Navigation – Plan du site

New leaders, new policies ? Les politiques éducatives des principaux partis en Angleterre depuis décembre 2005

Anne Beauvallet
p. 93-111

Résumé

Les trois principaux partis politiques britanniques ont choisi de nouveaux chefs en quelques années : David Cameron, Gordon Brown et Nick Clegg. Cette situation inhabituelle pourrait permettre un changement profond des politiques éducatives proposées. Des évolutions sont perceptibles chez les Travaillistes (attitude envers les écoles privées, tests) et les Conservateurs (attitude envers les grammar schools et les enseignants) mais elles sont limitées car Gordon Brown et David Cameron prolongent largement l'héritage laissé par leurs prédécesseurs. Une réforme indéniable se fait jour chez les Libéraux Démocrates mais elle les rapproche des positions conservatrices sur des sujets comme l'intervention des secteurs privé et associatif et l'aide aux élèves les plus pauvres. Force est de constater que les politiques éducatives des principaux partis ne connaissent pas actuellement un profond renouvellement.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  « Je ferai de mon mieux » (“I will do my utmost”).
  • 2  Voir Clark.

1Fin juin 2007, lorsque Gordon Brown a succédé à Tony Blair comme premier ministre, il a rappelé la devise de son école1, promettant de l’appliquer pendant son mandat. Cet effort pour se démarquer de son prédécesseur dans la forme2 s’est-il accompagné d’un effort comparable sur le fond dans le domaine de l’éducation ? A l’occasion de la publication de son ouvrage intitulé Over to You, Mr Brown : How Labour Can Win Again en mars 2007, Anthony Giddens ne préconisait pas une telle tendance : « Les politiques inaugurées par Tony Blair devraient être renforcées et étendues et non revues à la baisse ». Nous nous sommes donc interrogée sur les choix du gouvernement de Gordon Brown en matière d’éducation en Angleterre (l’Écosse, le Pays de Galles et l’Irlande du Nord étant maintenant responsables de ce domaine), choix qui pourraient marquer un réel changement. Nous avons également analysé les choix respectifs des nouveaux chefs des deux autres principaux partis, David Cameron depuis 2005 et Nick Clegg depuis décembre 2007. Au delà des réformes proposées par chacun, cette situation politique inhabituelle pourrait en effet augurer d’un renouvellement général des thématiques et des mesures éducatives.

Le gouvernement travailliste

2 Tout comme son prédécesseur, Gordon Brown manifeste de grandes ambitions puisque le ministère de l’éducation est immédiatement séparé en deux ministères distincts, le Department for Children, Schools and Families et le Department for Innovation, Universities and Skills L’éducation occupe donc une place plus importante au gouvernement et le champ d’action du DCSF est considérablement élargi puisqu’en plus de son rôle traditionnel, il est responsable de la santé et de la protection de l’enfance, de la gestion des problèmes de violence et de drogue dans les établissements. On peut toutefois émettre des doutes sur la pérennité de tels changements institutionnels car en juin 2009, à l’occasion d’un remaniement ministériel, le ministère DIUS était fondu dans un nouveau ministère sous l’égide de Lord Mandelson le Department for Business, Innovation and Skills.

  • 3  “New right to post-GCSE education”.
  • 4  “Duty to participate in education or training”, Education and Skills Act 2008 c.25 p.2.
  • 5  Lipsett 4 July 2007.

3Une mesure très symbolique puisqu’elle s’inscrit dans la lignée des grandes réformes éducatives des années 1940 et 1960 a également été annoncée en mars 2007, l’augmentation de la durée de la scolarité (ou formation professionnelle) jusqu’à dix-huit ans à partir de 2013 (Education and Skills Act 2008). Présentée en août 2007 par Gordon Brown comme un « droit »3, elle figure dans la loi comme un « devoir »4, ce qui a inquiété certains comme l’association caritative Rathbone dès juillet 2007 d’une dérive tendant à criminaliser les jeunes laissés pour compte du système5 (appelés Neets).

  • 6  Titre d’un éditorial de The Independent : « Les écoles privées n’ont rien à craindre ».
  • 7  Curtis 14 July 2009.

4 Le gouvernement de Gordon Brown a aussi paru innover sur quelques éléments comme la réforme exigeant des écoles privées qu’elles prouvent les avantages qu’elles apportent à la communauté pour bénéficier d’abattements fiscaux. La commission chargée de ce processus (Charity Commission) a publié à partir de janvier 2008 les « critères » qu’elle applique dans son estimation des bénéfices publics de tels établissements à partir d’octobre 2008. Certains n’y voient pas de véritable bouleversement6 mais d’autres voix se sont fait entendre dans le secteur privé, dénonçant les critères choisis comme iniques puisque les petites écoles privées ne peuvent se permettre qu’un nombre limité de bourses 7.

  • 8  Jozefkowicz, ces tests ne revêtent pas une telle importance en Écosse et au pays de Galles, de mêm (...)
  • 9  Warwick.
  • 10  “Schools keep testing 14-year-olds”.
  • 11  Curtis 9 October 2008.
  • 12  Shepherd.
  • 13  Curtis 11 April 2009.

5 L’autre changement dans la politique éducative du gouvernement travailliste depuis l’arrivée de Brown à sa tête réside dans la pratique des nombreux tests tout au long de la scolarité. C’est l’une des clés de voûte des réformes éducatives mises en place par les Conservateurs dans les années 1980 et prolongées par les Travaillistes dès 1997. Les tests à 7 ans ont été introduits en 1991, ceux à 11 ans en 1995 et ceux à 14 ans en 1998, le livre blanc de 1997 promettant une attitude intransigeante : « La tolérance zéro s’appliquera en cas de niveau insuffisant » (Excellence in Schools). En juillet 2006, le Conservateur David Willetts regrette que l’enseignement soit trop souvent axé sur ces tests alors que le ministre travailliste Alan Johnson souligne la nécessité de renforcer la pression exercée sur les enseignants pour l’amélioration des résultats8. En septembre 2008, suite à un véritable « fiasco » causé par l’entreprise Educational Testing Service, chargée de la notation, le ministre Ed Balls annonce la fin des tests à 14 ans dès juillet 20099. Précisons cependant que de nombreuses écoles prévoient de maintenir ces tests à 14 ans10. Cette décision est alors qualifiée d’ « historique »11, même si le ministre cherche à en minimiser l’importance. On ne peut nier la portée d’une telle décision mais le gouvernement rejette l’idée d’un abandon complet des tests ou d’un examen global d’un tel système. Il est à noter que les syndicats enseignants sont divisés à ce sujet : un syndicat (NASUWT National Association of Schoolmasters Union of Women Teachers) rejette l’idée de supprimer tous les tests12, alors que le principal syndicat (National Union of Teachers) envisage de les boycotter en 2009-201013.

