Navigation – Plan du site

Le « choix » dans les services publics : entre consensus transpartisan et luttes politiques

Jérôme Tournadre-Plancq
p. 43-55

Résumé

Cet article revient sur les débats relatifs à la diffusion du choix dans les services publics. À l’origine présenté comme un outil de politiques publiques répondant aux évolutions de la société, le « choix » est progressivement engagé, à partir du milieu des années 2000, dans différentes querelles et polémiques qui vont contribuer à sa politisation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1 Il s’agira, dans les pages qui suivent, de se pencher sur ce qui, depuis le début des années 2000, ne manque pas d’être présenté par ses partisans comme la marque d’un État social « rénové » : l’introduction du choix dans les services publics. Ce n’est pas dans sa dimension « technique » que cet ensemble de réformes sera abordé, mais à travers les débats intellectuels et politiques qu’il a pu susciter. Ceux-ci se sont déployés sur différents sites et espace sociaux (champs politique, intellectuel, journalistique, espace des think tanks, etc.), portés par des contributeurs dont la plupart revendiquent une certaine influence sur les débats relatifs à l’État social ou au cœur même de la sphère où s’élabore la décision publique.

2À en croire ses partisans, la diffusion du choix dans le Welfare marquerait l’avènement de ce qui est donné à voir comme une « nouvelle » forme de protection sociale : l’État social personnalisé. Elle traduirait en effet la nécessité d’une personnalisation des politiques sociales, de leur ajustement aux besoins et aspirations individuels, à mille lieues d’un Welfare State « classique » accusé de promouvoir une approche uniforme et homogénéisante du social.

3Essentiellement promue dans les secteurs de la Santé, de l’Éducation et du Social Care, la diffusion du choix doit, concrètement, permettre aux usagers de se prononcer sur le service en soi (quel type de traitement médical, quel type d’éducation, etc.), sur le fournisseur (possibilité doit leur être donnée de choisir entre différents hôpitaux ou écoles, entre des prestataires privés et publics, etc.) ou encore sur le moment où ils souhaitent bénéficier du service(des dispositifs doivent leur offrir de fixer une date en fonction de leurs disponibilités et non plus de celles du praticien).

4Cet article tentera de souligner dans quelle mesure, selon les usages et définitions dont il est l’objet, le « choix » oscille entre le statut d’outil transpartisan de politiques publiqueset celui d’enjeu de positionnements dans le cadre de luttes politiques.

Le choix, enjeu de mobilisation ?

  • 1  Stone, D., 1996, p. 143.

5La visibilité caractérisant la thématique du choix dans l’espace public depuis le début dans années 2000 tient, on le verra, à un certain type d’argumentaire. Mais elle est également à mettre en relation avec l’activité et les manières d’agir des différentes parties au débat, et notamment des partisans du choix. Ces derniers ont, de manière plus ou moins directe et explicite, contribué à extraire le choix des seules querelles technico-expertes en assurant sa diffusion dans les pages de news magazines, dans les tribunes de quotidiens ou dans les rédactions de revues intellectuelles généralistes. Le choix a surtout été pris en charge par différents think tanks particulièrement visibles dans l’espace public britannique ; des think tanks qui, en véritables « raffineurs, emballeurs et distributeurs d’idées »1, ont activement participé à la mise en débat du choix via la rédaction de documents divers et l’organisation de séminaires réunissant hommes politiques, fonctionnaires, chercheurs et experts en tous genres.

  • 2  Boltanski, L., 1973.
  • 3  Ihl, O, 2006.
  • 4  Tournadre-Plancq, J., 2009.

