont exprimé leur admiration pour ce qui se passait de l’autre côté de la Manche. S’il est vrai que la deuxième guerre du Golfe et le rôle de premier plan joué par Blair dans l’intervention anglo-américaine a quelque peu modéré certains soutiens, il n’en reste pas moins que depuis l’arrivée de Blair au 10 Downing Street au moins jusqu’aux élections présidentielles françaises de 2007, le blairisme et le modèle d’organisation sociale et économique qu’il promeut, assez diversement interprété d’ailleurs selon les locuteurs, ont été très largement représentés comme étant synonymes de réussite économique et d'amélioration sociale et identifiés comme l'une des formes de la modernité politique capable de transcender les clivages archaïques entre droite et gauche, et d’ouvrir ainsi une voie de transformation des sociétés de la vieille Europe. J’ignore si Martine Aubry, aujourd’hui à la tête du parti socialiste, regrette d’avoir écrit, dans l’introduction française du premier livre de Blair ( La Nouvelle Grande Bretagne, 1997), que le New Labour représentait le « pari de la gauche gagnante », mais tel fut le cas et elle a été suivie par un nombre impressionnant de dignitaires de son parti. Quelques années plus tard (2002), son père, Jacques Delors, écrira des choses similaires dans l’introduction française du livre de Blair et de Giddens sur la Troisième voie : tout en marquant quelques réserves quant à la démarche des deux auteurs phares du néo-travaillisme, il affirme que leur livre représente « l’effort le plus élaboré pour réévaluer et faire progresser la pensée social-démocrate pour le XXIe siècle »3.

4Sur l’autre rive de la politique française, l’accueil du blairisme et de sa vision du monde ne fut pas moins chaleureux, même s’il ne s’agissait pas de se congratuler autour de la rénovation de la sociale démocratie. On se rappelle que lorsque Anthony Blair avait fait son intervention devant l’Assemblée Nationale le 24 mars 1998, son affirmation selon laquelle « la gestion de l’économie n’est ni de droite ni de gauche, elle est bonne ou mauvaise » avait soulevé l’enthousiasme sur les bancs de la droite et a permis d’entamer, par ailleurs, une véritable histoire d’amour entre Blair et bon nombre d’éditorialistes de la presse française.

5Mais il nous semble que sous un vocable similaire tous les soutiens du modèle britannique ne disaient pas exactement la même chose, ou plutôt ne visaient pas exactement les mêmes objectifs. J’en distinguerai plusieurs catégories, mais je voudrais d’abord écarter de mon analyse ceux qui, par opportunisme, ont voulu simplement coller à la réussite politique : ceux qui souhaitaient par leur association avec un politicien un temps très populaire capter un peu de ce capital de sympathie. C’est le phénomène que l’on a observé pendant les mois qui ont suivi l’élection de Barack Obama, où progressistes et conservateurs européens se chamaillaient pour être le meilleur ami du Président. Cela explique sans doute les premiers soutiens apportés à Blair, lors de sa lune de miel avec le monde entier, où l’on a vu des personnalités aussi différentes et aussi incongrues que Charles Millon en France et Jorge Haider en Autriche se proclamer proches de la démarche du Premier ministre britannique et de la troisième voie qu’il proclamait comme étant la sienne.

Le camp conservateur

  • 4  Déjà le 12 octobre 2005, Le Monde titrait un article traitant de la visite de N. Sarkozy en Grande (...)
  • 5  C’est le titre du livre-programme – Beyond Left and Right - qu’il a publié en 1994 et qui devait s (...)