  • 14  “It's still not fair”.
  • 15  New Opportunities, rappelons la formule du livre blanc de 1997 : « Ces politiques seront élaborées (...)

6Dans l’ensemble, on constate que les conseils de Giddens sont largement suivis par le gouvernement actuel dont la politique éducative repose sur les mêmes principes que ceux énoncés dans le programme électoral et le livre blanc Excellence in Schools de 1997. Priorité est donnée au niveau, ce mot d’ordre permanent est repris par Ed Balls dès août 2007 dans un article publié par le Times Education Supplement : « Mon désir est de tout faire pour rassurer les parents et les employeurs et les convaincre que notre vigilance à l’égard du niveau des examens ne faiblira pas quoiqu’il arrive. » Malgré des études comme celle de l’OCDE en 2008 montrant que les origines sociales déterminent encore trop souvent l’avenir d’un enfant14, la mobilité sociale apparaît aussi comme une nécessité absolue et donne lieu à la publication d’un livre blanc en janvier 200915.

  • 16  Il semblerait que les A levels pour les matières appliquées disparaîtront en 2013, Curtis 1 April (...)
  • 17  Curtis 7 October 2008.
  • 18  Curtis 24 August 2009.
  • 19  Curtis 23 June 2008.
  • 20  Lipsett 14 October 2008.

7C’est également dans cette optique que le gouvernement de Gordon Brown a poursuivi le travail de lancement des vocational diplomas entamé des 2005. Ces diplômes reposent sur des objectifs de formation professionnelle dans un domaine (média, technologies de l’information, santé, secteur social, bâtiment, etc.) alliée à des cours de maths, d’anglais et de l’expérience en entreprise. Mais le gouvernement a louvoyé face au projet de leur concepteur Mike Tomlinson de leur faire remplacer les diplômes existants, notamment les A levels16. Ce malentendu initial n’a pas encore été dissipé, ce qui ne facilite pas la tâche du gouvernement qui doit également faire face aux critiques qui ont fusé de toutes parts : la commission à l’éducation des Communes se dit inquiète de la complexification grandissante du système éducatif17, l’enseignement supérieur et les enseignants du secondaire ne sont pas entièrement convaincus de leur niveau18, tandis que les employeurs sont quant à eux inquiets de l’extension de ces nouveaux diplômes à des domaines comme les sciences humaines, les langues ou la science (ils deviendraient alors les parents pauvres des diplômes actuels19). Les élèves ne se bousculent pas pour s’inscrire à ces vocational diplomas20 mais le gouvernement se veut optimiste, augmentant le nombre des domaines concernés à la rentrée 2009.

  • 21  « Nous rejetons […] les écoles comprehensive monolithiques », Labour Party.
  • 22  Garner 17 October 2008.
  • 23  Curtis 24 February 2009.
  • 24  Curtis 7 September 2009.

8 De la même manière, la diversification des établissements promue en 199721 se poursuit par, entre autres, la création de nouvelles academies : écoles publiques établies avec l’aide de partenaires privés et jouissant d’une certaine latitude vis-à-vis des Local Authorities dont les écoles comprehensive traditionnelles sont tributaires. Le départ d’Andrew Adonis, architecte principal de ces établissements, du ministère de l’éducation en octobre 2008 ne semble pas avoir eu d’effet sur l’attitude du gouvernement à leur égard22, même si l’association représentant leurs proviseurs et leurs conseils d’administration (Independent Academies Association) s’est plaint en février 2009 de l’amoindrissement de leur liberté face aux autorités locales et aux services pour la protection de l’enfance23. En septembre 2009, annonce est faite que les partenaires privés n’auront plus à avancer deux millions de livres mais à faire la preuve de leur volonté et de leur capacité à gérer une école24 (rappelons que cette somme avait déjà été ramenée à £500,000 en 2006).

  • 25  Plomin.
  • 26  Cité par Webster.
  • 27  Bowden.
  • 28  MacLeod.

9 Depuis l’affirmation par Estelle Morris en juin 2001 qu’il n’y a pas « d’obstacle idéologique » face à toute solution pour améliorer les écoles en difficulté25, l’intervention grandissante des secteurs privé et associatif se poursuit comme le confirme Gordon Brown en décembre 2007 à la chambre des Communes : « Le rôle du secteur privé dans ce domaine connaît actuellement une expansion qui se poursuivra et qui le rendra bien plus important dans les prochaines années »26. En janvier 2008, McDonalds, FlyBe et Network Rail ont par exemple reçu l’autorisation de proposer à leurs employés des formations qui pourraient être validées dans le cadre des vocational diplomas. En 2008, Ed Balls appelait à la création de nombreuses co-operative schools grâce à l’action des parents d’élèves, des enseignants et des associations locales27, idée que les Conservateurs avait déjà soutenue en novembre 2007, soulignant ainsi le rôle potentiel de ce secteur28.

  • 29  Rammell.

10Enfin, dans les relations du gouvernement avec les enseignants, la pression promise dans le programme électoral de 1997 (« Pression et soutien ») et exercée sur eux est toujours aussi forte. En octobre 2007, le directeur de l’organisme encadrant la profession (General Teaching Council for England) lance l’idée d’obliger les enseignants à valider des formations régulières pour être autorisés à poursuivre leur activité29. Cette mesure est incluse dans le livre blanc lancé en juin 2009 (Your Child, Your Schools, Our Future : Building a 21st Century Schools System), concernant les nouveaux enseignants par un « permis d’enseigner » renouvelable tous les cinq ans (“licence to teach”).