6Cet élargissement du débat et la connexion des différents sites de discussion (commissions parlementaires, revues intellectuelles, presse quotidienne, centres de recherche universitaires, etc.) ne sont pas sans lien avec les propriétés des principaux contributeurs, et notamment avec cette multipositionnalité2 leur permettant de circuler dans différents espaces sociaux et d’y exercer une certaine influence. La trajectoire de Julian Le Grand, économiste à la London School of Economics et soutien notoire d’une diffusion du choix dans les services publics, offre une illustration assez saisissante de ce phénomène. Titulaire de la Chaire Richard Titmuss, collaborateur régulier de think tanks pour lesquels il reformate son savoir académique afin de l’ajuster aux attentes des décideurs publics, Julian Le Grand dispose également d’un accès régulier aux médias généralistes (The New Statesman, The Guardian, The Observer, BBC, etc.), où il multiplie les interventions sur les questions de protection sociale depuis le milieu des années 1990. Mais plus encore, cet universitaire fait montre d’un militantisme scientifique3 le conduisant à convertir certains de ses travaux scientifiques dans une sphère de la décision publique où il occupe un certain nombre de positions stratégiques depuis la fin des années 1990 (conseiller auprès de ministres, président de commissions ministérielles, conseiller de Tony Blair en matière de Santé, etc.). Julian Le Grand s’est ainsi attribué une influence sur la conceptualisation et la formalisation de différents dispositifs de politiques publiques tels que le Child Trust Fund4 et les Individual Budgets, ou dans la rédaction du Livre vert gouvernemental sur le social care. Un autre exemple pourrait être fourni par le cas de Philip Collins. Analyste financier à la City dans les années 1990, romancier et journaliste (à la BBC, puis au Times à partir de 2006), Collins dirige en effet la Social Market Foundation (SMF) durant la première moitié des années 2000, lorsque ce think tank revendique avec succès une expertise sur la thématique du choix. C’est d’ailleurs à ce titre que son directeur sera auditionné par la Commission parlementaire sur l’Administration publique de la Chambre des Communes durant la session 2004-2005.

Ce que choisir veut dire

  • 5  Secretary of State for Social Security and the Minister of Welfare Reform, 1998, p. 16.

7Le choix a été porté par un argumentaire qui s’est consolidé au fil de la première moitié des années 2000, après avoir émergé lors des débats liés à la « rénovation » des services publics annoncée à la fin de la décennie précédente. La diffusion du choix avait alors été présentée par le gouvernement comme l’un des principaux axes des réformes à venir. Elle a alors progressivement trouvé sa place dans le discours social des néo-travaillistes et s’est imposée comme l’un des points centraux de la campagne électorale de 2005. Cette montée en puissance s’est opérée sur le mode de l’évidence : le choix est régulièrement donné à voir comme un signe de « modernité », une réponse aux évolutions des sociétés contemporaines. Il est en effet censé répondre à ce que, dès 1998, un document émanant du secrétariat d’État à la Sécurité sociale et du ministère de la Réforme du Welfare décrivait comme « l’émergence d’un citoyen-consommateur sceptique »5. C’est par conséquent à cette nouvelle figure de l’usager, devenu progressivement « client », qu’il faudrait désormais adapter l’offre de services proposée par l’État social. Ce dernier aurait en effet le tort, à en croire les partisans du choix et - plus généralement - de la personnalisation, de ne pas avoir su prendre en compte les évolutions sociologiques les plus récentes et, notamment, l’accroissement de la diversité sociale dans la société. Il se serait, à l’inverse, replié sur le modèle du « rationnement » et de la standardisation (parfaitement résumé par le principe du « one size fits all ») mis en place au lendemain du second conflit mondial.

  • 6  Beck, U., 1994, p. 13.
  • 7  Giddens, A., 1994.
  • 8  Beck, U., 2001.

8L’État social « traditionnel », tel qu’il est présenté par ses différents contempteurs, se heurte surtout à une représentation sociale qui a su particulièrement bien s’imposer dans l’espace public depuis le milieu des années 1990, celle renvoyant à la naissance d’un « nouvel individualisme ». Théorisé par différents sociologues (que l’on pense, notamment, à Anthony Giddens ou Ulrich Beck) dont la réflexion est régulièrement sollicitée par de nombreux acteurs du champ politique depuis le milieu des années 1990, disséqué dans les colonnes du New Statesman ou de l’Observer par des intellectuels ou des éditorialistes politiques, ce « nouvel individualisme » cristalliserait à la fois les craintes et les attentes suscitées par le mouvement d’un monde globalisé et de plus en plus travaillé par l’incertitude et le risque. La remise en cause, par ces tendances lourdes, de cadres collectifs et de repères longtemps incontestés, projetterait les citoyens dans la nécessité de maîtriser leur existence, d’être les « auteurs de leur biographies »6. En d’autres termes, dans cette période de « modernité avancée »7, les individus n’auraient désormais d’« autres choix que de faire des choix »8.