6Dans le camp conservateur français, Nicolas Sarkozy est sans doute un de ceux qui a le mieux compris l’intérêt politique du modèle britannique – c’est le terme qu’il a employé devant le parlement britannique et qui a été rapporté par Le Monde le 28 mars 2008- et de son utilisation au sein du champ politique français4. D’abord parce que le modèle britannique d’une économie dérégulée et largement privatisée et d’un marché du travail flexible, débarrassé des entraves du droit du travail et des protections syndicales, correspond bien aux ambitions de cette fraction de la droite française qui souhaite rompre avec les compromis anciens et choisir plus résolument la voie néolibérale, une voie qui posait problème pour le courant gaulliste, même dans son incarnation dégradée chiraquienne. Ensuite parce que le recours au modèle britannique permettait de désidéologiser le débat politique (Giddens prétendait que la Troisième voie était « au delà de la droite et de la gauche »5) et, en louant le courage des « réformes » britanniques, de créer un sas d’acclimatation politique pour ceux et celles qui languissaient dans l’opposition socialiste. On pourrait même postuler que c’est le modèle britannique, dans son incarnation blairiste, qui a servi de langage commun entre le pouvoir sarkozyen et cette partie du personnel politique socialiste que le Président français a réussi à recycler autour de lui, et cela bien au-delà du seul cas de Bockel. Il n’est qu’à regarder le vocabulaire employé par les ralliés au pouvoir sarkozyen – réformes, modernisation, droits et responsabilités, etc. - pour comprendre dans quelle mesure ce point de référence commun a pu faciliter des déchirements qui auraient pu être autrement plus douloureux. Les encouragements explicites de Blair au sarkozysme, son éloge du dynamisme du nouvel Président et son soutien à une « volonté » réformiste qui s’exprime enfin en France seraient de ce point de vue autant de signes manifestes que l’on peut être de gauche et soutenir le projet de Sarkozy. Enfin, cette proximité affirmée avec le modèle britannique sous direction blairiste permet à la droite française d’opérer un renversement rhétorique des rôles politiques, par l’auto-attribution des qualités du parti du mouvement, et en passant, par la disqualification de la gauche pour archaïsme et immobilisme. La rhétorique modernisatrice si efficacement mobilisée par les blairistes dans leur bataille contre la gauche du parti travailliste allait comme un gant aux nouveaux dirigeants de la droite française : elle est d’ailleurs loin d’avoir épuisé tous ses effets.

La gauche et le modèle britannique

  • 6  Les interventions de Laïdi en faveur de la conversion des socialistes français au libéralisme d’in (...)
  • 7  Voir, par exemple, la tribune de Bockel, publiée par Libération le 12 mai 2005, « Tony Blair, la n (...)
  • 8  Ségolène Royal s’est rendue à Londres en février 2002 et cette visite lui a donné l’occasion de te (...)

7Il me semble que la situation est plus complexe pour ce qui concerne la réception voire la promotion du « modèle britannique » par la gauche parlementaire française. D’abord parce que le thatchérisme ne suscitait pas la même adhésion qu’à la droite de l’échiquier politique. De ce point de vue le positionnement d’un Charasse, ou sur un registre plus académique, d’un Zaki Laïdi6, en faveur du modèle néolibéral initié sous Thatcher est assez exceptionnel. Pour la gauche française, ou tout au moins pour cette partie de la gauche française qui va verser dans l’anglophilie politique, il s’agissait de faire l’éloge d’un modèle certes d’inspiration libérale, mais revu et corrigé par les gouvernements successifs de Blair. Ainsi, les réalisations sociales de Blair seront fortement soulignées par les blairistes français de gauche et leurs compagnons de route. C’est le cas du plus caricatural des soutiens français au blairisme, Jean-Marie Bockel, dont l’enthousiasme pour le modèle britannique ne connaissait pas de bornes mais dont la connaissance des réalités économiques et sociales de la Grande-Bretagne contemporaine laisse parfois à désirer7. Mais la prise de position la plus intéressante du point de vue de l’évolution du parti socialiste, et de son groupe dirigeant, sur ces questions, est sans doute celle, récurrente, de la candidate officielle du parti aux présidentielles, Ségolène Royal. Ségolène Royal dénonce ce qu’elle décrit comme la caricature faite en France du modèle britannique blairiste et insiste au contraire sur ses réussites8. Ce faisant elle se démarque clairement de la gauche socialiste et conteste en même temps à Sarkozy la proximité avec Blair le « réformiste ». Confondant - peut-être - la Grande-Bretagne et le Danemark, et en pleine période de lutte sociale contre le Contrat Premier Emploi (CPE), Mme Royal insiste par exemple sur le caractère progressiste de la gestion du marché de l’emploi en Grande-Bretagne, et souligne ce qu’elle perçoit comme les deux caractéristiques marquantes de l’emploi des jeunes outre-manche, à savoir la flexibilité (là tout le monde est d’accord, sans doute) et la sécurité.