11Il faut également souligner que Gordon Brown n’a pas mis fin à la frénésie de mesures, annonces ou injonctions inaugurée par les gouvernements précédents (initiative syndrome) : on comptepour leDCSFpour le mois de janvier 2008 seulement pas moins de dix-sept annonces de mesures et projets de loi sur des sujets aussi différents que le statut fiscal des écoles privées, l’intervention du secteur privé, la pause déjeuner des élèves, les portiques détecteurs de métaux, les leçons de maths, d’anglais et de cuisine, le conseil à l’orientation, etc. La politique éducative travailliste depuis juin 2007 semble donc largement inspirée par les réformes de Tony Blair, dans le fond et dans la forme.

Les Conservateurs

  • 30  p. 225.
  • 31  “[…] quality, diversity, parental choice, school autonomy and accountability”, p.iii.

12Intéressons-nous maintenant au Parti conservateur. Un paradoxe est à noter car on aurait pu attendre une forte implication personnelle dans le domaine de l’éducation de la part de David Cameron qui en a été responsable de juin à décembre 2005. Or, comme le constate Kieron O’Hara, ce n’est pas le cas : « On n’apprend pas grand chose des déclarations de M. Cameron sur l’éducation, comme chef de parti ou comme responsable de l’éducation dans l’opposition lorsqu’il fut brièvement le prédécesseur de M. Willetts »30. Sous son égide, les Conservateurs prônent les grands thèmes éducatifs des années 1980 et 1990, thèmes que John Major avait explicitement présentés dans le livre blanc de 1992 Choice and Diversity : « qualité, diversité, liberté de choix des parents, autonomie et responsabilisation des écoles »31.

  • 32  Lipsett 18 November 2008.

13La qualité, c’est ici le niveau des élèves et c’est un véritable leitmotiv. Les propositions de novembre 2007 (Policy Green Paper N° 1) sont par exemple intitulées Raising the Bar et les propositions d’octobre 2008 pour la formation professionnelle font également la part belle à ce thème (Building Skills, Transforming Lives). En novembre 2008, Michael Gove, responsable de l’éducation, promettait le contrôle du niveau des élèves anglais par des mesures internationales32 et en février 2009 était créé un groupe de travail sur les mathématiques largement axé sur cette question (Let’s Make Britain Top of the Class in Maths).

  • 33  « De nouvelles academies » dans Raising the Bar, Closing the Gap pp. 43-4.
  • 34 Repair, Plan for Social Reform p. 10.
  • 35  Stratton.

14La diversité des établissements figure en bonne place dans la politique éducative conservatrice comme le prouve la décision de David Cameron de voter pour la loi Education and Inspections Act 2006 établissant les trust ou foundation schools, ce qui a permis au gouvernement travailliste de mater la rébellion d’une soixantaine de ses députés. Les academies sont présentées comme les établissements de l’avenir33, montrant clairement le lien entre politiques conservatrices et travaillistes34, puisque ces établissements sont eux-même fondés sur les City Technology Colleges des Conservateurs, la loi Learning and Skills Act 2000 amendant la loi Education Act 1996. En septembre 2008, Michael Gove promet même de doubler le nombre de ces établissements35.

  • 36 Built to Last p. 1.
  • 37  p. 23.
  • 38  p. 4, “a compact” p. 9. Les Conservateurs sont relativement discrets sur ce sujet pour l’Écosse et (...)
  • 39 Raising the Bar p. 18, A Stronger Society p. 70.

15Le thème de la diversité recouvre également les fournisseurs de services éducatifs, l’État n’étant qu’un des acteurs de ce domaine avec les secteurs privé et associatif. C’est l’un des points les plus intéressants de la politique éducative conservatrice depuis fin 2005 puisqu’il repose directement sur la reconnaissance par David Cameron en août 2006 de l’existence de la société, à la différence de Margaret Thatcher : « Pour nous, la société existe bel et bien mais elle ne peut se confondre avec l’Etat »36. La société est donc fondée sur le secteur associatif et caritatif qui trouve naturellement sa place dans des domaines traditionnellement dévolus à l’État. Ce paradoxe qui permet à la fois aux Conservateurs de s’affirmer comme plus « sociaux » et de justifier le recul de l’État se fonde sur les différents plaidoyers en faveur du compassionate conservatism et avait déjà été énoncé par David Willetts dans Civic Conservatism en 1994 : « Mais la véritable preuve d’une société civilisée réside précisément dans le fait que des organisations caritatives à but non lucratif peuvent répondre aux besoins humains sans une imposition coercitive et l’emploi de fonctionnaires »37. Les propositions de juin 2008 (A Stronger Society) font même de ce secteur le « premier secteur » dont les services seraient commandités par l’État pour des durées de trois ans selon une « convention » contractuelle38. Cette relation État-secteur associatif permettrait une « révolution » (“supply-side revolution”) par la création des écoles co-operative entre autres et l’augmentation marquée du nombre d’écoles et de classes39.

  • 40  « Donner le pouvoir par la liberté de choix » dans Raising the Bar p. 7.
  • 41 Repair, Plan for Social Reform p. 10.

16Dans ce marché de l’éducation, les parents pourront agir en consommateurs éclairés, leur liberté de choix (troisième thème depuis les années 1980 et 1990) obligeant précisément les divers établissements et fournisseurs à améliorer leurs prestations40. Les propositions de septembre 2008 sont particulièrement ambitieuses à cet égard : « Nous ouvrirons donc ce système pour fournir à tous les parents la liberté de choix dont seuls les plus riches peuvent maintenant bénéficier »41.

  • 42  « Rétablir la responsabilité » dans Raising the Bar, Closing the Gap pp. 33-5 ; Old Labour is Back(...)
  • 43  Garner 6 February 2009.