9En plus d’aller sociologiquement de soi, le choix serait aussi un gage d’efficacité pour le service public. La concurrence qu’il induit presque mécaniquement engendrerait une émulation permanente parmi les prestataires, pour le plus grand bénéfice de l’usager et de la qualité du service. Plus encore, les « vainqueurs » d’une telle compétition, qu’il s’agisse d’établissements scolaires ou de santé, méritent d’être récompensés : l’autonomie de fonctionnement et le financement public (en vertu du très explicite « payment by results ») doivent ainsi leur être prioritairement réservés, une telle situation ne pouvant qu’inciter les autres à s’améliorer.

10Mais par-delà ces différents arguments, se profile peut-être avant tout l’idée d’un renversement du rapport de force entre prestataire et usager. Plus précisément, dans une telle configuration, le pouvoir est appelé à basculer, comme le résume Tony Blair :

  • 9  Tony Blair, cité dans The Guardian, 24 juin 2004, p. 1.

Le choix place les leviers entre les mains des parents et des patients afin qu’ils puissent être, en tant que citoyens et consommateurs, la force motrice de l’amélioration de leurs services publics. […] Le service sera conduit non par le gouvernement mais par l’usager – le patient, le parent, l’élève et le citoyen justiciable9

  • 10  Le Grand, J., 2003.
  • 11  Byers, S., 2003.
  • 12  Le Grand, 2006b.

11Choisir et permettre le choix, c’est par conséquent, si l’on en croit ses partisans, rompre avec une conception « paternaliste » et « inégalitaire » de l’État social, celle où l’usager n’est finalement qu’un « pion » (pawn) entre les mains d’agents de la puissance publique pouvant aussi bien se conduire en « chevaliers » (knights) omniscients qu’en « filous » (knaves) n’agissant que dans leur propre intérêt, pour reprendre la taxinomie à succès de Julian Le Grand10. Le choix fournit au contraire aux individus les moyens de faire valoir leurs spécificités et leurs besoins. Il les en rend capables, ce qu’est censé rappeler l’usage récurrent du concept d’empowerment. L’État devient ainsi « facilitateur » (enabling State). Partant, c’est vers une certaine forme d’égalité ou, à tout le moins, d’égalisation, que tendrait la diffusion du choix. Ses principaux entrepreneurs, qu’ils soient issus du champ politique ou intellectuel, vont en effet suggérer que la situation actuelle – celle où se confrontent un État social « monolithique » et un secteur privé jugé plus sensible à l’individualisation du social – autorise un système à deux vitesses. Par conséquent, « proposer le choix est un moyen de retenir dans le secteur public ceux qui peuvent se permettre d’aller dans le privé »11. Dans une même mouvement, il constitue le moyen le plus sûr de soutenir les plus défavorisés, ceux qui d’ordinaire n’ont pas d’autres options que de se contenter de l’offre étatique : alors que le développement de dispositifs permettant aux usagers de faire entendre leur voix (voice) face aux dysfonctionnement du système étatique ne bénéficierait qu’aux « classes moyennes », les plus pauvres n’osant en général y recourir, la diffusion du choix permettrait au contraire, si elle se voit adjoindre un accompagnement des plus faibles, de placer tous les groupes sociaux sur un même pied d’égalité. Les usagers ne s’y tromperaient pas, les British Social Attitudes Survey laissant entrevoir que ce sont avant tout les populations les plus pauvres qui désirent le choix12. La « politique du choix » peut dès lors être confondue par ses promoteurs avec une politique de la redistribution (« The choice from the few to the many »), voire une politique œuvrant à la réconciliation de la liberté et de l’égalité autour de la justice sociale.

Choix et politique (1)

12Donné à voir comme allant de soi car « simplement » en phase avec quelques unes des tendances majeures traversant les sociétés contemporaines, le choix doit par conséquent se voir attribuer les vertus du consensus. En témoigne notamment, au printemps 2005, le soutien que Michael Howard, alors leader du Parti conservateur, apporte sur ce point au gouvernement. À preuve également, l’omniprésence de ce qui est tout à tour présenté comme une « valeur » ou un outil de politique publique dans les programmes et discours officiels des deux grands partis politiques au cours des élections générales organisées la même année. Et c’est finalement par le seul biais de la surenchère que les deux camps vont donner l’impression de chercher à se distinguer. Il est vrai que les rhétoriques divergent peu, à première vue. Les propos tenus en 2004 par le dirigeant conservateur font largement écho à ceux de son homologue travailliste :

  • 13  Howard, M., cité dans Wintour, P., 2004.