  • 9  Cette notion est longuement explique dans le livre de Laurent Baumel et Laurent Bouvet, L’année zé (...)
  • 10  Pour une réponse plus argumentée aux analyses de Le Boucher, voir Keith Dixon, « La revanche du pé (...)

8Sur un plan plus théorique, l’éloge du modèle britannique sous gestion blairiste correspond à une vieille préoccupation d’une partie des socialistes français depuis l’émergence de la deuxième gauche rocardienne : comment en finir avec le surmoi marxiste9 de la gauche française, porté non seulement par le parti communiste français (on se rappellera que Rocard dans un article célèbre se demandait à quoi ce parti servait) et une gauche radicale qui n’arrête pas de renaître de ses cendres, mais aussi et surtout par une partie non-négligeable du mouvement syndical et du « peuple de gauche » qui soutient (ou non) le parti socialiste. C’est ce combat contre les archaïsmes marxisants, et en faveur d’une réévaluation de l’apport libéral, qui anime une partie du lobby intellectuel pro-blairiste en France, que ce soit dans le champ académique ou dans le champ médiatique (je pense ici par exemple à l’ancien éditorialiste du Monde passé aux Echos, Eric Le Boucher10, mais aussi bien à l’actuel rédacteur en chef de Libération, Laurent Joffrin, ou à des journalistes de télévision qui seraient trop nombreux à mentionner – mais mentionnons néanmoins, en passant, Christine Ockrent et Jean-Michel Aphatie qui ont tous deux fait l’éloge des réalisations du modèle britannique dans la période récente).

  • 11  Monique Canto-Sperber avec Nadia Urbinati, Le Socialisme Libéral, Une anthologie : Europe –Etats-U (...)
  • 12  L. Baumel, L. Bouvet, L’année zéro de la gauche, Michalon, 2003, p. 39.

9Le travail long et pénible d’éradication du surmoi marxiste, on le sait, a animé un nombre certain d’intellectuels français depuis les années quatre-vingts et l’émergence d’une « nouvelle philosophie » vigoureusement anti-totalitaire. Pour ce faire, certains ont pris appui sur l’exemple britannique et ce qu’ils présentent comme la convergence en Grande-Bretagne dans le néo-travaillisme entre la tradition libérale et la tradition socialiste, et la fin définitive de la lutte des classes. C’est le cas de Bernard-Henri Lévy, qui dans la période récente a pris la défense du blairisme et a appelé les socialistes français à s’en inspirer (voir l’article publié dans Le Point du 17 janvier 2008, intitulé « La Blairisme, plus que jamais »). Mais c’est aussi, plus sérieusement, le sens du travail collectif entrepris par Monique Canto-Sperber, parmi d’autres. Dans le livre de Canto-Sperber qui traite justement du « socialisme libéral »11, la Grande-Bretagne occupe une place de choix et elle croit déceler dans la Troisième voie de Giddens la réanimation de ce courant malmené par les gauches. Ce même thème est repris de manière plus politique au sein même de l’appareil socialiste par un certain nombre d’activistes intellectuels, souvent, par ailleurs, liés au think tank blairiste, Policy Network, dont l'un des objectifs est d’exporter le modèle blairiste de gouvernance dite progressiste aux autres pays européens encore plongés dans l’archaïsme. Parmi eux se trouvent Laurent Bouvet, politologue et Laurent Baumel, auteurs de L’année zéro de la gauche (2003). Dénonçant « la montée d’une nébuleuse néo-gauchiste exerçant sa pression sur l’ensemble des formations de l’ancienne coalition parlementaire »12 (de la gauche plurielle) les deux auteurs regrettent que la promotion de la Troisième voie blairiste n’ait pas fourni « aux socialistes français une incitation supplémentaire à redéfinir leur identité ».