17Les deux derniers thèmes éducatifs conservateurs, responsabilisation et autonomie des établissements, demeurent centraux au sein du parti de David Cameron, les propositions de 2007 insistant par exemple sur le manque de rigueur de certaines inspections effectuées par Ofsted et un document de la même année soulignant la latitude complète dont les academies devraient bénéficier par rapport aux autorités locales42. En février 2009, promesse est faite de laisser les établissements fixer les revenus de leurs enseignants43, ce qui s’inscrit dans la stricte continuité de l’action de M. Thatcher (abolition de la commission Burnham en 1986).

  • 44  Meikle, titre d’un article du Daily Telegraph : « Willets devait savoir que le parti serait horrif (...)
  • 45  Ryan.
  • 46  Il ne prône pas leur extension, Kite.

18Dans la politique éducative des Conservateurs depuis l’arrivée de David Cameron, on note cependant quelques changements comme sur la question des écoles grammar. En mai 2007, David Willetts, lors d’un discours au patronat britannique, signale l’abandon du soutien jusque là irréductible des Conservateurs à ces écoles. Rapidement, David Cameron doit faire face aux nombreuses critiques des membres du parti, qu’ils soient de la base ou élus44, et essaie de les rassurer en promettant qu’un gouvernement conservateur ne supprimerait pas ce type d’écoles. Fin mai, le porte-parole responsable des questions européennes, Graham Brady, annonce sa démission, invoquant son attachement profond aux écoles grammar45. En juin 2008, Michael Gove visite une de ces écoles et dit soutenir ces établissements, tout en affirmant ne pas revenir sur la prise de position du parti à leur sujet46. Les propositions de 2007 et 2008 ne contiennent aucune référence à ce sujet et les conférences annuelles du parti en 2008 et 2009 n’ont pas apporté d’éclaircissements supplémentaires. Notons cependant que l’engagement de ne pas ajouter d’autre école grammar ne constitue pas en soi un véritable changement de cap pour les Conservateurs, les 164 restantes participant de la diversité éducative chère au parti.

  • 47  Fouiller les élèves, confisquer les objets dangereux et interdits, maîtriser et exclure les élèves (...)

19Un autre développement notable de la politique éducative conservatrice depuis 2005 réside dans l’attitude adoptée face aux enseignants. Si les programmes électoraux de 2001 et 2005 ne contiennent pas de référence directe à la nécessaire amélioration de la qualité de l’enseignement, les tentatives de séduction à l’égard des enseignants proposées par les Conservateurs sont un phénomène nouveau. Un document publié en avril 2008 et intitulé Giving Power Back to Teachers, Working Paper on Behaviour and Schools annonce de nouveaux pouvoirs disciplinaires et leur protection en cas de plainte déposée par un élève47. De telles propositions s’appuient sur les défenseurs du compassionate conservatism tels Gary Streeter regrettant en 2002 la situation des enseignants, médecins et policiers :

  • 48  p. 46.

On ne fait pas confiance à leur professionnalisme et on ne le respecte pas. Une bureaucratie leur donne des ordres de loin et elle ne s’intéresse qu’à des objectifs artificiels sans connaître les besoins locaux. C’est pourquoi respect pour professionnalisme et responsabilité locale vont de pair chez les Conservateurs. La politique conservatrice fera en sorte que la responsabilité soit appliquée humainement.48

  • 49  p. 34.

20Toutefois, les propositions de 2007 (Raising the Bar) regrettent la moindre efficacité d’Ofsted dans leurs inspections et soulignent la rigueur nécessaire à un tel processus : « Nous nous assurerons donc qu’Ofsted adopte un système d’inspection plus rigoureux et plus complet. Nous élargirons encore les pouvoirs d’Ofsted en matière d’inspection afin que celles-ci soient plus longues, plus détaillées et et qu'à chaque visite chaque enseignant soit inspecté dans sa matière »49. On ne semble ici pas loin de l’attitude prônée par les Travaillistes dans leur programme électoral de 1997 (« Pression et soutien ») et c’est pourquoi ces tentatives de séduction envers les enseignants nous paraissent encore trop timides pour évoquer un profond changement dans la politique éducative du Parti conservateur depuis 2005.

Les Libéraux Démocrates

  • 50 Equity and Excellence p. 13 ; p. 22-3.
  • 51  « Nous voulons que les autorités locales agissent en défenseurs des enfants, des parents et des fa (...)

21 Le troisième grand parti politique présente des thèmes qui lui sont traditionnels comme l’augmentation des dépenses publiques pour l’ensemble des établissements ou le renforcement des pouvoirs des autorités locales50. On peut cependant noter que la formulation est ici très vague en termes de pouvoirs nouveaux pour les autorités locales, tandis que la liste de leurs responsabilités et devoirs est précise. De plus, les propositions de 2009 assignent un rôle aux autorités locales51 qui reprend la formulation utilisée dans le projet sur cinq ans introduit par Charles Clarke en juillet 2004 (Five Year Strategy for Children and Learners) : « Ce nouveau système d’écoles indépendantes spécialisées se fondera sur un nouveau rôle pour les autorités locales qui se feront les défenseurs des parents et des élèves et agiront en responsables stratégiques de l’enseignement dans leur région » (nous allons revenir sur cette question du pouvoir des autorités locales).

  • 52  Rappelons que ces frais ont été supprimés dans les universités écossaises en 2001 et qu’ils sont l (...)
  • 53 Investing in Talent p. 27.
  • 54  Newman.
  • 55  Savage.
  • 56  Mulholland.

22 Il règne également un certain flou dans la position du parti sur la question des frais d’inscription à l’université (tuition fees)52. Le document issu de la conférence de printemps 2009 promet de les abolir53, même si le communiqué suggère que les participants ont réfléchi à d’autres politiques. En septembre 2008 dans un entretien accordé au Times Higher Education Supplement, Stephen Williams, responsable de l’enseignement supérieur pour le parti, soulignait qu’une telle mesure pourrait être abandonnée car elle concerne relativement peu de personnes : « Nous ne proposions pas de mesure pour les étudiants à temps partiel ou ceux qui ont repris leurs études, ou pour aider les étudiants à faire face à leurs dépenses quotidiennes »54. Cette tendance est confirmée par Nick Clegg en juillet 200955 lorsqu’il lance A Fresh Start for Britain et en septembre 2009 lors de la conférence du parti quand il souligne la difficulté de financer une telle mesure, mesure à laquelle il dit croire56.