Nous devons laisser les parents et les patients choisir ce qu’ils estiment être le mieux adapté pour eux-mêmes et leurs enfants. C’est un très grand changement. Cela signifie la fin du consensus politique sur les services publics qui s’appuyait sur le commandement et le contrôle et qui n’a que trop duré sans donner satisfaction13

  • 14  Le livre blanc Choice and diversity. A new Framework for Schools, publié en 1992, expose ainsi que (...)

13Mais cette forme d’indifférenciation va progressivement se dissiper, le choix devenant un enjeu important de positionnement dans la compétition politique. Devenu un marqueur de « modernité », le choix peut contribuer à construire des frontières, et notamment celle inscrite dans le clivage moderne/archaïque en vigueur dans le champ politique. Un certain nombre de think tanks réputés proches des conservateurs ou des groupes et individus inscrits dans la nébuleuse « néolibérale » des années 1980, cherchent ainsi à contester à la « gauche » le droit de revendiquer une « valeur » traditionnellement « de droite ». À titre d’exemple, les équipes de Policy Exchange réalisent une série de travaux sur les apports du choix à la compétitivité du système éducatif. Ce faisant, c’est à une forme de politisation, même tardive, que travaillent différents éléments du monde tory. Est ainsi rappelé l’engagement pris par les gouvernements Thatcher puis Major en faveur de la diffusion du choix dans les services publics, notamment dans le cadre de la politique éducative14. Les écrits de Milton Friedman, penseur cardinal du monétarisme et influence supposée des thatchériens, sont également mobilisés pour justifier la (re)construction d’un clivage autour du choix, et notamment ses travaux consacrés au « rôle du gouvernement dans l’éducation ».

  • 15  Collins, P., 2004.

14Certains « modernisateurs » travaillistes contribuent parallèlement à cette politisation du choix, rappelant ainsi que le champ politique est avant tout un espace d’écarts nécessitant des acteurs engagés dans le jeu qu’ils se distinguent les uns des autres. Au printemps 2004, Philip Collins, ancien directeur de la Social Market Foundation devenu conseiller de Tony Blair, suggère que le débat sur le choix quitte les arènes de la policy pour mieux se déployer dans celles de la politics15. Il serait en effet possible, à l’en croire, de distinguer un choix « de droite », se résumant en la seule disparition de diverses contraintes, d’un choix « progressiste », allant de pair avec l’amélioration des « capacités » individuelles et nécessitant, par conséquent, un investissement de l’État.

  • 16  Hattersley, R., 2003.

15 Mais c’est au cœur même de la gauche et du centre-gauche que les affrontements vont prendre corps avec la vigueur la plus apparente. Roy Hattersley, ancien vice leader du Labour et chef de file de la « droite » du Parti dans les années 1980, dénonce ainsi régulièrement la focalisation des groupes dirigeants néo-travaillistes sur ce qu’il estime être une « obsession petite-bourgeoise »16. Plus généralement, c’est la stigmatisation d’un New Labour soumis aux attentes présumées de « classes moyennes » aux contours flous qui est le plus souvent formulée. S’inscrivant dans une remise en cause du modèle social britannique, le soutien apporté aux choix par les élites néo-travaillistes n’aurait ainsi d’autres desseins que de satisfaire des individus auxquels les politiques des gouvernements Thatcher en faveur de l’entrepreneuriat ou de l’accès à la propriété auraient donné le même désir de consommation et de réalisation de soi et la même suspicion à l’égard du Welfare State.

  • 17  À la suite de Philippe Bezes, on définira le New Public Management comme un « ensemble hétérogène (...)

16Cet opportunisme électoral cacherait également un positionnement plus « idéologique » selon certains ; un positionnement combinant une conversion au New Public Management17 (NPM) et la stigmatisation de tout ce qui aurait un lien plus ou moins direct avec la représentation du « vieux » Labour que développent les néo-travaillistes, qu’il s’agisse de la croyance en l’infaillibilité de l’État et de ses serviteurs (« The men of Whitehall know best »), de la domination d’une pensée « fabian » accusée de soutenir une étatisation de la société (nanny State), de l’interprétation prioritairement structurale des inégalités, de la part belle faite aux « droits exempts de contreparties » (dutiless rights), etc.