  • 13  G. Duval, « La preuve par le Labour » dans Libération, le 21 septembre, 2005.

10Enfin, il s’est trouvé également sur l’aile gauche du parti socialiste, au sein de la mouvance altermondialiste, des voix minoritaires et un peu surprenantes, pour affirmer la réussite du modèle britannique, mais dont les ambitions diffèrent assez nettement de ce que l’on pourrait appeler la mouvance sociale-libérale de Bouvet et al. Ainsi, le rédacteur en chef d’Alternatives Economiques, Guillaume Duval, a pu au moins pendant un certain temps converger avec les analyses de Dominique Plihon, président du Conseil Scientifique d’ATTAC, tous deux voulant voir dans l’expérience blairiste la réussite d’une gestion néo-keynésienne qui ne dit pas son nom. C’est le sens d’une tribune signée par Duval dans Libération où l’auteur va mettre en avant le doublement des dépenses publiques britanniques en matière d’éducation et de transport entre 2000 et 2005 et l’augmentation de deux tiers des dépenses de santé pendant la même période ; reprenant des chiffres sur la création de nouveaux emplois de fonctionnaires qui deviendront un leitmotiv dans la présentation de « gauche » du modèle blairiste, Duval encourage Blair à « défendre auprès de ses voisins les politiques qui ont fait son succès relatif : dépenses publiques en hausse (…), lutte contre les inégalités grâce à une fiscalité plus lourde et plus redistributive, salaire minimum élevé. »13

La crise et le modèle britannique

  • 14  E. Le Boucher, « La crise est terminée, mais… » Les Echos, 10 août 2009.

11La crise financière et ses effets économiques et sociaux outre-Manche ont bien sûr changé la donne pour ce qui concerne les perceptions françaises du modèle britannique. Eric Le Boucher, toujours lui, a beau annoncer très récemment, sous la protection confortable d’une rubrique dans Les Echos, que la « récession est terminée »14, ses effets sociaux ne font que commencer à se faire sentir pour les centaines de milliers de nouveaux chômeurs des deux côtés de la Manche (mais de manière différentiée puisque la couverture chômage est bien moins généreuse en Grande-Bretagne qu’en France) et ses effets politiques, surtout en Grande-Bretagne, n’ont pas fini de déstabiliser les institutions (voir les ondes de choc créées par les révélations du Daily Telegraph sur les abus du système de frais parlementaires qu’on l’on ne peut pas séparer des perceptions populaires de l’élite sociale en temps de crise). Dans ces conditions, il est plus difficile de citer les voisins britanniques en exemple : au contraire, le temps est désormais venu d’interroger ce modèle libéral comme si on n’y avait jamais cru.

  • 15  « Lorsque les Anglais ont décidé de baisser de 2 points la TVA, la consommation n’a pas monté mais (...)
  • 16   Le 5 février 2009, N. Sarkozy déclarait que La Grande-Bretagne « n’a plus d’industrie, à la diffé (...)