  • 57 Pocket Guide to Liberal Democrat Policies p. 4.
  • 58  « Liberté de choix pour les parents et non la sélection par les écoles » dans Equity and Excellenc (...)
  • 59 Equity and Excellence pp. 23-5.
  • 60 Equity and Excellence p. 19.

23 A une telle imprécision s’ajoutent de réels changements dans la politique éducative du parti. Le financement par exemple de dépenses accrues pour l’enseignement et la santé ne serait plus assuré par des hausses d’impôts généralisées (hausse de 1 % dans les programmes électoraux de 1992 à 2001) mais par des hausses ciblées pour les plus riches, tandis que les ménages des classes moyennes bénéficieraient de déductions fiscales57. Le rôle des parents se voit désormais nettement renforcé avec la garantie d’un réel choix, au lieu d’une sélection par les établissements58. Les propositions du printemps 2009 marquent l’opposition à l’introduction de nouvelles formes de sélection et à la sélection existante, y compris dans les écoles religieuses et les écoles grammar mais en respectant le souhait des autorités locales59. Remarquons tout de même que l’abolition de toute sélection n’est pas clairement envisagée. De plus, selon les propositions des Libéraux Démocrates, les enseignants seraient contraints de prouver régulièrement leur aptitude à exercer ce métier : « Nous demanderions au General Teaching Council d’élaborer un programme de formation professionnelle continue (incluant les études menant au M1) s’intégrant dans un nouveau système qui exigerait des enseignants qu’ils prouvent régulièrement leur aptitude à enseigner, comme c’est le cas dans d’autres professions »60. Une telle mesure est indéniablement proche de celles qui sont inclues dans le livre blanc travailliste de juin 2009 que nous évoqué précédemment.

  • 61  Groupe de parents par exemple p. 26. A ce sujet, les Libéraux Démocrates sont discrets pour l’Écos (...)
  • 62  14 January 2008.
  • 63 Equity and Excellence pp. 26-7.

24 Par ailleurs, le rôle de l’État se voit diminué au profit d’une intervention grandissante du secteur associatif comme l’a souligné Nick Clegg début janvier 2008 en appelant à la création d’« écoles libres » (free schools). Ce terme est absent du document Equity and Excellence publié au printemps 2009 mais il est alors remplacé par sponsor-managed schools, type d’école se substituant aux academies et dont le partenaire pourrait appartenir au secteur public (université), privé ou associatif61. Les relations de tels établissements avec les autorités locales ne sont toutefois pas clairement définies. Citons Nick Clegg, : « [Ils seraient] supervisés par les autorités locales mais non régis par celles-ci, et ils seraient libres d’imaginer de nouveaux moyens pour améliorer le niveau de tous nos enfants »62. Les propositions de 2009 donnent une liste des critères et conditions requis par les autorités locales auprès des partenaires potentiels63 mais restent vagues sur les véritables pouvoirs des premières et la « liberté » de ces derniers. De plus, pendant la conférence annuelle de septembre 2008, David Laws, responsable de l’éducation du parti depuis juillet 2007, ne permettait pas de clarifier le débat puisqu’il déclarait vouloir offrir à toutes les écoles la « liberté » dont disposent seules les academies : « Les academies bénéficient maintenant de toutes ces libertés d'innovation. A l’avenir, cela devrait être le cas pour toutes les écoles ». Il n’est pas inutile de rappeler que cette liberté est principalement une liberté de fait vis-à-vis des autorités locales, dans la gestion du programme et du personnel enseignant notamment.

  • 64  « Nous aiderons les enseignants médiocres à se perfectionner mais s’ils n’en sont pas capables nou (...)
  • 65  Hurst p. 202, Ward.

25 De telles prises de position contrastent avec les politiques proposées jusque là par les Libéraux Démocrates et révèlent l’influence de Nick Clegg à leur tête mais il serait faux de croire qu’il est seul responsable de telles évolutions. En effet, la promesse d’augmenter les impôts pour financer l’éducation a été abandonnée dès 2002 par Charles Kennedy, le programme électoral de 2005 annonçant des hausses ciblées pour les plus riches. La liberté de choix pour les parents figurait déjà dans le programme électoral de 1992, même s’il ne s’agissait alors que des plus jeunes jusqu’à leur entrée à l’école primaire, et le programme de 1997 prônait le renvoi des enseignants les plus médiocres64. Quant à l’intervention du secteur privé et plus encore du secteur associatif, elle n’était pas exclue d’un document d’août 2002 (Quality, Innovation, Choice), proposant la décentralisation des principaux services, notamment la santé et les impôts65.

  • 66  « [...] ne pas défendre constamment un Etat-providence trop présent » p. 40 ; National Health Insu (...)
  • 67  pp. 209-10.
  • 68  « Toutes les idées présentées dans The Orange Book sont compatibles avec notre héritage libéral » (...)

26On ne saurait toutefois ignorer le rôle du nouveau chef des Libéraux Démocrates. Rappelons qu’il a participé au fameux Orange Book, Reclaiming Liberalism de 2004, ouvrage qui montre clairement l’alternance des social liberals et des market liberals. Il ne comporte pas de chapitre sur l’éducation mais deux articles par David Laws sont notables. Il rejette en effet tout attachement excessif à l’État-providence et recommande un système d’assurance national de santé66 dont toute la population serait membre. Tous seraient libres de choisir leurs fournisseurs de services médicaux (secteurs public, privé ou associatif) selon une logique compétitive garantissant la qualité des soins et leur accès à tous67. On voit là clairement une évolution dans la pensée de certains Libéraux Démocrates, évolution alors en contradiction directe avec la politique du parti et ce malgré l’approbation apparente de Charles Kennedy en avant-propos68.