  • 18  Voir Finlayson, A., 2003.
  • 19  Le Grand, J., 2007, p. 62.
  • 20  Collins, P., Byrne, L., 2004.
  • 21  Outre les ouvrages les plus récents de l’économiste Julian Le Grand, héraut du choix dans les médi (...)
  • 22  Le Grand, J., 2006.
  • 23  Il est par exemple écrit dans ce document : « We need to provide better training, and strenghen te (...)

17Si la construction et l’utilisation d’une figure négative du « Old Labour » ont, de manière évidente, servi les « modernisateurs » dans la légitimation de leur projet politique et ne nécessitent plus vraiment d’être démontré avec force détails18, les accusations de conversion au NPM méritent que l’on s’y attarde un peu plus longuement. Elles le méritent d’autant plus que certaines prises de position de dirigeants ou d’intellectuels et universitaires familiers des cercles « modernisateurs » tendent à conforter cette lecture des choses. Discours, éléments de littérature grise et essais plaidant pour le choix décrivent ainsi, pour la plupart, un individu (usager ou fonctionnaire) calculateur, autonome en toutes circonstances et dont les motivations seraient aiguillonnées par des « systèmes d’incitations »19. S’ajoutent à ces présupposés anthropologiques, de multiples références à des textes ou des auteurs souvent perçus comme des piliers de la « nouvelle gestion publique ». Reinventing Government, cet ouvrage publié en 1992 par David Osborne et Ted Gaebler, deux auteurs proches des néo-démocrates étatsuniens, souvent présenté comme l’un des premiers signes du ralliement de certains pans de la « gauche » occidentale au NPM et à son modèle d’« État entrepreneurial », est ainsi consacré bible d’une « gauche pro-choix » et remis au goût du jour en 2004 par Philip Collins, alors directeur de la SMF, et Liam Byrne, député travailliste20. Il n’est dès lors pas surprenant que le lien entre politiques publiques et comportements individuels soit régulièrement affirmé21, la mise en place du choix étant censée influer sur la motivation des fonctionnaires et sur un système « organisé autour des bénéfices que peuvent en tirer ceux qui y travaillent et non ceux qui y ont recours en tant qu’usagers »22. Si ce type de discours reste associé aux néo-travaillistes par leurs détracteurs, il est cependant nécessaire de se souvenir qu’il n’apparaît pas, au sein du Labour, avec l’accession de Tony Blair au poste de leader, en 1994. Dès la fin des années 1980, il est ainsi présent dans les prises de position officielles du Parti, comme le révèle la seule lecture de Meet the Challenge, Make the Change. A new Agenda for Britain, manifeste publié en 198923.

Choix et politique (2)

  • 24  Tournadre-Plancq, J., 2006.

18 À partir du milieu des années 2000, les clivages autour du choix prennent également corps dans l’espace où s’organise, depuis quelques années déjà, la réflexion sur la « rénovation » doctrinale du centre gauche ; un espace où ont notamment été diffusées, discutées et hybridées les différentes idées et « valeurs » associées à la Troisième Voie à la fin des années 199024.

19 Certains des groupes et individus qui peuplent cette zone aux intersections des champs politique, intellectuel, médiatique et de l’espace des think tanks, investissent en effet le débat. Ils le font sur un mode d’autant plus ouvertement politisé qu’ils vont chercher à en modifier les termes : il ne s’agit plus de considérer le choix au regard d’un type de réforme ou d’un modèle particulier de welfare, mais de le confronter directement à ce qui constituerait les « valeurs et les fondamentaux de la gauche ».

  • 25  Marquand, D., 2004.
  • 26  Marquand, D., 2004.