12Ainsi, Henri Weber dans un article publié dans Le Parisien du 12 décembre 2008 en pleine tourmente financière affirme que « la crise a fait changer les socialistes européens » et poursuit « Le plus bel exemple est Gordon Brown. Le Premier ministre anglais a fait rigoureusement le contraire de ce qu’il a professé pendant dix ans : il nationalise les banques, baisse sensiblement la TVA et augmente l’impôt sur les hauts revenus. » Dans les analyses qui défilent depuis la faillite de Northern Rock et l’implosion des dispositifs mis en place par le gouvernement Thatcher dans le secteur financier lors du big bang de 1986, l’enthousiasme des anglophiles politiques et l’éloge de la main invisible ont cédé la place à une certaine prise de distance avec les erreurs de gestion libérale britannique et un retour surprenant de l’archaïque idée de régulation, voire de nationalisation. Sans doute le revirement le plus spectaculaire de ce point de vue est venu du Président de la République française lui-même, qui est passé du « modèle britannique » et un soutien appuyé aux politiques menées outre-Manche à cet « on ne voudrait pas leur ressembler »15 qui a tant agacé la presse britannique. On découvre comme un fait nouveau l’hypertrophie du secteur financier et la place exorbitante laissée à la City dans la détermination des politiques du pays depuis tant d’années. Ce faisant, on transforme Gordon Brown en l’ultralibéral qu’il n’a jamais été, ou tout au moins pas plus que son camarade de parti, Anthony Blair. On ironise sur la faute britannique d’avoir laissé filer son secteur industriel, quitte à s’écarter de la stricte observation des faits : ainsi, comme Le Monde de l’Economie16 nous l'a récemment rappelé, Nicolas Sarkozy a accusé à tort la Grande-Bretagne d’avoir négligé son secteur industriel au point où il occupait moins de place qu’en France. Mais que ce soit dans l’éloge ou dans la critique actuelle du modèle britannique les faits, il faut bien le reconnaître, n’ont jamais joué un rôle central.

13Il est notoirement difficile d’analyser les silences, et c’est de cela surtout qu’il s’agit du côté des anciens enthousiastes de l’expérimentation britannique avec une société de marché. Même les plus bavards se taisent aujourd’hui : vous aurez beau chercher dans le discours de fondation de son nouveau parti, affiché sur le site de la Gauche Moderne, vous ne trouverez aucune mention des amis britanniques d’antan chez Jean-Marie Bockel17. De la même manière, le gauchissement du discours socialiste officiel consécutif à la crise laisse peu de place à l’éloge d’un libéralisme, même social, qui est frappé, au moins pour l’instant, dans les perceptions populaires de disqualification symbolique. Ainsi Mme Royal, comme Philippe Marlière l’a fait remarquer18, n’a pas été la dernière à changer son fusil blairiste d’épaule (voire de l’abandonner en rase campagne), et à adopter une rhétorique qui laisse libre cours à son surmoi marxiste, si l’on peut s’exprimer ainsi. L’ancienne candidate présidentielle socialiste qui avait tant fait pour redorer le blason des sociaux-libéraux d’outre-Manche, y compris en adoptant la même rhétorique autoritaire qu’eux (envers les jeunes délinquants, par exemple) aujourd’hui fait l’éloge de la nationalisation, veut interdire les licenciements dans les entreprises qui font des bénéfices et accuse les gouvernants français d’une « complicité de classe » avec les dirigeants du secteur bancaire. On est désormais bien loin de la rencontre fraternelle entre le libéralisme et le socialisme démocratique dont rêvaient Mme Canto-Sperber et ses collègues.

14Un peu comme la tête de Trotski dans les photos retouchées de la période pré-stalinienne, c’est comme si les Britanniques, Anthony et Margaret en particulier, n’avaient jamais fait partie de la famille et encore moins fait figure de modèle à suivre. La période qui s’ouvre promet d’être intéressante de ce point de vue. Le résultat du référendum en Irlande a ouvert la voie à la mise en place des nouvelles institutions prévues par le traité de Lisbonne, en particulier la création du nouveau poste de Président du Conseil Européen. Au temps des éloges consensuels autour des prouesses britanniques le nom d’Anthony Blair sonnait comme une promesse, tant au sein du camp socialiste dont il est issu, que chez les Sarkozyens qui l’admiraient. Mais la crise britannique est passée par là et les louanges d’hier se sont transformées en prise de distance plus ou moins gênée. Blair a dû sentir, à l’occasion de cet isolement humiliant et de sa « non-candidature » forcée au poste de Président du Conseil, la terrible ingratitude du monde politique toujours prêt à accourir vers le succès, mais allergique à ceux et celles que l’histoire transforme en perdants.