  • 69  pp. 7, 16 dans Raising the Bar ; pp. 5-6, 10 dans The Best Start for Children, The Best Deal for F (...)
  • 70  « […] des dépenses supplémentaires réservées aux élèves qui sont issus de foyers défavorisés » dan (...)
  • 71 Equity and Excellence pp. 10-1.

27Un tel recadrage amène les Libéraux Démocrates à des positions proches de celles des Conservateurs dans le domaine de l’éducation pour lequel ils citent la Suède en exemple69. Le concept de Pupil Premium est utilisé par les deux partis de la même manière comme un système de bons éducatifs pour les élèves les plus pauvres70. Les Libéraux Démocrates affirment qu’un tel financement serait disponible pour toute école accueillant des enfants défavorisés (quelques critères de choix sont donnés) et qu’il ne pourrait donc être utilisé par des parents désireux de l’inclure dans les frais d’inscription à une école privée71. Malgré ces précisions, une telle proposition, qui se veut généreuse comme le souligne Polly Toynbee en avril 2009, amène indéniablement à un véritable marché de l’éducation, marché qui n’est jamais évoqué mais correspond largement aux mesures suggérées par David Laws en 2004 dans le domaine de la santé.

  • 72  Brack.
  • 73  « Une approche égalitaire à l’excès peut être dogmatique et antilibérale » dans Learning from Euro (...)

28La politique éducative des Libéraux Démocrates est donc aujourd’hui marquée par la concurrence entre établissements, la liberté de choix des parents et la décentralisation des pouvoirs (même si celle-ci n’est pas clairement définie) et non pas dominée par la préoccupation de l’égalité (ce que précisément réclamaient les auteurs de Reinventing the State en septembre 200772). Une telle préoccupation peut, selon Nick Clegg, être tout sauf libérale73. L’inégalité a été présentée par Chris Huhne en 2002 comme la « diversité » et le prix à payer pour permettre une politique dans lequel le parti se retrouverait aujourd’hui (sauf peut-être pour les impôts) :

  • 74  Liberal Democrats, Funding Society : Can Taxation be Fair and Popular ? p. 59.

Notre parti doit annoncer clairement que nous ne pourrons avoir des normes équivalentes dans tout le pays. La décentralisation implique la responsabilité et la diversité. […] Il se peut que l'éducation ou la santé soient de meilleure qualité dans certaines régions mais ces services seront adaptés à la demande locale. Par définition, c’est ainsi qu’on peut obtenir un consensus soutenant des niveaux relativement élevés de service, de dépenses publiques et d’impôts.74

29On mesure ici l’importante évolution de la politique éducative libérale mais on peut regretter qu’une telle perspective s’inscrive des thématiques largement débattues.

Conclusion

  • 75  p. 158.

30Il est indéniable que, des nouveaux chefs des trois principaux partis, seul Nick Clegg a prolongé et appuyé un réel changement dans la politique éducative libérale, David Cameron et Gordon Brown ayant présidé à des évolutions indéniables mais à la portée limitée. De plus, la direction même du changement chez les Libéraux Démocrates n’a pas permis de faire émerger une offre politique éducative nouvelle en Angleterre. Cette situation est imputable aux partis eux-mêmes : difficulté du Parti conservateur à se réformer depuis 1997, alternance chez les Libéraux Démocrates de tendances plus sociales (Reinventing the State) ou plus favorables à l’économie de marché (The Orange Book). L’héritage des trente dernières années dans ce domaine joue également un rôle non négligeable. Les Travaillistes et les Conservateurs peuvent difficilement proposer des mesures radicalement différentes sans admettre leurs erreurs dans l’exercice du pouvoir (les Conservateurs suggérant par exemple la diminution des contrôles imposés aux élèves mais non leur réexamen ou abandon). De plus, la succession de politiques gouvernementales comparables a permis l’installation de thématiques, de mots d’ordre comme le niveau et d’organismes comme Ofsted dont il est difficile de se défaire, ce qu’aucun des principaux partis ne se propose de faire aujourd’hui. Enfin, la crise économique actuelle ne permet plus de solutions financières aussi nombreuses que par le passé et alimente les tractations entre les principaux partis en vue des élections de mai 2010. Si l’on considère les convergences entre les politiques éducatives issues des Travaillistes, Conservateurs et Libéraux Démocrates, il paraît peu probable que d’éventuelles coalitions permettent dans l’immédiat un véritable renouvellement des idées et des pratiques dans ce domaine. C’est ce que constatait Roy Lowe en 2007 : « Peut-être est-ce ainsi ? Il est fort possible que toutes les écoles doivent fonctionner au début du 21e siècle dans un contexte où toute discussion des programmes scolaires sera dans un avenir proche cantonné dans un cadre de pensée façonné par la droite. Voici l’une des conclusions pessimistes vers lesquelles nous mène cette étude des récents débats politiques autour des programmes scolaires »75.

Haut de page

Bibliographie

Balls, Ed, “Let's celebrate exam success then make sure it continues”, Times Education Supplement , 3 August 2007

Bowden, Anna, “Everybody loves the new kid in school”, The Guardian, 19 August 2008

Brack, Duncan, Grayson, Richard and David Howarth eds. Reinventing the State : Social Liberalism for the 21st Century, London : Politico’s, 2007

Clark, Tom, “Day one : non-spin is the new spin”, The Guardian, 28 June 2007

Clegg, Nick and Richard Grayson Learning from Europe, Lessons in Education, London : Centre for European Reform, 2002

Clegg, Nick, Edinburgh, 14 January 2008, http://news.bbc.co.uk/go/pr/fr/-/2/hi/uk_news/politics/7187852.stm, consulté le 15 janvier 2008

Conservative Party, Built to Last, The Aims and Values of the Conservative Party, 2006

Conservative Party, Raising the Bar, Closing the Gap (Opportunity Agenda, Policy Green Paper n° 1), 2007 

Conservative Party, Old Labour Is Back, 2007 

Conservative Party, Building Skills, Transforming Lives, A Training and Apprenticeships Revolution, Policy Green Paper N° 7, 2008

Conservative Party, A Stronger Society, Voluntary Action in the 21st Century, 2008