20 Ces nouvelles parties au débat, qu’il s’agisse de dirigeants de la Fabian Society, de Compass ou de figures de la « gauche intellectuelle », soulignent ainsi l’inadéquation entre les engagements de la social-démocratie en faveur de l’« égalité » et du « bien commun » et ce que véhicule le choix, notamment dans son acceptation des principes forgés par les hérauts du marché. Dans un essai au titre pour le moins évocateur (The Decline of the Public25) auquel plusieurs titres de presse accordent un certain écho (sous forme de recensions, d’extraits ou de renvois), l’historien David Marquand reproche aux différents gouvernements qui se sont succédés depuis les années 1970 d’avoir mené une véritable « guerre culturelle » contre le « domaine public », cet ensemble de principes et de valeurs liés à l’intérêt public et se déployant à distance – en temps normal – du marché et de la sphère privée. Selon David Marquand, en promouvant l’audit, l’évaluation et le contrôle dans les « réformes » du services publics qu’ils ont entreprises, les gouvernements Blair parachèveraient cette mise à mal du Public. La remise en cause de la politique menée par les néo-travaillistes est peut-être d’autant plus forte que l’universitaire suggère que le domaine public et la social-démocratie sont, en raison de leurs valeurs communes, « inextricablement enlacés »26.

  • 27  Milburn, A., 2007.
  • 28  Collins, P., 2008.

21 Objet politique, le choix le devient également lorsqu’il est inscrit dans les luttes internes aux « modernisateurs ». Un bon exemple en est fourni lors des mois qui suivent la démission de Tony Blair du poste de Premier ministre et son remplacement par Gordon Brown. Dans leur entreprise de dévoilement des affrontements entre « blairistes » et « brownistes », de nombreux journalistes et commentateurs politiques vont en effet accorder un certain intérêt à ce qui se joue autour du choix. La matière leur est ici fournie, entre autres, par les critiques plus ou moins implicites que Alan Milburn, ministre de la Santé dans les gouvernements Blair, et Philip Collins, qui après son passage au 10 Downing Street a rejoint la rédaction du Times, livrent des orientations arrêtées par le nouveau Premier ministre. Le premier réaffirme ainsi, lors d’un discours prononcé à la London School of Economics et dans lequel il cherche à réactiver un clivage moderne/archaïque autour du choix27, que la réforme des services publics doit être le « territoire de la gauche progressiste moderne », alors même que le gouvernement semble remettre en cause une trop grande diffusion du choix. Dans un article publié dans le mensuel Prospect et repris dans la presse quotidienne, Philip Collins28 réagit également aux hésitations gouvernementales quant au « choice agenda ». Il les interprète comme autant de signes d’un travaillisme soumis au « fabianisme », à mille lieues de ce qui seraient, selon lui, les racines « libérales radicales » d’un Labour « moderne ». À l’en croire, le Partide Brown laisserait ainsi échapper le « grand argument politique » du XXIe siècle : garantir aux gens qu’ils contrôlent leur existence. Et le respect d’un tel principe, qui impliquerait un transfert de pouvoir de l’État vers l’individu, s’incarnerait essentiellement dans une nouvelle vague de diffusion du choix dans les services publics.

Haut de page

Bibliographie

Beauvallet, A., « John Major, digne héritier de la dame de fer ? Fondements et bilan de la politique éducative de 1990 à 1997 », Observatoire de la société britannique, n° 7, mars 2009, pp. 249-264.

Beck, U., « The Reinvention of politics » dans Ulrich Beck, Anthony Giddens & Scott Lash, Reflexive modernization, Stanford, Stanford University Press, 1994, p. 13.

Beck, U., La Société du risque, Paris, Aubier, 2001 (édition originale : 1986).

Bezes, P., « Le renouveau du contrôle des bureaucraties. L’impact du New Public Management », Informations sociales, n° 126, 2005.

Boltanski, L., « L’espace positionnel : multiplicité des positions institutionnelles et habitus de classe », Revue française de sociologie, vol. XIV, n° 1, janvier 1973, pp. 3-26.

Byers, S., discours devant la Social Market Foundation, Londres, 28 mai 2003.

Collins, P., « Choice for the Left », Prospect, n° 97, avril 2004.

Collins, P., « Liberalise or die », Prospect, n° 147, juin 2008

Collins, P., Byrne, L., (eds.), Reinventing Government again, Londres, SMF, 2004.

Finlayson, A., Making Sense of New labour, Londres, Lawrence & Wishart, 2003.

Hattersley, R., « Agitators will inherit the Earth », The Guardian, 17 novembre 2003.

Ihl, O. (dir.), Les « sciences » de l’action publique, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2006.