Haut de page

Bibliographie

Baumel, Laurent, Bouvet,Laurent. L’année zéro de la gauche, Michalon, 2003.

Bockel, Jean-Marie. « Tony Blair, la nouvelle voix de la gauche », Libération , 12 mai 2005.

Canto-Sperber, Monique, Urbinati, Nadia. Le Socialisme Libéral, Une anthologie : Europe –Etats-Unis, Editions Esprit, 2003.

Dixon, Keith. « La revanche du pétoncle. Réflexions sur trente ans de néolibéralisme britannique », Savoir/Agir n° 9, Editions du Croquant, septembre 2009.

Duval, Guillaume. « La preuve par le Labour », Libération, 21 septembre, 2005.

Giddens, Anthony, Blair, Tony , La Troisième voie. Le renouveau de la social-démocratie, Editions du Seuil, 2002.

Laïdi, Zaki. « La gauche naufragée », Libération, 17 juillet 2003.

Le Boucher, Eric. « La crise est terminée, mais… », Les Echos, 10 août 2009.

Marlière, Philippe. « Ségolène Royal ou la politique caméléon », rue89, 20/10/2008. http://www.rue89.com/2008/10/20/segolene-royal-ou-la-politique-cameleon

Vergara, Francisco. « Emploi : le mythe de la performance britannique », Le Monde, 13 septembre 2005.

Webster, David. "Unemployment : How Official Statistics Distort Analysis and Policy", Radical Statistics, http://www.radstats.org.uk/no079/webster.htm

Haut de page

Notes

1  Colloque sur le blairisme organisé en novembre 2000 à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand par Tim Whitton.

2  Les exemples sont nombreux dans la presse française où les chiffres officiels – du chômage, par exemple – sont repris sans la moindre analyse critique. Ainsi, dans le numéro 1 de la revue Challenges du 1er septembre 2005, le dossier consacré au blairisme reprend à son compte les chiffres officiels britanniques. Un graphique intitulé « Un chômage réduit à la portion congrue » compare les 5 % de chômeurs britanniques de l’époque au 10 % de chômeurs français. Ce que l’article omet de mentionner c’est qu’à la même époque 2,2 millions de Britanniques étaient déclarés « inaptes au travail » et retirés de ce fait des statistiques officielles du chômage. Pour une analyse de la manière dont les statistiques officielles sous-évaluent le chômage en Grande-Bretagne, voir Francisco Vergara, « Emploi : le mythe de la performance britannique » dans Le Monde du 13 septembre 2005 et David Webster, « Unemployment : How Official Statistics Distort Analysis and Policy dans Radical Statistics : cet article est disponible sur le site de la revue, http://www.radstats.org.uk/no079/webster.htm

3  Anthony Giddens, Tony Blair, La Troisième voie. Le renouveau de la social-démocratie, Editions du Seuil, 2002 ; préface de Jacques Delors, p. 16.

4  Déjà le 12 octobre 2005, Le Monde titrait un article traitant de la visite de N. Sarkozy en Grande-Bretagne de la manière suivante : « M. Sarkozy, reçu par T. Blair, vante le modèle anglais ». Dans cet article N. Sarkozy reprend à son compte l’idée du miracle anglais dans le domaine de l’emploi : « Le plein emploi anglais est quelque chose d’enviable pour nous… il se trouve que la flexibilité permet le plein emploi. » Et il ajoute « Si tous les socialistes étaient comme Tony Blair, on n’aurait pas perdu autant de temps. »

5  C’est le titre du livre-programme – Beyond Left and Right - qu’il a publié en 1994 et qui devait servir de modèle intellectuel aux néo-travaillistes qui venaient de ravir la direction du parti. Anthony Giddens, Beyond Left and Right : the Future of Radical Politics, Cambridge : Polity Press, 1994.