Conservative Party, Giving Power Back to Teachers, Working Paper on Behaviour and Schools, 2008

Conservative Party, Repair, Plan for Social Reform, 2008

Conservative Party, Let’s Make Britain Top of the Class in Maths, 2009

Curtis, Polly, “Hundreds of qualifications for teenagers likely to go in vocational diploma reforms”, The Guardian, 1 April 2008

Curtis, Polly, “CBI tells Balls to abandon diploma scheme”, The Guardian, 23 June 2008

Curtis, Polly, “Parents and employers do not see diplomas as credible, say MPs”, The Guardian, 7 October 2008

Curtis, Polly, “Sats for 14-year-olds are scrapped”, The Guardian, 9 October 2008

Curtis, Polly, “Leave academies alone, teachers tell government”, TheGuardian, 24 February 2009

Curtis, Polly , “Teachers union votes to boycott Sats” TheGuardian, 11 April 2009

Curtis, Polly, “Private schools face losing charitable status over lack of free places”, The Guardian, 14 July 2009

Curtis, Polly, “Labour drops £2m fee for academy sponsors”, The Guardian, 7 September 2009

DCSF, Your Child, Your Schools, Our Future : Building a 21st Century Schools System, London : TSO, 2009

DfE, Choice and Diversity, A New Framework for Schools, London : HMSO, 1992

DfEE, Excellence in Schools, London : DfEE, 1997

DfES, Five Year Strategy for Children and Learners, London : HMSO, 2004

Garner, Richard, “Academy scheme to expand”, TheIndependent, 17 October 2008

Garner, Richard, “Schools 'should decide what teachers earn'”, TheIndependent, 6 February 2009

Giddens, Anthony, “Labour doesn't need to be coy about its egalitarianism”, The Guardian, 15 March 2007

Hurst, Greg, Charles Kennedy : A Tragic Flaw. London : Politico’s, 2006 

“It's still not fair”, The Economist, 17 January 2009

Jozefkowicz, Ewa,“Too many teachers 'teaching to the test'”, The Guardian, 20 July 2006

Kite, Melissa, “Conservative MPs reopen the party's row over new grammar schools”, Daily Telegraph, 21 June 2008

Labour Party, New Labour because Britain deserves better, 1997

Laws, David, Liberal Democrats’ annual conference, Bournemouth, 14 September 2008, http://www.libdems.org.uk/conference_speeches_detail.aspx ?title =Bournemouth_2008 %3A_David_Laws_speech&pPK =eeef66b2-e3fd-41d0-8329-97d411e324f9, consulté le 20 septembre 2008

Liberal Democrats, Changing Britain for Good, 1992

Liberal Democrats, Make the Difference, 1997

 Liberal Democrats, Funding Society : Can Taxation be Fair and Popular ?, London : Centre for Reform, 2002

Liberal Democrats, Quality, Innovation, Choice, 2002

Liberal Democrats, The Real Alternative, 2005

Liberal Democrats, Pocket Guide to Liberal Democrat Policies, 2008

Liberal Democrats, The Best Start for Children, The Best Deal for Families, 2008

Liberal Democrats, Investing in Talent, Building the Economy, Policies for Adult Further and Higher Education, Policy Paper 90, 2009

Liberal Democrats, Equity and Excellence : Policies for 5-19 education in England’s schools and colleges, Policy Paper 89, 2009

Lipsett, Anthea, “Raising school age won't deter truants, experts warn”, TheGuardian, 4 July 2007

Lipsett, Anthea, “Diploma takeup falls short of Balls’ s hopes”, The Guardian, 14 October 2008

Lipsett, Anthea, Tories promise to link exams to world benchmark”, The Guardian, 18 November 2008

Lowe, Roy, The Death of Progressive Education, How Teachers Lost Control of the Classroom, London : Routledge, 2007

MacLeod, Donald, “Cameron : Parents should start co-op schools”, The Guardian, 8 November 2007

Marshall, Paul and David Laws eds. The Orange Book, Reclaiming Liberalism. London : Profile Books, 2004

Meikle, James, “Cameron faces Tory revolt after retreat on grammar schools”, TheGuardian, 17 May 2007

Mulholland, Hélène, “Clegg under fire from Lib Dems over move to downgrade spending commitments”, The Guardian, 22 September 2009

“New right to post-GCSE education”, BBC News Online, 25 August 2007 http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/education/6962549.stm, consulté le 26 août 2007

Newman, Melanie, “Leaders of Lib Dems to ditch fees policy”, Times Higher Education Supplement, 18 September 2008

O’Hara, Kieron, After Blair, David Cameron and the Conservative Tradition, Cambridge : Icon Books, 2007

Plomin, Joe, “Teachers expect more of the same under Labour's new minister for education”, The Guardian, 11 June 2001

“Private schools need not fear”, The Independent, 17 January 2008

Rammell, Bill, “Quality training is vital for our prosperity”, The Guardian, 9 October 2007

Ryan, Rosalind, “Tory frontbencher resigns over grammar schools”, TheGuardian, 29 May 2007

Savage, Michael, “Lib Dems drop student fees pledge”, TheIndependent, 23 July 2009

“Schools keep testing 14-year-olds”, BBC News Online, 9 April 2009, http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/education/7991073.stm, consulté le 10 avril 2009

Shepherd, Jessica, “Now teachers threaten strike if Sats are scrapped” TheGuardian, 16 April 2009

Stratton, Allegra, “Tories pledge to turn hundreds of schools into academies”, The Guardian, 30 September 2008

Streeter, Gary, There Is Such A Thing As Society, Twelve Principles of Compassionate Conservatism, London : Politico, 2002

Thomson, Alice, “Willetts must have known it would horrify Party,” Daily Telegraph, 17 May 2007

Toynbee, Polly, “This bold equality push is just what we needed”, The Guardian, 28 April 2009

Ward, Lucy, “Backing for move to 'free the NHS'”, The Guardian, 26 September 2002

Warwick, Mansell, “Was the government to blame for the Sats marking fiasco ? ”, The Guardian, 15 September 2009

Webster, Philip, “Personalised services promised in Gordon Brown’s public sector reforms”, The Times, 14 December 2007

Willetts, David, Civic Conservatism, London : the Social Market Foundation, 1994 

Haut de page

Notes

1  « Je ferai de mon mieux » (“I will do my utmost”).