Le Grand, J., Motivation, Agency and Public Policy :Of Knights and Knaves, Pawns and Queens, Oxford : Oxford University Press.

Le Grand, J., « A better class of choice », Public Finance, mars 2006.

Le Grand, J., « Choice and Competition in the British National Health Service », Eurohealth, vol. 12, n° 1, 2006b.

Le Grand, J., The Other invisible hand. Delivering public services through choice and competition, Princeton, Princeton University Press, 2007.

Marquand, D., The Decline of the Public, Cambridge, Polity Press, 2004.

Milburn, A., « A 2020 vision for public services », discours à la London School of Economics, 16 mai 2007.

Secretary of State for Social Security and the Minister of Welfare Reform, New Ambitions for our Country : A new Contract for Welfare, Londres, The Stationery Office, Cm 3805, 1998.

Stone, D., Capturing the political imagination. Think tanks and the policy process, Londres, Frank Cass, 1996, p. 143.

Tournadre-Plancq, J., Au-delà de la gauche et de la droite, une troisième voie britannique, Paris, Dalloz, 2006.

Tournadre-Plancq, J., « “Une cuillère en argent pour tout le monde.” L’Asset-based Welfare : diffusion, appropriations et usages d’une “nouvelle” théorie de l’État social », Revue française de science politique, vol. 33, n° 4, août 2009, pp. 633-653.

Wintour, P., « Same differences », The Guardian, 18 juin 2004.

Haut de page

Notes

1  Stone, D., 1996, p. 143.

2  Boltanski, L., 1973.

3  Ihl, O, 2006.

4  Tournadre-Plancq, J., 2009.

5  Secretary of State for Social Security and the Minister of Welfare Reform, 1998, p. 16.

6  Beck, U., 1994, p. 13.

7  Giddens, A., 1994.

8  Beck, U., 2001.

9  Tony Blair, cité dans The Guardian, 24 juin 2004, p. 1.

10  Le Grand, J., 2003.

11  Byers, S., 2003.

12  Le Grand, 2006b.

13  Howard, M., cité dans Wintour, P., 2004.

14  Le livre blanc Choice and diversity. A new Framework for Schools, publié en 1992, expose ainsi que « Parents know better the needs of their children – certainly better tan educational theorists or administrators, better even than our mostly excellent teachers », cité dans Beauvallet, A., 2008, p. 254.

15  Collins, P., 2004.

16  Hattersley, R., 2003.

17  À la suite de Philippe Bezes, on définira le New Public Management comme un « ensemble hétérogène d’axiomes tirés de théories économiques, de prescriptions issues de savoirs de management, de descriptions de pratiques expérimentées dans des réformes (notamment dans les pays anglo-saxons) et de rationalisations doctrinales réalisées par des organisations internationales (OCDE, Banque mondiale, etc.) ». Voir Bezes, P., 2005, p. 28.

18  Voir Finlayson, A., 2003.

19  Le Grand, J., 2007, p. 62.

20  Collins, P., Byrne, L., 2004.

21  Outre les ouvrages les plus récents de l’économiste Julian Le Grand, héraut du choix dans les médias et au sein de la sphère gouvernementale, on peut se reporter, sur ce point, à Geoff Mulgan, The Art of Public Strategy, Oxford, Oxford University Press, 2009.

22  Le Grand, J., 2006.

23  Il est par exemple écrit dans ce document : « We need to provide better training, and strenghen teacher’s professionalism ». Cité dans Beauvallet, A., p. 257.

24  Tournadre-Plancq, J., 2006.

25  Marquand, D., 2004.

26  Marquand, D., 2004.

27  Milburn, A., 2007.

28  Collins, P., 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Tournadre-Plancq, « Le « choix » dans les services publics : entre consensus transpartisan et luttes politiques », Observatoire de la société britannique, 9 | 2010, 43-55.

Référence électronique

Jérôme Tournadre-Plancq, « Le « choix » dans les services publics : entre consensus transpartisan et luttes politiques », Observatoire de la société britannique [En ligne], 9 | 2010, mis en ligne le 01 novembre 2011, consulté le 30 avril 2017. URL : http://osb.revues.org/969 ; DOI : 10.4000/osb.969

Haut de page

Auteur

Jérôme Tournadre-Plancq

Chargé de recherche à l'Institut des Sciences sociales du Politique – ISP/CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org