6  Les interventions de Laïdi en faveur de la conversion des socialistes français au libéralisme d’inspiration blairiste sont trop nombreuses pour être citées ici. Prenons un exemple parmi beaucoup d’autres : sa tribune publiée par Libération, qui l’accueille régulièrement, le 17 juillet 2003, intitulée « La gauche naufragée ».

7  Voir, par exemple, la tribune de Bockel, publiée par Libération le 12 mai 2005, « Tony Blair, la nouvelle voix de la gauche » où Bockel reprend à son compte l’argumentaire sur le « plein emploi » en Grande-Bretagne.

8  Ségolène Royal s’est rendue à Londres en février 2002 et cette visite lui a donné l’occasion de tenter une analyse du blairisme. Parlant de Blair elle a déclaré « Cela ne me gêne pas d’afficher mon adhésion à certaines de ses idées… Il a réinvesti dans les services publics. Face au chômage des jeunes, il a obtenu de vrais succès en recourant à plus de flexibilité et plus de sécurité. » On se souviendra qu’à l’époque la France était secouée par un fort mouvement de protestation contre le Contrat Premier Emploi qui aurait mis les jeunes Français sur un pied d’égalité (de précarité plutôt) avec leurs homologues britanniques, qui avaient perdu la protection contre le licenciement abusif pendant la première année du contrat depuis longtemps.

9  Cette notion est longuement explique dans le livre de Laurent Baumel et Laurent Bouvet, L’année zéro de la gauche, Michalon, 2003, p. 49-61.

10  Pour une réponse plus argumentée aux analyses de Le Boucher, voir Keith Dixon, « La revanche du pétoncle. Réflexions sur trente ans de néolibéralisme britannique », Savoir/Agir n° 9, Editions du Croquant, septembre 2009.

11  Monique Canto-Sperber avec Nadia Urbinati, Le Socialisme Libéral, Une anthologie : Europe –Etats-Unis, Editions Esprit, 2003.

12  L. Baumel, L. Bouvet, L’année zéro de la gauche, Michalon, 2003, p. 39.

13  G. Duval, « La preuve par le Labour » dans Libération, le 21 septembre, 2005.

14  E. Le Boucher, « La crise est terminée, mais… » Les Echos, 10 août 2009.

15  « Lorsque les Anglais ont décidé de baisser de 2 points la TVA, la consommation n’a pas monté mais elle a baissé (…) Quand on voit la situation aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, on n’a pas envie de leur ressembler » propos rapportés par le site rue89 après l’intervention télévisée de Nicolas Sarkozy du 1er juillet 2009 : http://eco.rue89.com/print/87977

16   Le 5 février 2009, N. Sarkozy déclarait que La Grande-Bretagne « n’a plus d’industrie, à la différence de la France. Parce que l’Angleterre, il y a vingt-cinq ans, a fait le choix des services, et notamment des services financiers ». Le Monde a consacré un article à réfuter cette vision simpliste (et erronée) de l’industrie britannique : « Industrie : le Royaume-Uni devant la France », Le Monde du 10 février 2009.

17 http://www.lagauchemoderne.org/index2.php ?option =com_content&task =view&id =1

18  Voir l’interview de Philippe Marlière sur le site rue89, « Ségolène Royal ou la politique caméléon », 10/02/2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Keith Dixon, « Réflexions françaises sur la crise britannique : la fin du « modèle » ? », Observatoire de la société britannique, 9 | 2010, 31-42.

Référence électronique

Keith Dixon, « Réflexions françaises sur la crise britannique : la fin du « modèle » ? », Observatoire de la société britannique [En ligne], 9 | 2010, mis en ligne le 01 novembre 2011, consulté le 18 août 2017. URL : http://osb.revues.org/966 ; DOI : 10.4000/osb.966

Haut de page

Auteur

Keith Dixon

Professeur de civilisation britannique à l'Université de Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org