2  Voir Clark.

3  “New right to post-GCSE education”.

4  “Duty to participate in education or training”, Education and Skills Act 2008 c.25 p.2.

5  Lipsett 4 July 2007.

6  Titre d’un éditorial de The Independent : « Les écoles privées n’ont rien à craindre ».

7  Curtis 14 July 2009.

8  Jozefkowicz, ces tests ne revêtent pas une telle importance en Écosse et au pays de Galles, de même que la publication des résultats obtenus par les établissements.

9  Warwick.

10  “Schools keep testing 14-year-olds”.

11  Curtis 9 October 2008.

12  Shepherd.

13  Curtis 11 April 2009.

14  “It's still not fair”.

15  New Opportunities, rappelons la formule du livre blanc de 1997 : « Ces politiques seront élaborées pour le bénéfice du plus grand nombre et non pour celui d’une minorité. »

16  Il semblerait que les A levels pour les matières appliquées disparaîtront en 2013, Curtis 1 April 2008.

17  Curtis 7 October 2008.

18  Curtis 24 August 2009.

19  Curtis 23 June 2008.

20  Lipsett 14 October 2008.

21  « Nous rejetons […] les écoles comprehensive monolithiques », Labour Party.

22  Garner 17 October 2008.

23  Curtis 24 February 2009.

24  Curtis 7 September 2009.

25  Plomin.

26  Cité par Webster.

27  Bowden.

28  MacLeod.

29  Rammell.

30  p. 225.

31  “[…] quality, diversity, parental choice, school autonomy and accountability”, p.iii.

32  Lipsett 18 November 2008.

33  « De nouvelles academies » dans Raising the Bar, Closing the Gap pp. 43-4.

34 Repair, Plan for Social Reform p. 10.

35  Stratton.

36 Built to Last p. 1.

37  p. 23.

38  p. 4, “a compact” p. 9. Les Conservateurs sont relativement discrets sur ce sujet pour l’Écosse et le Pays de Galles, ainsi que sur les academies.

39 Raising the Bar p. 18, A Stronger Society p. 70.

40  « Donner le pouvoir par la liberté de choix » dans Raising the Bar p. 7.

41 Repair, Plan for Social Reform p. 10.

42  « Rétablir la responsabilité » dans Raising the Bar, Closing the Gap pp. 33-5 ; Old Labour is Back pp. 12.

43  Garner 6 February 2009.

44  Meikle, titre d’un article du Daily Telegraph : « Willets devait savoir que le parti serait horrifié » (Thomson).

45  Ryan.

46  Il ne prône pas leur extension, Kite.

47  Fouiller les élèves, confisquer les objets dangereux et interdits, maîtriser et exclure les élèves violents p. 11-6 ; pas de suspension de l’enseignant en l’absence de preuves utilisables auprès d’un tribunal, anonymat pendant l’enquête p. 16.

48  p. 46.

49  p. 34.

50 Equity and Excellence p. 13 ; p. 22-3.

51  « Nous voulons que les autorités locales agissent en défenseurs des enfants, des parents et des familles » p. 22.

52  Rappelons que ces frais ont été supprimés dans les universités écossaises en 2001 et qu’ils sont limités dans les universités galloises (£1,285 par an).

53 Investing in Talent p. 27.

54  Newman.

55  Savage.

56  Mulholland.

57 Pocket Guide to Liberal Democrat Policies p. 4.

58  « Liberté de choix pour les parents et non la sélection par les écoles » dans Equity and Excellence p. 23.

59 Equity and Excellence pp. 23-5.

60 Equity and Excellence p. 19.

61  Groupe de parents par exemple p. 26. A ce sujet, les Libéraux Démocrates sont discrets pour l’Écosse et le pays de Galles.

62  14 January 2008.

63 Equity and Excellence pp. 26-7.

64  « Nous aiderons les enseignants médiocres à se perfectionner mais s’ils n’en sont pas capables nous ferons en sorte qu’ils ne puissent plus enseigner. »

65  Hurst p. 202, Ward.

66  « [...] ne pas défendre constamment un Etat-providence trop présent » p. 40 ; National Health Insurance Scheme p. 207.

67  pp. 209-10.

68  « Toutes les idées présentées dans The Orange Book sont compatibles avec notre héritage libéral » .p.xiii.

69  pp. 7, 16 dans Raising the Bar ; pp. 5-6, 10 dans The Best Start for Children, The Best Deal for Families.

70  « […] des dépenses supplémentaires réservées aux élèves qui sont issus de foyers défavorisés » dans Raising the Bar pp. 41-2 ; « […] augmenter les ressources pour les élèves de milieux défavorisés » dans Equity and Excellence p. 10.

71 Equity and Excellence pp. 10-1.

72  Brack.

73  « Une approche égalitaire à l’excès peut être dogmatique et antilibérale » dans Learning from Europe p. 12.

74  Liberal Democrats, Funding Society : Can Taxation be Fair and Popular ? p. 59.

75  p. 158.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Beauvallet, « New leaders, new policies ? Les politiques éducatives des principaux partis en Angleterre depuis décembre 2005 », Observatoire de la société britannique, 9 | 2010, 93-111.

Référence électronique

Anne Beauvallet, « New leaders, new policies ? Les politiques éducatives des principaux partis en Angleterre depuis décembre 2005 », Observatoire de la société britannique [En ligne], 9 | 2010, mis en ligne le 01 novembre 2011, consulté le 18 août 2017. URL : http://osb.revues.org/993 ; DOI : 10.4000/osb.993

Haut de page

Auteur

Anne Beauvallet

Maître de Conférences à l'Université de Toulouse 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Observatoire de la société britannique

Haut de page
  • Logo Université de Toulon
  • Logo Laboratoire Babel
  • Revues.org